LES BRAQUEURS, LE VETERAN ET LES MINABLES ESCROCS  

Coup EscalierLE COUP DE L’ESCALIER
Ancien policier condamné pour corruption, Dave Burke prépare le cambriolage d’une banque dans une bourgade paisible. A priori un casse facile mais pour lequel Burke a besoin de complices. Ainsi, il fait appel à Slater, un vétéran de la Seconde Guerre mondiale, et Ingram, un musicien noir criblé de dettes de jeu. En 1959, Robert Wise met en scène un grand classique du film noir auquel il apporte une dimension nouvelle en introduisant le problème racial tout en filmant magnifiquement le décor urbain de New York. Bien plus que le casse lui-même, « expédié » en quelques plans bien menés, c’est l’affrontement d’abord larvé puis ouvert entre Slater, raciste viscéral qui éprouve une véritable haine pour Ingram. La mise en scène est brillante avec un beau noir et blanc. Et Wise peut compter, pour incarner ses trois exclus du rêve américain, sur des acteurs remarquables : Robert Ryan (Slater), Harry Belafonte (Ingram) et Ed Begley (Dave). Avec de bons suppléments dont un portrait du cinéaste par Olivier Père. (Rimini Editions)
RetourRETOUR
En 1968 à Los Angeles, Bob Hyde, capitaine dans les Marines, part combattre au Vietnam. Pour se rendre utile en l’absence de son mari, Sally devient bénévole dans un hôpital de vétérans. Elle y retrouve Luke Martin, un ancien camarade de lycée. Paraplégique, moralement brisé, Luke est sujet à des accès de colère… En 1978, Hal Ashby, réalisateur d’Harold et Maude (1971) et cinéaste insoumis d’Hollywood, est l’un des premiers auteurs à aborder, dans Coming Home (en v.o.) les traumatismes des militaires de retour d’une « sale guerre » à travers une victime qui retrouve goût à la vie grâce à un amour de jeunesse. Jon Voight (Luke) et Jane Fonda (Sally) furent couronnés d’un Oscar pour un film qui bouleversa l’Amérique toute entière. Inédit en France en Blu-ray, le film (et ses bons suppléments) sort dans un superbe coffret collector en édition limitée. (Carlotta)
Il BidoneIL BIDONE
Augusto, Roberto et Picasso sont trois escrocs minables. Leur combine favorite : se déguiser en prêtres pour abuser, dans des campagnes reculées, des fidèles trop crédules. Mais Augusto, rattrapé par son passé et ayant retrouvé par hasard sa grande adolescente de fille, commence à se lasser de son existence. L’heure de la dernière escroquerie approche. En 1955, Federico Fellini s’essaye à une forme de film noir « à l’italienne » avec un gang en soutane. Le maestro retrouve la tonalité et la vision poétique de ses films précédents, Les Vitelloni (1953) et La Strada (1954), pour une approche encore néoréaliste des petites gens et de la misère sociale. Les Américains Broderick Crawford et Richard Basehart, l’Italien Franco Fabrizi entourent, ici, l’icône fellinienne Giulietta Masina. (Sidonis Calysta)
Un MondeUN MONDE
Et si la cour de récré était aussi effrayante qu’un film d’horreur ? Elève de primaire, la jeune Nora est confrontée de plein fouet au harcèlement dont est victime son grand frère Abel. En effet Abel est devenu la proie d’une petite bande d’enfants qui lui infligent, jour après jour, des brimades. Que faire, que dire ? Comment faire cesser l’enfer au cœur de l’école ? D’autant qu’Abel lui-même veut garder le silence… De son côté, son père  pousse Nora à parler… C’est à hauteur d’enfants (les jeunes Maya Vanderberque et Günter Duret sont impressionnants) que Laura Wandel réalise un premier long-métrage bouleversant et empreint d’une tension permanente. La cinéaste voulait que les spectateurs ressentent physiquement la violence du monde qu’elle décrit. Objectif atteint ! (M6)
Contes Cruels BushidoCONTES CRUELS DU BUSHIDO
Sa fiancée ayant fait une tentative de suicide, Ikura se rend à son chevet à l’hôpital. En rentrant chez lui, il découvre les écrits de ses ancêtres samouraïs, détaillant les atrocités endurées par eux depuis le 17e siècle au nom du code d’honneur du bushido. Cette caste de la noblesse militaire accomplissait des actes de violence sur ordre des seigneurs féodaux, mais ils souffraient encore plus de leur cruauté, souvent contraints au suicide rituel… Ours d’or à Berlin en 1963, le film de Tadashi Imai est une approche du samouraï au cinéma qui s’écarte radicalement de la romanisation habituelle du grand écran. Dans les suppléments, Futoshi Koga, historien du cinéma à Tokyo consacre un portrait à Imai, un « cinéaste du côté des faibles ». Restauré et inédit en DVD et Blu-ray. (Carlotta)
Crimes FuturLES CRIMES DU FUTUR
Dans un futur proche, les humains ont appris à s’adapter à un environnement de synthèse et l’humanité est capable de se métamorphoser. Célèbre mais énigmatique performeur, Saul Tenser a fait de ces transformations corporelles un spectacle d’avant-garde… Son assistante Caprice découvre avec ravissement le néo-organe produit par le corps de Tenser… Timlin, une enquêtrice du Registre national des Organes, suit de près leurs pratiques. C’est alors qu’un groupe mystérieux se manifeste : ils veulent profiter de la notoriété de Tenser pour révéler au monde la prochaine étape de l’évolution humaine. Muet depuis 2014 et Maps to the Stars, David Cronenberg revient, ici, avec une oeuvre sur les addictions et les phobies qui synthétise les grands thèmes de son cinéma. En s’appuyant sur Viggo Mortensen, Léa Seydoux et Kristen Stewart, il signe une dérangeante mais fascinante réflexion de science-fiction onirique… (Metropolitan)
Mille Une NuitsLES MILLE ET UNE NUITS
A Bagdad, Aladin, jeune benêt, vit avec sa mère et rêve d’assister à Bassora au mariage du Prince. Pauvre, il rêve de grandeur et de faste mais ne voit pas que la belle Djalma est amoureuse de lui. Chapardeur, il doit fuir les commerçants du marché. Sa vieille lampe et le génie qu’elle contient vont lui sauver la mise. En 1961, Mario Bava et Henry Levin travaillent ensemble, à Cinecitta, sur ce conte volontiers burlesque, parfaitement rocambolesque et plein d’effets spéciaux. Dans sa collection Make my Day, Jean-Baptiste Thoret propose ce divertissement (l’acteur de Chantons sous la pluie Donald O’Connor incarne Aladin, entouré d’un casting disparate: Michèle Mercier, Vittorio de Sica, Raymond Bussières) dans lequel apparaît souvent la marque du Bava sulfureux et gothique… (Studiocanal)
Comment Reussir Quand OnEstConCOMMENT REUSSIR QUAND ON EST CON ET PLEURNICHARD
S’il fut l’un des scénaristes et dialoguistes les plus brillants dans le cinéma français des années 50-70, Michel Audiard (1920-1985) mis aussi en scène une dizaine de films dont, en 1974, ce portrait de l’inénarrable Antoine Robinaud, voyageur de commerce qui parvient à vendre Volcano, son vermouth frelaté en apitoyant les âmes sensibles sur les misères du monde… Si sa stratégie fonctionne difficilement dans les bars et cafés, Robinaud et ses bouts rimés foireux emballent volontiers ces dames! Avec un Jean Carmet épatant en crétin moins bête qu’il n’y paraît (entouré de Jean-Pierre Marielle, Jean Rochefort, Stéphane Audran ou Jane Birkin), Audiard s’en donne à coeur-joie dans ses portraits tout en distillant ses punchlines: «  Y’a des aristocrates et des parvenus, dans la connerie comme dans le reste… » (Gaumont)
InstinctINSTINCT
Psychologue expérimentée, Nicoline vient de prendre un nouveau poste dans une clinique. Elle y croise Idris, un délinquant sexuel responsable de plusieurs crimes. Après cinq années de traitement, l’homme devrait pouvoir bénéficier pour la première fois d’une sortie non accompagnée. Mais la psychologue n’est pas convaincue que ce soit une bonne chose et tente de prolonger la période de probation. Entre un Idris très manipulateur et une Nicoline coincée par son attirance sexuelle pour le délinquant, commence un redoutable jeu du chat et de la souris. Avec Carice van Houten (Black Book de Verhoeven) et Marwan Kenzari vu en Jafar dans Aladdin, la Hollandaise Halina Reijn organise, dans l’univers carcéral, un psycho-thriller sur une liaison interdite et évidemment toxique… (Condor)
J'adore Ce Que Vous FaitesJ’ADORE CE QUE VOUS FAITES
Engagé pour incarner un résistant dans un blockbuster américain sur le débarquement de Provence en août 1944, Gérard Lanvin vient s’installer dans le Midi où la superproduction va être tournée. Un problème de piscine dans sa villa amène l’acteur à croiser Momo Zapareto. Le problème, c’est que l’homme à tout-faire est un fan absolu de Gérard Lanvin. Réalisateur du Fils à Jo (2011) et Papi Sitter (2020), les deux avec Gérard Lanvin en tête d’affiche, Philippe Guillard signe une agréable comédie autour de deux personnages qui, après bien des tracas et des embrouilles, vont finir par s’apprécier. Gérard Lanvin joue son propre rôle et excelle dans la fatigue excédée. En face de lui, en boulet majeur, l’humoriste Artus se régale… Un joyeux buddy movie sur l’univers du cinéma! (Gaumont)
Citoyen Se RebelleUN CITOYEN SE REBELLE
L’ingénieur Carlo Antonelli se fait passer à tabac par des voyous en tentant d’intervenir lors d’un braquage. Voyant que sa plainte a peu de chances d’aboutir et que la Justice ne fait rien pour l’aider, il décide de retrouver lui-même ses agresseurs. Il infiltre alors le milieu et parvient à se faire aider par Tommy, une petite frappe. Lors des années de plomb marquées notamment par les actions des Brigades Rouges en Italie, le cinéma bis transalpin va exprimer cette violence dans une vague de polars urbains âpres et cruels. Fortement inspiré par des films comme L’inspecteur Harry ou Un justicier dans la ville, le polar italien, le Poliziesco, va mettre en images vengeance, justice, et règlements de comptes. En 1974, Enzo Castellari dirige Franco Nero (et la Bond girl Barbara Bach!) dans un rôle de type ordinaire, justicier malgré lui. (Artus Films)
Walk The LineLE PAYS DE LA VIOLENCE
Shérif de la petite ville de Gainesboro dans le Tennessee, Henry Tawes s’ennuie dans sa vie de fonctionnaire sans grade auprès d’Ellen, sa femme. A l’occasion d’un accident de circulation, le shérif fait la connaissance de la jeune et belle Alma McCain. Sous le charme de cette Lolita perverse, Henry Tawes perd pied. Il va alors sacrifier non seulement sa famille mais aussi son honneur en transgressant la loi qu’il s’était jusque-là juré de défendre en s’acoquinant avec Carl McCain, le père d’Alma, un distillateur d’alcool poursuivi par un agent de l’État. Sur une bande son de Johnny Cash qui donne son titre original au film (I Walk the Line), John Frankenheimer met en scène, en 1970, Gregory Peck, Tuesday Weld, Estelle Parsons, Ralph Meeker et Charles Durning… (Sidonis Calysta)
Ete NucléaireL’ETE NUCLEAIRE
Le nucléaire civil, à l’exception du Malevil (1981) de Christian de Challonge, n’a pas souvent été mis en scène dans le cinéma français… C’est pourquoi on observe avec intérêt le troisième long-métrage de Gaël Lépingle (qui a vécu, jeune, près d’une centrale) qui raconte les aventures de Victor (Shaïm Boumedine, vu naguère dans les deux volets de Mektoub, my love de Kechiche) et de ses anciens copains du village qui se retrouvent confinés dans une ferme alors que survient un accident à la centrale nucléaire voisine. Ils guettent le passage du nuage radioactif alors qu’ils auraient dû évacuer la zone. Un film qui distille l’angoisse autour d’une menace réelle mais invisible… (Le Pacte)
The NorthmanTHE NORTMAN
Jeune prince, Amleth vient tout juste de devenir un homme quand son père est brutalement assassiné par son oncle Fjölnir qui s’empare également de la mère du garçon. Amleth fuit son royaume insulaire en barque, en jurant de se venger. Deux décennies plus tard, Amleth est devenu un berserkr, un guerrier viking capable d’entrer dans une fureur bestiale, qui pille et met à feu, avec ses frères berserkr, des villages slaves jusqu’à ce qu’une devineresse lui rappelle son vœu de venger son père, de secourir sa mère et de tuer son oncle. Auteur de The Lighthouse (2019), Robert Eggers met en scène, au 10e siècle, une aventure sur fond de combats sauvages dans laquelle on reconnaît Alexnder Skarsgard, Nicole Kidman, Willem Dafoe, Ethan Hawke ou la chanteuse Björk. (Universal)
Tarawa Tete PontTARAWA TETE DE PONT
Iles Gilbert, 1943. La section que dirige le lieutenant Brady est massacrée. Brady, le sergent Sloan et le soldat Campbell en réchappent. Brady tue Campbell, témoin de son incompétence. Peu après, Sloan se rend chez la veuve de Campbell et découvre que Brady est fiancé à Maria, la fille de celui qu’il a tué… Sur un scénario efficace, Paul Wendkos (révélé en 1957 par Le cambrioleur, un bon polar adapté de l’oeuvre de David Goodis) signe, en 1958, un solide film de guerre en se penchant sur un épisode sanglant et déterminant de la guerre du Pacifique, en l’occurrence la bataille de Tarawa, en novembre 1943, où pour la première fois, les troupes américaines sont opposées à une farouche résistance japonaise. (Sidonis Calysta)
Hommes Bord Crise NerfsHOMMES AU BORD DE LA CRISE DE NERFS
Une poignée d’hommes venus de tous horizons mais tous au bout du rouleau se retrouvent sur le quai d’une gare de campagne perdue dans une nature sauvage. Ils sont venus pour un stage de thérapie de groupe, censé faire des miracles, le tout sous la houlette d’une coach prénommée Omega. « Si vous êtes là, dit-elle, c’est parce que vous allez mal mais surtout parce que vous avez envie d’aller mieux ». Après plusieurs centaines d’interviews d’hommes anonymes qui confiaient leurs peurs et leurs doutes, Audrey Dana a imaginé une comédie légère qui passent à la moulinette les travers et les faiblesses des hommes. Le titre-hommage à Almodovar est une manière pour Audrey Dana d’affirmer que l’hystérie qu’on dit si féminine peut aussi être portée par des hommes… Parce que « 80% de nos peurs ne servent à rien », la troupe finira par aller mieux. (Warner)
Alice Sweet AliceALICE SWEET ALICE
Alice Spages est une jeune fille très réservée de 12 ans vivant avec sa mère et sa jeune sœur Karen (Brooke Shields dans sa première apparition au cinéma), cette dernière monopolise toute l’attention de sa mère. Alors que Karen s’apprêtait à fêter sa première communion, elle est retrouvée sauvagement assassinée dans l’église. Quelques soupçons commencent à peser sur Alice, mais comment une jeune fille de 12 ans pourrait-elle accomplir de tels actes atroces ? Mais lorsque d’autres meurtres horribles continuent à survenir dans l’entourage d’Alice (Paula Sheppard), les soupçons semblent se préciser… Pour la première fois en Blu-ray, ce portrait d’un enfant diabolique est une petite pépite horrifique du cinéma américain des années 70 qui lorgne sur le « giallo » italien et préfigure l’ère des  slashers… (Rimini éditions)
Joyeuse Fin MondeJOYEUSE FIN DU MONDE
Dans la campagne anglaise, Nell, Simon et leur famille s’apprêtent à passer un serein dîner de Noël. Mais ils apprennent que la fin du monde est imminente. Il ne leur reste plus beaucoup de temps à vivre et le gouvernement incite de plus la population à se donner la mort pour éviter une future mort douloureuse. Dans une comédie horrifique, Camille Griffin réunit les clichés du film d’anticipation pour mieux s’en moquer. Et dire que cette fête de Noël devait permettre d’oublier un peu les tensions quotidiennes… Le film s’offre un joli casting avec Keira Knightley, Matthew Goode (The Crown et Downton Abbey) ou Lily-Rose Depp. (Metropolitan)

LOSEY, SIRK, UN TRIO NIPPON ET LES DERNIERS JOURS D’UN VIEUX COUPLE  

Filles_Criminels DES FILLES DISPARAISSENT / LES CRIMINELS
La collection Make my day est le repaire mensuel des excellentes perles ! Jean-Baptiste Thoret, son responsable, a ainsi choisi deux thrillers rares… Avec Les criminels, on retrouve Joseph Losey en 1960 avec une plongée violente dans l’univers carcéral autour de Johnny Bannion (Stanley Baker), un petit caïd local qui, derrière les barreaux, prépare le braquage d’un hippodrome. Le coup semble immanquable mais rien ne se passe comme prévu… Douglas Sirk est connu comme l’un des grands maîtres du mélodrame hollywoodien avec des œuvres comme Tout ce que le ciel permet (1955), Ecrit sur du vent (1956) ou Mirage de la vie (1959). Une dizaine d’années plus tôt, le cinéaste signait, avec Des filles disparaissent (1947), l’unique thriller de sa carrière, un remake du film français Pièges (1939) réalisé par Robert Siodmak. Après avoir répondu à des petites annonces attractives, de jeunes femmes disparaissent dans les rues de Londres. Scotland Yard propose à Sandra Carpenter, une alerte danseuse américaine (Lucille Ball) de servir d’appât. On retrouve aussi George Sanders en séducteur manipulateur et l’immense Boris Karloff (Frankenstein) dans une surprenante séquence où, en couturier déchu, il rejoue ses heures de gloire devant des fauteuils… vides. Un malicieux film d’atmosphère noire. (Studiocanal)
Mouchoirs Jaunes BonheurLES MOUCHOIRS JAUNES DU BONHEUR
Né en 1931 au Japon, Yoji Yamada est un vétéran du cinéma nippon connu pour avoir mis en scène 45 de la cinquantaine de films composant la série Tora-san qui raconte les mésaventures tragi-comiques d’un homme sensible et n’ayant pas de chance en amour, devant faire face à diverses crises économiques, problèmes familiaux et autres malheurs. En 1977, parmi les films de la série Tora-san, Yamada glisse un road-movie poétique qui fut un énorme succès public et critique au Japon. Suite à une rupture amoureuse, l’exubérant Kinya quitte Tokyo pour partir en voiture à Hokkaido, au nord du Japon. En chemin, il rencontre la timide Akemi qui vient, elle aussi, de connaître une déception sentimentale. Ensemble, ils décident de visiter la région. En chemin, ils croisent sur leur route Yusaku (la star Ken Takakura, partenaire de Robert Mitchum dans Yakuza de Sydney Pollack) mais ignorent qu’il sort de prison. L’ex-détenu se joint au duo. Une complicité va bientôt se nouer entre les trois passagers… Le film sort pour la première fois en dvd et Blu-ray. Entre comédie populaire et mélodrame social, une perle à découvrir ! (Carlotta)
VortexVORTEX
Cinéaste radical, auteur de films comme Carne (1991), Irréversible (2002) ou Love (2015), le Franco-argentin Gaspar Noé surprend avec l’histoire d’un couple âgé qui vit dans un appartement parisien plein de livres et de souvenirs. Lui est cinéphile, théoricien et historien du cinéma et écrit un livre sur la relation entre les films et les rêves. Elle est psychiatre à la retraite et atteinte d’Alzheimer. Peu à peu, amoureux et indispensables l’un à l’autre, ils vont sombrer dans la sénilité et vivre leurs derniers jours. Dans une approche sobre, presque minimaliste (qui utilise beaucoup le split-screen), Noé filme un couple amoureux tandis leur fils doit faire face à ses propres démons… Dario Argento, maître du « giallo » italien avec Suspiria ou Inferno, Françoise Lebrun (Veronika dans La maman et la putain) et Alex Lutz sont, tous les trois, remarquables… (Wild Side)
A ChiaraA CHIARA
A 16 ans, Chiara Guerrasio est une jeune Calabraise qui rêve de vivre pleinement et probablement de couper les liens du sang. Mais, dans sa famille, règne une sorte de silence. Pour les 18 ans de la sœur de Chiara, une grande fête réunit tout le clan. Mais, le matin, le père de famille a disparu. La tenace Chiara (Swamy Rotolo) décide alors de comprendre l’« invisible ». Pour le troisième volet de son triptyque autour de la ville de Gioia Tauro, l’Italien Jonas Carpignano tisse un récit intime sur le passage à l’âge adulte d’une grande adolescente confrontée à l’univers mafieux banal et à son quotidien grisâtre. Loin des clichés sur la mafia, une approche âpre, tendue, parfois onirique et volontiers documentaire, de l’archaïque Ndrangheta et de la conquête de la liberté pour Chiara… (Blaq Out)
The DukeTHE DUKE
Kempton Bunton est un brave type doublé… d’un rebelle. Une sorte de Robin des Bois qui bataille à Newcastle, dans l’Angleterre des années 60, avec l’administration britannique parce qu’il a décidé de ne pas payer la redevance télé. Mieux, il veut contraindre l’administration à rendre l’accès à la télévision gratuit pour les personnes âgées… Un jour, une idée rocambolesque traverse son esprit. Dérober à la fameuse National Gallery de Londres, un célèbre tableau de Goya représentant le duc de Wellington. Le coup réussit. La police est sur les dents et songe à un gang international. Avec les excellents Jim Broadbent et Helen Mirren, le cinéaste Roger Michell, en s’inspirant d’une histoire vraie, brosse une savoureuse comédie « so british » autour d’un personnage qui, par sa verve et son humour, emporte l’adhésion de tous… (Pathé)
LimboLIMBO
Sur une petite île de pêcheurs en Écosse, un groupe de demandeurs d’asile attendent de connaitre leur sort. Face à des habitants loufoques et des situations ubuesques, tous s’accrochent à la promesse d’une vie meilleure. Jeune musicien syrien, Omar ne lâche jamais son oud, l’instrument légué par son grand-père. Mêlant l’humour et l’émotion, la finesse et la poésie, Ben Sharrock (qui a vécu un an en Syrie et travaillé pour une ONG s’occupant de réfugiés) signe une œuvre poignante à l’esthétique proche d’un Loach ou d’un Frears, sur un jeune réfugié quasiment dépressif (Amir El-Masry remarquable) qui va lentement, à travers la musique, se mettre sur le chemin de la liberté. Irrésistible ! (L’atelier d’images)
Famille AfghaneMA FAMILLE AFGHANE
Jeune étudiante en économie à Prague, Herra décide, par amour, de tout quitter pour vivre avec Nazir, celui qui deviendra son mari, dans l’Afghanistan de 2001. Pour rendre son histoire plus accessible, Michaela Pavlatova a choisi l’animation pour mettre en scène le regard d’une Européenne dans un pays où les femmes doivent, au quotidien, faire face aux privations de liberté… Comme le dit un personnage : « Tout est simple, ici. Un mari, une religion, un pays ». Prix du jury au festival d’Annecy, voici une chronique familiale bouleversante sur le choc des cultures dans un pays qui a basculé depuis dans le régime des talibans… (Diaphana)
Qui A Part NousQUI A PART NOUS
Dans la jeune génération du cinéma espagnol, Jonas Trueba, 40 ans, occupe une place à part par son souci de concevoir le cinéma comme instrument de connexion avec la réalité. Découvert en France en 2020 avec Eva en août, le cinéaste met en scène, ici, un film, divisé en trois actes séparés par deux interludes de cinq minutes, où il mêle des éléments purement documentaires avec des récits fictifs. Dans les premiers, Trueba converse avec des jeunes gens, obtenant ainsi des moments de grande vérité où la maturité et l’intelligence de ces jeunes traversent l’écran pour toucher au coeur et émouvoir profondément l’observateur. Les passages fictionnels, plus expérimentaux, ajoutent une dose de fraîcheur supplémentaire à des histoires en elles-mêmes déjà pleines d’énergie et d’insolence. (Arizona)
Passagers NuitLES PASSAGERS DE LA NUIT
Quittée par son mari, Elisabeth doit assurer le quotidien de ses deux adolescents Judith et Matthias. Elle trouve un emploi dans une émission de radio de nuit, où elle croise Talulah, jeune fille désœuvrée qu’elle prend sous son aile. Talulah découvre la chaleur d’un foyer et Matthias la possibilité d’un premier amour, tandis qu’Elisabeth réinvente son chemin. Mikhaël Hers (Ce sentiment de l’été et Amanda) ouvre son film au soir du 10 mai 1981 et inscrit son histoire dans une décennie à l’ambiance particulière. Avec Charlotte Gainsbourg et Noée Abita (révélée en 2017 dans Ava et premier rôle en 2020 dans Slalom) en petit oiseau punk, une évocation, tout en finesse et en non-dits, de la société française des années 80… (Pyramide)
Retour ReimsRETOUR A REIMS
Documentariste engagé, Jean-Gabriel Périot s’est imposé comme un véritable orfèvre des archives et il le prouve largement avec son quatrième long-métrage qui s’appuie sur l’essai autobiographique (2009) du philosophe Didier Eribon avec Adèle Haenel pour narratrice. A partir de reportages, de films de fiction ou de cinéma militant, le cinéaste dissèque l’histoire intime et politique de la classe ouvrière française depuis les années trente jusqu’au début du 21e siècle. Les passages sélectionnés par Périot sont essentiellement consacrés à la mère et à la grand-mère d’Eribon. Un travail remarquable sur la mémoire ouvrière. (jour2fête)
Downton Abbey 2DOWNTON ABBEY 2
En 1928, les Crawley s’apprêtent à célébrer le mariage de Tom Branson et de sa fiancée Lucy. Lady Violet (l’épatante Maggie Smith) apprend qu’elle hérite d’une villa dans le sud de la France. En 1864, elle y rencontra brièvement le marquis de Montmirail, aujourd’hui défunt… Diantre, la distinguée lady aurait-elle fauté chez les Frenchies ? Après les six saisons de la série télé, le cinéma s’empare pour la seconde fois de la saga des Crawley imaginée par Julian Fellowes. Forcément, on est en pays de connaissance dans la « haute » de Downton Abbey. Et on s’amuse volontiers d’un tournage hollywoodien qui déboule et chamboule la demeure… (Universal)
Soudain NuitSOUDAIN DANS LA NUIT
Épouse comblée d’un entomologiste, mère d’une fillette, Seon-hee mène une vie de parfaite femme au foyer. Lorsqu’un jour, son mari ramène Mi-ok, une jeune orpheline rencontrée dans la rue et qu’il souhaite engager comme domestique, l’existence de Seon-hee vacille. Car elle est persuadée que cette nymphette aussi séduisante que maléfique veut en attenter à sa vie. La gamine n’a pour seul bagage qu’une étrange poupée en bois censée la protéger contre le mauvais sort et dont les images fantasmées hantent Seon-hee. Prolifique cinéaste coréen, Go Yeong-nam mêle, en 1981, l’érotisme soft et l’horreur dans un troublant thriller (restauré 4K) qui, entre jalousie, vengeance surnaturelle et meurtre, fait souvent songer au « giallo » italien… (Carlotta)
Sword MasterSWORD MASTER
Le troisième maître du manoir de l’épée, considéré comme le plus puissant épéiste du pays, s’est lassé de la violence qui règne dans le monde des arts martiaux. Fuyant désormais les effusions de sang, il se fait passer pour mort et erre en marge de la société en menant la vie d’un vagabond. Acteur dans Le poignard volant et Le tigre de jade en 1977, Derek Yee est aussi cinéaste. En 2016, il adapte Death Duel, un classique des Shaw Brothers et signe, renouant avec l’âge d’or du wuxia (le film de sabre), l’aventure d’un bretteur rattrapé par son passé et contraint de combattre pour retrouver la paix à laquelle il aspire tant… Un récit épique porté de majestueuses chorégraphies au service d’énergiques scènes d’action! (Wild Side)

TROIS JAPONAISES, UN OUVRIER COMMUNISTE, UN CADAVRE A LA MER  

Contes HasardCONTES DU HASARD & AUTRES FANTAISIES
Un triangle amoureux inattendu, une tentative de séduction qui tourne mal et une rencontre née d’un malentendu. La trajectoire de trois femmes qui vont devoir faire un choix… Oscarisé cette année pour le fascinant Drive My Car, le talentueux Ryûsuke Hamaguchi, inspiré notamment par le cinéma d’Eric Rohmer mais aussi par Mizoguchi (pour la croyance dans des dialogues qui donnent son rythme au film), se penche sur l’ambiguïté morale du désir et sur la sexualité comme moyen d’atteindre le bonheur. A travers trois courtes histoires (Magie?, La porte ouverte et Encore une fois), le cinéaste japonais met en scène de beaux personnages féminins et centrent les intrigues sur ces femmes, voient le monde depuis leur point de vue et leur donnent l’initiative… Une manière agréablement érotique de traiter de « coïncidence et imagination ». L’exploration du thème offre des perspectives narratives imprévisibles où se révèle tout l’inattendu du monde… Le film a obtenu le Grand prix du jury à la Berlinale 2021. (Diaphana)
Freres BlessesDE NOS FRERES BLESSÉS
A Alger, en 1956, Fernand Iveton, 30 ans, ouvrier communiste, indépendantiste et idéaliste, est arrêté pour avoir déposé une bombe dans un local désaffecté de son usine. Il n’a tué ni blessé personne, mais risque pourtant la peine capitale. Pour Hélène (Vicky Krieps, révélée en 2017 par Phantom Thread), devenue la femme d’un « traître », la vie bascule parce qu’elle refuse de l’abandonner. En adaptant librement le roman éponyme de Joseph Andras, Hélier Cisterne (remarqué en 2013 pour Vandal, prix Delluc du meilleur premier film), avec justesse, se penche sur un page toujours sensible de l’Histoire de France, en l’occurrence la guerre d’Algérie, à travers une romance amoureuse sur fond de charge contre le pouvoir politique jacobin. Vincent Lacoste, dont le jeu s’intensifie au gré des films, incarne avec conviction un Européen qui ne supporte plus les injustices faites aux « indigènes ». (Diaphana)
La RuseLA RUSE
A côté des conflits conventionnels, se déroulent d’autres guerres, invisibles, souterraines où l’une des armes les plus redoutables est la désinformation… Objectif : berner l’ennemi. En 1943, une petite unité du MI5 va tenter de convaincre Hitler et son état-major qu’un débarquement allié va se dérouler en Grèce alors que le véritable objectif des Alliés est la Sicile… Commence alors une course contre la montre où le leurre consiste à abandonner en mer, à proximité des côtes ennemies, un cadavre revêtu d’un uniforme d’aviateur britannique et porteur de fausses dépêches. Dans une solide mise en scène de John Madden, Colin Firth, en impassible Commander, mène le bal des menteurs dans un film d’espionnage « à l’ancienne » qui fait aussi la part belle aux intrigues au sein même des services secrets… (Warner)
Ombre FillesA l’OMBRE DES FILLES
A une détenue qui lui demande pourquoi il est là, Luc Jardon, chanteur lyrique chevronné, répond : « Je pense seulement que chanter peut faire du bien ». Cet artiste fragile et en pleine crise personnelle (Alex Lutz, excellent) a accepté d’animer un atelier de chant dans une prison. Une fois par semaine, il y rencontre une demi-douzaine de femmes volontaires pour cet atelier. Avec Jeanine, Jess, Marzena, Noor, Carole ou l’insaisissable Catherine (Agnès Jaoui), commence un exercice difficile d’épanouissement dans un projet commun autour de la beauté du chant. Etienne Comar observe l’univers carcéral moderne et s’interroge :  qu’est-ce qu’une chanson, son rapport au corps, aux souvenirs, au féminin, à la mélancolie ? (Ad Vitam)
Bruno ReidalBRUNO REIDAL
Nous sommes en 1905 en France, quelque part dans une bourgade du Cantal et Bruno Reidal, qui n’a pourtant pas l’allure d’un serial killer, est sur le point de se rendre pour avouer son crime… Il vient d’arracher, littéralement, la tête d’un garçon à peine plus jeune que lui. Plongée dans le cerveau malade d’un jeune paysan et tueur du début du XXe siècle, le premier long-métrage de Vincent Le Port est aussi audacieux que mystérieux. Devant ses juges, Reidal (magnifiquement incarné par Dimitri Doré) raconte avec calme et lucidité, l’histoire de sa vie dans des aller-retours entre présent et passé. Il est question là d’enfance misérable, de rapports familiaux violents, d’étude de la foi et de la survenue d’un désir de meurtre vécu comme un désir de possession érotique dirigé vers ses camarades masculins. Jamais racoleur, voici une approche passionnante d’un monstre. (Capricci)
AzuroAZURO
Dans la torpeur d’un été caniculaire, des amis se retrouvent en vacances dans un village au bord de la Méditerranée, entre mer et montagne, loin de tout et sans réseau. Ils s’ennuient, se bronzent, boivent, devisent d’amour et de désir lorsqu’un homme mystérieux descend d’un superbe bateau… Le beau brun va s’inviter dans le groupe et semer le trouble, notamment auprès de Sara (Valérie Donzelli) qui, malgré son fils et son mari, éprouve un désir puissant pour l’inconnu. Pour son premier long-métrage à l’esthétique léchée, Matthieu Rozé adapte Les petits chevaux de Tarquinia de Marguerite Duras et réussit un séduisant voyage sensuel dans la torpeur de l’été. On se laisse aisément embarquer dans ce huis-clos chaud, sensuel et drôle… (Blaq Out)
Colline Rugissent LionnesLA COLLINE OU RUGISSENT LES LIONNES
Quelque part, au Kosovar, trois amies inséparables, Qe, Li et Jeta, attendent les résultats des admissions à l’université et rêvent d’aller à la grande ville. Et surtout d’atteindre leur but ultime : quitter le pays pour rejoindre une Europe fantasmée. Mais elles savent bien que les visas ne viendront pas. « Et si on devenait un gang ! » suggère l’une d’elles… Les copines relèvent le défi et se transforment en braqueuses, quitte à se mettre les caïds locaux sur le dos. L’actrice franco-kosovar Luana Bajrami (magnifique comédienne en 2021 dans L’événement d’Audrey Diwan) signe un premier film bourré d’énergie et de fraîcheur sur un trio de filles (Eraj Balaj, Uratë Shabani, Flaka Latifi) qui font tout, voire le pire, pour échapper à un avenir sans joie et qui crient leur rage en haut de la colline… (Le Pacte)
Monde HierLE MONDE D’HIER
Dans un palais de l’Elysée à l’atmosphère crépusculaire, l’heure est à la crise. Elisabeth de Raincy, la présidente de la République, malade et atteinte dans ses convictions, a décidé de se retirer de la vie politique. Mais un scandale risque de porter le candidat d’extrême-droite à la magistrature suprême… Après Un Français (2015), Diastème se penche à nouveau sur la montée de l’extrême-droite en France. Après le portrait d’un skinhead colérique et violent, le cinéaste se place cette fois du côté des institutions pour un thriller politique où, dans une ambiance feutrée, tous les coups sont permis. Avec Léa Drucker en présidente, Denis Podalydès en homme de l’ombre et Alban Lenoir en garde du corps impassible (mais seul véritable intime de la présidente), le film prend enfin un tour de conte moral… (Pyramide)
Secrets DumbledoreLES SECRETS DE DUMBELDORE
Alors que le maléfique Gellert Grindelwald prépare sa guerre contre les Moldus, Albus Dumbledore organise la résistance pour déjouer les noirs desseins du sorcier et confie au magizoologiste Norbert Dragonneau (Eddie Redmayne) le soin de diriger le groupe… Avec le troisième épisode des Animaux fantastiques, les fans de l’univers magique de J.K. Rowlings sont à la fête. Un peu long (2h22) mais bien écrit et solidement rythmé, ce film fantastique, aux effets spéciaux spectaculaires, se concentre sur la montée en puissance de Grindelwald (Mads Mikkelsen) et le combat mené par Dumbledore (Jude Law) et ses compagnons d’armes… (Warner)
Un Fils SudUN FILS DU SUD
Petit-fils d’un membre du Ku Klux Klan originaire de Montgomery (Alabama), Bob Zellner est confronté, en 1961, au racisme endémique de sa propre culture. Influencé par Martin Luther King et Rosa Parks, il défie sa famille et les normes sudistes pour se lancer dans le combat pour les droits civiques des Afro-américains, devenant le premier Blanc à être secrétaire du Student Nonviolent Coordinating Committee. En se fondant sur l’autobiographie de Bob Zellner, le cinéaste Barry Alexander Brown évoque le cas des Blancs qui militaient au côté des Noirs et dresse le portrait d’un homme plus observateur qu’activiste. Pour les Blancs d’Alabama, Bob (Lucas Till) n’est rien moins qu’un traître promis à la corde mais il sait que le courage n’est ni blanc, ni noir… (Blaq Out)
Chiens GuerreLES CHIENS DE GUERRE
Mercenaire aguerri, Jamie Shannon part en mission au Zangaro, petite dictature africaine, où un trust veut investir des capitaux… Dénoncé et arrêté, Shannon est torturé. En prison, il rencontre différents dissidents. Expulsé du pays, le mercenaire doit y retourner, cette fois avec une équipe de chiens de guerre, pour provoquer un coup d’Etat. Avec Christopher Walken et Tom Berenger en tête d’affiche, John Irvin adapte, en 1980, un best-seller de Frederick Forsyth et donne un film de guerre (ici, en version longue inédite) rythmé et percutant qui mêle la fureur des combats avec une réflexion désenchantée sur le monde… (L’atelier d’images)
Revanche CrevettesLA REVANCHE DES CREVETTES PAILLETÉES
Mathias, Joël, Vincent, Fred, Cédric, Xavier, Damien et Alex sont de retour… Leur équipe de water-polo est en route pour les Gay Games de Tokyo. Pour compléter l’équipe, Matthias, le coach, a recruté Selim, un poloïste prometteur venu de la banlieue parisienne mais sans lui dire qu’il rejoignait une équipe gay. Mais leur vol fait escale en Russie. Les voilà coincés dans un pays où, comme dit l’un des sportifs, « l’homophobie est un sport national ! ». Après le beau succès de 2019 du premier opus, voici un n°2 plus sombre dans un univers sinistre et hostile. Mais le ton est toujours iconoclaste et joyeusement militant ! (Universal)
Secret Cite PerdueLE SECRET DE LA CITE PERDUE
Romancière à succès mais bien solitaire, Loretta Sage doit partir en tournée promotionnelle pour la sortie de son nouveau roman. Cette spécialiste des livres mêlant romance et aventure dans un décor exotique, va se retrouver embarquée dans une expédition dans une jungle hostile en compagnie d’Alan, le mannequin dont la plastique avantageuse figure sur les couvertures des livres de Loretta. Bientôt Loretta sera kidnappée par un milliardaire excentrique persuadé que Loretta pourra l’aider à retrouver le trésor d’une cité perdue que Loretta évoque dans son dernier bouquin… Avec un joli casting (Brad Pitt, Daniel Radcliffe et le duo Sandra Bullock/Channing Tatum dans la peau de Loretta et Alan), Aaron et Adam Nee signe une variation burlesque de A la poursuite du diamant vert. Tout cela, on l’a compris, ne prête pas à conséquence tout en se regardant si on a l’œil pas trop sévère…  (Universal)
Mort ou VifMORT OU VIF
Ancien de la CIA, Nick Randall est devenu chasseur de primes. Lorsque ses anciens employeurs lui proposent une mission à 250.000 dollars, il accepte sur le champ. Mais l’objectif ne sera pas simple à atteindre : mettre la main sur le terroriste Malak Al Rahim (Gene Simmons, le légendaire bassiste du groupe Kiss), responsable d’un attentat dans un cinéma qui a fait 138 morts. Mais le justicier solitaire est un teigneux. Inédit en Blu-ray et présenté dans une nouvelle restauration 2K dans la Midnight Collection, voici un polar captivant et spectaculaire. L’acteur batave Rutger Hauer (Turkisch Delices, Blade Runner, La chair et le sang, ce dernier sorti naguère chez Carlotta dans une belle édition collector) incarne Nick Randall qui doit son nom dans le film au héros de la série Au nom de la loi… (Carlotta)
Course Mort An 2000LA COURSE A LA MORT DE L’AN 2000
En l’an 2000, le délit de fuite n’est plus une infraction… C’est le sport national ! Réalisé en 1975 par Paul Bartel, ce film de science-fiction met en scène, en l’an 2000, un événement sportif majeur : la course automobile transcontinentale. Cinq bolides partant de la côte Est doivent rejoindre New Los Angeles en Californie. Chaque participant marque un maximum de points en écrasant des piétons ! Parmi les concurrents, on remarque « Mitraillette » Joe Vitarbo (Sylvester Stallone) et surtout Frankenstein (David Carradine), rescapé multi-greffé des courses précédentes. Sorti la même année que Rollerball, le film montre une société dans laquelle un événement sportif ultra-violent aide les gouvernants à diriger le peuple, abreuvé de violence. Sorti dans la Midnight Collection, une satire des événements sportifs à forte audience, de jeux télévisés déviants et évidemment des médias. (Carlotta)
Medecin ImaginaireLE MÉDECIN IMAGINAIRE
Star du monde de la nuit, Alex alias DJ Wethu est au bord du burn-out. Il enchaîne les concerts mais, un jour, au Maroc, il fait une mauvaise chute. Immobilisé sur place, Alex est confié aux bons soins d’Abdel qui a toujours rêvé d’être aide-soignant. En s’appuyant sur Alban Ivanov (Le grand bain en 2018) et Fatsah Bouyahmed (La vache en 2016), le réalisateur Ahmed Hamidi ordonne une comédie tendre autour d’un duo, évidemment, mal assorti, façon Laurel et Hardy. Une fable qui glisse doucement d’un univers de bruit et de fureur vers un monde plus apaisé où un sympathique blédard apprend à un agité les vertus de l’oisiveté… (UGC)

LA FEMME DE CHAMBRE, WYATT EARP ET GENA ROWLANDS EN MAJESTÉ  

A Plein TempsA PLEIN TEMPS
Mère de deux enfants, divorcée, Julie Roy vit à la campagne et travaille à Paris comme première femme de chambre dans un palace. Chaque jour est une course contre la montre : va-t-elle arriver à attraper son RER, va-t-elle arriver à temps à l’école, sera-t-elle en retard à son travail ? Avec une Laure Calamy impressionnante de justesse en femme ordinaire qui court contre le temps, Eric Gravel réussit, en neuf journées consécutives, un film puissant et palpitant sur la difficulté de jongler entre vie professionnelle et gestion de sa sphère privée. Et lorsqu’un conflit social dans les transports se déclare, l’existence de Julie Roy devient infernale… Et ce n’est pas tant de devoir nettoyer une salle de bain dévastée par une célébrité qui rend la vie de cette employée cauchemardesque que la pression permanente de devoir, entre vie privée et professionnelle, tout assumer… (France.tv)
Sept Secondes EnferSEPT SECONDES EN ENFER
En 1881 à Tombstone, les Clanton rencontre Wyatt Earp, ses frères Morgan et Virgil, et « Doc » Holliday pour ce qui deviendra légendaire sous le nom de Règlement de comptes à O.K. Corral. Seul, de la bande Clanton, Ike survit. Attaqué en justice car il n’avait pas autorité à attaquer les Clanton, Earp en sort relaxé. Complètement obsessionnel et ivre de vengeance, Wyatt Earp part à la poursuite d’Ike réfugié au Mexique… Avec James Garner, Robert Ryan et Jason Robards, John Sturges, l’un des maîtres du genre, signe en 1967, dix ans après son fameux Règlement de comptes à OK Corral, un remarquable (mais peu connu) western qui commence là où Règlement… se termine… Un ton désenchanté préside à une aventure sous le signe du courage et de l’amitié. (Sidonis Calysta)
GloriaGLORIA
Ex-call-girl, Gloria Swenson connaît bien le milieu de la pègre pour l’avoir longtemps fréquenté et avoir été la maîtresse d’un parrain… Seule et revenue de tout, elle vit désormais dans le Bronx. Traquée parce que son mari, ancien comptable de la mafia, a eu des contacts avec le FBI, sa voisine lui confie Phil, son gamin de 6 ans. Gloria, qui déteste les enfants, n’a aucune envie de s’encombrer du petit. Elle va pourtant se lancer avec lui dans une redoutable cavale à travers plusieurs quartiers new-yorkais. En 1980, John Cassavetes met en scène son épouse et muse Gena Rowlands dans un remarquable thriller où il est constamment question d’… amour à travers le portrait d’une improbable mère-furie prête à tout pour protéger et sauver un petit Portoricain. Dans les suppléments, un portrait de Gena Rowlands et un regard de Robert Guédiguian sur Cassavetes. (Wild Side)
Et Eut Un MatinET IL Y EUT UN MATIN
Sami, sa femme Mira et leur fils Adam vivent à Jérusalem. Les parents de Sami (Alex Bachri) rêvent de le voir revenir dans le village arabe d’Israël où il a grandi… Le mariage de son frère l’oblige à y retourner le temps d’une soirée. Pendant la nuit, sans aucune explication, le village est bouclé par l’armée israélienne… Coupé du monde extérieur et pris au piège dans une situation absurde, Sami voit tous ses repères vaciller… Découvert en 2007 avec le savoureux et tonique La visite de la fanfare, l’Israélien Eran Kolirin aime mêler le réel avec un imaginaire lumineux, tendre et mélancolique. Lorsque quelque chose d’imprévu survient, le conte devient une réflexion tragi-comique mais toujours chaleureuse, sur le futur d’une terre toujours soumise au chaos… (Pyramide)
Talent Or MassifUN TALENT EN OR MASSIF
Nicolas Cage n’est plus ce qu’il était. L’acteur de Coppola, Lynch ou Scorsese attend désormais le grand rôle qui pourrait rendre un certain lustre à sa carrière. Pour éponger un peu ses dettes, son agent lui propose d’assister à l’anniversaire d’un milliardaire (Pedro Pascal) qui est son plus grand fan. La CIA contacte alors la star et lui demande d’enquêter sur les activités criminelles de son hôte. Nicolas Cage va devoir jouer le rôle de sa vie et prouver qu’il est à la hauteur de sa propre légende. En se glissant dans la peau d’un alter ego fantasmé devant la caméra de Tom Gormicam, Nicolas Cage (qui, ces dernières années, accumule quand même les navets) offre un regard juste sur l’acteur, ses doutes, ses rêves… (Metropolitan)
HeroesHEROES
Trois maîtres du cinéma asiatique -Tsui Hark, Chen Kaige et Dante Lam- sont réunis pour mettre en scène, avec un sens du spectacle garanti, une monumentale épopée guerrière. Durant l’hiver 1950, l’armée populaire de Chine entre en Corée du Nord… Les troupes du front oriental vont combattre au lac Changjin, dans des conditions de froid extrême, n’ayant que peu de rations et accusant un important retard d’armement face à l’armée américaine du général MacArthur. Avec pour seuls alliés leur volonté de fer et leur courage, les soldats chinois vont lutter au-delà de l’entendement et livrer une bataille qui restera à jamais gravée dans les mémoires… (Wild Side)
En CorpsEN CORPS
Jeune et talentueuse danseuse classique, Elise Gautier s’est gravement blessée à la cheville. Bouleversée face à une existence qui s’effondre, Elise (la danseuse Marion Barbeau), pour remplir un peu sa « nouvelle » vie, accepte un petit boulot de… cuisine aux côtés de Loïc et Sabrina… Ils partent en Bretagne pour s’occuper de la cantine d’une compagnie de danse contemporaine dirigée par le chorégraphe israélien Hofesh Shechter (dans son ropre rôle) et installée dans la résidence d’artistes tenue par Josiane (Muriel Robin). Retrouvant l’énergie qui marquait son Auberge espagnole, Cédric Klapisch se penche sur un milieu où s’exprime, autour de la création artistique, une jeunesse enthousiaste. Un pur « feelgood movie » qui fait un bien fou… (Studiocanal)
Bon DieuQU’EST-CE QU’ON A TOUS FAIT AU BON DIEU ?
Claude et Marie Verneuil vont bientôt fêter leurs 40 ans de mariage. Pour l’occasion, leurs quatre filles ont décidé d’organiser une grande fête surprise dans la maison familiale de Chinon. Les parents de Rachid, David, Chao et Charles, les quatre gendres, sont invités pour quelques jours… Une réunion familiale qui promet d’être mouvementée. Comme les auteurs reprennent les mêmes recettes comiques, le troisième volet d’une saga tout à fait sympathique mise en scène par Philippe de Chauveron et portée par Christian Clavier et Chantal Lauby, parvient à son but : faire rire des travers de nos concitoyens… (UGC)
God's CountryGOD’S COUNTRY
Rares sont les metteurs en scène français à avoir réussi une belle carrière américaine. C’est le cas de Louis Malle (1932-1995) qui, entre 1978 et 1986, connut une période US riche de sept longs-métrages dont deux documentaires. Ainsi, dès 1979, Malle arrive à Glencoe dans le Minnesota et passe plusieurs jours à filmer la vie quotidienne de cette bourgade blanche et agricole de l’Amérique profonde. Il y retourne en 1985 pour retrouver les protagonistes qu’il a filmé six ans plus tôt. A la manière d’un anthropologue, le cinéaste parvient à faire vivre, avec empathie, ses « personnages » à l’écran. Du vrai et bon cinéma direct. (Gaumont)
Rien A FoutreRIEN A FOUTRE
Toute ma vie, j’ai rêvé d’être une hôtesse de l’air, chantait Dutronc. C’est ce que se dit Cassandre, qui bosse pour une compagnie low-cost. Mais pas tout le temps non plus. Ou alors en se soutenant le moral par de bonnes cuites. En s’appuyant sur une Adèle Exarchopoulos parfaite dans le lâcher-prise pathétique, Julie Lecoustre et Emmanuel Marre mettent en scène une existence chaotique placée sous le double signe du paraître et de la logique marchande la plus déshumanisée voire la plus absurde. Un système résumé par une contrainte : « 5 euros par passager ». Un film amer qui vous passe l’envie de voler sur Easyjet et les autres… (Condor)
IcareICARE
Fils de Dédale et de Naucraté, Icare est mort pour avoir volé trop près du Soleil alors qu’il s’échappait du labyrinthe, porté par des ailes créées par son père avec de la cire et des plumes. Le cinéaste Carlo Vogele s’est emparé de ce personnage fameux de la mythologie grecque en évoquant l’avant (non écrit): Icare enfant, la place d’Ariane ou encore son histoire avec le Minotaure que l’auteur envisage comme une créature pacifique… Du coup, le mythe prend une dimension plus tragique encore et ce dessin animé produit par le Luxembourg, la Belgique et la France (et accessible aux enfants) trouve un beau souffle épique autour du trio Dédale-Icare-Astérion. (M6)
AbuelaABUELA
Jeune mannequin espagnole, Susana s’apprête à percer dans le milieu de la mode à Paris. Lorsque sa grand-mère, victime d’un accident, se retrouve quasi paralysée, Susana (Almudena Amor, actuellement au cinéma dans El buen patron) revient à Madrid et retrouve le vieil appartement où elle a grandi. Elle veille sur celle qui constitue son unique famille et de vieux souvenirs resurgissent en parallèle d’événements étranges, le comportement de la grand-mère devenant de plus en plus inquiétant… Paco Plaza, réalisateur de la saga [REC], signe un film d’horreur à l’atmosphère oppressante. L’image est superbe et l’angoisse permanente… (Wild Side)
Bad GuysLES BAD GUYS
Dans un monde où humains et animaux anthropomorphes vivent côte à côte, le gang des Bad Guys est mondialement recherché. Alors qu’ils sont sur le point d’être arrêtés et condamnés pour leurs nombreux crimes, leur chef, M. Loup, fait mine de s’amender et promet que lui et ses comparses, Serpent, Requin et les autres, vont devenir des citoyens modèles. Mais le chemin vers la rédemption sera semé d’embûches, d’autant qu’un nouvel antagoniste émerge… Adaptation d’une BD australienne, le film du Français Pierre Perifel –qui souhaitait faire du Tarantino pour enfants- intègre la 3D dans une vraie proposition artistique. Du beau travail ! (DreamWorks)
Belle CorsaireLA BELLE ET LE CORSAIRE
Menés par Nadir El Krim, les pirates barbaresques écument la Méditerranée. Dans son château, le baron Camerlata accueille Catherine d’Autriche, la sœur de l’empereur Charles Quint. Menés par El Krim, déguisé en troubadoir, les pirates tentent d’enlever Catherine mais ils séquestrent par erreur la nièce du baron, la douce et belle Angela. Dans les années 50-60, les films de pirates prospèrent dans le cinéma transalpin. Modeste artisan, Giuseppe Maria Scotese (1916-2002) signe ici, en 1957, une aventure un peu statique dans un 15e siècle de pacotille mais on prend plaisir, au côté de l’oublié John Derek, à retrouver la belle Gianna Maria Canale, vedette du cinéma bis italien de l’époque… (Artus Films)
EmbuscadeL’EMBUSCADE
En 2018, au Yémen, des groupuscules armés font trembler le pouvoir en place. Les Emirats arabes unis (EAU), pays voisin, décident d’envoyer des unités d’intervention sur place. Un groupe de militaires qui effectue une mission de reconnaissance se trouve soudain piégé par les rebelles mais ils parviennent à riposter. Après avoir débuté dans des productions de Luc Besson, Pierre Morel se fait remarquer, en 2008, avec Taken et Liam Neeson en vedette. Ici, il réalise, dans une production des EAU (parfois suspectée d’être de propagande), son premier film de guerre et réussit des scènes d’action dantesques dans un solide suspense… (Metropolitan)
DoomDOOM
Lorsqu’en 2046, les installations martiennes de l’Union Aerospace Corporation sont attaquées par un assaillant inconnu, un groupe de Marines dirigé par le sergent « Sarge » Mahonin (le massif Dwayne Johnson alias The Rock, entouré de Karl Urban et Rosamund Pike), est envoyé en mission de sauvetage, empruntant pour cela un portail de téléportation. En 2005, Andrzej Bartkowiak met en scène la première adaptation de la série de jeux vidéo Doom. Et il ne lésine pas sur le grand spectacle, multipliant, face aux fusils laser, les assauts de créatures affreuses et méchantes débouchant de tous les coins. Comme dans un… jeu vidéo. Evidemment efficace ! (Universal)
Sonic 2SONIC 2
« Rêve pas, tu l’auras jamais, mon pouvoir ! » Un peu trop sûr de lui, Sonic ? Désormais installé dans la petite ville tranquille de Green Hills, Sonic veut prouver qu’il a tout d’un héros. Mais le méchant docteur Robotnik et le solide Knuckles ne vont pas lui faciliter la tâche. Dans une adaptation du jeu vidéo de Sega, le réalisateur Jeff Fowler, dans cet opus n°2, met la gomme sur le divertissement entre science-fiction et comédie. Le célèbre hérisson bleu se lance, en compagnie de Tails, dans une grande aventure à travers le monde. Les péripéties abondent et le danger est partout. Pour passer un bon moment avec ses enfants. (Universal)
Night RaidersNIGHT RAIDERS
Dans le futur totalitaire de 2044 en Amérique du Nord, Nissa vit à l’écart du monde avec sa fille, terrifiée à l’idée de croiser les forces armées. Un jour, contrainte d’aller en ville pour la faire soigner, elle assiste impuissante à son enlèvement. Désespérée, elle se lance à sa recherche, et découvre l’impensable. Depuis dix ans, le gouvernement kidnappe tous les enfants pour les enrôler dans l’Académie, une milice parallèle à la solde de l’état. Dans l’espoir de libérer sa fille, Nissa intègre un groupe d’insurgés résistants qui prépare un assaut d’envergure contre l’armée… A travers une dystopie ambitieuse, Danis Goulet signe un glaçant thriller SF… (Condor)

ANTONIONI, NOTRE-DAME, LA CHAUVE-SOURIS ET DEUX FILLES QUI S’AIMENT  

Desert RougeLE DESERT ROUGE
Carlotta propose une belle occasion de se glisser dans l’univers de Michelangelo Antonioni (1912-2007), l’un des plus grands maîtres du 7e art italien. Voici, dans une belle édition Blu-ray restaurée 4K, Le désert rouge, souvent considéré comme la quintessence du génie antonionien. En 1964, le maître italien signe son premier film en couleurs et raconte les affres de Giuliana, épouse d’un riche industriel, sujette à de fréquentes crises d’angoisse depuis un accident de voiture… Dans la banlieue industrielle de Ravenne, elle cherche du réconfort auprès de Corrado (Richard Harris), un ancien camarade de son mari… Portée par l’interprétation de Monica Vitti, la muse du maître, récemment disparue, cette œuvre qui plonge dans la beauté froide du monde industriel, appartient au cinéma dit, sans doute indûment, de l’incommunicabilité. Avec ce portrait d’une femme névrosée qui remporta le Lion d’or à la Mostra de Venise, Antonioni délaisse l’action et préfère la tension intérieure et les idées traduites en atmosphères… (Carlotta)
Chronique AmourCHRONIQUE D’UN AMOUR
Un riche industriel milanais engage un détective privé pour enquêter sur le passé de sa femme Paola. Se rendant à Ferrare, la ville où Paola Fontana a vécu et fait ses études, le privé découvre que, plusieurs années auparavant, la jeune femme a aimé Guido, un modeste vendeur de voitures (Massimo Girotti) dont la fiancée a disparu suite à un tragique accident… En 1950, encore largement marqué par le néoréalisme, Antonioni signe son premier long-métrage de fiction qui peint avec sensibilité le portrait d’une femme fragile et contradictoire. C’est la débutante Lucia Bosé, ancienne reine de beauté, qui apporte son charme et son talent à Paola. Avec Cronaca di un amore, présenté également dans une édition Blu-ray restaurée 4K, le cinéaste italien entame son passage du classicisme au modernisme. (Carlotta)
Notre Dame BruleNOTRE-DAME BRULE
Le 15 avril 2019, la cathédrale Notre-Dame de Paris est ravagée par un énorme incendie accidentel qui provoqua la consternation dans la France et le monde. Jean-Jacques Annaud s’est emparé de cet extraordinaire fait-divers et a imaginé, avec des moyens de tournage considérables, un grand spectacle qui, au-delà du désastre et du chagrin, met en lumière l’émotion et le spectacle du feu. Car les héros de cet impressionnant combat sont bien les sapeurs-pompiers de Paris. Depuis les premiers instants de l’alerte jusqu’au moment où Notre-Dame est sauvée, le réalisateur du Nom de la rose demeure au plus près des hommes et des femmes du feu. On a beau connaître la fin de l’histoire, le film demeure toujours palpitant. (Pathé)
BatmanTHE BATMAN
Lorsqu’un tueur s’en prend à l’élite de Gotham par une série de machinations sadiques, une piste d’indices cryptiques envoie Bruce Wayne alias Batman sur une enquête dans la pègre, où il retrouve des personnages comme Catwoman ou le Pingouin et aussi le parrain Carmine Falcone. Neuvième film centré sur le personnage de Batman créé par Bob Kane et Bill Finger, le film de Matt Reeves propulse Robert Pattinson (entouré de Zoë Kravitz, Paul Dano ou Colin Farrell) dans la combinaison de la chauve-souris. L’aventure est visuellement superbe et donne une profondeur inattendue à un super-héros dont l’action prend clairement une dimension politique dans le combat de l’ombre et de la lumière… (Warner)
Les MeilleuresLES MEILLEURES
Dans une banlieue populaire de Paris, Nedjma est la cheffe d’une petite bande de filles. Un jour, elle remarque Zina (Esther Bernet Rollande) qui vient d’emménager sur son palier. Nedjma (Lina El Arabi) est instantanément bouleversée par cette belle fille de son âge. Bientôt, en cachette, elles échangent des baisers mais leur aventure devient vite compliquée. Nedja est agressée par les copines de sa bande et elle doit répondre à la pression brutale des amies de Zina. Après avoir abordé la question de l’homosexualité dans un court-métrage, Marion Desseigne-Ravel signe une courte mais attachante chronique amoureuse et filme les séismes considérables qu’elle provoque et les choix impossibles à assumer. D’un côté, le quartier avec ses clans et les dégâts provoqués par les réseaux sociaux, de l’autre, une romance pudique et douce, hors du temps… (Le Pacte)
CompagnonsCOMPAGNONS
Passionnée de street art, Naëlle, 19 ans, est contrainte de suivre, avec d’autres jeunes, de suivre un chantier de réinsertion, sa dernière chance pour éviter d’être séparée de ses proches. Touchée par cette jeune fille qui manque de confiance en elle, Hélène, la responsable du chantier (Agnès Jaoui), lui présente la Maison des Compagnons de Nantes, un monde de traditions qui prône l’excellence artisanale et la transmission entre générations. Le bougon Paul, compagnon vitrailliste (Pio Marmaï), accepte de prendre en formation la rebelle Naëlle (la révélation Najaa Bensaid). François Favrat évoque le monde du compagnonnage, un univers rarement vu au cinéma. L’occasion de mettre en exergue le travail manuel, d’éviter les clichés sur les cités et de souligner les valeurs d’entraide et de solidarité. (Wild Side)
EspionSI J’ETAIS UN ESPION
Médecin parisien à l’existence paisible et anonyme, le docteur Lefebvre voit sa vie bouleversée lorsque l’un de ses patients, réputé dépressif, est porté disparu. Lefebvre (Bernard Blier) l’a rencontré lors d’un voyage en Pologne. L’homme est traqué par des hommes de main qui n’hésitent pas à harceler le médecin. Celui-ci bascule peu à peu dans la paranoïa lorsque Matras (Bruno Cremer) s’installe carrément dans sa vie… En 1967, Bertrand Blier, 28 ans, signe son premier long-métrage de fiction (il a réalisé, en 1963, le documentaire Hitler connais pas) et dirige Bernard, son père, dans un contre-emploi. Oeuvre méconnue (et restaurée), ce complot politique ancré dans la France conformiste des années 50, est cependant moderne et inventif, avec un mystère teinté d’humour noir… (Pathé)
L'AventurierL’AVENTURIER
Renié par sa famille d’industriels grenoblois, Etienne Ranson s’est exilé en Afrique et a fait fortune en exploitant une concession minière de façon peu scrupuleuse. Lassé de son exil africain, il rentre en France, espérant revoir Geneviève, son amour de jeunesse (la  toute jeune Gisèle Casadesus). Froidement accueilli, il constate que l’entreprise familiale est au bord de la faillite. Ranson saura-t-il sauver la famille de la ruine tout en retrouvant son honneur perdu ? En 1934, Marcel L’Herbier, maître du cinéma muet et pionnier de l’avant-garde des années 20, signe, avec le portrait d’un aventurier douteux (Victor Francen, l’une des grandes vedettes de l’époque), un solide pamphlet sur la bourgeoisie de province à l’heure des mouvements sociaux qui préfigurent la montée du Front populaire. (Pathé)
Korean Fried ChickenKOREAN FRIED CHICKEN
Pour en faire une couverture d’où ils pourront mener une délicate opération d’infiltration d’une puissante organisation criminelle, cinq policiers de la brigade des stupéfiants achètent un vieux restaurant de poulet frit… Mais leurs recettes de cuisine suscitent un engouement inattendu chez les gourmets qui prennent les lieux d’assaut. Difficile désormais de mener à bien leur mission. Trois ans après sa sortie en Corée du Sud où il est devenu le deuxième plus gros succès de tous les temps au Pays du matin calme, le film de Lee Byeong-Hun sort directement en dvd et Blu-ray. Une comédie policière à l’humour délirant… (Metropolitan)
Lumiere En FaceLA LUMIERE D’EN FACE
En 1955, Brigitte Bardot a 21 ans et n’est pas encore la star internationale qu’elle deviendra, l’année suivante, avec le cultissime Et Dieu créa la femme. Devant la caméra de Georges Lacombe, elle incarna la sensuelle Olivia que Georges Marceau, conducteur de poids lourds, doit épouser. Las, un accident le contraint à une vie chaste. Mais Olivia est décidée à l’épouser quand même. Le couple ouvre un restaurant de routiers. Mais le drame couve car nombre d’hommes tournent autour de l’incandescente Olivia. Psychologiquement fragile, devenant fou de jalousie, Georges (Raymond Pellegrin) craque…  Exemplaire du cinéma français des années 50. (Gaumont)
Cat BallouCAT BALLOU
De retour à la ferme paternelle, Cat Ballou doit affronter un criminel à la solde d’une compagnie de chemin de fer qui menace son père Frankie. Elle engage Kid Sheleen, un homme de main, pour leur protection. Mais cet ancien pistolero est devenu complètement alcoolique. Lorsque son père est finalement abattu, Cat Ballou décide, avec Sheleen à ses côtés, de se venger. Son objectif : le shérif, complice du tueur. En 1965, Elliot Silverstein (qui signera l’excellent Un homme nommé cheval) réunit la star Jane Fonda (elle vient de tourner La ronde et a épousé son réalisateur Roger Vadim) et le grand Lee Marvin (Oscar du meilleur acteur pour son flingueur imbibé) pour un western-comédie. Charmante jeune femme citadine, Cat Ballou se confronte à un monde d’hommes dont la plupart s’avèrent n’être que des marionnettes… (Sidonis Calysta)
Temps SecretsLE TEMPS DES SECRETS
Partie de Marseille, une carriole brinqueballe, sous le soleil, sur les chemins caillouteux de la belle Provence. L’année scolaire est finie et le jeune Marcel, 12 ans, est tout à son bonheur de goûter, en famille, les grandes vacances. Tiré du troisième tome des souvenirs d’enfance de Marcel Pagnol, le nouveau film de Christophe Barratier (auteur de l’énorme succès des Choristes en 2004) fait flotter un parfum bucolique sur l’été du jeune Marcel qui retrouve son fidèle ami Lili mais le délaisse pour la belle et capricieuse Isabelle… Avec de bons comédiens (Léo Campion, Guillaume de Tonquédec, Mélanie Doutey), une agréable chronique mélancolique gorgée du soleil du Midi. (Pathé)
Rage CorpsLA RAGE AU CORPS
Cantinière de chantier, Clara se donne sans retenue à tous les hommes. Tonio, le seul à refuser ses avances, éveille en elle un sentiment amoureux lui faisant espérer qu’il parviendra à apaiser ses sens. Ils se marient, mais, lors d’une absence professionnelle de Tonio (Raymond Pellegrin), Clara retombe sous l’emprise de ses démons. Auteur d’une quinzaine de films entre 1951 et 1968, Ralph Habib met en scène, en 1954, Françoise Arnoul, la star érotique française des années 50 et spécialiste des personnages pervers. Elle incarne une nymphomane qui découvre, à la faveur d’une hospitalisation inopinée, un traitement contre son mal… (Gaumont)
AmbulanceAMBULANCE
Ancien marine, Will n’arrive pas à trouver l’argent pour faire soigner sa femme. Il se tourne vers Danny qui va l’entraîner dans un casse de banque. L’affaire tourne au vinaigre. Will (Yahya Abdul-Mateen) et Danny (Jake Gyllenhaal) détournent une ambulance qui transporte un policier blessé dans leur braquage et une ambulancière… Quand on parle d’action, de tirs à gogo, d’explosions et de voitures qui partent en tonneaux dans les rues de Los Angeles, on peut faire confiance à Michael Bay, le meilleur artificier du cinéma hollywoodien. Il met les petits plats dans les grands pour concocter un spectacle bruyant et parfaitement divertissant. (Universal)
The CaptainTHE CAPTAIN
Alors qu’il survole à 30.000 pieds d’altitude le plateau tibétain, le pare-brise du cockpit d’un long-courrier se brise… L’appareil plonge en basse pression avec une température extérieure très basse. Ancien pilote de bombardier, le capitaine va tout faire, avec son équipage, pour assurer la sécurité des passagers et tenter d’atterrir malgré les avaries et l’approche d’une tempête. Connu pour la trilogie Infernal Affairs, Andrew Lau raconte , avec un lot impressionnant d’effets spéciaux, l’histoire vraie du vol Sichuan Airlines 3U8633 survenue le 14 mai 2018. On songe au Sully (2016) de Clint Eastwood qui relatait un semblable sauvetage, cette fois sur l’Hudson à New York. Un solide film-catastrophe ! (FIP)
Le piegeLE PIEGE
Parti chercher de l’aide dans une station-service après avoir crevé, le jeune Woody est sauvagement assassiné par une poupée de cire aux étranges pouvoirs télékinétiques. Restés près de la voiture immobilisée, Jerry, Molly, Eileen et Becky décident de rejoindre leur ami et finissent par atterrir chez M. Slausen. Cet homme solitaire aux allures de cow-boy leur propose de les héberger pour la nuit dans sa maison, un ancien musée de cire rempli de mannequins à l’apparence quasi humaine… Savant mélange de Massacre à la tronçonneuse, Carrie et L’Homme au masque de cire, Tourist Trap (en v.o.) rejoint ses illustres prédécesseurs au panthéon des classiques de l’horreur. De ce terrifiant théâtre macabre orchestré en 1978 par David Schmoeller se dégage un climat de folie et de puissant malaise, accentué par la musique délicieusement angoissante de Pino Donaggio (Body Double de Brian de Palma). Acclamé par « le maître de l’horreur » Stephen King, Le piège est présenté pour la première fois en Blu-ray dans son montage intégral. (Carlotta)
Héros FlandresHEROS DES FLANDRES
Au printemps 1918, brisés par des mois d’affrontements sur le front occidental, le soldat Milhais et les autres jeunes recrues de la 2ème division appartenant au Corps expéditionnaire, la principale force militaire que le Portugal a envoyé en France pendant la Grande guerre, voient enfin venir le moment de la relève. Au même instant, l’Etat-Major allemand décide de porter le coup de grâce : un assaut généralisé dans les Flandres (dont l’oubliée bataille de la Lys) qui peut faire basculer le cours de la guerre. Face à cette nouvelle offensive d’une ampleur sans précédent, l’armée portugaise est remobilisée. Pourtant proche de la rupture, une poignée d’hommes s’avance courageusement vers un destin héroïque. Parmi eux, Aníbal Milhais, «l’homme qui en valait des millions», le soldat portugais le plus décoré de la Première Guerre mondiale. Un film de guerre sur une manière de bataille de Verdun pour les troupes portugaises… (Condor)
Charlie Mon HérosCHARLIE MON HEROS
À la Nouvelle-Orléans, Charlie, un chien un rien roublard, est assassiné par le gangster Carcasse. Il n’a jamais fait grand-chose de bien au cours de sa vie, mais il est pourtant accepté au paradis des chiens. Décidé à se venger, Charlie trouve le moyen de ressusciter et de revenir sur Terre. Mais il va devoir choisir : vivre comme avant ou venir en aide à Anne-Marie, une orpheline poursuivie par Carcasse. En 1989, l’Américain Don Bluth (Anastasia, Fievel et le nouveau monde, Rock-O-Rico) signe un bon film d’animation sombre et émouvant sur la mort, la vengeance, la trahison et la rédemption avec des personnages complexes dont ce Charlie, anti-héros par excellence. (Rimini Editions)
InsimenoidINSEMINOID
Au cours d’une expédition archéologique sur une planète minière hostile et gelée, une équipe de scientifiques du projet Xeno découvre des traces murales et des cristaux inconnus. Bientôt les chercheurs vont subir les assauts répétés d’une présence extra-terrestre… Dans la foulée du succès d’Alien (1979), le thème de l’épouvante dans l’espace fit florès sur les grands écrans. En 1980, Norman J. Warren signe un « Alien de série B » qui traumatisa de nombreux spectateurs. Dans un décor de grottes, une terrible créature viole la pauvre Sandy et provoque une grossesse accélérée. Une curiosité SF présentée, en version restaurée, dans la Midnight Collection… (Carlotta)
Trois Fois RienTROIS FOIS RIEN
Du côté du bois de Vincennes, Brindille, Casquette et La Flèche survivent comme ils peuvent, au jour le jour… Mais tout change lorsqu’ils gagnent 224.684 euros au Loto. Hélas, pour toucher l’argent, il faut une pièce d’identité, un RIB, une attestation de domicile… Découverte avec Le petit locataire (2016), Nadège Loiseau a choisi la comédie pour aborder la question de la précarité. Philippe Rebbot, Antoine Bertrand et Côme Levin campent trois SDF presque fraternels qui se bagarrent avec l’existence. Sur un thème qui ne prête pas à rire, la cinéaste réussit son coup et on s’attache à ce touchant trio confronté à la misère sociale. (Le Pacte)
Permis ConstruirePERMIS DE CONSTRUIRE
Paisible dentiste à Paris, le bourgeois et bougon Romain apprend qu’il peut hériter de son père avec lequel il s’est toujours très mal entendu. Bonne nouvelle… avec une contrepartie : il doit construire une maison en Corse où le défunt aurait aimé finir ses jours… Romain et sa femme (Anne Consigny) arrivent sur l’île de Beauté. Et les soucis commencent. Acteur et réalisateur, Eric Fraticelli imagine une histoire qui démarre bien avec Romain (Didier Bourdon) et le pittoresque Santu. Le film va cependant aligner assez rapidement les clichés les plus solides sur les Corses mais également sur les continentaux. Une comédie populaire qui ne surprend pas vraiment… (Warner)

 

LE COMMISSAIRE SOMBRE, L’HOMME QUI NE RIAIT JAMAIS ET LA MERE POSSESSIVE  

MaigretMAIGRET
Maigret aurait-il pris un coup de vieux ? Son médecin lui a fermement conseillé d’arrêter la pipe et le commissaire va se rendre à cet ordre… A Paris, dans les années cinquante, une borne de Police secours sonne dans la nuit. A proximité du square des Batignolles, on a retrouvé le corps poignardé d’une toute jeune femme… Pour Jules Maigret, résoudre l’énigme est, ici, plus une affaire personnelle qu’un boulot routinier. En s’emparant du célèbre flic de Simenon, Patrice Leconte (qui avait déjà adapté le romancier belge en 1989 dans Monsieur Hire) est en pays de connaissance. Il maîtrise brillamment son récit, emporte le spectateur dans un Paris fantomatique et offre à Gérard Depardieu un personnage calibré de divisionnaire las mais décidé à trouver l’auteur du crime. C’est un Depardieu immense qui se glisse, avec un brio absolu, dans le lourd pardessus d’un flic autour duquel gravitent des personnages peu reluisants. Une belle occasion de se plonger dans un fascinant polar à l’univers crépusculaire… Le DVD est accompagné de bons suppléments dont une Enquête sur Maigret dans laquelle s’expriment notamment Leconte, John Simenon, le fils du maître et Pierre Assouline, son biographe… (M6)
Great BusterTHE GREAT BUSTER
Mêlant extraits de films, témoignages d’artistes (Mel Brooks, Werner Herzog, Quentin Tarantino, Johnny Knoxville) et éclairage critique de Peter Bogdanovich (dont une interview exclusive figure dans les bonus), ce documentaire, voulu par le réalisateur de La dernière séance, est un vibrant hommage au génie de « l’homme qui ne riait jamais ». Une plongée très personnelle dans la vie et la carrière de Buster Keaton (1895-1966) à travers les archives de la famille Keaton, qui révèle un artiste visionnaire qui a tout risqué pour faire rire la planète entière avec des œuvres comme La croisière du Navigator, Cadet d’eau douce, Le mécano de la Générale ou L’opérateur. Un artiste qui a laissé une empreinte indélébile sur la comédie moderne et la culture américaine en général. (Carlotta)
Vraie FamilleUNE VRAIE FAMILLE
Dans une agréable zone pavillonnaire de province, vivent Anna, son mari Driss, leurs deux fils Adrien et Jules, ainsi que le petit Simon, placé dans cette famille depuis l’âge de 18 mois par l’Aide sociale à l’enfance (ASE). Simon a désormais 6 ans et une fonctionnaire de l’ASE a convoqué Anna pour parler du gamin. « C’est un enfant épanoui. Il a une base affective solide. Vous avez fait du bon travail et il faut passer à la suite… » En s’inspirant de son passé – ses parents ont accueilli un enfant-, le cinéaste Fabien Gorgeart propose, entre mélodrame et thriller, le puissant portrait d’une femme pour laquelle accueillir et élever Simon est un travail. A cette nuance près qu’Anna entretient avec Simon une relation très fusionnelle. Lorsque le père de Simon (Félix Moati) demande à le récupérer, l’équilibre émotionnelle d’Anna (la vibrante Mélanie Thierry) devient de plus en plus fragile car elle vit alors cette histoire comme une injustice… (Le Pacte)
Vous Ne Desirez Que MoiVOUS NE DESIREZ QUE MOI
En décembre 1982, Yann Andrea se confie à Michèle Manceaux, une amie (Emmanuelle Devos, parfaite dans un rôle d’écoutante), journaliste à Marie-Claire. Depuis deux ans, il est le compagnon de Marguerite Duras qu’il a rencontré dans un ciné-club de Caen en 1975 où elle était venue présenter India Song. Tandis que l’écrivaine vaque au rez-de-chaussée, Andrea (Swann Arlaud, magnifique) se confie sur une relation passionnelle qui ne lui laisse plus aucune liberté. En s’appuyant sur les entretiens entre Andrea et Manceaux parus chez Fayard/Pauvert, Claire Simon, touchée, dit-elle, « par la parole du faible dans la relation amoureuse », a construit une chronique intimiste autour des mots qui enchantent et torturent. Une chronique de l’emprise exercée sur Yann Andrea (1952-2014) par une Duras qui disait : « Vous n’existez qu’en fonction de moi »… (Blaq Out)
Viens Je t'EmmeneVIENS, JE T’EMMENE
A Clermont-Ferrand, peu avant les fêtes de Noël, Médéric s’amourache d’Isadora, une prostituée de 50 ans, mais elle est mariée. Alors que le centre-ville est le théâtre d’une attaque terroriste et plonge dans la peur, Selim, un jeune sans-abri, se réfugie dans l’immeuble de Médéric, provoquant une paranoïa collective. Tout se complique encore dans la vie de Médéric (Jean-Charles Clichet), entre son empathie pour Sélim (Iliès Kadri) et son désir de vivre une liaison avec Isadora (Noémie Lvovsky). Après ces deux œuvres radicales qu’étaient L’inconnu du lac et Rester vertical, Alain Guiraudie donne cette fois une comédie burlesque mais toujours dérangeante. Il brosse ainsi le portrait des névroses de notre pays (racisme, terrorisme, sexualité…) pour mieux en déjouer les clichés. Doux-amer et savoureux ! (Blaq Out)
TexasvilleTEXASVILLE
A la veille du centenaire de la ville d’Anarene, l’heure est au bilan pour les anciens élèves de la promotion 1951. Nous sommes en 1984 et Duane Jackson, patron d’une compagnie pétrolière, est au bord de la faillite. Ses relations avec sa femme Karla et leur fils Dickie sont mauvaises. Sonny, son meilleur ami, a un comportement de plus en plus erratique et un équilibre mental fragile. Frappée par un drame familial, Jacy Farrow a quitté l’Europe pour revenir au Texas et entrer à nouveau dans la vie des deux hommes. Vingt ans après son fameux Last Picture Show (1971), Peter Bogdanovich retrouve ses personnages, toujours campés par Jeff Bridges, Cybill Sheperd ou Timothy Bottoms. Après les amours de jeunesse d’une bande d’adolescents, le cinéaste retrouve ses personnages à l’âge adulte entre crise du pétrole et crise de la quarantaine… Entre noirceur, humour et nostalgie, un film inédit en Blu-ray sur l’Amérique des années des années 80… (Carlotta)
Kung Fu ZohraKUNG-FU ZOHRA
Entre un travail ingrat, l’éducation de sa fille et la cohabitation avec un époux qui l’écrase chaque jour un peu plus, l’existence de Zohra, persuadée qu’une rupture briserait le cœur de sa petite fille, n’est pas un long fleuve tranquille. La rencontre avec un maître du kung-fu va bouleverser sa vie et réveiller la combattante qui sommeille… Entre chronique d’un quotidien difficile et quête aussi initiatique que libératrice d’une femme battue, Mabrouk El Mechri (auteur de l’extravagant JCVD en 2008 autour de Jean-Claude Van Damme) suit l’aventure, forcément musclée, de Zohra incarnée, avec un abattage impressionnant, par l’excellente Sabrina Ouazani. Face à elle, Ramzy Bedia, en salaud ordinaire, fait froid dans le dos. Bourré d’énergique ! (Gaumont)
I Comme IcareI COMME ICARE
Dans un pays dont le nom n’est pas mentionné, mais présentant beaucoup de similitudes avec les États-Unis, un homme d’État fête sa réélection. La foule en liesse s’amasse aux abords du parcours que le cortège emprunte. Soudain, devant une masse abondante de témoins, le président Marc Jary est assassiné dans sa décapotable. On lui a tiré dessus depuis un bâtiment surplombant le défilé. En 1979, Henri Verneuil s’empare de l’assassinat de JFK à Dallas et signe un féroce critique du pouvoir dans les sociétés modernes… Une commission d’enquête conclut que le crime est le fait d’un homme qui a agi seul, par folie. Le tireur sera retrouvé mort peu après. Membre de la commision d’enquête, le procureur Volney, homme intègre (Yves Montand), refuse de signer le rapport. Il reçoit les pleins pouvoirs pour reprendre le dossier… Mais, tel Icare, il se rendra compte qu’à vouloir trop s’approcher de la vérité, on se brûle les ailes. (Gaumont)
Mille Milliards DollarsMILLE MILLIARDS DE DOLLARS
Grand reporter au journal La Tribune, Paul Kerjean est contacté par un informateur anonyme, qui lui donne rendez-vous dans un parking désert. Son interlocuteur l’informe que l’industriel et politicien Jacques Benoît-Lambert aurait reçu des pots-de-vin pour céder une entreprise Electronic de France, à la tête de laquelle il vient d’être nommé, à la multinationale américaine GTI. Après avoir eu confirmation des accusations en approfondissant son enquête, en interrogeant l’épouse trompée de JBL et le détective privé engagé par cette dernière pour suivre son mari et sa maîtresse, Kerjean (Patrick Dewaere) publie un article retentissant qui provoque un scandale. En 1982, Verneuil, dans la foulée d’I comme Icare, met aux prises, cette fois dans le domaine économique, un homme avec une affaire qui le dépasse et le met en danger… (Gaumont)
BelfastBELFAST
Été 1969. Au sein d’une famille de protestants d’Ulster, Buddy, 9 ans, sait parfaitement qui il est et à quel monde il appartient, celui de la classe ouvrière des quartiers nord de Belfast où il vit heureux, choyé et en sécurité. Mais vers cette fin des années 60, alors que le premier homme pose le pied sur la Lune et que la chaleur d’août se fait encore sentir, l’existence d’enfant de Buddy, s’essayant à l’amour et à la bagarre comme les grands, vire au cauchemar. Il aura fallu bien des années à l’Irlandais Kenneth Branagh pour raconter son enfance à Belfast. Dans une ville filmée en noir et blanc, avec une belle distribution (Jamie Dornan, Caitriona Balfe, Ciaran Hinds, Judi Dench), le cinéaste observe le gamin (Jude Hill) dans un contexte de grogne sociale latente qui vire au chaos, à l’hystérie et à la violence… (Universal)
Enquete Scandale EtatENQUETE SUR UN SCANDALE D’ETAT
Octobre 2015 : les Douanes ont saisi sept tonnes de cannabis en plein coeur de Paris. Hubert Antoine (Roschdy Zem) contacte Stéphane Vilner, journaliste à Libération. Au reporter (Pio Marmaï), il dit être un infiltré de l’Office central pour la répression du trafic illicite des stupéfiants et explique, documents à l’appui, qu’il est prêt à démontrer l’existence d’un trafic d’Etat dirigé par un haut gradé de la police française (Vincent Lindon). Dans un polar bien mené autour de la drogue, « produit capitaliste ultime », Thierry de Peretti s’interroge :  peut-on, dans une démocratie, lutter contre l’illégalité en mettant en œuvre des moyens illégaux ? (Pyramide)
Pays BleuLE PAYS BLEU
Lassée de la vie parisienne, Louise, infirmière, décide de tout quitter pour vivre à la campagne. Elle s’installe dans les beaux paysages d’une vallée isolée de Haute-Provence (le film a été tourné du côté d’Apt dans le Vaucluse). Après l’imposant succès de Cousin cousine (1975), Jean-Charles Tacchella signe, en 1977, une comédie champêtre et « écolo » avant l’heure. Afin de créer des liens amicaux entre tous les habitants du village, Louise (Brigitte Fossey) organise un déjeuner champêtre. Mathias le camionneur (Jacques Serres) lui donne un coup de main. Bientôt ils s’aimeront… Mais certains citadins, déçus, quitteront la région. Une comédie fantaisiste où il est simplement question de bonheur… (Gaumont)
BlacklightBLACKLIGHT
Voilà une paire d’années déjà que Liam Neeson (il fut quand même Oskar Schindler dans La liste… de Spielberg en 1993) promène son spleen de cogneur fatigué de devoir encore et toujours y aller à la mailloche. Bien sûr, Taken (2008) fut un considérable succès mais, depuis, le natif d’Irlande du Nord, a enchaîné pas mal de films d’action où on lui confie souvent le même personnage de type fatigué qui va mettre toute son énergie dans une dernière mission. Ici, devant la caméra de Mark Williams, il est Travis Block, un agent opérant en secret pour le FBI. Son job : sortir les agents infiltrés de situations dangereuses. Quand on lui ordonne de neutraliser un agent qui tente de dévoiler à la presse des informations confidentielles, il comprend qu’il est devenu le pion d’une terrible machination. Déterminé à faire éclater la vérité, il se retourne alors contre ceux avec lesquels il a toujours travaillé… Une nouvelle série B pour papy Liam. (Metropolitan)
KingKING
Dans le cadre d’un trafic d’animaux exotiques, un lionceau est découvert dans une valise par les douaniers d’Orly. Mais l’adorable petite bête réussit à s’échapper et se retrouve dans le pavillon de banlieue où vivent Inès, 12 ans, et son frère Alex, 15 ans. L’esprit des deux adolescents est alors traversé par une idée rocambolesque : ramener le lionceau en Afrique. Pour cela, il leur faudra l’aide de Max, leur grand’père (Gérard Darmon) qu’ils n’ont vu qu’une fois et qui vit dans une maison de retraite. David Moreau signe un récit familial d’aventures… animalières et propose un agréable divertissement sur fond de péripéties attendues et de bons sentiments. (Pathé)
Maison RetraiteMAISON DE RETRAITE
Loser endetté et fainéant, Milann, 30 ans, est contraint d’effectuer un travail d’intérêt général dans une maison de retraite. Il n’a qu’une envie : prendre ses jambes à son cou. Mais rapidement Milann va être adopté par les pensionnaires, en particulier une bande d’inséparables qui vont transmettre au gamin leur vision de la vie… Coauteur, coproducteur et interprète de Milann, Kev Adams donne le rythme de cette comédie pleine de bons sentiments et de grosses ficelles. Il est entouré par Mylène Demongeot, Liliane Rovère, Marthe Villalonga, Daniel Prévost, Gérard Depardieu, Jean-Luc Bideau qui s’en donnent à cœur-joie. (ESC Editions)
Aya SorciereAYA ET LA SORCIERE
Grandie dans un orphelinat anglais douillet, Aya ignore que sa mère avait des pouvoirs magiques. Choyée, la fillette de 10 ans n’a jamais voulu quitter son cocon et son cher ami Custard. Espiègle, elle mène son petit monde par le bout du nez ! Lorsqu’un couple étrange vient l’adopter, Aya se rebelle et suit sa nouvelle famille à reculons… Et s’ils étaient des sorciers ? Après le succès de La colline aux coquelicots, Goro Miyazaki signe l’entrée du Studio Ghibli, référence de l’animation japonaise, dans la 3D. En adaptant la Britannique Diana Wynne Jones, le fils du grand Hayao Miyazaki distille une ambiance rock’n roll… (Wild Side)

L’AMERICAINE, LE CADRE, LE CAPITAINE ET LA GARDE DU CORPS  

Daisy MillerDAISY MILLER
En compagnie de sa mère et de son jeune frère, l’Américaine Daisy Miller sillonne l’Europe. En Suisse, elle rencontre Frederick Winterbourne, un compatriote, depuis longtemps exilé sur le vieux continent. Le charme et la candeur de Daisy intriguent le jeune aristocrate, vite séduit par cette jeune femme bavarde… Après les succès successifs de On s’fait la valise, docteur ? (1972) et de La barbe à papa (1974), Peter Bogdanovich a le vent en poupe. Il adapte une nouvelle d’Henry James, met en scène un film en costumes et confie le rôle principal à sa muse, Cybill Sheperd, révélée en 1971, dans La dernière séance. Le film fut un imposant échec public. Pourtant, dans une métaphore de la relation complexe de l’Amérique et de l’Europe, le cinéaste, disparu en janvier dernier, en s’inspirant autant de l’univers de James que de celui de John Ford ou de Howard Hawks, brosse, sur fond de mélancolie et de solitude, le portrait d’une femme émancipée, extravertie et espiègle… (Carlotta)
Un Autre MondeUN AUTRE MONDE
Après La loi du marché (2015) et En guerre (2018), Stéphane Brizé poursuit dans cette idée de captation du réel qui fait la singularité de ses films. Philippe Lemesle (Vincent Lindon) et sa femme (Sandrine Kiberlain) ont désormais beaucoup du mal à fonctionner en couple. Alors même que leur grand adolescent de fils va mal et est hospitalisé, la rupture intervient dans le couple au moment où ce cadre performant dans un groupe industriel international ne sait plus répondre aux injonctions incohérentes de sa direction. Hier dirigeant, on le veut aujourd’hui exécuteur, au sens violent du terme, d’un plan social… Avec un Vincent Lindon remarquable, Brizé se penche avec acuité sur le désarroi d’un cadre supérieur face à son action et sa responsabilité à l’intérieur de l’entreprise et de sa famille. (Diaphana)
Histoire Ma FemmeL’HISTOIRE DE MA FEMME
Dans un café, au cours des années 20, Jakob Störr, capitaine au long cours, fait un pari avec un ami : il épousera la première femme qui en franchira le seuil. Voilà qu’entre Lizzy, une Parisienne mondaine… Connue pour Mon XXe siècle qui avait obtenu la Caméra d’or à Cannes en 1989, la Hongroise Ildiko Enyedi adapte un roman de son compatriote Milan Füst et signe un film classique « à l’ancienne » entre éclosion d’un amour sincère et naissance d’une jalousie maladive. Très fréquemment parti en mer, Jakob (le Hollandais Gijs Naber), se persuade que la mystérieuse Lizzy (Léa Seydoux, remarquable) le trompe avec un écrivain (Louis Garrel). Une réflexion sur la jalousie et l’importance de la confiance au sein d’un couple… (Pyramide)
RobusteROBUSTE
Star de cinéma vieillissante, Georges vit, au cœur de Paris, dans une grande et belle maison avec piscine. Mais l’homme est seul et en souffrance. Lorsque l’habituel employé de Georges doit partir au loin, la société de surveillance confie le job à Aïssa, une jeune agent de sécurité. Le premier long-métrage de Constance Meyer se concentre sur la rencontre de l’acteur et de sa garde du corps qui se « flairent » d’abord avant de se rapprocher lentement dans une relation qui tient tout à la fois de l’amour platonique, de l’amitié pudique et du rapport filial… Avec un personnage qui, évidemment, lui ressemble, Gérard Depardieu est superbe d’humanité. Mieux, il n’écrase jamais Déborah Lukumuena (découverte, en 2016, dans Divines qui lui valut le César de la meilleure actrice dans un second rôle) qui occupe parfaitement toute sa place… (Diaphana)
Les VedettesLES VEDETTES
Vendeurs dans l’électroménager, Daniel, chanteur raté (« C’est juste un pauvre type qui rêve d’être connu ») et Stéphane, type naïf et prétentieux (« J’ai été employé du mois pendant un an ») ne s’entendent pas plus que cela. Mais Daniel, pour retrouver les feux des projecteurs, décide d’utiliser Stéphane pour participer à des jeux télévisés. Devant la caméra de Jonathan Barré, Grégoire Ludig et David Marsais, le délirant duo du Palmashow, s’amusent à passer à la moulinette de leur humour parodique, l’univers des jeux télé. Un univers (cathodique) impitoyable où les deux hurluberlus, très premier degré, vont faire de joyeux dégâts. (Gaumont)
VaillanteVAILLANTE
Dans le New York des années 20, la jeune Georgia Nolan n’a qu’un seul désir : devenir pompier comme son père. Mais cette profession est interdite aux filles. Lorsqu’un mystérieux incendiaire s’en prend aux théâtres de Broadway et que de nombreux pompiers disparaissent, le maire de la ville demande au père de Georgia de reprendre du service et de constituer une nouvelle équipe d’intervention. Georgia n’hésite plus. Elle se travestit en garçon et prend du service. Avec une belle animation fluide et colorée et de bons gags visuels, Laurent Zeitoun (scénariste de Bellerina en 2016) et Theodore Ty racontent l’aventure d’une jeune héroïne rebelle et décidée à vivre pleinement son rêve. (M6)
Petite SolangePETITE SOLANGE
A 13 ans, Solange Maserati est pleine de vie et de curiosité. Cette frêle adolescente est sentimentale à l’excès et adore ses parents. Un jour, elle remarque une grosse crise entre ces derniers. Ils se disputent et commencent à s’éloigner. Alors que son grand-frère part à l’étranger pour s’éloigner d’une ambiance pesante, Solange voit que la rupture se précise. Pour son quatrième long-métrage, Axelle Ropert, remarquée avec La famille Wolberg (2009) et Tirez la langue, mademoiselle (2013), aborde la question du divorce d’un couple vu à travers le regard d’une enfant. Jade Springer magnifique en Solange ainsi que Léa Drucker et Philippe Katerine, dans le rôle des parents, portent, avec délicatesse, cette aventure intime et douloureuse… (France.tv)
MoonfallMOONFALL
En 2011, les astronautes Brian Harper, Jocinda Fowler et Marcus sont en mission en orbite pour réparer un satellite. Une force mystérieuse provoque la mort de Marcus. Brian parvient à ramener la navette sur Terre mais il est jugé responsable de l’accident car personne ne le croit, même pas Jocinda. Brian (Patrick Wilson) s’effondre lentement. Dix ans plus tard, il vit seul et croule sous les dettes. Divorcé de Brenda, il voit leur fils Sonny, 18 ans, aux prises avec la justice. C’est alors qu’il fait la connaissance d’un théoricien du complot convaincu que la Lune est une mégastructure qui a changé d’orbite et qui va bientôt s’écraser sur la Terre. Devenue cadre à la NASA, Jocinda (Halle Berry) a fait la même découverte. Roland Emmerich (Independence Day) signe un film-catastrophe sur la possible extinction de l’Humanité. (Metropolitan)
Gendarme Saint TropezLE GENDARME DE SAINT TROPEZ
Ludovic Cruchot, gendarme très zélé, a été muté à Saint-Tropez, sur la côte d’Azur, avec le grade de maréchal des logis-chef. Il y découvre une brigade où il fait bon vivre et participe aux récurrentes chasses aux nudistes et aux nombreuses activités détente de sa brigade, dirigée par l’adjudant Gerber. En 1964, Jean Girault construit entièrement cette comédie autour de Louis de Funès tandis que la brigade regroupe Michel Galabru (Gerber) et Jean Lefebvre, Christian Marin ou le duo Grosso et Modo. Conçu comme une « petite comédie sans prétention », avec un budget peu élevé, le film va rencontrer, à la surprise générale, un succès considérable, arrivant en tête du box-office français de l’année 1964 avec plus de 7,8 millions d’entrées. Installé pour la première fois en haut du box-office, De Funès voit sa carrière et sa célébrité définitivement lancées. Une nouvelle édition 4K. (M6)
Brice NiceBRICE DE NICE
À Nice, Brice Agostini mène la belle vie. Fan du film Point Break, il ne se déplace jamais sans sa planche de surf et attend la vague géante qui déferlera sur les rives de Nice. Comme aucune vague à Nice ne permet de surfer, Brice organise des soirées festives appelées « Yellow » où il participe à des joutes verbales, dont le perdant (toujours son adversaire) bascule dans la piscine. Sa vie se déroule dans l’insouciance, jusqu’au jour où son père, qui blanchit de l’argent pour la mafia sicilienne, est arrêté. Brice va découvrir les réalités de la vraie vie. Sorti en 2005 et réalisé par James Huth, le film (dans une nouvelle version 4K) repose sur un personnage inventé, dans un sketch, par Jean Dujardin. Malgré une critique moyenne, cette comédie a réuni 4 millions de spectateurs en salles. (M6)
Un Hiver New YorkUN HIVER A NEW YORK
Fuyant Buffalo et un mari violent avec ses enfants, Clara débarque à New York avec ses deux garçons. Elle espère y recommencer sa vie. Récemment sorti de prison, Marc, ancien gérant de restaurant, est embauché dans un bistrot russe. Il y croise Timofey qui promène son spleen british et Alice, une infirmière solitaire qui s’occupe de laissés-pour-compte… Dans un film choral, la Danoise Lone Scherfig (découverte, en 2000, avec Italian for Beginners)  s’appuye notamment sur Zoé Kazan, Tahar Rahim, Bill Nighy, Jay Baruchel, Caleb Landry Jones ou Andrea Riseborough, pour orchestrer un gentil conte de fées moderne sur fond d’émouvants destins croisés. Quand des mains bienveillantes se tendent au cœur de Big Apple. (Condor)
Marry MeMARRY ME
Star mondiale de la scène musicale internationale, Katalina Valdez surnommée Kat, est célèbre aussi pour le couple très glamour qu’elle forme avec le jeune chanteur Bastian. D’ailleurs les deux vedettes ont prévu de se dire oui devant un parterre de fans déchaînés dans une grande émission de télé. Quelques minutes avant le show, Kat apprend que Bastian la trompe. En scène, bouleversée, elle accroche, dans le public, le regard d’un inconnu qui tient un panneau « Epouse-moi ». Et elle dit oui… Simple prof de maths propulsé dans un univers glamour, le pauvre Charlie ne peut que faire le constat : « On est en plein délire ! »… En fait, on est surtout en pleine comédie romantique comme les Américains savent les faire. Avec Jennifer Lopez et Owen Wilson, voici une sucrerie totalement prévisible mais qu’on consomme comme un délicieux « feelgood movie ». (Universal)
AAAPostMortemPOST MORTEM
Sur un champ de bataille, Tomás, considéré comme mort à la suite d’une explosion, est jeté à la fosse commune. Un homme remarque qu’il respire encore et l’en extirpe. Mis ko par l’effet de souffle, le soldat a eu une étrange vision, celle d’une jeune fille le rappelant à la vie. Six mois plus tard, alors qu’il propose aux proches de défunts des photos en forme de tableau de famille où vivants et morts se côtoient, Tomás voit se matérialiser cette hallucination. Il va suivre la jeune orpheline Anna dans son village où la terre gelée empêche l’enterrement des très nombreuses victimes de la grippe espagnole. Sur fond de grippe espagnole (on songe aux masques de la pandémie de covid), le Hongrois Peter Bergendy donne un film d’horreur historique. Les effets spéciaux sont réussis mais le récit est moins convaincant… (Condor)
KinjiteKINJITE – SUJET TABOU
Flic (très) dur à cuire, l’inspecteur Crowe est réputé pour ses interventions musclées. Ainsi, il ne cesse de traquer Duke, une petite frappe, chef d’un réseau pédophile qui pousse des jeunes filles sur le trottoir. Père d’une adolescente envers laquelle il est très (trop ?) protecteur, Crowe se charge de l’affaire d’un cadre supérieur japonais qui vient de s’installer aux Etats-Unis et dont la fille est tombée dans les filets de Duke. Las, le Japonais n’est pas très net, côté mœurs… Dans les années 80, le tandem Golan-Globus distille du bon gros cinéma bis qui offre régulièrement à Charles Bronson des rôles de justicier sans pitié dans un univers constamment violent. Grand cinéaste au long cours (on lui doit Les canons de Navarone en 1961), J. Lee Thompson réalise, en 1989, son dernier film, sorte de synthèse d’un genre disparu qui flattait volontiers les bas instincts du public… (Sidonis Calysta)
Adieu ParisADIEU PARIS
Le temps d’un déjeuner, dans un vieux bistrot parisien au charme éternel, huit grandes figures se retrouvent à table. Mais ces « rois de Paris » seraient-ils devenus des chefs-d’œuvre en péril ? Pour son quatrième long-métrage, Edouard Baer réunit un brillant casting (Jackie Berroyer, Pierre Arditi, Bernard Murat, François Damiens, Bernard Le Coq, Daniel Prévost, Benoît Poelvoorde, Gérard Depardieu) et manie tout à la fois la tendresse et la cruauté. A sa sortie en salles, ce huis-clos grinçant mais teinté de mélancolie a été détruit en vol par la critique. Peut-être mérite-t-il quand même qu’on prenne place un instant à la table de Baer… Juste, histoire de voir quelques numéros de grands cabots… (Le Pacte)

LE REBELLE, L’ENFANT TERRIBLE, PIERRE, SHAUNA ET LES ADOS CALIFORNIENS  

Intégrale ClementiINTEGRALE PIERRE CLEMENTI
Acteur à la beauté ombrageuse chez Bunuel (Belle de jour, La voie lactée), Visconti (Le guépard) Bertolucci (Le conformiste) ou Pasolini (Porcherie), Pierre Clémenti, mort en 1999 à 57 ans, a réalisé neuf films que l’on retrouve dans une intégrale-hommage à un rebelle écorché vif. En trois groupes (vie intime et revendication politique, la famille et les amis, les films policiers noirs et paranoïaques), on découvre ainsi une production de journaux filmés, dans une veine tour à tour underground, libertaire et psychédélique, comme notamment Visa de censure n° X (1967), La Révolution n’est qu’un début : continuons le combat (1968) ou A l’ombre de la canaille bleue (1985), son unique fiction, un récit punk enlevé, polar paranoäque et poisseux. Avec des suppléments (Pierre Clémenti, l’absolue liberté réalisé par la cousine de l’acteur/réalisateur revient sur sa vie et son rapport à la famille) qui éclairent la trajectoire d’un artiste épris d’absolu. (Potemkine)
L'EnnemiL’ENNEMI
Maeva et Louis Durieux s’aiment à la folie… Trop de folie, sûrement. Une nuit, Louis retrouve le corps sans vie de sa femme dans leur chambre d’hôtel à Ostende. Durieux (Jérémie Rénier, excellent en type à fleur de peau) est un jeune homme politique très apprécié en Belgique. Pour l’« enfant terrible » aux dents longues, les choses se gâtent vite. En s’inspirant de l’affaire Wesphael qui avait défrayé la chronique en 2013 outre-Quiévrain, Stephan Streker construit un bon thriller qui parle de meurtre mais aussi du tribunal médiatique qui va rapidement faire de la vie de Durieux un cauchemar. Mais, en laissant à chacun, le soin de dire ce qui s’est passé dans la chambre 108 (la culpabilité de Durieux est toujours évoquée par le prisme des autres), Streker interroge surtout les sources de l’intime conviction. (France.tv)
Jeunes AmantsLES JEUNES AMANTS
« Nous respirons le même air, ensemble, autant en profiter… » Dans un couloir d’hôpital, au cœur de la nuit, le médecin Pierre Escande réconforte Shauna Lossinski, au chevet de sa mère mourante… Quinze ans plus tard, à l’occasion d’un congrès en Irlande, Pierre retrouve l’alerte Shauna. Entre Pierre, 45 ans et Shauna, 71 ans, commence une lumineuse histoire d’amour. Sur une idée originale de la regrettée Solveig Anspach, Carine Tardieu a bâti un beau mélodrame sur la passion, pas si improbable, entre un homme jeune et marié et une femme âgée, sidérée qu’on puisse tomber amoureux d’elle. Et cela la fait sourire tant que l’histoire reste virtuelle. Mais elle prend peur et s’inquiète soudain des outrages du temps lorsque leur amour se concrétise… Melvil Poupaud et Fanny Ardant sont magnifiques et bouleversants ! (Diaphana)
Licorice PizzaLICORICE PIZZA
Grand adolescent rondouillard, Gary Valentine a déjà eu sa petite heure de gloire en jouant la comédie au cinéma… Fort de cette expérience, il baratine, dans son lycée, la frêle Alana Kane. A 25 ans, elle n’est plus lycéenne et assiste un photographe pour des photos de classe. Amusée par l’assurance de Gary, Alana se pique au jeu et accepte même de servir de chaperon pour un déplacement de Gay à New York. Le talentueux Paul Thomas Anderson (Boogie Nights, Magnolia, There Will Be Blood ou Phantom Thread) donne, avec Cooper Hoffman (le fils du regretté Philip Seymour Hoffman) et Alana Haïm, une chronique adolescente et californienne qui part dans une suite de péripéties drôles et de rebondissements surprenants où il est aussi bien question de show-biz, de lit à eau, de politique municipale ou du choc pétrolier de 1973 ! (Universal)
Execution AutomneEXECUTION EN AUTOMNE
Couvé depuis toujours par sa grand-mère et unique héritier de sa famille, Pei Gang est devenu, à l’âge adulte, un tyran et une brute. Auteur de trois meurtres commis de sang-froid, il est arrêté et condamné à mort. Son exécution est prévue à l’automne suivant, comme le veut la tradition. Il reste moins d’un an à sa grand-mère pour remuer ciel et terre et libérer son petit-fils. Alors que l’espoir d’un acquittement s’éloigne de plus en plus, elle va s’assurer que Pei Gang conçoive un héritier pour perpétuer la lignée familiale… Figure centrale du cinéma taiwanais depuis les années soixante, Lee Hsing signe un drame d’époque, d’une grande beauté, qui offre une poignante réflexion morale sur la culpabilité et la rédemption. Le cinéaste jette un pont entre l’Occident et l’Orient avec son humanisme digne d’un Victor Hugo couplé à la philosophie et à la spiritualité confucéennes. (Carlotta)
Nos Ames EnfantsNOS AMES D’ENFANTS
Quadra sans enfants, Johnny est journaliste dans une radio, un boulot dans lequel il s’épanouit, notamment en interrogeant les adolescents sur la façon dont ils imaginent l’avenir. Un jour, sa sœur, dans une passe difficile, supplie Johnny d’accueillir son fils Jesse (Woody Norman) chez lui. Johnny accepte et apprécie vite ce gamin malicieux guidé par une vive soif d’apprendre. Remarqué pour Beginners et 20th Century Women déjà sur l’éducation et la figure maternelle, le réalisateur américain Mike Mills évoque, dans un beau noir et blanc et à travers les voyages de Johnny et Jesse, les questionnements d’un enfant face au futur. Une aventure initiatique portée par un Joaquin Phoenix tout en nuances et magnifique en adulte ouvrant la réalité du monde à un enfant. (Metropolitan)
A Mort ArbitreA MORT L’ABITRE
On songe évidemment à la chanson de Renaud évoquant les hordes de supporters avec « ces fanatiques fous furieux abreuvés de haine et de bière, déifiant les crétins en bleu, insultant les salauds en vert ». En 1984, Jean-Pierre Mocky, en s’appuyant sur un livre anglais d’Alfred Draper, évoque l’univers du football dans ce qu’il a de plus violent. Pour avoir sifflé un penalty entraînant la défaite de l’équipe locale, un arbitre (Eddy Mitchell) et sa compagne (Carole Laure) sont poursuivis, dans la nuit, par une bande de supporters menée par Rico (Michel Serrault), un beauf teigneux et angoissant. Si le film a un peu vieilli, cette satire, véritablement flippante, sur les excités des stades demeure encore d’actualité. (ESC Editions)
Effet PapillonL’EFFET PAPILLON
Jeune adolescent sans domicile, Marco est arrêté à la frontière danoise, en possession du passeport d’un fonctionnaire porté disparu. Avant de se volatiliser, l’homme, accusé d’agressions pédophiles, avait bénéficié d’un classement sans suite de son dossier… L’inspecteur Carl Mørck et son équipe du Département V sont chargés de l’affaire mais Marco, traumatisé, refuse de leur parler. Détenteur d’informations compromettantes, il s’enfuit pour échapper à la mort… Voici un nouveau chapitre des enquêtes du département V, spécialisé dans les affaires sordides et les complots bien glauques. Avec un nouveau duo (Ulrich Thomsen et Zaki Youssef) pour incarner Mørck et son équipier Assad mais toujours avec le même mélange saisissant de suspense, d’effroi et d’action, on plonge dans une enquête haletante dans les eaux troubles de la dépravation humaine. (Wild Side)
Les PromessesLES PROMESSES
Maire d’une ville de la banlieue parisienne, Clémence Collombet doit assister à une réunion où il est question d’une cité où l’eau coule des plafonds et où les marchands de sommeil se remplissent les poches… Parce qu’elle entend bien faire son job jusqu’au bout, Clémence monte au front même si elle a décidé de ne plus se représenter à la mairie. Mais voilà qu’on parle d’elle pour un portefeuille ministériel (« Ministre, c’est mettre une encoche dans l’histoire de France » lui murmure un grand serviteur de l’Etat) et la proposition ne la laisse pas indifférente. Avec Isabelle Huppert et Reda Kateb (en « dircab » fasciné par Obama), Thomas Kruithof (qui avait signé, en 2016, La mécanique de l’ombre) orchestre un drame autour d’une accro de la politique qui déchante lorsqu’on lui lance qu’elle ne « fait pas rêver ». Alors, contre tous, elle décide de retourner au combat. (Wild Side)
Voisins VoisinsLES VOISINS DE MES VOISINS SONT MES VOISINS
Un ogre casse ses dents la veille de la Saint-Festin, la grande fête des ogres. Un magicien rate son tour de la femme coupée en deux et égare les jambes de son assistante. Un randonneur suréquipé reste coincé plusieurs jours dans un ascenseur. Un vieux monsieur tombe amoureux d’une paire de jambes en fuite. Une maman confie ses enfants au voisin le soir de la Saint-Festin… Dans un immeuble, les destins entremêlés de dix vrais voisins ou voisins de voisins, aux prises avec les drames, les plaisirs, les surprises et les hasards de la vie quotidienne. Avec les voix d’Arielle Dombasle, Valérie Mairesse, Élise Larnicol, Rosaria Da Silva, François Morel, Olivier Saladin, Cyril Couton, Didier Gustin, Anne-Laure Daffis et Léo Marchand orchestrent un foisonnant film d’animation dont le parti-pris graphique allie images réelles et éléments dessinés ou articulés. Un conte à l’humour absurde pour une histoire de voisinage sur fond de méfiance, d’indifférence ou de confiance. (jour2fête)
Red RocketRED ROCKET
Après une longue carrière de star du X à Los Angeles, Mikey Saber revient dans sa ville natale du Texas. Où il n’est pas le bienvenu, loin s’en faut… Sans le sou, sans emploi, il doit retourner vivre chez son ex-femme et sa belle-mère… Il reprend ses petites combines de loser à la petite semaine lorsqu’il croise la jeune et mignonne serveuse Strawberry. Amateur de sujets plus ou moins scabreux où le sexe tient une belle place, le réalisateur Sean Baker (Tangerine, The Florida Project) brosse, ici, le portrait d’un type pas vraiment reluisant, un prédateur (l’ancien mannequin, acteur X et rappeur Simon Rex, vu dans des seconds rôles de la saga Scary Movie) qui imagine volontiers de faire Strawberry (Suzanna Son), la mignonne vendeuse de donuts une star porno, histoire de revenir ainsi dans le métier… Sur l’envers du rêve américain ! (Le Pacte)
Raging FireRAGING FIRE
Flic intransigeant, respecté et intègre, Bong a toujours réussi dans les affaires dangereuses. Lors d’une opération d’infiltration, la police est doublée par des justiciers masqués dirigés par Ngo, un ancien protégé de Bong, devenu un homme très dangereux à la suite d’une erreur qui l’avait mené en prison… Dernier film de Benny Chan, disparu en août 2021, un cinéaste aussi talentueux que le grand John Woo, ce polar d’une redoutable efficacité fait la part belle à des fusillades à gogo, des cascades, des bagarres et des poursuites dans une ville de Hong-Kong en chaos. Avec deux stars du cru, Donnie Yen (Bong) et Nicholas Tse (Ngo), voici un excellent rendez-vous de cinéma d’action, impressionnant et réaliste, à la mode hongkongaise… (Metrpolitan)
Super Héros Malgre LuiSUPER HEROS MALGRE LUI
Apprenti comédien en galère, Cédric voit enfin arriver son jour de chance lorsqu’il décroche contre toute attente le rôle principal du film Badman, une version française des aventures de super-héros qui cartonnent au box-office. Tout se passe bien jusqu’au moment où Cédric est victime d’un accident de voiture avec sa Badmobile. Il se réveille sans se souvenir de quoique ce soit. Dès lors, il croit dur comme fer être son personnage de super-héros et va se lancer dans des missions où il fait le bien… mais mal. Après Babysitting, Babysitting 2 ou Alibi.com qui furent tous des succès atteignant entre 3,5 et 2,3 millions de spectateurs dans les salles, Philippe Lacheau est de retour avec une de ces farces qui recycle, sur le ton du pur divertissement et de la petite blagounette, de solides clichés, ici le super-héros… Philippe Lacheau (et sa bande, Tarek Boudali, Elodie Fontan, Julien Arruti, Alice Dufour) ont leurs fans. Ceux-là devraient, ici, trouver leur bonheur. (Universal)
Tendre SaignantTENDRE ET SAIGNANT
L’élégante Charly Fleury dirige la rédaction de Chiffon, un grand magazine de mode. Cette Parisienne BCBG voit réapparaître dans son existence son père malade (Jean-François Stévenin, dans l’un de ses derniers rôles) qui lui demande de reprendre sa… boucherie mais aussi Martial, le commis qui y travaille… Charly préfère vendre la boutique mais Martial est prêt à se battre pour la récupérer. Auteur de Bus Palladium (2010), Christopher Thompson met en scène une comédie prévisible (la cohabitation entre Charly et Martial est promise à un bel avenir) mais qui se déguste comme un bon steak dans le filet. Géraldine Pailhas, improbable bouchère de luxe, et Arnaud Ducret s’en donnent à cœur joie dans le registre romantico-carnivore… (Orange Studio)

PETROV, LE DONBASS, LES BOURGEOIS IRANIENS ET LE BIJOUTIER JUIF  

Fievre PetrovLA FIEVRE DE PETROV
En compétition à Cannes cette année avec Zhena Chaikovskogo (La femme de Tchaïkovsky), le cinéaste russe Kirill Serebrennikov est très attendu tant on avait remarqué, à Cannes 2021, sa Fièvre de Petrov qui sort désormais en dvd. Affaibli par une forte fièvre, Petrov (Semion Serzine) est entraîné par son ami Igor dans une longue déambulation alcoolisée, entre rêve et réalité. Progressivement, les souvenirs d’enfance de Petrov ressurgissent et se confondent avec le présent… Remarqué d’abord avec Leto (2018) sur l’émergence de la scène rock underground de Leningrad, Kirill Serebrennikov (dont les démêlés avec les autorités russes sont récurrents) adapte librement un roman d’Alexei Salnikov et propose, autour d’un auteur de bandes dessinées séparé de sa femme et hanté par un souvenir douloureux, un spectacle baroque et étourdissant où le cinéaste russe multiplie les trouvailles visuelles épatantes sans jamais oublier de se concentrer sur ce Petrov qui a avalé de l’aspirine périmée depuis 1977… (Condor)
Cacophonie DonbassLA CACOPHONIE DU DONBASS
En 1930, le cinéaste russe Dziga Vertov réalise La symphonie du Donbass où il évoque notamment le travail des mineurs de ce bassin houiller d’Ukraine et la trajectoire du mineur Alexei Stakhanov, admirable héros socialiste du travail, dont l’aventure a été entièrement organisée… par la propagande soviétique ! En s’appuyant sur les (belles) images de Vertov, le réalisateur ukrainien Igor Minaev s’applique d’abord à déconstruire cette propagande fondée sur le mythe de l’ouvrier modèle avant d’évoquer, avec des images d’archives, les grandes grèves de 1989 et 1990 résultant de l’exploitation des mineurs. En s’appuyant sur des témoignages, Minaev se penche, dans la seconde partie de ce sobre documentaire, sur la guerre du Donbass qui oppose, depuis 2013, l’armée ukrainienne aux séparatistes pro-russes soutenus par Moscou, une crise qui ne faisait qu’annoncer le conflit actuel en Ukraine… (Rimini Editions)
Echiquier VentL’ÉCHIQUIER DU VENT
Après la mort de son épouse, Haji Amou, commerçant traditionaliste, patriarcal et corrompu, projette de se débarrasser de sa belle-fille, héritière en titre de la fortune et de la luxueuse maison dans laquelle ils vivent… Pour faire face au complot de son beau-père, cette femme moderne et émancipée qui, paralysée, se déplace en fauteuil roulant, sollicite l’aide à sa servante. Mais elle ignore que cette dernière joue sur les deux tableaux. Quand la violence fait irruption dans l’intimité d’une famille bourgeoise en Iran… Réalisé en 1976 par Mohammad Reza Aslani, ce conte gothique sulfureux et visuellement superbe, est un bijou du cinéma iranien d’avant la révolution. Bien restauré, ce film, où chaque plan ressemble à un tableau, évoque l’univers d’un Visconti ou d’un George A. Romero. Dans les suppléments, on trouve notamment un documentaire (51 mn) qui fait retour sur une formidable aventure artistique… (Carlotta)
Adieu M.HaffmannADIEU MONSIEUR HAFFMANN
Modeste bijoutier à Paris, Joseph Haffmann comprend, en mai 1941, que l’existence des Juifs est menacée. Il fait partir sa famille vers la zone libre et prévoit de vite les rejoindre. Hélas, il va se retrouver prisonnier dans sa propre cave tandis que son employé, François Mercier, est devenu patron de la boutique. Quitte à tout remettre en ordre après la guerre. Avec Daniel Auteuil (Haffmann) et Gilles Lellouche (Mercier) ainsi que Sara Giraudeau, Fred Cavayé signe un thriller intime. Tandis qu’Haffmann est sous la menace de la Shoah, le destin de Mercier, face à une situation inédite, bascule d’autant que germe, dans la tête de cet homme stérile, une folle idée : se servir du malheureux Haffmann pour donner un enfant à sa femme. Un huis-clos étouffant autour de la sinistre tentation de la Collaboration. (Pathé)
DementiaDEMENTIA
Sortant d’un cauchemar, la secrétaire du réalisateur John Parker le raconte à son patron qui décide, en 1955, d’en faire un film, le seul et unique de sa carrière… Dans une chambre d’hôtel miteuse de Venice, Californie, une jeune femme (Adrienne Barrett) se réveille brusquement… Armée d’un cran d’arrêt, elle se met à errer dans les ruelles glauques et croise de vrais salopards. Film maudit et inclassable (sa production a été un calvaire et sa sortie une bataille), cette aventure sans paroles (mais avec de bons accents jazzy) appartient au pur film noir et est une plongée délétère dans la conscience dévastée de l’héroïne. Longtemps oublié, le film sera redécouvert par John Waters ou Preston Sturges qui dira : « Il m’a fouetté le sang et purgé la libido ». Film hallucinant et hallucinogène, Dementia est maintenant une œuvre culte et underground. (Potemkine)
PlacesPLACÉS
Etudiant venu des cités, Elias (Shaïn Boumedine, le héros de Mektoub my love de Kechiche) est refusé à l’examen d’entrée à Sciences Po parce qu’il a oublié sa pièce d’identité. En attendant de pouvoir se représenter au concours, il accepte un boulot temporaire avec des éducateurs dans une Maison d’enfants à caractère social (MECS). Dans cet univers qui lui est complètement étranger au départ, il va faire de fortes rencontres… Pour son premier film comme réalisateur, Nessim Chikhaoui s’est inspiré de son propre vécu d’éducateur pendant une dizaine d’années. Entre comédie et drame, avec un bon rythme et des dialogues qui sonnent juste, voici un film de groupe qui s’attache à brosser le portrait attachant de « jeunes à problèmes »… (Le Pacte)
Little PalestineLITTLE PALESTINE, JOURNAL D’UN SIEGE
Ancien camp de réfugié palestinien en Syrie (le plus grand du monde), Yarmouk était devenu une ville populaire de la banlieue de Damas avant 2011. En 2011, au début de la révolution syrienne, dans le contexte des printemps arabes, la population de Yarmouk est considérée comme active dans les manifestations. Le régime de Bachar el-Assad et les services de renseignements répriment et assiégent la ville qui, comme bien d’autres villes de la banlieue de Damas, se retrouve coupée du monde. À partie de 2013, pendant le siège de Yarmouk par l’armée syrienne, le cinéaste palestinien Abdallah Al-Khatib filme, dans un témoignage puissant et brutal sur un drame humanitaire, le quotidien pour témoigner de la situation, transformant une réalité géopolitique lointaine en une expérience tout à la fois intime, poétique et poignante. Un récit de résistance qui rend notamment hommage au courage des enfants… (Blaq Out)
Twist BamakoTWIST A BAMAKO
En 1962, le Mali fête son indépendance récemment acquise. La jeunesse de Bamako danse des nuits entières sur le twist venu de France et d’Amérique. Fils d’un riche commerçant, Samba vit pleinement l’idéal révolutionnaire. Alors que, dans le pays bambara, le charismatique Samba vante les vertus du socialisme, il croise Lara, jeune fille mariée de force, dont la beauté le bouleverse. Chantre du cinéma humaniste, inspiré par les images du grand photographe malien Malick Sidibé, Robert Guédiguian filme la beauté de la jeunesse et capte son énergie à la fois dans l’engagement socialiste et la musique rock. En s’éloignant du berceau marseillais qui porte depuis des années ses œuvres, le cinéaste de Marius et Jeannette réussit, au plus près de ses personnages, une tragédie lyrique et solaire sur l’utopie du bonheur et de la révolution… (Diaphana)
Complot FamilleCOMPLOT DE FAMILLE
Vieille dame riche mais rongée par le remords, Julia Rainbird fait appel à une « voyante », Blanche Tyler : depuis des années elle fait le même cauchemar, dans lequel sa défunte sœur la hante afin qu’elle retrouve le fils adultérin dont cette dernière avait dû se séparer par crainte des on-dit. Chargée de retrouver, moyennant une belle récompense, ce neveu perdu, Julia et son ami George vont découvrir que le neveu a changé de nom et qu’il mène, avec sa compagne Fran, de solides activités criminelles… En 1976, Sir Alfred Hitchcock, quatre ans avant sa disparition, signe son ultime film. La critique le considéra comme une œuvre mineure, probablement parce que le spectateur n’est pas vraiment impliqué dans les enjeux du scénario. Ici, Hitch s’amuse à jouer avec le suspense, permet parfois à ses comédiens (Karen Black, Bruce Dern, Barbara Harris, William Devane) d’improviser et adresse un ultime clin d’œil à son public. (Universal)
Aventure AventureL’AVENTURE C’EST L’AVENTURE
Après 1968, devant un monde en apparente effervescence, Lino, Jacques et Simon, trois truands et leurs deux sous-fifres, Aldo et Charlot, revoient leurs méthodes traditionnelles de gangsters et décident de jouer la carte de la politique pour leurs méfaits : enlèvement de Johnny Hallyday (avec sa complicité, pour une campagne promotionnelle), mercenaires pour des révolutionnaires d’Amérique du Sud, détournement d’avion etc. Mal accueilli par la presse à sa sortie, traité de réactionnaire et de navet, ce Lelouch, réalisé en 1972 (il fit l’ouverture de Cannes et réunit un million de spectateurs dans les salles) a été réévalué… au point de devenir culte. Même si le rythme de cette histoire est inégal, on prend néanmoins un certain plaisir aux aventures de pieds nickelés incarnés par Lino Ventura, Jacques Brel, Charles Denner, Aldo Maccione et Charles Gérard… (Metropolitan)
Amour Mieux VieL’AMOUR C’EST MIEUX QUE LA VIE
Avec sa passion de l’amour vécu à fond, le cinéaste d’Un homme et une femme a remis le couvert dans son 50e film en dissertant sur les gens qui s’aiment, les copains qui ne peuvent pas se passer les uns des autres ou… Jésus et le diable. Comme son titre l’indique, le film chante les vertus de la passion qui vous déboule dessus et qui vous fait perdre, un peu, vos repères. La fin de Gérard Prat (Gérard Darmon) est proche. Alors, Ari (Abittan) et Philippe (Lellouche), les deux copains connus autrefois à la Santé, ont décidé de lui offrir un dernier grand moment d’amour. Ils contactent Sandrine (Bonnaire) qui tient une société d’escorts… Dans cette « comédie pas si dramatique que ça », Gérard Prat qui manifestement a l’air d’aimer les aphorismes, fait observer à la lumineuse Sandrine, sa nouvelle dulcinée : « Tuer le temps, c’est se mettre en couple, chacun accusant l’autre du crime ». (Metropolitan)
ScreamSCREAM
Vingt-cinq ans après que la provinciale petite cité de Woodsboro a été frappée par une suite de meurtres violents, un nouveau tueur remet le masque de Ghostface et cible un groupe d’adolescents, déterminé à faire ressurgir les sombres secrets du passé. A quatre reprises, entre 1996 et 2011, Wes Craven fit peur avec les aventures de Ghostface. Craven disparu en 2015, c’est le duo Bettinelli-Gillett qui réveille le tueur. Neve Campbell, Courteney Fox et David Arquette retrouvent leurs personnages originels dans un film qui combine à nouveau le slasher, la comédie noire et le « whodunit ». Des retrouvailles plutôt enlevées et accompagnées d’une foule de suppléments… (Universal)
Crocs DiableLES CROCS DU DIABLE
Dans un pays d’Amérique du Sud en proie au chaos, le dictateur Arévalo fait régner la terreur. Malgré les meurtres et les exactions, une révolution s’organise à partir de réseaux et de groupes armés…  Pour ses partisans, Arévalo est « le bienfaiteur ». Ses détracteurs, eux, le surnomment « le chien ». Les opposants sont emprisonnés à San Justo où Zancho, le gardien-chef sadique, lance son redoutable berger allemand contre ceux qui tentent de fuir. En 1976, avec Jason Miller, Léa Massari et Marisa Parédès, l’Espagnol Antonio Isasi mêle la parabole politique au thriller animalier, façon Dressé pour tuer. Son efficace film d’action à la réalisation musclée et efficace (El perro en v.o.) exploite la figure du chien pour dénoncer les dictatures d’Amérique latine ou de l’Espagne franquiste. Restauré HD et inédit en DVD et Blu-ray. (Carlotta)
Land Of The SonsLAND OF THE SONS
Dans le futur, un mystérieux fléau a mis fin à la civilisation. L’humanité a presque disparu. Dans ce monde abandonné devenu hostile, un père et son fils luttent pour leur survie. Lorsque le premier finit par mourir, il laisse derrière lui le journal qu’il tient secrètement depuis des années. Mais incapable de lire, le jeune homme se lance en quête d’un adulte qui pourrait lui en révéler le contenu. Claudio Cupellini, avec ce voyage vers l’inconnu où chaque rencontre peut être la dernière, adapte le roman graphique multi-récompensé de l’auteur italien Gipi. Inédit en France, le film, tourné dans les décors naturels de la plaine du Pô, est un conte d’initiation noir et mystérieux mais aussi un récit d’aventures épique et passionnant qui évoque l’importance de la mémoire et l’avenir que nous laisserons à nos enfants… (Condor)
Ombre ViolenceL’OMBRE DE LA VIOLENCE
Ex-boxeur, Douglas Armstrong, surnommé Arm (bras) à cause de sa force de frappe, est devenu l’exécutant redouté de la famille Devers dont le méchant avorton Dympna (Barry Keoghan vu dans Dunkerque de Christopher Nolan) vend de la drogue. Dans une Irlande rurale et rugueuse, ce type tiraillé entre deux familles (il essaye aussi d’être un bon père pour son fils autiste de 5 ans), voit sa loyauté mise à l’épreuve lorsqu’on lui demande de tuer pour la première fois. Pour son premier long-métrage (Calm with Horses en v.o.), Nick Rowland met en scène, avec efficacité, des gangsters irlandais bas du front et peu sympathiques. Le chanteur et acteur britannique Cosmo Jarvis incarne le costaud emporté dans une tragédie. (Condor)
Meilleurs EnnemisMEILLEURS ENNEMIS
Bien décidée à réussir professionnellement sans pour autant compromettre son sens de l’éthique, Lucy se lance dans un jeu impitoyable de surenchère contre Joshua, son ambitieux collègue de bureau. Le problème, c’est que son attirance croissante pour cet homme qu’elle aime détester va venir compliquer leur rivalité. Après la fusion de leurs maisons d’édition respectives, la charmante Lucy (Lucy Hale, vue les sept saisons de la série Pretty Little Liars) et Joshua (Austin Stowell), deux assistants de direction, sont contraints de travailler ensemble alors qu’ils ne se supportent pas… Lorsque les deux sont en compétition pour le poste de directeur général, la bataille va faire rage. Bien sûr, dès les premières images, on a une petite idée de la manière dont va s’achever cette guerre sur fond de séduction… Une agréable comédie romantique où les dialogues acides font mouche. (Métropolitan)
RosyROSY
Alors étudiante, Marine, 21 ans, observe soudain un rétrécissement de son champ de vision. Diagnostic : elle est atteinte d’une maladie auto-immune incurable, la sclérose en plaques. Avec Rosy (le nom qu’elle donne à sa maladie), Marine Barnérias réalise un documentaire pour mieux accepter son destin. En 2015, elle décide de se lancer dans un voyage de neuf mois, traversant la Nouvelle-Zélande, la Birmanie et la Mongolie, pour tenter de trouver un nouvel équilibre… Si le propos est très centré sur la réalisatrice, il atteste aussi de son tempérament de battante. Entre combat, rage, épuisement, enthousiasme ou déni, une aventure individuelle singulière… (Gaumont)
355355
Une arme technologique capable de prendre le contrôle de réseaux informatiques est tombée entre de mauvaises mains. A Paris, où la clé a été localisée, les meilleures agentes des agences de renseignements du monde entier s’apprêtent à mener le combat… On retrouve là une Américaine (Jessica Chastain), une Anglaise (Lupita Nyong’o), une Allemande (Diane Kruger), une Colombienne (Penelope Cruz) et une Chinoise (Fan Bingbing) dans une aventure qui lorgne vers Jason Bourne et James Bond. Le film de Simon Kinberg est produit par Jessica Chastain, déterminée à offrir à ses partenaires des rôles qui dépassent le simple glamour. Et de fait, ces dames, constamment sur la brèche, vont devoir donner le meilleur d’elles-mêmes pour mettre les méchants au pas. Va pour la baston ! (M6)
Traqués An 2000LES TRAQUÉS DE L’AN 2000
Et si George Orwell croisait le chemin du comte Zaroff… Dans un futur proche, un gouvernement totalitaire fait incarcérer tous les individus considérés comme déviants ou résistants. Le camp de rééducation de Tchatcher est l’un des plus brutaux. Les prisonniers sont accueillis au camp par la formule « La liberté c’est l’obéissance, l’obéissance c’est le travail, le travail c’est la vie » qui n’est pas sans rappeler le « Arbeit macht frei » d’Auschwitz. Un jour, le directeur du camp décide d’organiser une chasse à l’homme. Les prisonniers sont relâchés dans une forêt pour servir de gibier. Dans le genre « Survival », une série B australienne des années 80 réalisée par Brian Trenchard Smith qui se régale d’une violence totalement décomplexée mais qui prend aussi un ton politique en dénonçant les méfaits d’un régime totalitaire… (Rimini Editions)

L’AUDIOPHILE, LES RADIOS LOCALES, LA RUSSIE ENNEIGEE ET LES ESPIONS BRITANNIQUES  

TromperieTROMPERIE
« Je suis un écouteur, un audiophile, un fétichiste du verbe ». Célèbre écrivain américain, exilé, en 1987, à Londres, Philip reçoit régulièrement sa maîtresse, une ravissante Anglaise de 35 ans, dans son bureau. Arnaud Desplechin adapte Deception, le livre (paru en 1990) de Philip Roth et propose une construction subtile et élégante sur les aléas du cœur racontés à travers l’histoire d’une liaison sur une année, un temps assez long pour que Philip et son amante anglaise puissent se livrer, avec une délectation certaine, aux joies du sexe mais aussi disserter de tout. Des femmes qui jalonnent la vie de l’écrivain, de littérature, de fidélité à soi-même, d’antisémitisme ou de l’identité juive… Bien plus qu’une romance bourgeoise et adultérine, Tromperie est un jeu permanent sur les mots dont Philip (Denis Poldalydès remarquable) se régale avec gourmandise. Autour de lui, Léa Seydoux, Anouk Grinberg, Emmanuelle Devos, Rebecca Marder sont magnifiques ! (Le Pacte)
MagnétiquesLES MAGNETIQUES
Entre la radio pirate installée dans le grenier d’un bar d’amis, le garage du père et la menace du service militaire en Allemagne, Philippe (Timothée Robart) et son frère Jérôme (Joseph Olivennes), dans leur petite ville de province, ignorent qu’ils vivent là les derniers feux d’un monde sur le point de disparaître. Pour son premier long-métrage, Vincent Maël Cardona transporte le spectateur au début des années 80 dans un récit d’initiation lumineux et mélancolique. Véritable ode à une époque révolue – celle des radios locales, celle des cassettes audios qu’on enregistre au magnétophone et qu’on rembobine au crayon– le film met en scène une jeunesse pleine d’espoir et de doutes, pour une œuvre hypnotisante, à la fois poétique, romantique, drôle, nostalgique et dramatique. César 2022 du meilleur premier film. (Blaq Out)
Compartiment 6COMPARTIMENT N°6
À bord du train Moscou-Mourmansk, Laura, étudiante finlandaise, doit partager une voiture-couchette avec Ljoha, un mineur russe. A Mourmansk, Laura veut découvrir les pétroglyphes et l’art rupestre alors que Ljoha s’y rend pour son travail. Adaptant un livre de Rosa Liksom, le réalisateur finlandais Juho Kuosmanen organise un périple fascinant en direction de Mourmansk, au nord du cercle Arctique où deux « copains » improvisés (la Finlandaise Seidi Haarla et le Russe Youri Borisov) tissent quelques liens éphémères… Sur fond de pandémie, s’entremêlent de petites histoires de camaraderie maladroite, de promiscuité ou d’attirance sexuelle… Salué par la critique et plébiscité par le public, ce bouleversant périple vaporeux à travers la Russie enneigée des années 90 a obtenu, en 2021, le Grand prix du Festival de Cannes. (Blaq Out)
Kings Man Premiere MissionTHE KING’S MAN: PREMIERE MISSION
Alors que les pires tyrans et les plus grands génies criminels de l’Histoire se réunissent pour planifier l’élimination de millions d’innocents, un homme se lance dans une course contre la montre pour contrecarrer leurs plans. Ayant redoré le blason du film d’espionnage avec la saga Kingsman (Services secrets en 2015 et Le cercle d’or en 2017), Matthew Vaughn signe un troisième opus sous la forme d’un « préquel », qui se propose de revenir aux origines de l’organisation en ciblant, avec une efficacité virtuose qui n’hésite pas à en mettre plein la vue, le film de guerre. Avec un casting renouvelé (Ralph Fiennes, Harris Dickinson, Gemma Arterton, Rhys Ifans), voici un pur divertissement d’action sur les combats de 14-18, sur fond de vaste complot politique. Enlevé et toujours portée par une loufoquerie bienvenue ! (Universal)
Homme Pousse PousseL’HOMME AU POUSSE-POUSSE
Conducteur de pousse-pousse, Matsugoro est apprécié des habitants de sa ville à cause de sa vivacité d’esprit et de son tempérament aussi impétueux qu’attachant. Un jour, il se porte au secours d’un garçon blessé, Toshio Yoshioka dont les parents lui demandent de le conduire chez le médecin… Matsugoro se prend d’affection pour cette famille. Quand le père de Toshio meurt subitement, le conducteur de pousse-pousse devient comme un père de remplacement. Auprès de cet homme, l’enfant craintif et réservé va progressivement s’épanouir. Dans une belle restauration, voici, réunies dans un même coffret, les deux versions inédites en DVD et Blu-ray, de cette aventure intime et touchante mise en scène par Hiroshi Inagaki. En 1943, le film est interprété par Tsumasaburo Bando, grande vedette du film de sabre puis, quinze ans plus tard, en 1958, par l’immense Toshiro Mifune, interprète fameux de Kurosawa dans Les sept samouraïs. Un modèle inégalé de mélodrame doté d’une forte identité visuelle… Le coffret est accompagné de bons suppléments. (Carlotta)
Singing RainCHANTONS SOUS LA PLUIE
Dans la collection Ultimate Collector, voici l’occasion, avec un beau coffret 4K, de se replonger, à l’occasion du 70eanniversaire de sa sortie, dans un film-culte que l’American Film Institute a classé première plus grande comédie musicale du 7e art ! En 1927, Don Lockwood (Gene Kelly), star du cinéma muet, a pour partenaire Lina Lamont (Jean Hagen), une actrice à la voix de crécelle. Celle-ci est persuadée que la relation amoureuse qui les unit à l’écran les unit aussi dans la vie. Mais les jours du cinéma muet sont comptés lorsque sort Le chanteur de jazz, premier film parlant de l’histoire du cinéma. Les studios Monumental Pictures décident de tourner un film de cape et d’épée selon ce nouveau procédé. Las, la voix de Lina Lamont est trop désagréable… Elle sera donc doublée par Kathy Selden (Debbie Reynolds), jeune danseuse à la voix chaleureuse, dont Don est déjà amoureux. Singin’ in the Rain (sorti en 1952), réalisé par Stanley Donen et Gene Kelly, est un must ! (Warner)
Place AutreLA PLACE D’UNE AUTRE
Dans la France de 1914, Nélie Laborde, une jolie bonne, se rebelle contre son bourgeois de patron et se retrouve à la rue. Bientôt la misère guette… Engagée contre infirmière bénévole à la Croix-Rouge, elle croise, dans la forêt vosgienne, non loin du front, Rose Juillet qui doit rejoindre un poste de lectrice chez Madame de Lengwil à Nancy. Lorsque Rose est mortellement blessée dans les combats, Nélie décide de prendre sa place… En s’inspirant d’un roman britannique de l’époque victorienne et en s’appuyant sur Lyna Khoudri (Nélie) et Sabine Azéma (Mme de Lengwil), Aurélia Georges réussit, avec aisance, une film d’époque romanesque et palpitant sur le mensonge, ses pièges et la place que chacun doit occuper. Surtout lorsque, de manière quasi-fantastique, Rose (Maud Wyler) revient d’entre les morts… (Pyramide)
Mari CoiffeuseLE MARI DE LA COIFFEUSE
Antoine connaît ses premiers émois amoureux dans le fauteuil du salon de coiffure de la plantureuse madame Sheaffer. Depuis lors, il s’est fait une promesse : quand il sera grand, il épousera une coiffeuse. Devenu adulte, il rencontre en Mathilde la coiffeuse de ses rêves. Le coup de foudre est réciproque. Ils se marient et vivent quotidiennement un amour simple et fusionnel, charnel et spirituel… Avec une Anna Galiena magnifique en vivant fantasme érotique et un Jean Rochefort complètement halluciné (ses danses orientales dans le salon sont un pur délire), Patrice Leconte réussit, en 1990, une pure fantaisie ! Selon les souvenirs même du cinéaste, les slips de bain en laine portés par les acteurs (enfants), quand ils jouent sur la plage de Luc-sur-Mer, ont été tricotés par sa propre mère. Le film qui décrocha (ex-aequo avec Le petit criminel de Jacques Doillon), le prix Louis Delluc, est accompagné de suppléments dont le court-métrage Le batteur du boléro (1992) avec Jacques Villeret. (Rimini Editions).
Parfum YvonneLE PARFUM D’YVONNE
Au début des années 1960, un jeune comte qui se prétend d’origine russe et rentier, en villégiature sur les bords d’un lac (le tournage eut lieu à Évian), tombe amoureux d’une sublime jeune femme, Yvonne, toujours accompagnée d’un dogue allemand et d’un vieil homme excentrique, le docteur Meinthe. Peu à peu, le comte va découvrir la singularité de ces êtres, et recevoir en particulier bien des mises en garde au sujet de la jeune femme qu’il souhaite épouser et emmener en Amérique pour y faire éclater son talent d’actrice. En 1994, Leconte adapte un roman de Patrick Modiano et raconte les aventures (dans le livre, l’action se déroule durant les Accords d’Evian) d’un étrange trio. L’homosexualité du Dr. Meinthe, se nommant lui-même la reine des Belges, est plusieurs fois évoquée, sur un ton insultant… Souvent déroutant, le film n’a pas rencontré le public. Il n’en reste pas moins, qu’avec trois bons acteurs (Sandra Majani, Hippolyte Girardot et Jean-Pierre Marielle) et des images superbes d’Eduaordo Serra, cette histoire dégage une envoûtante poésie. (Rimini Editions)
Grands DucsLES GRANDS DUCS
Georges Cox, Victor Vialat et Eddie Carpentier sont de vieux comédiens au chômage, minables et fauchés. Ils réussissent à se faire embaucher dans un spectacle médiocre, en l’occurrence une comédie de boulevard intitulée Scoubidou, en partance pour une tournée… Imprésario escroc et producteur ruiné, Shapiron (Michel Blanc) va tout faire pour saboter le spectacle afin de toucher l’assurance. C’est sans compter avec les trois comédiens, qui, reprenant à l’improviste mais avec panache leurs trois petits rôles, ne sont pas disposés à laisser passer la dernière chance de leur vie. Vingt-deux ans après Que la fête commence de Tavernier, Jean-Pierre Marielle, Philippe Noiret et Jean Rochefort sont à nouveau réunis, en 1996, devant la caméra. Devant notamment faire face aux doutes de Noiret sur sa performance, Leconte ne réussit pas là son plus grand film mais c’est toujours un bonheur de voir Noiret-Marielle-Rochefort à l’œuvre, y compris dans le cabotinage ! (Rimini Editions).
Next DoorNEXT DOOR
Connu comme comédien (Good Bye Lenin !, Rush, Inglourious Basterds ou La vengeance dans la peau), l’Allemand Daniel Brühl passe pour la première fois derrière la caméra avec une comédie noire… Acteur célèbre, Daniel vit à Berlin dans un bel appartement avec sa femme, ses deux enfants et leur nounou. Il doit partir à Londres pour le casting d’un film de superhéros. En attendant le taxi qui doit le conduire à l’aéroport, il entre au bar du coin. Où le suit Bruno, son mystérieux voisin (Peter Kurth). La conversation s’engage et les échanges se font de plus en plus vifs… Outre une réflexion malicieuse sur le métier d’acteur, voici un thriller où le voisin, déterminé à lui faire vivre l’enfer, va pousser le comédien dans les recoins les plus sombres de son intimité. Un portrait cruel où se mêlent supériorité et rancœur… (Eurozoom)
TemoinLE TEMOIN
Notable rémois et florissant homme d’affaires, Robert Maurisson mène une vie sans histoires. Il invite un jour son ami italien Antonio à venir restaurer les peintures d’une chapelle. Antonio va être, malgré lui, le témoin d’une affaire sordide car Maurisson a étranglé une jeune fille avec laquelle il avait eu une relation pédophile…  En 1978, Jean-Pierre Mocky, cinéaste pamphlétaire, signe un film qui part sur un ton léger avant de virer au pur malaise autour de la grande bourgeoisie de province. Car la jeune fille assassinée ayant servi de modèle à Antonio, les soupçons se portent sur lui. Pour une fois, Mocky (1929-2019) nuance sa satire quand il évoque les mœurs dépravées de la bourgeoisie tout en proposant un plaidoyer contre la peine de mort. Le cinéaste trouve deux grands comédiens, Philippe Noiret et Alberto Sordi, pour servir cette œuvre, éreintée à sa sortie, mais qui demeure l’une des meilleures de son auteur… (ESC Editions)
MemoriaMEMORIA
« Au lever du jour, j’ai été surprise par un grand Bang et n’ai pas retrouvé le sommeil. A Bogota, à travers les montagnes, dans le tunnel, près de la rivière… » Voilà pour le pitch du dernier film d’Apichatpong Weerasethakul, premier cinéaste thaïlandais à avoir remporté, en 2010, la Palme d’or cannoise avec Oncle Boonmee. Avec une imagerie poétique, le cinéaste développe une œuvre contemplative qui cultive le mystère, la mémoire et la lenteur. Ici, Tilda Swinton incarne Jessica, une Ecossaise cultivatrice d’orchidées qui va à Bogota rendre visite à sa sœur malade. Elle devient amie avec Agnès, une archéologue chargée de veiller sur la construction interminable d’un tunnel sous la cordillère des Andes. Elle se lie aussi d’amitié avec un musicien, le jeune Hernán. Mais, toutes les nuits, elle est dérangée dans son sommeil par des bruits étranges. Hantée par ce son monstrueux qu’elle est la seule à entendre, Jessica veut en percer l’origine. Dans des paysages luxuriants, un voyage en forme d’expérience du lâcher prise… (ESC Editions)
My KidMY KID
Aaron a consacré sa vie à élever Uri, son fils autiste. Ensemble, ils vivent une routine coupée du monde réel. Mais Uri (Noah Imber), qui regarde en boucle Le Kid de Chaplin sur sa tablette, est devenu un jeune adulte… Alors qu’ils sont en route vers l’institut spécialisé qui doit désormais accueillir Uri dans « un lieu qui lui corresponde » selon les mots de sa mère, Aaron (Shai Avivi) décide de s’enfuir avec lui, convaincu que son fils n’est pas prêt pour cette séparation. Commence alors un périple à travers le pays, de Haïfa à Bee’r Sheva, Eilat, Tel Aviv… Avec un père trouvant à chaque instant des solutions comme fabriquer un flip book avec les images du Kid quand le chargeur de la tablette est en panne ou se mettant à danser avec Uri, sur Gloria, dans une fête foraine. Connu pour être le co-créateur de la série israélien devenue En thérapie en France, Nir Bergman signe un road-movie à travers Israël où un père courage se met en quatre pour surmonter ses peurs et permettre bientôt à Uri de pouvoir vivre loin de lui… Drôle et émouvant. (Blaq Out)