Juste une image…

 

Jean-Luc Godard

Le plus helvète des enfants terribles du cinéma français va fêter le 3 décembre prochain son 88eanniversaire… L’occasion de saluer Jean-Luc Godard, belle et grande figure du 7eart. De A bout de souffle à Histoire(s) du cinéma en passant par Le mépris, Pierrot le fou, Alphaville, Week-end, Prénom Carmen, Détective, il a fait du cinéma comme il respire. François Truffaut, son contemporain dans la Nouvelle vague, lui a rendu ainsi hommage : « Jean-Luc Godard n’est pas le seul à filmer comme il respire, mais c’est lui qui respire le mieux. Il est rapide comme Rossellini, malicieux comme Sacha Guitry, musical comme Orson Welles, simple comme Pagnol, blessé comme Nicholas Ray, efficace comme Hitchcock, profond, profond, profond comme Ingmar Bergman et insolent comme personne. »

Cinéaste, JLG (en photo sur le tournage de Adieu au langage, 2014) cultive aussi brillamment l’art de l’aphorisme. Florilège !

  • La télévision fabrique de l’oubli. Le cinéma fabrique des souvenirs.
  • Il y a le visible et l’invisible. Si vous ne filmez que le visible, c’est un téléfilm que vous faites.
  • C’est formidable le cinéma. On voit des filles avec des robes. Le cinéma arrive et on voit leurs culs…
  • La photographie, c’est la vérité et le cinéma, c’est vingt-quatre fois la vérité par seconde…
  • Le cinéma, comme la peinture, montre l’invisible.
  • Les Américains veulent envahir car ils n’ont pas d’histoire.
  • Je ne veux parler que de cinéma, pourquoi parler d’autre chose ? Avec le cinéma on parle de tout, on arrive à tout.
  • Le cinéaste pense avec les yeux et les oreilles, le peintre avec les mains. La littérature est un refuge. Elle approfondit la vision du monde.
  • Qu’est-ce que l’art sinon ce par quoi les formes deviennent style.
  • Le cinéma n’a jamais fait partie de l’industrie du spectacle, mais de l’industrie des cosmétiques, de l’industrie des masques, succursale elle-même de l’industrie du mensonge.
  • Quand on va au cinéma, on lève la tête. Quand on regarde la télévision, on la baisse.
  • En littérature, il y a beaucoup de passé et un peu de futur, mais il n’y a pas de présent. Au cinéma, il n’y a que du présent qui ne fait que passer.
  • Le cinéma est un moyen d’expression dont l’expression a disparu. Il est resté le moyen.
  • La télévision, c’est comme la poste, ça transmet.

© DR

La critique de film

L’icône gay et l’assassin méthodique  

Freddie Mercury (Rami Malek) en scène. DR

Freddie Mercury (Rami Malek) en scène. DR

ROCK.- Dans l’Angleterre des années soixante, Farrokh Bulsara, né à Zanzibar en 1946, vit dans sa famille dans la banlieue de Londres. En marge de ses études d’art, il occupe de petits boulots mais à qui veut l’entendre, il explique que sa vraie passion est la musique… Au grand dam de son père, il sort tous les soirs et fréquente des clubs où il va croiser différents groupes de rock dont Smile dans lequel jouent Roger Taylor et Brian May et avec lesquels il s’essaye au chant. En 1970, Smile signe avec le label américain Mercury Records. Freddy Bulsara devient le chanteur du groupe et décide, sans laisser le choix aux autres membres du groupe, de changer Smile en Queen… Freddie devenu Mercury s’installe avec la charmante Mary, hôtesse d’accueil à la boutique Biba de Londres et « amour de sa vie », mais leur relation est troublée par la plus grande attirance de Freddie pour les garçons. Pendant ce temps, Queen gravit les échelons de la notoriété, multiplie les tournées à succès et les tubes pour devenir l’un des plus grands groupes de rock au monde…

Dans la salle obscure, les fans de Queen ne peuvent s’empêcher de battre la mesure en tapant du pied… Dame, le groupe britannique a toujours su transcender les foules et faire  vibrer son (très vaste) public. De là à imaginer le biopic de Freddie Mercury, emblématique chanteur-leader de Queen, il n’y avait qu’un pas. Et d’ailleurs, on se demande bien pourquoi la chose n’avait pas été mise en chantier bien plus tôt tant Freddie Mercury, mort en 1991 du sida, s’était imposé comme une véritable légende du rock. Avec Bohemian Rhapsody (USA – 2h14. Dans les salles le 31 octobre), c’est donc Bryan Singer qui s’est attelé à la tâche pour raconter par le menu la formidable trajectoire d’un groupe qui a signé des titres aussi fameux que We Are the Champions, Don’t stop Me Now, The Show Must Go On, We Will Rock You et évidemment l’hypnotique Bohemian Rhapsody, extrait de leur troisième album (1975), dont le film raconte la difficile genèse. Car ce tube phare de Queen où Freddie Mercury entendait notamment mettre en oeuvre sa passion de l’opéra, avait été massacré par la critique musicale, refusé par les radios à cause de son format (6 minutes) avant d’être adoubé par des foules charmées par ses variations tantôt a capella, tantôt hard rock, voire par ses mots mystérieux…

A Wembley en 1985, Queen en majesté. DR

A Wembley en 1985, Queen en majesté. DR

Révélé par l’excellent Usual Suspects (1995), Singer dresse donc le portrait d’un artiste de génie qui affirmait n’avoir peur de rien et se présentait volontiers comme  une hysterical queen : « Je ne vois pas plus scandaleux que moi ! » Ode à la musique de Queen, le film voulu « tous publics » (les membres de Queen sont coproducteurs) reste dans les limites classiques du biopic en montrant tour à tour la fragilité de Freddie Mercury, son sens inné du spectacle, ses capacités de chanteur (« Je suis né avec quatre incisives de plus. Ca me donne une plus grande amplitude vocale ») mais sans appuyer le trait sur les frasques décadentes (la débauche de ses fêtes poudrées est survolée) de l’icône gay… Enfin, alors que l’on connaît bien le visage de Freddie Mercury (Queen a aussi été un groupe pionnier du clip vidéo), il faut accepter Rami Malek, (connu pour ses succès dans des séries télé comme Mr. Robot) se glissant dans le marcel de Mercury. Mais le comédien américain d’origine égyptienne se tire plutôt à son avantage de cette performance haute en couleurs, notamment en reproduisant parfaitement la gestuelle de la star… Il ne reste plus alors qu’à se laisser emporter par la musique de Queen, le film s’achevant sur la fameuse prestation du groupe au concert Live Aid de 1985. Dans un stade de Wembley comble et totalement conquis, Queen volait, sans l’ombre d’un doute, la vedette à tous ses talentueux petits camarades. Le show était parfait et Freddie Mercury, entouré par Brian, Deacky et Roger, au sommet de son art. En rentrant, je n’ai pas résisté : je me suis passé les vingt minutes de Queen à Wembley sur youtube… Freddie for ever !

Un serial killer en quête d'une oeuvre d'art. DR

Un serial killer en quête d’une oeuvre d’art. DR

MEURTRES.- Dans l’Amérique des années 70, Jack, homme discret et solitaire de la quarantaine, commet des meurtres qu’il considère comme autant d’œuvres d’art. Alors que l’ultime et inévitable intervention de la police ne cesse de se rapprocher (ce qui exaspère Jack et lui met la pression) il décide – contrairement à toute logique – de prendre de plus en plus de risques…

On avait laissé Lars von Trier à Cannes en 2011 où il présentait le superbe Melancholia qui valut à Kirsten Dunst un beau prix d’interprétation. Mais la Croisette avait surtout retenu la polémique générée par les propos du cinéaste danois affirmant qu’il avait « un peu d’empathie » pour Adolf Hitler. Ce qui lui valut de devenir le premier artiste persona non grata au Festival. Cette année, la sanction a donc été levée puisque Lars von Trier revenait, hors compétition, présenter The House that Jack Built, évocation du parcours, en cinq incidents (sic), d’un tueur en série incarné par un Matt Dillon qu’on n’avait pas vu aussi inspiré depuis longtemps.

Jack (Matt Dillon) et l'une de ses victimes (Uma Thurman). DR

Jack (Matt Dillon)
et l’une de ses victimes (Uma Thurman). DR

The House that Jack Built (Danemark – 2h35. Interdit aux moins de 16 ans. Dans les salles le 17 octobre) n’a pas fait de carrière sur les grands écrans français mais il mérite néanmoins qu’on s’y arrête quelques instant dans la mesure où le cinéaste de 62 ans a manifestement voulu mettre dans cet étrange exercice de style une réflexion sur le Mal mais aussi sur l’art contemporain. A partir de la figure récurrente (et passablement usée par le cinéma) du serial killer, le toujours très controversé Lars von Trier distille, dans la bouche de Jack, un mélange, volontiers grotesque, de sophismes, d’apitoiement presque enfantin sur soi et d’explications détaillées sur ses pratiques… artistiques. On découvre aussi les problèmes et les pensées de Jack à travers sa conversation avec un inconnu nommé Verge (Bruno Ganz), clone contemporain du Virgile qui guida Dante à travers les cercles de l’enfer. Où Jack ira, lui aussi, faire escale. On constate aussi que les victimes du placide tueur sont essentiellement des femmes décrites comme des bécasses insupportables (le personnage d’Uma Thurman est spécialement agaçant), intéressées ou larmoyantes. Tout en jouant sur des références à ses œuvres, le cinéaste (que Le Monde du 17 octobre a qualifié d’« alchimiste médiéval ») revient aussi à son goût pour l’esthétique nazie… Le problème, c’est que le propos est quand même largement fumeux et qu’on se lasse assez rapidement des élucubrations de ce pauvre Jack…

Laisser une réponse