AMOUR EPHEMERE, GENTLEMAN BANDIT ET GLACANT RACISME…  

Chronique LiaisonCHRONIQUE D’UNE LIAISON PASSAGERE
« J’avoue j’en ai bavé pas vous – Mon amour – Avant d’avoir eu vent de vous – Mon amour… » Ecrite un jour d’été 1962, la fameuse Javanaise de Serge Gainsbourg, chanson offerte à Juliette Gréco, son tout nouvel amour, ouvre le nouveau film d’Emmanuel Mouret. Le temps d’une chanson, c’est presque le temps de cette histoire d’amour éphémère qui a saisi Charlotte et Simon. Elle est mère célibataire, lui est un homme marié. Ils deviennent amants en s’engageant à ne se voir que pour le plaisir et à connaître une relation sans engagement où ils n’éprouveraient aucun sentiment amoureux, sans projection dans le temps. Pour son 11e long-métrage, Emmanuel Mouret fait du Mouret pur jus. Bon choix de musiques, dialogues élégants, comédiens brillants (Sandrine Kiberlain et Vincent Macaigne), délicieux fantasmes et situations volontiers loufoques, le cinéaste de 52 ans filme l’être-ensemble contre le reste du monde. Tendre et sensuel, ce cinéma, entre ce qu’il dissimule et ce qu’il dévoile, semble toujours cultiver un côté « l’air de rien » qui joue avec l’attente du spectateur et active son imaginaire… C’est bien agréable de se laisser emporter. (Pyramide)
Grey FoxTHE GREY FOX
En 1901, après trois décennies dans la prison de San Quentin, Bill Miner est rendu à la liberté. Ce spécialiste des braquages de diligences est résolu à se ranger des voitures. Revenu auprès de sa sœur, Miner, qui subit le dédain de son beau-frère, va cependant se laisser tenter par l’action et songer à attaquer un train… Surnommé « Le gentleman bandit », Bill Miner, qui a réellement existé, fut une vraie star au Canada. Sur une bonne musique des Irlandais de Chieftains, Philippe Borsos met en scène, dans de beaux paysages, un western atypique et largement teinté de mélancolie. L’excellent et trop rare Richard Farnsworth (on se souvient avec émotion de son ultime apparition chez David Lynch dans Une histoire vraie en 1999) campe, avec brio, ce bandit d’un autre temps, un Robin des Bois réputé pour ses bonnes manières. Les agents de la société Pinkerton qui le traquaient, affirmaient qu’il était l’auteur de la formule « Haut les mains ». Une vraie légende… (Carlotta)
RMNR.M.N.
Dans un paysage de forêt enneigée, un gamin marche, son sac de classe sur le dos… Soudain l’enfant s’arrête, fixe avec une crainte certaine dans le regard, un hors-champ dont on saura rien. Sinon, qu’au lendemain de cette « rencontre », le jeune Rudi ne parlera plus… Revenu d’Allemagne après une bousculade dans l’abattoir industriel où il était employé, Matthias Auer tente de retrouver ses marques dans son village roumain entre son épouse lasse d’élever seule leur fils et Csilla, sa petite amie. Palme d’or à Cannes 2007 avec 4 mois, 3 semaines, 2 jours, le cinéaste roumain Cristian Mungiu livre un constat glaçant sur le racisme ordinaire dans une petite communauté enracinée dans ses traditions séculaires et rattrapée par les effets de la mondialisation. Car la direction de la boulangerie industrielle installée dans le village, en embauchant des ouvriers venus du Sri Lanka (« Que viennent faire ici ces types avec leurs maladies et leurs virus? ») va déclencher la tempête. Une superbe réflexion sur les dilemmes de la société actuelle : la solidarité face à l’individualisme, la tolérance face à l’égoïsme, le politiquement correct face à la sincérité… (Le Pacte)
Secrets Mon PereLES SECRETS DE MON PERE
« Pourquoi vous avez tous un numéro tatoué sur le bras ? » Et pourquoi Auschwitz est un mot interdit dans la maison d’Henry Kichka ? En s’appuyant sur la bande dessinée de Michel Kichka, Véra Belmont, réalisatrice notamment de Milena et Survivre avec les loups, deux films avec le nazisme en toile de fond, signe son premier film d’animation. Elle évoque, avec pudeur et retenue, le passé d’Henri Kichka, ancien déporté, hanté pour toujours par la Shoah mais aussi, dans la Belgique de 1959, le présent de ses fils Michel et Charly, à qui leur père n’a jamais rien raconté de son calvaire et s’éloigne d’eux à force de vouloir les protéger. Si le sujet a souvent été abordé au cinéma, ce film émouvant est à voir comme un précieux témoignage sur la mémoire. (Le Pacte)
Narrow MarginNARROW MARGIN
Témoin d’un meurtre commis par un gangster, Carol Hunnicut prend la fuite et se cache dans les Montagnes rocheuses… L’assistant du procureur Caulfield part à la recherche de ce témoin capital. Ensemble, ils vont prendre un train qui doit les ramener à Vancouver mais des tueurs à la solde du gangster sont également à bord. En 1990, Peter Hyams tourne le remake de L’énigme du Chicago Express mis en scène en 1952 par Richard Fleischer. Il réussit un suspense ferroviaire prenant et même haletant par moments, porté par un bon duo d’acteurs : Anne Archer et Gene Hackman. Ce polar en quasi huis-clos est présenté dans la bonne collection Make my Day dirigée par Jean-Baptiste Thoret. (Studiocanal)
Maria ReveMARIA REVE
Femme de ménage réservée, timide et maladroite, Maria, mariée depuis 25 ans, ne quitte jamais son carnet à fleurs dans lequel elle écrit des poèmes en secret. Lorsqu’elle est affectée à l’École des Beaux-Arts, elle rencontre Hubert, le gardien de l’école, et découvre un lieu fascinant où règnent la liberté, la créativité et l’audace… En s’appuyant sur Karin Viard et Gregory Gadebois, excellents tous deux en personnages un peu décalés, Lauriane Escaffre et Yvonnick Muller réussissent une très charmante comédie romantique. Au contact du fantasque Hubert, Maria s’initie à l’art contemporain. Et cette femme discrète va doucement se laisser envahir par la vie… (Universal)
Enfants AutresLES ENFANTS DES AUTRES
Lors d’un cours de guitare, Rachel, enseignante de la quarantaine, rencontre Ali, un père célibataire. Ils tombent amoureux et se pose bientôt pour l’une la question de savoir quand rencontrer l’enfant de l’autre. Avant de décider s’il est encore temps d’en faire un à soi. Connue pour Belle épine (2010) et Grand central (2013), Rebecca Zlotowski s’empare d »un questionnement à la fois intime et universel pour explorer, de manière souvent bouleversante, la manière dont Rachel (Virginie Efira) va se rapprocher de Leila, la fillette d’Ali (Roschdy Zem) tout en se demandant qu’elle sera sa place, non dans le couple, mais dans la famille en devenir… (Ad Vitam)
RodeoRODEO
Jeune marginale, Julia vit d’expédients et voue une passion presque animale pour la moto. Un jour d’été, elle rencontre une bande de motards adeptes du cross-bitume, cette mode consistant à rouler à pleine vitesse et effectuer des figures acrobatiques avec sa machine, la plupart du temps sans casque. La sortie du film a donné lieu à une polémique, pourtant Lola Quivoron ne glorifie en aucune manière les rodéos urbains, comme on a voulu le laisser entendre. En s’inscrivant dans une veine naturaliste et dans une mise en scène nerveuse, ce thriller urbain et pétaradant brosse le bon portrait d’une femme (Julie Ledru, impressionnante) qui s’impose dans un milieu exclusivement masculin… (Blaq Out)
Sans FiltreSANS FILTRE
Au sortir de la Fashion Week, Carl et Yaya, mannequins et influenceurs, ont été invités à faire une croisière de rêve sur un yacht de luxe. Sur le superbe bateau (le fameux Christina O qui appartint au milliardaire grec Onassis), les riches vacanciers se régalent avec un personnel aux petits soins pour des clients pleins aux as. Les choses se gâtent avec un capitaine perturbé qui refuse de quitter sa cabine pour le traditionnel dîner de gala. De plus, une tempête en approche… Déjà palmé à Cannes avec The Square en 2017, le Suédois Ruben Ostlund a récidivé en 2022 avec une satire sur ceux qui sont gâtés par une richesse obscène et influencés (pourris?) par les privilèges dont ils bénéficient. Construit en trois parties, cette comédie grinçante (qui n’évite pas le spectacle de… vomissements) s’achève dans une sorte de délire à la Robinson Crusoe. Pour Ostlund, le cinéma se doit d’interpeller… (M6)
Gorky ParkGORKY PARK
Trois corps défigurées, impossibles à identifier, ont été retrouvés dans le parc Gorki à Moscou (reconstitué en… Finlande). Responsable de la police locale, Arkady Renko (William Hurt) se retrouve avec un dossier compliqué sur les bras. D’autant que le KGB semble vouloir lui mettre des bâtons dans les roues, voire attenter à sa vie tout en menaçant la jolie Irina Asanova (Joanna Pacula), témoin des faits… Renko (William Hurt) découvre que des Américains sont mêlés à l’affaire à travers un trafic de zibelines. En 1983, Michael Apted signe un thriller dans le froid moscovite avec des personnages inquiétants à souhait comme Lee Marvin en homme d’affaires peu scrupuleux. Palpitant. (L’Atelier d’images)
Belle CourseUNE BELLE COURSE
Chauffeur de taxi à Paris, Charles Hoffman n’a pas vraiment le moral, plombé par des soucis financiers. Madeleine Keller a décidé, malgré elle, de quitter sa maison de Brie-sur-Marne. Elle commande un taxi pour la déposer dans une résidence de Courbevoie où elle finira ses jours. Christian Carion filme un voyage à travers Paris où une vieille dame croise un taxi bougon. Ensemble, ils vont musarder dans la capitale pour retarder le moment de la séparation tandis que Madeleine se souvient d’une existence pas toujours heureuse avec un mari violent mais aussi un grand béguin, sur fond de guerre, pour un GI prénommé Matt qui retourna aux USA en lui laissant un cadeau « genre trois kilos cinq ». Line Renaud et Dany Boon sont touchants à souhait dans une comédie dramatique tendre et agréablement enlevée… (Pathé)
KoatiKOATI
Jeune coati orphelin et solitaire, Nachi vit au cœur de la forêt tropical dans le pays de Xo. Alors qu’une catastrophe naturelle approche, Saina, un serpent déloyal, tente de tourner à son avantage la confusion qui règne dans le pays et de s’emparer du pouvoir. Mais le vieux sorcier Cocopa voit en Nachi un espoir pour rétablir l’équilibre. Le jeune coati part donc dans une quête dangereuse et mystérieuse, accompagné par Pako, une grenouille hyperactive, et par Xochi, un papillon monarque intrépide. Alerte et cocasse film d’animation mexicain, Koati aborde sans mièvrerie les thèmes de la solidarité, de la tolérance et de la communauté dans une parabole sur le réchauffement climatique. Avec un héros attachant et un bon vrai méchant, l’intrigue tient le rythme d’autant qu’elle se déroule dans une nature qui permet de magnifiques dessins hypercolorés… (Orange Studio)
DegustationLA DEGUSTATION
Caviste passablement misanthrope, Jacques voit bien que sa cave est au bord de la faillite. Pour avoir droit à des abattements fiscaux, il est contraint d’embaucher Steve, un jeune garçon en réinsertion. Parallèlement, il rencontre Hortense, une jeune femme « très catho » célibataire endurcie en quête d’amour. Quand cette dernière jette son dévolu sur lui, et cherche à faire une dégustation de vin, leur vie va basculer à tous les deux. Réalisateur notamment de L’étudiante et Monsieur Henri (2015) et Venise n’est pas en Italie (2019), Ivan Calbérac met en scène, d’après sa propre pièce de théâtre éponyme (couronnée aux Molières), une agréable comédie romantique sur l’amour et le partage. Même s’il joue sur des sentiments un peu tièdes, le cinéaste peut s’appuyer pleinement sur l’alchimie entre Isabelle Carré et Bernard Campan. (Studiocanal)
Blade RoninBLADE OF THE 47 RONIN
Yurei, sorcière maléfique, dont l’ancêtre a été tué par l’un des 47 Ronin il y a 300 ans, refait surface à Budapest. Elle veut exterminer les derniers samouraïs en réunissant les deux moitiés du puissant sabre Tengu. Une prophétie prédit que seul un descendant des 47 Ronin pourra empoigner la lame et vaincre le mal. Luna, une New-Yorkaise, est identifiée comme l’incarnation de la prophétie. Les samouraïs restants vont mettre en oeuvre toutes leurs compétences en arts martiaux pour former Luna. Dans cette suite de 47 Ronin (2013), Ron Yuan mélange les genres, associant arts martiaux, action, horreur et cyberpunk… (Universal)
Jumeaux Mais Pas TropJUMEAUX MAIS PAS TROP
Après un test ADN de la justice, Anthony — âgé de 33 ans — découvre qu’il a un frère jumeau. Nés sous X, les deux frères auraient été séparés à la naissance. Anthony découvre avec d’autant plus de surprise que son frère est blanc, alors que lui est noir. De plus, il s’agit de Grégoire Beaulieu, candidat star des élections législatives à venir. Pour approcher son frère, Anthony va se faire engager comme chauffeur, sans révéler tout de suite qui il est réellement. Olivier Ducray et Wilfried Méance signent une comédie de la gémellité autour de deux types diamétralement opposés tant sur le plan physique que… politique. Ahmed Sylla (L’ascension ou Inséparables) partage la tête d’affiche avec Bertrand Usclat, connu pour la série parodique Broute… (M6)

 

LE TUEUR, LE CLOCHARD, LA VICTIME ET LA SOCIÉTÉ DE LA RÉUSSITE  

Little OdessaLITTLE ODESSA
Tueur à gages, Joshua Shapira est envoyé, un jour, par son commanditaire à Brighton Beach, le quartier juif ukrainien de Brooklyn, surnommé Little Odessa, où il vécut son enfance. C’est là que, quelques années auparavant, il avait exécuté le fils de Boris Volkoff, le parrain de la mafia du quartier. Cette fois, la mission de Joshua, type déprimé mais néanmoins d’une terrible et froide brutalité, est d’éliminer un bijoutier iranien véreux. Shapira se rend à contrecoeur dans le quartier alors que Reuben, son jeune frère, heureux de son retour, souhaite à tout prix reprendre contact avec lui. D’abord réticent, Joshua, qui craint de mettre son frère en danger, accepte quand il découvre que leur mère est mourante. Reuben vit encore chez ses parents, entre sa mère, Irina, douce et attentionnée, et son père Arkady, despotique vendeur de journaux, très soucieux de l’éducation de ses enfants. Le père avait chassé Joshua en apprenant ses activités criminelles. Lorsque ce dernier se rend à l’appartement pour revoir sa mère, Arkady gifle Reuben pour avoir ramené Joshua à la maison et Joshua frappe violemment son père. De son côté, Volkoff commence à se douter de la présence de l’assassin de son fils à Brighton. En 1994, James Gray signe un premier long-métrage au réalisme pessimiste où il est question de deux familles. La sienne propre dont il s’inspire largement mais aussi la mafia juive russe de Little Odessa dominée par un caïd paternaliste. En s’appuyant sur une distribution dominée par Tim Roth (Joshua) entouré de Vanessa Redgrave, Edward Furlong et Maximilian Schell, James Gray réussit d’entrée une chronique très puissante qui sort dans une belle édition Blu-ray… (Metropolitan)
IronweedIRONWEED – LA FORCE DU DESTIN
En 1938, Francis Phelan revient à Albany. 22 ans plus tôt, il avait quitté sa famille après avoir causé accidentellement la mort de son plus jeune enfant. Depuis, il erre en compagnie d’autres clochards et alcooliques. Après avoir retrouvé son vieil ami Rudy (Tom Waits) qui n’en a plus pour longtemps, il part à la recherche d’Helen, une ancienne chanteuse, clocharde elle aussi, qui fut sa compagne et son soutien ces dernières années. Révélé en 1981 par Pixote, la loi du plus faible, le cinéaste argento-brésilien Hector Babenco (1946-2016) connaît la consécration avec Le baiser de la femme araignée (1985) qui vaudra l’Oscar du meilleur acteur à William Hurt en 1986. En adaptant L’herbe de fer, le roman de Wiliam J. Kennedy (prix Pulitzer 1984), le cinéaste fait une entrée remarquée à Hollywood avec un hommage aux laissés-pour-compte de l’Amérique présenté dans une belle édition Blu-ray. Dans cette représentation sans fard de la pauvreté sur fond de Grande dépression, Jack Nicholson et Meryl Streep, tous deux nominés aux Oscars, sont bouleversants… (Carlotta)
Revoir ParisREVOIR PARIS
C’est une atmosphère de sinistre mémoire qu’évoque Alice Winocour… Avec cet attentat terroriste à Paris, on songe aux événements tragiques de janvier et de novembre 2015 avec l’attaque, notamment contre le Bataclan où se trouvait le frère de la cinéaste… « Pendant qu’il était caché, explique la cinéaste, je suis restée en lien sms avec lui une partie de la nuit. Eh oui , le film s’est construit à partir des souvenirs de cet événement traumatique, puis à partir du récit de mon frère dans les jours suivant l’attaque. J’ai expérimenté sur moi- même comment la mémoire déconstruisait, et bien souvent reconstruisait les évènements… » En s’appuyant sur ce vécu, Alice Winocour a construit un récit-puzzle sur une mémoire à reconstituer. Prise dans un attentat, Mia enquête dans sa mémoire pour retrouver le chemin d’un bonheur possible. Un chemin vers la résilience qui sera long et douloureux. Tout en muette souffrance, Virginie Efira est cette Mia qui cherche la main qui l’a sauvée en la maintenant dans le monde des vivants. (Pathé)
Dont Worry DarlingDON’T WORRY DARLING
Dans les années 50, aux confins du désert californien, Alice et Jack vivent dans un rutilant compound où la vie s’écoule, paisible, entre le travail des maris au Victory Project et les papotages des épouses. Mais Alice n’arrive pas à partager totalement l’optimisme béat de ce meilleur des mondes. Signant une aventure intime et paranoïaque, la réalisatrice Olivia Wilde imagine un thriller psychologique qui emprunte au film d’horreur comme au cinéma d’anticipation. Avec une belle imagerie fifties et d’excellents comédiens (Florence Pugh et Harry Styles), la cinéaste distille un récit attrayant mais grinçant sur une société idéale qui n’aurait que l’amour et la réussite sociale pour but ultime. Lorsque Frank , le gourou charmeur, mielleux mais bien inquiétant, entend « sauver le monde de lui-même », Alice sait qu’il ne lui reste plus qu’à prendre la porte du « paradis ». Mais y arrivera-t-elle ? (Warner)
Harlow Blonde PlatineHARLOW, LA BLONDE PLATINE
En 1928, à peine âgée de 17 ans, la jolie Jean Harlow (1911-1937) décide, pour échapper à la misère promise par l’incapacité de son beau-père (Raf Vallone) à les faire vivre, sa mère (Angela Landsbury) et elle, de devenir une star de l’écran. L’impresario Arthur Landau (Red Buttons) l’aidera à atteindre son objectif. Sa plastique irréprochable et sa chevelure absolument blonde lui permettront, malgré les embûches, de devenir le sex-symbol américain des années trente. En 1965, Gordon Douglas adapte le best-seller Jean Harlow, biographie intime et retrace l’ascension d’une étoile filante au succès fulgurant dans l’univers impitoyable d’Hollywood. Mimétique, Caroll Baker incarne cette star qui disait : « Les hommes m’aiment parce que je ne porte pas de soutien-gorge. Les femmes m’aiment parce que je n’ai pas l’air d’une fille qui leur volera leurs maris. Enfin, pas pour longtemps. » (Carlotta)
Tigre PresidentLE TIGRE ET LE PRESIDENT
« Il faut que tout change pour que rien ne change… » écrivait Tomasi di Lampedusa dans Le guépard. C’est peut-être ce qu’inconsciemment, se disait aussi Paul Deschanel. Le 11e président de la République française, ne fut chef de l’Etat que huit mois, du 18 février au 21 septembre 1920. Et il n’a pas laissé une trace mémorable dans l’Histoire de France, sinon pour une chute de train qui fit se gausser les gazettes. En prenant ses distances avec la reconstitution souvent académique des fictions historiques, (son modèle est l’Amadeus de Milos Forman) Jean-Marc Peyrefitte se penche sur l’oublié Deschanel (Jacques Gamblin lunaire et savoureux) aux prises (électorales) avec un illustre concurrent, Georges Clemenceau alias le Tigre (André Dussollier)… A l’assemblée, Deschanel lui lance : « Laissez-nous gagner la paix » et assène un rude « Vous êtes comme la guerre. Vous êtes fini… » Voici ainsi le portrait allègre d’un perdant magnifique en avance sur son temps. (Orange Studio)
Volets VertsLES VOLETS VERTS
Immense figure du théâtre et du cinéma français, Jules Mangin est au sommet de sa gloire dans les années 70. Il triomphe tous les soirs sur les planches mais cet homme éperdument amoureux sait que son coeur est malade et qu’il ne devrait pas boire… Avec un scénario de Jean-Loup Dabadie tiré de Simenon, Jean Becker donne une comédie dramatique pleine de verve, de charme et de mélancolie. Un écrin pour Gérard Depardieu, grandiose et tendre en frère en théâtre de Saturnin Fabre, Jules Berry, Pierre Brasseur, Raimu ou Sacha Guitry. Les volets verts est donc un film « à l’ancienne » (ce qui lui vaudra sans doute de se faire laminer par d’aucuns) qui ne cherche jamais à faire les pieds au mur et qui, évidemment, n’a pas l’ambition de bouleverser le 7e art. Jean Becker, le fils du grand Jacques (dont il fut, à quatre reprises l’assistant, la dernière fois pour Le trou en 1960) sait construire une scène, placer sa caméra, capter les bonnes vibrations, imaginer des temps forts, émouvants ou drôles, diriger des comédiens tous au diapason qui font parfois penser à ceux qui peuplent, en nombre, les films de Claude Sautet. Une poignante chronique d’un monstre sacré qui tire sa révérence. (ARP)
Tout Monde JeanneTOUT LE MONDE AIME JEANNE
Jeanne Mayer a tout pour être au top ! Les médias la désignent déjà femme de l’année lorsque son beau projet écologiste tombe tristement et lourdement à l’eau. Paumée et dépressive, elle part à Lisbonne pour tenter de vendre l’appartement de sa mère, récemment disparue. Dans l’avion, elle croise Jean (Vincent Lafitte), un ancien copain de lycée. Cinéaste et illustratrice (une petite créature raconte ce qui se passe vraiment dans la tête de Jeanne), Céline Devaux signe un premier long-métrage qui observe une jeune femme dont la vie est mise en désordre par un échec. « Je voulais aussi, dit la cinéaste, parler de l’inquiétude individuelle qui nous concerne tous (comment je me comporte, suis-je une bonne personne, comment me libérer de toutes les réflexions toxiques qui m’habitent) dans un monde d’inquiétude universelle (comment vivrons-nous dans vingt ans, quelle capacité d’action ai-je dans ce monde en déréliction). (…) Le pire c’est qu’on s’habitue presque à ça. En fait, si on analyse la situation, c’est quasiment la définition clinique de la dépression : se lever, savoir que tout est merdique et n’avoir aucune possibilité d’agir. » Blanche Gardin campe cette Jeanne qui a peur de tout dans un monde d’inquiétude universelle… (Diaphana)
A Propos JoanA PROPOS DE JOAN
Sur une route, de nuit, sous la pluie, une femme au volant de sa voiture, se raconte et se souvient. Elle se nomme Joan Verra et reviennent le coup de foudre de sa jeunesse avec un pickpocket irlandais, sa situation ensuite de mère célibataire, son travail d’éditrice tandis que grandit Nathan, son fils unique et chéri (Swann Arlaud)… Si l’allure du film a d’abord l’air classique, Laurent Larivière embarque ensuite le spectateur dans de complexes arcanes romanesques et temporelles autour des strates de la mémoire et de la reconstitution des souvenirs. Avec charisme, Isabelle Huppert habite brillamment cette intrigante Joan… (france.tv Distribution)
DiabolikDIABOLIK
Dans les sixties, Clerville, une ville (fictive) d’Europe, est terrorisée par un impitoyable et insaisissable voleur. On ne connaît ni son identité, ni son visage (toujours masqué), seulement son surnom Diabolik. Seule certitude : toute personne qui entre en contact avec lui meurt. Les frères Manetti adaptent la célèbre bande dessinée des sœurs Giussani et se concentrent sur la rencontre entre Diabolik et sa complice Eva Kant. Avec cette aventure d’une sorte de Batman qui aurait été un criminel, Marco et Antonio Manetti s’empare de l’univers des comics pour en tirer une approche « à l’italienne » bien vintage sur fond de faux diamant et de braquage… (Metropolitan)
Sauvée AmourSAUVEE PAR L’AMOUR
En 1850, la Californie vit les heures chaudes de la ruée vers l’or. Vendue à la prostitution lorsqu’elle n’était encore qu’une enfant, Angel ne connaît que la trahison. Après des années de violence, de dégoût de soi-même et de mépris, elle rencontre Michael Hosea. Pour la première fois, la jeune femme entrevoit un chemin de rédemption. Mais ses vieux démons ne tardent pas à ressurgir… Connu pour Paranoiak (2007), D.J. Caruso adapte un best-seller de Francine Rivers et met en scène, dans une reconstitution de qualité, une exaltante romance historique qui aborde un sujet toujours d’actualité : les violences faites aux femmes… (SAJE Distribution)

MADAME WANG, LE FUGITIF, LA NARATOLOGUE ET LE DJINN  

EverythingEVERYTHING EVERYWHERE ALL AT ONCE
Evelyn Wang est au bout du rouleau. Rien ne va plus : elle ne comprend plus sa famille, son travail et croule sous les impôts… Soudain, elle se retrouve plongée dans le multivers, des mondes parallèles où elle explore toutes les vies qu’elle aurait pu mener. Face à des forces obscures, elle seule peut sauver le monde mais aussi préserver la chose la plus précieuse : sa famille. L’imagination des Daniels (Daniel Kwan et Daniel Scheinert) semble sans limite. Le film plonge le spectateur dans l’anarchie : Evelyn (Michelle Yeoh) est projetée dans le monde métaphysique du « verse-jumping ». Elle passe de la grisaille d’un bâtiment du fisc (ah, Jamie Lee Curtis en employée blonde) au palais d’une méchante nihiliste nommée Jobu Tupaki, des lumières et paillettes des tapis rouges de Hong Kong à un canyon désert où des rochers dotés d’une sensibilité parviennent à se livrer à cœur ouvert. Cette imagination démesurée, ce chaos sans fin, sert finalement à transformer l’universel, ou plutôt le multi-universel, en quelque chose d’intime. « À notre époque, disent les cinéastes, alors qu’on a l’impression que tout s’effondre, il est nécessaire de prendre conscience de l’importance de ceux qui nous entourent. » D’une métaphore de ce que nous vivons actuellement dans la société, notamment la surcharge d’informations, les Daniels ont tiré une œuvre brillante et complètement foutraque sur l’empathie au milieu du chaos. (A2A)
KompromatKOMPROMAT
Directeur de L’Alliance française à Irkoutsk, Mathieu Roussel se partage entre son travail et sa famille, en l’occurrence son épouse (même si son mariage bat de l’aile) et sa petite fille Rose qu’il adore. Un jour de 2017, des hommes du FSB embarquent Roussel à son domicile. Ebahi, il est accusé de diffusion de matériel pédophile sur internet, mis en examen et incarcéré dans une prison où les détenus vont s’acharner sur lui. En s’appuyant sur l’histoire vraie vécue en 2015 par l’écrivain français Yoann Barbereau victime d’un Kompromat, Jérôme Salle propose un palpitant thriller autour d’un « dossier compromettant », terme et procédé inventé par le KGB pour nuire à une personnalité politique, un journaliste, un homme d’affaires etc. Même s’il est remis en liberté avec un bracelet électronique, Roussel (Gilles Lellouche) sait que ses jours sont en danger. Poursuivi par les services secrets, il décide de fuir à travers la Russie et tenter de franchir la frontière. Une longue et rude cavale commence à travers un pays hostile et glauque… (M6)
Trois Mille Ans AttendreTROIS MILLE ANS A T’ATTENDRE
Scientifique et naratologue anglaise, Alithea Binnie, bien que satisfaite par sa vie, porte un regard toujours sceptique sur le monde. Un jour, elle rencontre un génie qui lui propose d’exaucer trois vœux en échange de sa liberté. Mais Alithea est bien trop érudite pour ignorer que, dans les contes, les histoires de vœux se terminent mal… Il plaide alors sa cause en lui racontant son passé extraordinaire. Séduite par ses récits, elle finit par formuler un vœu des plus surprenants. George -« Mad Max »- Miller s’offre, ici, un détour par le drame, la romance et le fantastique en adaptant une nouvelle de la romancière britannique A.S. Byatt. Avec, en tête d’affiche, la magnétique Tilda Swinton et Idris Elba en djinn qui fut autrefois l’amant de la reine de Saba, l’Australien fait montre de sa virtuose aisance de mise en scène pour embarquer, comme sur un manège, le spectateur dans les pas du génie de la lampe… (Metropolitan)
L'operaL’OPERA – SAISON 1& 2
« Quand on entre ici, c’est juste pour la danse… » Sébastien Cheneau, jeune directeur de la danse de l’Opéra de Paris, l’affirme. Mais, derrière les ors et les velours du prestigieux lieu, la réalité n’est pas forcément plaisante. Réalisée par Cécile Ducrocq et Benjamin Adam, cette série franco-belge (deux saisons de 8 épisodes chacune) plonge, de manière bien documentée et en jouant évidemment pleinement la carte du spectacle, dans la rudesse du quotidien du ballet tout en questionnant les discriminations ou le sexisme. On croise là Zoé, une étoile (Ariane Labed, découverte en 2014 dans Fidelio, l’odyssée d’Alice) fragilisée par trop de fêtes et d’angoisses, Flora, une jeune surnuméraire noire qui espère intégrer la troupe ou encore Diane, une prof ambitieuse… (Cinéfeel)
Rumba La VieRUMBA LA VIE
Conducteur de car quinquagénaire et solitaire, Tony est triste et las : « Pas d’ami, pas de famille. Pas de compte à rendre ». L’âge venant, il se reproche d’avoir abandonné Maria sa fille quand elle était bébé. Désormais, soutenu par son copain Gilles (Jean-Pierre Darroussin), il est décidé à la retrouver. Quand il découvre qu’elle est professeur de danse de salon, il décide de s’inscrire sous un pseudo (Kévin Sardou) à l’un de ses cours de rumba. Mais il déteste la danse. Après Tout le monde debout (2018), Franck Dubosc est de retour derrière la caméra. Et devant aussi pour incarner un homme bien de son époque -les années 70-80- qui tente de renouer des liens familiaux. Une fable mélancolique et tendre sur de beaux sentiments entre un père et une fille (Louna Espinosa) qui dansent « parce qu’ils en ont besoin »… (Gaumont)
Liens SangLES LIENS DU SANG
Pensionnaire dans un foyer pour jeunes en difficulté, Irène tombe enceinte après une aventure sans lendemain. Face à cette grossesse non désirée, elle trouve une oreille compatissante auprès de Javier, le tuteur du foyer. Alors que le jeune père se manifeste, Javier suggère à la future mère de venir en montagne, dans le chalet isolé où il vit avec Adela, sa compagne. Touchée par leurs égards, Irène (Irène Virgüez) tombe de haut lorsque le couple lui propose un sinistre pacte. Enfermée dans un endroit perdu, peut-elle refuser de « vendre » son bébé ? Dans une mise en scène maîtrisée, l’Espagnol Manuel Martin Cuenca (Caníbal) explore, dans un thriller, la part la plus sombre de l’humaine condition. (Condor)
BeastBEAST
De retour en Afrique de Sud où il avait autrefois rencontré sa femme, aujourd’hui disparue, le docteur Nate Samuels y passe des vacances avec ses deux filles adolescentes Meredith et Norah. Ils visitent la réserve naturelle, dirigée par Martin Battles, vieil ami de la famille et spécialiste de la vie sauvage. Ce qui devait être un repos salvateur va se transformer en épreuve de survie quand un lion vengeur, unique rescapé de la traque sanguinaire d’ignobles braconniers, se met à dévorer tout humain sur sa route et prend en chasse le docteur et sa famille. Avec Idris Elba (il fut le policier dans Luther, la série de la BBC), le réalisateur islandais Baltasar Kormakur met en scène un intense « survival ». Frissons garantis. (Universal)
Cinq DiablesLES CINQ DIABLES
Fillette étrange et solitaire, Vicky, 8 ans, possède un odorat surdéveloppé et peut reproduire n’importe quelle senteur, qu’elle collectionne dans des bocaux soigneusement étiquetés. Elle a extrait en secret l’odeur de sa mère Joanne, prof d’aquagym (Adèle Exarchopoulos), à qui elle voue un amour fou exclusif. Quand Julia, la sœur de son père, récemment libérée de prison, revient chez eux, Vicky (Sally Dramé) se lance dans l’élaboration de son odeur. Elle est alors transportée dans des souvenirs obscurs et magiques qui l’amènent à découvrir d’anciens secrets qui se répètent dans le présent. Révélée par Ava (2017), Léa Mysius propose, sur fond d’aller-retours temporels, un film fantastique à l’atmosphère impressionnante sur fond de sorcellerie… (Le Pacte)
Vieux FourneauxLES VIEUX FOURNEAUX 2
Pour aider des migrants qu’il cachait à Paris, Pierrot (Pierre Richard) les conduit dans le Sud-Ouest chez Antoine (Bernard Le Coq) qui lui-même accueille déjà Emile (Eddy Mitchell), en plein tourment amoureux et tentant de regagner les faveurs de Berthe (Myriam Boyer)… Six réfugiés vont ainsi goûter à la légendaire hospitalité d’un village français. En s’appuyant sur la BD franco-belge de Lupano et Cauuet, Christophe Duthuron signe un n°2 sous-titré Bons pour l’asile où l’on retrouve nos zigotos, pas encore bons -justement- pour l’asile, qui professent qu’il faut être con pour prendre la vie au sérieux. Mieux le trio, inattendu consultant de la campagne électorale du maire de Montcoeur, pourra combattre les peurs et les préjugés. (Orange Studio)
Belle HistoireLA BELLE HISTOIRE
Il s’appelle Jésus. Il est né un 25 décembre dans la communauté gitane. Se destinant à la tauromachie, il en est écarté à la suite d’une fausse affaire de détention de drogue. Devenu adulte, il fait la connaissance de son père, Didier Louis, un ancien champion cycliste qui ignorait son existence. Elle s’appelle Odona, fille mystique un peu paumée qui vit de rapines avec Isabelle, une amie qui deviendra paraplégique après un accident de moto. Jésus et Odona se rencontrent fortuitement et pensent se reconnaître après 2000 ans. Réincarnation, hasard, mystère ? En 1992, Claude Lelouch orchestre un chassé-croisé à travers le temps de l’amour vécu, de l’amour mort et de l’amour espéré. La mort, l’amour, les vies antérieures et les coïncidences, de la persécution des premiers chrétiens jusqu’à aujourd’hui… (Metropolitan)
Tres Tres Grande ClasseLA TRES TRES GRANDE CLASSE
Prof de français dans un bahut difficile, Sofia, malmenée par ses élèves, exulte en annonçant à sa classe sa prochaine mutation et elle en profite pour sortir leurs quatre vérités à ses élèves. Las, sa mutation est gelée par son établissement à cause d’une autre enseignante avec laquelle elle est en concurrence. Et cette dernière est simplement parfaite sur tous les tableaux. Sofia va alors être contrainte à tous les subterfuges… Frédéric Quiring (révélé par Sales gosses en 2017) signe une comédie « scolaire » qui ne craint pas la caricature. Mais il peut s’appuyer sur deux pointures. Avec un fameux abattage comique, Melha Bedia se régale de sa Sofia. Audrey Fleurot excelle en prof mielleuse et tordue. Les coups bas volent ! (UGC)
Annee RequinL’ANNEE DU REQUIN
« Fermez les plages ! » Maja, gendarme maritime, ne voit que cette solution radicale pour faire face à une situation de crise. Car, du côté du Cap Ferret, un promeneur en paddle a disparu. Pas de doute : un requin géant menace les vacanciers. Bientôt à la retraite, Maja (Marina Foïs) voit là une occasion de finir en beauté sa carrière sous l’uniforme. Les frères jumeaux Ludovic et Zoran Boukherma (remarqués en 2020 avec la comédie horrifique Teddy) n’ont jamais oublié l’effet produit par Les dents de la mer et ils ont eu envie de s’offrir un fantasme de cinéma, façon Spielberg. Chose faite avec cette petite comédie estivale. Même si le film ne tient pas toujours le cap, il se regarde en souriant… (Les Jokers)

L’ENRAGÉ POÉTIQUE, LE ROBOT SÉDUISANT, L’AVOCAT HONNETE ET HUSTON EN WESTERNER  

PasoliniPASOLINI 100 ANS
Avant les œuvres scandaleuses et mythiques des années 1970, la décennie 1960 fut, pour le réalisateur italien Pier Paolo Pasolini, une intense période de création. En 1961, Accattone signe son acte de naissance en tant que cinéaste, bientôt suivi par Mamma Roma (servi par une admirable Anna Magnani), tous deux encore placés sous le sceau du néoréalisme. Ses œuvres suivantes reposent sur une esthétique singulière et poétique, ainsi la farce politique Des oiseaux petits et gros ou la célèbre trilogie sur les mythes (L’Évangile selon saint Matthieu, Œdipe Roi et Médée) accompagnés des fragments de son Orestie africaine, qui n’a jamais vu le jour.. Neuf films (dont l’étonnant court-métrage La Ricotta) d’une richesse incomparable sont réunis pour la première fois dans un coffret de six Blu-ray. Cette superbe édition qui célèbre le centenaire de la naissance, le 5 mars 1922, à Bologne de PPP, est enrichie de nombreux suppléments dont notamment les documentaires Cinéastes de notre temps : Pasolini l’enragé (98 mn) et Médée passion, souvenirs d’un tournage (30 mn). (Carlotta)
I'am YourManI’AM YOUR MAN
« Mais qu’est-ce que je suis venue faire dans ce bar ? » L’air septique, Alma regarde les danseurs tourner sur la piste… En fait, cette brillante scientifique est en mission. Parce que son département au prestigieux Pergamon Museum à Berlin nécessite des fonds pour lui permettre de poursuivre ses recherches sur les écritures cunéiformes sumériennes, Alma a accepté de participer, pendant quelques semaines, à un essai d’évaluation, en l’occurrence tester un robot humanoïde qu’on lui présente donc dans un dancing au look d’un autre temps… Tom, robot à l’apparence humaine parfaite, est spécialement programmé pour correspondre à la définition, pour Alma, de l’homme idéal. Son « existence » ne doit servir qu’un seul but : rendre Alma heureuse. L’Allemande Maria Schrader réussit une surprenante comédie romantique de science-fiction. Avec un excellent duo d’acteurs (Dan Stevens et Maren Eggert), elle s’empare d’une aventure intime malicieuse et grinçante pour livrer une introspection sur l’essence des sentiments humains et du mystère de l’amour. Savoureux ! (Blaq Out)
Silence OmbresDU SILENCE ET DES OMBRES
Au coeur de l’Amérique sudiste et ségrégationniste des années 30, pendant la Grande Dépression, dans la ville fictive de Maycomb (Alabama), Atticus Finch, avocat droit et honnête, est commis d’office pour la défense de Tom Robinson, un Noir accusé d’avoir violé une femme blanche, Mayella Ewell, qui témoigne contre lui au tribunal… En 1962, Robert Mulligan, qui a souvent traité de l’enfance et de l’adolescence dans ses films, met en scène l’excellent Gregory Peck (il obtiendra l’Oscar du meilleur acteur) dans un drame vu à travers les yeux d’enfants. En effet, avec l’aide d’une gouvernante noire, Finch élève seul ses deux enfants Scout et Jem. Ceux-ci, avec leur ami Dill, viendront assister au procès et découvriront à la fois la violence des hommes et de la société et l’éthique d’un père qu’ils connaissaient au fond très mal… To Kill a Mockingbird (en v.o.) est considéré aux États-Unis comme un film phare, un symbole culturel… (Universal)
Vent PlaineLE VENT DE LA PLAINE
Peut-être le seul vrai western réalisé (en 1960) par John Huston, The Unforgiven (en v.o.) est aussi un film que le cinéaste affirmait détester… Sans doute, parce qu’il fut « massacré » au montage. Il n’en reste pas moins que l’histoire du clan Zachary mérite le détour. Au coeur du récit, se trouve Rachel (magnifique Audrey Hepburn), enfant indienne, adoptée par la famille et objet de toutes les rumeurs sur ses origines. Pour certains Blancs, pas question d’accepter qu’une peau-rouge vive parmi eux. Pour les Indiens, elle doit retrouver les siens, de gré ou de force… Un propos qui permet au cinéaste de donner une œuvre tragique sur le racisme et l’intolérance. De plus, le film réunit une belle affiche avec Burt Lancaster, Lillian Gish, Audie Murphy, Doug McClure et John Saxon… Dans les suppléments, Jean-François Giré ou Patrick Brion reviennent en longueur sur ce western et sur les raisons d’Huston de le renier… (Sidonis Calysta)
Autre Cote CielDE L’AUTRE COTE DU CIEL
Vivant au milieu de grandes cheminées dont l’épaisse fumée recouvre depuis toujours le ciel de sa ville, le jeune Lubicchi aimerait prouver à tous que son père disait vrai : par-delà les nuages, il existe des étoiles. A Halloween, le petit ramoneur rencontre Poupelle, une étrange créature avec qui il décide de partir à la découverte du ciel. Le réalisateur japonais Yusuke Hirota a imaginé, autour d’un duo héroïque qui combine ses forces et ses faiblesses pour réussir, un film d’animation écologique et fantastique qui raconte la libération d’une ville et de ses habitants, enfermés dans une bulle de pollution… Intense et nécessaire. (Arte)
Chantent EcrevissesLA OU CHANTENT LES ECREVISSES
Dans les marécages de Caroline du Nord, Kya Clark grandit dans une famille fracturée qui voit le départ de ses membres, de sa mère à son père violent. Isolée, l’adolescente, connue par les habitants de la ville comme la « Fille des Marais », vit seule du commerce de moules à un couple de marchands locaux. Pendant des années, de folles rumeurs ont couru sur la jeune fille de Barkley Cove, isolant la sensible Kya de la communauté. Lorsqu’elle rencontre deux jeunes hommes de la ville, Kya découvre un autre monde. Mais lorsque l’un d’eux est retrouvé mort, Kya devient immédiatement la principale suspecte. Adaptant le roman à succès de Delia Owens paru en 2019, la cinéaste Olivia Newman réunit une bonne histoire, d’excellents comédiens (Daisy Edgar-Jones en touchante Kya), de fortes images de nature pour un drame mâtiné de thriller autour des secrets et des préjugés. (ESC Editions)
Une Vie DifficileUNE VIE DIFFICILE
Pendant la Deuxième Guerre mondiale, le Romain Silvio Magnozzi est résistant et participe à la rédaction d’un journal clandestin. Découvert par un Allemand qui veut le fusiller, il est sauvé de justesse par Elena. Celle-ci le cache et ils tombent amoureux. La guerre finie, il travaille comme journaliste et retrouve Elena qu’il épouse à Rome. Mais les prises de positions radicales de Silvio ne rapportent pas d’argent et ils n’ont pas toujours de quoi manger. À la suite de sa participation spontanée à une tentative d’insurrection, Silvio est incarcéré. Il débute alors la rédaction d’un roman : Une vie difficile. « Petite fresque de quinze années de vie italienne observées à travers les efforts et le ratage d’un journaliste luttant pour ses idéaux démocratiques », le film réalisé en 1961 par Dino Risi (et présenté dans la collection Make my Day de Jean-Baptiste Thoret), est l’une des plus remarquables compositions d’Alberto Sordi, l’un des grands acteurs italiens. (Studiocanal)
Jane CharlotteJANE PAR CHARLOTTE
Emouvant, notamment par les souvenirs intimes et les confidences partagés, le documentaire que Charlotte Gainsbourg consacre à Jane Birkin est un beau moment de cinéma entre une fille et sa mère. Alors même que la pudeur de l’une face à l’autre n’avait jamais permis un tel rapprochement. Par l’entremise de la caméra, émerge un échange inédit qui efface peu à peu les deux artistes et les met à nu dans une conversation intime et universelle. Avec grâce, la glace se brise pour saisir le mystère derrière la légende de l’écran. « C’était nécessaire, dit Jane Birkin, pour Charlotte d’entendre certaines choses qui ne sont jamais dites. Je pense que ses questions sont aussi intéressantes que mes réponses. Ce film est autant sur elle que sur moi  ». Le dvd est accompagné d’un livre de photos de Charlotte Gainsbourg. (jour2fête)
Croisiere JauneLA CROISIERE JAUNE
Financée par André Citroën, l’expédition de la Mission Citroën Centre-Asie, la fameuse Croisière jaune, doit relier Beyrouth à Pékin en véhicules autochenilles. Un premier groupe quitte le Liban le 4 avril 1931 pour retrouver à mi- chemin un second groupe parti de Pékin. Une quarantaine d’hommes, parmi lesquels des savants et des médecins, vont parcourir trente mille kilomètres à travers le Moyen et l’Extrême-Orient, bravant les intempéries, les défaillances mécaniques et les conflits politiques… Cinéaste poète et aventurier, auteur du très acclamé Études sur Paris (1928), André Sauvage est engagé pour filmer cette extraordinaire épopée à but aussi bien scientifique que promotionnel. Cet incroyable témoignage cinématographique permet de suivre les péripéties d’une expédition longue et difficile à travers laquelle se déploie toute la beauté et la diversité des paysages, des hommes et des cultures rencontrés. Une aventure unique, disponible pour la première fois en Blu-ray dans une splendide restauration accompagnée du beau livre L’Aventure cinématographique de la Croisière jaune. (Carlotta)
TraumaTRAUMA
Jeune New-yorkaise d’origine roumaine, Aura Petrescu s’est échappée d’une clinique psychiatrique où ses parents l’avaient fait enfermer parce qu’elle souffrait d’anorexie mentale. Il est vrai que la jeune fille âgée de 16 ans avait de quoi être perturbée : elle avait assisté à la décapitation de ses parents lors d’une séance de spiritisme. Elle se réfugie auprès de David Parsons, un dessinateur employé par une station de télé locale. Ensemble, ils vont enquêter sur le tueur en série qui les a pris en chasse. Tourné dans le Minnesota, Trauma (1993) est la seconde des deux productions américaines du réalisateur italien Dario Argento après sa collaboration avec George Romero pour Deux yeux maléfiques (1990). Pour la première fois, le réalisateur de Suspiria et Inferno dirige, dans le rôle d’Aura, sa fille Asia, qui avait déjà joué dans deux films produits par son père, Démons 2 (1986) et Sanctuaire (1989). S’il est parfois considéré comme un simple remake américain des Frissons de l’angoisse qu’Argento réalisa en 1975 avec David Hemmings en tête d’affiche, le film (en restauration 4K et dans un beau coffret collector de la collection Extraculte) respecte cependant les reègles du giallo à l’italienne avec sa succession de meurtres, le protagoniste qui s’improvise détective ou la découverte du meurtrier et de son traumatisme refoulé… (Extralucid Filkms)
Tourner VivreTOURNER POUR VIVRE
« J’ai retrouvé Tintin, raconte Philippe Azoulay, il a plus de 77 ans, il fait du cinéma et court le monde à la recherche du sens de la vie… » Le documentariste embarque le spectateur dans un voyage cinématographique inédit avec le réalisateur d’Un homme et une femme… Alors qu’il était parti pour trois années à suivre le cinéaste, Philippe Azoulay a finalement partagé, pendant sept ans, la vie d’un cinéaste convaincu de l’incroyable fertilité du chaos et qui avoue : « J’ai plus appris de mes échecs que de mes réussites… » Le documentaire fait la part belle à un Lelouch toujours avide de rencontres et de coups de cœur et se concentre sur les tournages de Salaud, on t’aime (2014) et Un plus une, grande histoire sur fond de considérable désordre créatif (2015). L’occasion de voir Lelouch à l’œuvre dans un chalet alpin et aux prises, notamment, avec un Johnny Hallyday « intime » et… un aigle qui a eu la mauvaise idée de prendre son envol vers un ailleurs inconnu la veille du tournage de ses séquences. Mais, comme par miracle, le bel oiseau revint alors qu’on ne l’attendait plus. De là à dire que Lelouch a le talent d’apprivoiser la chance ou de savoir capter un message du hasard, il n’y a qu’un pas… (Destiny Films)
FallFALL
Depuis qu’elle a vu son mari mourir sous ses yeux lors d’une escalade, Becky (Grace Caroline Currey) souffre de profondes phobies… Pour se sortir d’une spirale délétère, elle finit par accepter la proposition de son amie Hunter (Virginia Gardner) : escalader une tour de transmission haute de 600 mètres et située en plein désert californien. Mais, si Becky affronte l’aventure avec courage, les choses vont vite se gâter… L’Anglais Scott Mann s’y entend pour distiller une parfaite atmosphère de peur. Bourré de trouvailles et de situations parfois extravagantes, son film (tourné dans le désert des Mojaves) est un petit bijou de trouille cinématographique. (Wild Side)
Bullet TrainBULLET TRAIN
Alors qu’il se pose des questions existentielles sur son « métier » de voleur professionnel, « Coccinelle » se voit confier une mission en apparence toute simple : s’emparer, à bord d’un train à grande vitesse circulant entre Tokyo et Kyoto, d’une mystérieuse mallette… Mais rien ne va se passer comme prévu. Car on retrouve, là, des tueurs, une étrange adolescente et… un serpent très venimeux. David Leitch, ancien cascadeur devenu réalisateur, signe un produit hollywoodien avec tout ce qu’il faut de séquences d’action, des digressions humoristiques, de style clip et de stars puisque « Coccinelle » est du sur-mesure pour Brad Pitt. (ESC Editions)
Le SurvivantLE SURVIVANT
Boxeur polonais, Harry Haft est transféré dans le camp de concentration et d’extermination d’Auschwitz. Ce sportif va devoir littéralement se battre pour survivre : s’il gagne ses combats, il est nourri, s’il perd il est conduit à la chambre à gaz. Après la guerre, Harry (Ben Foster) devient boxeur professionnel en Allemagne avant de s’installer aux États-Unis. Hanté par la culpabilité et les traumatismes de ses combats dans le camp, Haft, installé à Brooklyn, va reprendre peu à peu goût à pratiquer son sport. Il va même faire des combats très médiatisés, notamment celui contre Rocky Marciano. Auteur de grands succès comme Good Morning Vietnam (1987) ou Rain Man (1988), Barry Levinson, en se souvenant du vécu de sa propre famille, se penche avec empathie sur un traumatisme post-Shoah. (Metropolitan)
Desperate HourTHE DESPERATE HOUR
Dans sa petite ville montagneuse des États-Unis, Amy Carr se remet lentement de la mort de son mari, un drame qui a durement éprouvé Noah, son aîné. Pendant un congé, Amy fait du jogging en forêt lorsqu’elle croise plusieurs voitures de police, sirènes hurlantes et gyrophares allumés… Désormais accrochée à son portable, Amy (Naomi Watts) apprend qu’une prise d’otages se déroule au lycée de Lakewood où Noah est scolarisé. Alors qu’elle se trouve en pleine forêt et qu’elle peine à trouver son chemin, la police lui conseille de rejoindre un rassemblement de parents à proximité du lycée. Dans un huis-clos pratiquement en temps réel, la tension va crescendo. Chaque seconde, désormais, compte pour une mère aux abois qui se demande si son Noah n’est pas impliqué dans la prise d’otages. (Wild Side)
Symphonie FantastiqueLA SYMPHONIE FANTASTIQUE
A la faculté de médecine, le jeune Hector Berlioz griffonne des notes sur ses cahiers. L’anatomie, non merci. Son destin, c’est la musique… Mais la gloire ne viendra que tardivement et dans une profonde douleur. En 1942, Christian-Jacque met en scène la vie, très romancée, de l’auteur de La damnation de Faust. Il se concentre, au-delà de la difficulté de Berlioz à se faire entendre notamment de ses confrères et de son éditeur, sur son amitié avec Antoine Carbonnel (Bernard Blier) et sur les deux femmes qui ont compté dans sa vie : Henriette Smithson (Lise Delamare) et la douce Marie Martin (Renée Saint-Cyr). Jean-Louis Barrault campe avec emphase un génie torturé… Produit par la Continental, la société allemande installée à Paris pendant l’Occupation, ce film qui exalte l’âme française, a été scénarisé par Alfred Greven, le (francophile) patron de la Continental. (Gaumont)
Madame Sans GeneMADAME SANS GENE
Epouse du maréchal Lefebvre, duc de Dantzig, Catherine Hubscher, née le 2 février 1753 à Altenbach (aujourd’hui Goldbach-Altenbach) au pied des Vosges haut-rhinoises, hérita a posteriori du sobriquet « Madame Sans-Gêne » attribué par l’auteur de théâtre Victorien Sardou. Elle était en effet célèbre pour son franc-parler et ses manières populaires, qui déplaisaient fortement à l’entourage de l’empereur Napoléon Ier alors que lui l’appréciait beaucoup et la défendait toujours. En 1961, Christian-Jacque raconte donc les aventures de Catherine, lingère durant la Révolution. Elle est courtisée par un sous-officier, le sergent Lefebvre, mais elle est soucieuse de sa réputation… Le 10 août 1792, durant les émeutes parisiennes, c´est dans sa cour que le canon est tiré, vers les Tuileries. Puis, elle suivra son mari, le sergent Lefebvre (Robert Hossein), épousé entre deux campagnes napoléoniennes, dans ses pérégrinations militaires. Des années plus tard, devenue duchesse de Dantzig, Catherine, desservie par les intrigues ourdies par les sœurs de Napoléon et Joseph Fouché, fait scandale à la cour de l’empereur… Une comédie « historique » faite sur mesure pour une Sophia Loren toutes en formes et à l’aise dans la faconde de Madame Sans-Gêne… (Gaumont)

MARIA VARGAS, LE COMTE ORLOK, DEUX AMIS ET UNE REPORTER PUGNACE  

Comtesse pieds nusLA COMTESSE AUX PIEDS NUS
Sous une pluie battante dans un cimetière italien, le réalisateur et scénariste Harry Dawes, sanglé dans son imper ruisselant, assiste à l’enterrement de l’actrice Maria D’Amata. Il se souvient de sa première rencontre à Madrid avec la jeune danseuse de cabaret alors qu’il était chargé par le producteur Kirk Edwards de la convaincre de devenir la nouvelle star de Hollywood. D’abord réticente, Maria Vargas deviendra une vedette mais lasse du succès, elle épouse le comte italien Torlato-Favrini… Voici, dans un beau coffret collector en édition limitée et numérotée, un joyau glamour (inédit en Blu-ray en France) de l’âge d’or hollywoodien. En 1954, Joseph J. Mankiewicz, au sommet de son art, joue avec le temps, multiplie les flash-back jusqu’à la mise en abîme et fragmente les points de vue. Et il magnifie la sublime Ava Gardner et un grand Humphrey Bogart dans un portrait cynique et grinçant d’Hollywood. En suppléments, Conte défait, un entretien inédit avec Samuel Blumenfeld et un portrait (53 minutes) de Mankiewicz réalisé en 1981 par Jean Douchet. Enfin le coffret contient Mankiewicz contre Cendrillon, un ouvrage collectif inédit (160 p.) qui explore le film de sa genèse à sa place dans l’oeuvre du cinéaste. (Carlotta)
NosferatuNOSFERATU
« Passé le pont, les fantômes vinrent à sa rencontre… » En adaptant, sans le nommer, le Dracula de Bram Stocker (dont il ne détenait pas les droits), Friedrich Wilhelm Murnau réussit, en 1922, un génial film d’horreur et l’un des très grands moments du cinéma expressionniste allemand. Clerc de notaire fraîchement marié avec Ellen, Thomas Hutter se rend en 1838 en Transylvanie pour vendre une propriété au comte Orlok. Le comte accueille Hutter dans un sinsitre château. Au cours de la transaction, Orlok aperçoit une miniature d’Ellen qui le fascine immédiatement. Hutter découvre la vraie nature du comte. En cheminant vers sa nouvelle propriété, Nosferatu répand la peste dans son sillage. Bientôt en proie aux mains griffues de Nosferatu, Ellen le laissera faire d’elle sa victime et sacrifie son sang au vampire (le bien nommé Max Schreck) pour sauver la ville… Un belle réédition  d’un chef d’oeuvre du 7e art! (Potemkine)
BirdyBIRDY
Malgré leurs différences, Al et Birdy sont inséparables. Dans leur pauvre banlieue de Philadelphie, Al, sportif, exubérant et populaire, ne pense qu’à séduire les filles, quand Birdy, réservé et étrange aux yeux des autres, voue une admiration sans bornes aux oiseaux… En 1984, Alan Parker (qui a déjà son actif Midnight Express en 1978, Fame en 1980 et Pink Floyd : The Wall en 1982) signe un émouvant hymne à l’amitié et à la liberté présenté dans un coffret avec de multiples compléments et un livret inédit. Les deux amis (Matthew Modine et Nicolas Cage sont admirables) ont vécu le traumatisme du Vietnam. Revenu défiguré, Al est appelé à l’hôpital pour aider Birdy. Totalement mutique, celui-ci est persuadé d’être une créature pouvant voler. Birdy est le premier long métrage à utiliser une caméra tyrolienne, fixée à des câbles reliés à quatre grues et dirigée par ordinateur. Elle est ainsi utilisée pour la scène lors de laquelle Birdy rêve qu’il vole. (Wild Side)
Nuits MashhadLES NUITS DE MASHHAD
Avec une ouverture digne des meilleurs films noirs américains, voici une plongée angoissante dans Mashhad, grande ville du nord de l’Iran, où sévit un serial-killer qui étrangle des prostituées. C’est dans cette ville sous tension que débarque Arezoo Rahimi. Cette journaliste d’un quotidien de Téhéran, est venue sur place mener l’enquête, convaincue que le pouvoir n’est pas spécialement pressé de mettre l’assassin au pas. Cinéaste danois d’origine iranienne, Ali Abbasi va bien au-delà du thriller même si son film est constamment palpitant. A travers la pugnace reporter qui n’hésite pas à aller sur le terrain même du tueur, il met en lumière la difficulté d’être une femme en Iran. L’actualité récente est venue appuyer funestement son propos. Zarha Amir-Ebrahimi, d’abord présente dans l’équipe technique, est passée de l’autre côté de la caméra pour incarner l’enquêtrice. Son personnage lui a permis d’être couronnée meilleure actrice à Cannes 2022. (Metropolitan)
El Buen PatronEL BUEN PATRON
A la tête d’une entreprise de balances, Julio Blanco, patron manipulateur, s’implique sans vergogne dans la vie privée de ses employés pour améliorer la productivité de sa société. En voulant régler tous les problèmes (l’usine attend la visite d’un jury qui doit lui attribuer un prix tandis qu’un ex-employé manifeste devant les portes), Blanco va franchir toutes les lignes. Chef de file de la veine sociale du cinéma espagnol, Fernando Leon de Aranoa signe un réjouissant pamphlet sur la rude descente aux enfers d’un patron excessif et amoral. Avec un plaisir manifeste, Javier Bardem s’empare de ce personnage aussi paternaliste que toxique. (Blaq Out)
Crime Giovanni EpiscopLE CRIME DE GIOVANNI EPISCOPO
Humble employé administratif à Rome, Giovanni Episcopo mène, à la fin du 19e siècle, une vie paisible dans une modeste pension de famille. Lors d’une soirée entre amis, il fait la connaissance de Giulio Wanzer, un aventurier malhonnête. Sa vie prend désormais un tournant imprévu : il change de domicile, se lie avec des personnages équivoques et tombe bientôt sous le charme de Ginevra Canale, amante et complice de Giulio Wanzer. Recherché par la police, celui-ci s’enfuit en Argentine. Quant à Episcopo (Aldo Fabrizi), il perd son emploi et ses économies sont dilapidées. Pourtant, Ginevra, désormais seule, devient l’épouse d’Episcopo qui lui donnera même un fils, Ciro. Lorsque Wanzer réapparaît et tente de lui reprendre Ginevra, Episcopo l’assassine et se dénonce ensuite à la police. En s’inspirant du roman Giovanni Episcopo de Gabriele D’Annunzio, publié en 1891, Alberto Lattuada réalise en 1947, un puissant et poignant portrait d’un individu humilié et offensé. (Studiocanal)
Jerry LewisJERRY LEWIS
Humoriste, acteur, producteur et réalisateur, Jerry Lewis, disparu en 2017 à l’âge de 91 ans, fut l’un des grands comiques d’Hollywood. Il se fit connaître en duo avec Dean Martin avant de mener une carrière solo qui fut souvent plus appréciée chez nous qu’aux USA. Un beau coffret réunit quinze de ses films des années 50 et 60 et notamment Le zinzin d’Hollywood, satire des studios, Le dingue du palace, folle déambulation d’un groom, Le tombeur de ces dames et sa cascade de gags ou encore Docteur Jerry et Mister Love, délirante variation sur le savant fou… Une belle occasion de découvrir, avec aussi Les tontons farceurs, Jerry chez les cinoques, Jerry souffre-douleur, Cendrillon aux grands pieds, Artistes et modèles, Amour, délices et golf, l’humour selon Jerry Lewis, l’immense clown d’Hollywood… (Paramount)
Nuit Du 12LA NUIT DU 12
Récemment nommé à la tête de la police judiciaire de Grenoble, Yohan Vivès (Bastien Bouillon) est confronté au crime que tous redoutent, celui où l’assassin n’a laissé aucune trace. Clara, 21 ans, a été aspergée d’essence par un inconnu qui a mis le feu. Qui était-elle ? Une fille « facile » ? Si les investigations se poursuivent, si les suspects existent parmi ses ex, rien n’avance malgré le zèle des enquêteurs. Et Vivès, qui doit aussi gérer les états d’âme d’un de ses collègues (Bouli Lanners), est de plus en plus obsédé par une nuit qui le hante. Récent auteur de Seules les bêtes, Dominik Moll réussit un polar qui refuse le suspense (l’affaire ne sera pas résolue) mais s’interroge notamment sur ce « quelque chose qui cloche entre les hommes et les femmes ». (Blaq Out)
As BestasAS BESTAS
Couple de Français, Antoine et Olga sont installés depuis longtemps dans un petit village de Galice en Espagne où ils pratiquent une agriculture éco-responsable et restaurent des maisons abandonnées pour faciliter le repeuplement. Hélas, pour ces « quinquas » néo-paysans (bien incarnés par Denis Ménochet et Marina Foïs) qui concrétisent un vieux projet de vie, leur opposition à une implantation d’éoliennes va provoquer, jusqu’à l’irréparable, de graves tensions avec leurs voisins. Remarqué avec des films comme Que Dios nos perdone (2016), El Reino (2018) ou Madre (2019), Rodrigo Sorogoyen organise un thriller psychologique à la fois inquiétant et rusé puisqu’il déplace habilement le regard (et l’empathie…) sur les différents personnages… (Le Pacte)
Special MagnumSPECIAL MAGNUM
Capitaine de la police d’Ottawa, Tony Saitta enquête sur la mort de sa sœur, une étudiante qui a été empoisonnée pour des raisons inconnues. Ce flic dur et cogneur (Stuart Whitman) découvre que la jeune fille (Carole Laure) avait une liaison avec l’un de ses enseignants : le professeur Tracer (Martin Landau). Du peplum au western en passant par l’horreur, Alberto de Martino fut l’un des piliers du cinéma populaire italien. Dans la collection « Make my Day » de Jean-Baptiste Thoret, on trouve ce film hybride (1976) qui mêle le « poliziottesco » avec le polar américain et même une touche de « giallo ». Avec, en prime, une impressionnante course-poursuite de près de dix minutes dans les rues de Montréal… (Studiocanal)
BruiserBRUISER Employé de bureau timide et anonyme, Henry Creedlow se réveille un beau matin et constate que son visage a disparu, remplacé par un masque blanc. Il réalise qu’il vient de perdre la chose la plus importante au monde : son identité. Il se lance alors dans une expédition punitive contre tous ceux qui l’ont humilié jusqu’alors. On ne présente plus George Romero, inventeur du cinéma d’horreur moderne avec des œuvres comme La nuit des morts vivants (1968) et auteur d’une saga de films de zombies jamais égalée dont Zombie (1978), l’un des chefs d’oeuvre du cinéma américain des années 70. Dans sa belle collection « Make my Day », Jean-Baptiste Thoret a tourné le projecteur sur Bruiser que Romero tourne en 2000 au terme d’une décennie d’inactivité. Comme tous les films du maître de l’horreur, voici une fable politique radicale sur le monde qui nous entoure, en même temps qu’un drame teinté de mélancolie. Le cinéaste s’est inspiré des Yeux sans visage (1960) de Georges Franju. (Studiocanal)
VilleneuveDENIS VILLENEUVE
Après une première carrière dans son Canada natal avec notamment Polytechnique (2009) puis Incendies (2010), le Québécois Denis Villeneuve est parti en 2013 à Hollywood où il va s’imposer avec de gros succès. Un coffret permet de retrouver trois de ces réussites avec Prisoners (2013) interprété par Jake Gyllenhaal et Hugh Jackman puis Sicario  (2015), deux puissants thrillers, le premier poignant sur une course contre la mort pour retrouver des fillettes disparues, le second violent sur la guerre des agents américains contre les cartels mexicains de la drogue. Enfin Dune (2021) est une immense fresque de science-fiction adaptée du roman éponyme de Frank Herbert. Un space-opera visuellement passionnant et justement couronné de l’Oscar de la meilleure photographie… (Warner)
Incroyable Periple MagellanL’INCROYABLE PERIPLE DE MAGELLAN
Si le nom de Magellan est connu, ses exploits sont tombés dans l’oubli car Magellan est un héros maudit, un Portugais au service de l’Espagne… Un traître jamais revenu de son expédition insensée… Pourtant, c’est lui qui a réalisé le rêve de Christophe Colomb. Dans une série documentaire (4 x 52 mn), François de Riberolles (avec une mise en animation des dessins réalisée par Malil’Art) raconte le plus grand exploit maritime de tous les temps, une odyssée hors du commun qui a emmené 237 marins, répartis sur cinq navires, à la découverte de nouvelles terres, d’un nouvel océan, de nouveaux peuples et d’un nouveau monde. (Arte)
Poignee CendresUNE POIGNEE DE CENDRES
Dans l’Angleterre des années 30. Brenda (Kristin Scott Thomas) et Anthony Last (James Wilby) ont tout pour être heureux. Ils sont jeunes, riches, beaux et vivent dans une belle demeure victorienne au coeur de la campagne londonienne. Mais Brenda s’y ennuie. Aussi se lie-t-elle très vite d’amitié avec un invité de son mari, John Beaver. (Rupert Graves). Sa belle-mère lui loue un studio dans la capitale. Sous prétexte d’études économiques, Brenda s’y rend de plus en plus souvent. Elle devient la maîtresse de John. Anthony se résigne à vivre seul, en compagnie de leur fils. Mais celui-ci meurt dans un accident. Sous le choc, Brenda avoue sa liaison à son mari. Celui-ci disparaît alors au Brésil… En 1988, Charles Sturridge adapte un roman d’Evelyn Waugh et signe un tableau de l’Angleterre victorienne sur fond de luxe‚ d’oisiveté‚ d’ennui et d’adultère. Une satire cruelle de l’hypocrisie de la noblesse anglaise! (Condor)
RIPDR.I.P.D : BRIGADE FANTOME
Policier du Boston Police Department, Nick Walker (Ryan Reynords), est tué lors d’une intervention. Il rejoint alors la brigade fantôme de la RIPD (Rest in Peace Department), une brigade composée d’anciens policiers et hommes et femmes de loi morts. Proctor, sa supérieure, lui attribue comme coéquipier Roicephus « Roy » Pulsipher, un ancien marshal (Jeff Bridges) durant la conquête de l’Ouest. Leur mission est d’éliminer toutes les « crevures » se cachant encore sur Terre. Toutefois, Nick est déterminé à se venger de l’homme responsable de sa mort : son ancien partenaire Bobby Hayes (Kevin Bacon). Robert Schwentke, réalisateur allemand connu à Hollywood pour avoir mis en scène Jodie Foster dans Fight Plan (2005) puis une comédie d’action, Red (2011), tirée d’une bande dessinée avec Bruce Willis, Morgan Freeman, John Malkovich et Helen Mirren, adapte à nouveau un comics de Peter Lenkov, pour un divertissement d’action, quelque part entre Men in Black et Ghostbusters… (Universal)
CombattantesLES COMBATTANTES
Digne petite sœur du Bazar de la Charité, la série à succès de TF1 en 2019, Les combattantes nous transportent en septembre 1914. Depuis quelques semaines, les combats font rage. Dans un petit village de l’Est de la France, à quelques kilomètres de la zone allemande, quatre femmes se retrouvent projetées au cœur de l’horreur. Marguerite (Audrey Fleurot) est une prostituée parisienne, aussi mystérieuse que flamboyante, que l’on soupçonne d’être une espionne. Caroline (Sofia Essaïdi) est l’épouse de Victor Dewitt, propriétaire d’une usine de voitures, parti au front. Elle se voit propulsée à la tête de l’entreprise familiale, défi colossal et inédit pour une femme du début du siècle. Agnès (Julie de Bona) est la mère supérieure d’un couvent réquisitionné et transformé en hôpital militaire. Dépassée par l’afflux de blessés, Agnès est de plus en plus tourmentée et questionne ses choix de vie. Suzanne (Camille Lou) est une jeune infirmière féministe recherchée pour meurtre. Huit épisodes de 52 minutes autour de quatre femmes héroïques dans un moment tragique de l’Histoire de France. (Universal)
Peau Sur OsLA PEAU SUR LES OS
Brillant avocat, Billy Halleck fête l’acquittement de son client, le mafieux Richie Ginelli. Sur le chemin du retour, Halleck tue une vieille femme. L’affaire est vite étouffée mais le père de la victime lui jette un sort : alors qu’il est obèse, Billy va se mettre à maigrir, encore et encore, sans pouvoir contrôler un mécanisme qui pourrait signer sa disparition totale… Tom Holland adapte, en 1996, le roman éponyme de Stephen King (qui apparaît brièvement en pharmacien) pour un conte moral sur la déchéance d’un homme rongé de l’intérieur. Un inédit en dvd et Blu-ray marqué par l’humour noir et les effets spéciaux des maquillages. (Rimini Editions)
Joyeuse Retraite 2JOYEUSE RETRAITE 2
Trois ans ont passé. Marilou et Philippe décident de faire découvrir à leurs petits-enfants leur nouvelle maison de vacances au Portugal. Une fois sur place, ils découvrent, horrifiés, que la maison est encore en chantier ! Ce n’est que le début des galères pour les grands-parents car bientôt… ils perdent les gamins. Il ne leur reste plus que deux jours pour les retrouver avant que leurs parents ne les rejoignent… Après un n°1 en 2019 où le couple bourgeois découvrait la retraite, voici un second tour de piste toujours signé Fabrice Bracq avec le tandem Michèle Laroque/Thierry Lhermitte. Le scénario n’est pas bien épais, les stéréotypes sont au rendez-vous. Mais allez, on sourit aimablement… (M6)

ILSA LUND, RICK BLAINE, EDGAR POE, MORRICONE ET WILLY WYLER  

CasablancaCASABLANCA
Une distribution de rêve (n’oublions pas Claude Rains, Paul Henreid, Peter Lorre et Sidney Greenstreet) , une histoire intemporelle sur un amour superbe et maudit, la perte, la rédemption sur fond de lutte contre les nazis… Américain amer et cynique, propriétaire d’un café à Casablanca, Rick Blaine est pris dans un conflit entre l’amour et la vertu : il doit choisir entre ses sentiments pour Ilsa Lund et son besoin de faire ce qui est juste pour aider le mari de celle-ci, le héros de la Résistance Victor Laszlo, qui doit fuir le Maroc pour continuer son combat contre l’occupant. En 1942, Michael Curtiz imagine Casablanca dans les studios d’Hollywood, filme avec grâce Ingrid Bergman et Humphrey Bogart et fait triompher l’idéalisme sur le cynisme dans une période trouble. On a oublié les difficultés de tournage, le scénario inachevé car revoici, dans un coffret, une belle version restaurée et riche en suppléments, ce film romantique mythique devenu une légende. Et on continue à fondre lorsque Rick Blaine entre dans son café, entend As Time Goes By joué au piano par Dooley Wilson et aperçoit enfin la sublime, forcément sublime, Ilsa… L’Oscar du meilleur film était au rendez-vous ! (Warner)
Roger CormanCORMAN – POE
Avec une cinquantaine de films à son actif, Roger Corman, 96 ans, est une figure emblématique du cinéma de série B américain. Dénicheur de talents, il lança Scorsese, Coppola, Dante ou Demme… C’est son passionnant cycle Edgar Poe qui lui a donné ses lettres de noblesse. Entre 1960 et 1964, il réalise en effet huit films qui mettent souvent en scène Vincent Price, son acteur fétiche, entouré de Barbara Steele, Debra Paget, Peter Lorre ou Boris Karloff… Un beau coffret collector (accompagné d’un livre de 146 pages réalisé par Marc Toullec) réunit ces pépites fantastiques que sont notamment La chute de la maison Usher  (1960), La chambre des tortures (1961), L’enterré vivant (1962), L’empire de la terreur (1962), Le corbeau (1963), La malédiction d’Arkham (1963), La tombe de Ligeia (1964) et Le masque de mort rouge (1964). (Sidonis Calysta)
EnnioENNIO
« Je n’ai jamais pensé que la musique serait mon destin… » Et pourtant, musicien marathonien, Ennio Morricone (1928-2020), qui débuta, enfant de la guerre, à la trompette dans les bals populaires, a signé plus de 500 musiques de films, de symphonies, de chansons, devenant mondialement célèbre… Quelques mois avant la mort du maître, Giuseppe Tornatore, dont Morricone écrivit la b.o. de Cinéma Paradiso, le rencontra pour un long entretien qui allait aboutir à un imposant documentaire sur l’auteur des mélodies du Bon, la brute et le truand, des Incorruptibles ou du Clan des Siciliens. Le film est enrichi de nombreux extraits de films et de témoignages comme ceux de Joan Baez ou Bruce Sprinsteen, Quentin Tarantino ou Clint Eastwood. (Le Pacte)
Grands EspacesLES GRANDS ESPACES
Retraité de la Marine, James McKay rejoint sa fiancée Patrica Terrill dans l’Ouest. Fraîchement accueilli par Steve Leech, le contremaître du ranch Terrill, il va se retrouver, malgré lui, au coeur d’un conflit entre les Terrill et la famille Hannassey pour une terre abritant le principal point d’eau de la région et propriété de la belle et indépendante Julie Maragon… Le Mulhousien William Wyler s’est fait la main, dans ses jeunes années hollywoodiennes, sur de multiples courts westerns muets. En 1958, il renoue avec le genre en magnifiant les vastes espaces pour servir une romance aux airs de vengeance. Excellent directeur d’acteurs, Wyler met en scène, dans une belle distribution, un grand Gregory Peck en type droit confronté à des « valeurs viriles » qui ne sont pas les siennes… Autour de lui, on remarque Jean Simmons, Charlton Heston, Carroll Baker et Burl Ives qui obtiendra l’Oscar du meilleur second rôle… (Sidonis Calysta)
Ghost DogGHOST DOG, LA VOIE DU SAMOURAI
A Jersey City, un tueur à gages afro-américain vit selon le code d’honneur des samouraïs du Japon médiéval. On ne connaît ce solitaire qui prend plaisir à nourrir ses pigeons que sous le nom de Ghost Dog, soit « chien fantôme ». Il est totalement dévoué à Louie, son «  Maître », un second couteau de la mafia italienne, qui lui sauva autrefois la vie. Lorsque la fille du Parrain est témoin de l’un de ses contrats, la vie du tueur est en péril. En 1999, Jim Jarmush dirige un Forest Whitaker mutique mais subtil dans un thriller nocturne qui revisite, voire déconstruit, le film de samouraï sur une puissante bande originale mixée et arrangée par le rappeur américain RZA. Porté par une figure perdue hors du temps, le polar cultive les références, la plus important pour Jarmusch, étant Le samouraï de Jean-Pierre Melville. (Le Pacte)
Decision LeaveDECISION TO LEAVE
Détective courtois mais chevronné et consciencieux, Hae-Joon enquête sur la mort suspecte d’un homme en pleine montagne. Bien vite, il soupçonne Seo-Rae, la femme du défunt, peu émue, ni ébranlée par la perte de son mari. Son comportement est si surprenant pour une veuve que la police la considère comme suspecte. Déstabilisé par l’attirance immédiate qu’il nourrit envers cette femme insondable, l’enquête de Hae-Joon vire à la romance ambiguë… Réalisateur du puissant et violent Old Boy (2003), le cinéaste sud-coréen Park Chan-wook s’appuie sur une solide trame de polar pour cultiver un sulfureux drame romantique, certes surchargé mais reposant sur un scénario astucieux et déroutant. Un récit élégant en forme de puzzle couronné par le prix de la mise en scène à Cannes 2022. (M6)
Seul Dans NuitSEUL DANS LA NUIT
Dans Paris, un assassin commet une suite de crimes… Chaque fois que l’un d’eux est perpétré, on entend la voix de Jacques Sartory, un célèbre chanteur, fredonnant sa chanson favorite Seul dans la nuit…. Dans un Paris nocturne, l’inspecteur Pascal de la PJ plonge dans les coulisses du spectacle pour résoudre l’énigme. En 1945, Christian Stengel, cinéaste aujourd’hui oublié, signe son troisième long-métrage (présenté dans une bonne version restaurée), mêle la satire et le macabre pour distiller l’atmosphère oppressante du film policier tout en cultivant un ton léger et comique. En enquêteur, Bernard Blier obtient, ici, l’un de ses premiers rôles en tête d’affiche. Dans la solide distribution, on trouve aussi le chanteur Jacques Pills et la charmante et pétillante Sophie Desmarets en amoureuse de l’inspecteur Pascal. (Pathé)
Monde PropriétéLE MONDE ET SA PROPRIETE
Dirigée par Gérard Mordillat, Christophe Clerc et Bertrand Rothé, la série documentaire Le Monde et sa propriété interroge sur ce qu’est, en 2022, la propriété. Est-ce un modèle absolu et inviolable qui structure nos relations sociales ? Est-ce une forme obsolète dans le capitalisme contemporain ? Ses contradictions peuvent-elles conduire à son dépassement ? Professeurs de droits, économistes, historiens et philosophes interrogent cette notion à travers les âges et les continents et tentent de la redéfinir au 21e siècle. Cette passionnante enquête se développe sur quatre épisodes : d’abord à travers la notion de droit naturel, puis par la question de la propriété du corps, ensuite par celle de l’intelligence, et enfin par celle de la terre, c’est-à-dire la propriété collective… (Arte)
HPI Saison2HPI – SAISON 2
En tenue flashy, Morgane Alvaro est de retour dans une saison 2 qui compte à nouveau huit épisodes (52 mn) dans lesquels cette femme de ménage surdouée, devenue consultante de la PJ de Lille, réussit à résoudre, grâce à sa vivacité d’esprit et son haut potentiel intellectuel, des affaires volontiers alambiquées. Avec la saison 1, les fans de série française avaient plébiscité la flamboyante Audrey Fleurot toujours confrontée à ses problèmes d’autorité. On la retrouve, au fil de nouvelles enquêtes, donnant, malgré divers déboires, de précieux coups de main à l’inspecteur Karadec (Medhi Nebbou) en s’appuyant sur son QI à 160. Une réussite ! (UGC)
BerlinBERLIN 56 & 59 & 63 – L’INTEGRALE
Voici l’histoire d’une famille allemande à Berlin, les Schöllack, quelques années après la Seconde Guerre mondiale. Une mère et ses trois filles font face au nouveau monde qui se présente et aux changements en cours. Caterina, la mère (qui n’a qu’un seul objectif dans la vie : marier ses trois filles) est propriétaire d’une prestigieuse école de danse située sur le Kurfürstendamm, la « vitrine » de la RFA. Berlin 56 est le premier volet d’une mini-série allemande (six épisodes de 45 mn) créée par Annette Hess qui se déclinera ensuite avec un second volet (Berlin 59) puis un troisième (Berlin 63) où les Schöllack célèbrent ensemble le réveillon de Noël. Après un réveillon mouvementé, Caterina Schöllack est renversée par un bus et grièvement blessée. Monika, l’une des filles, fait une fausse-couche après une nuit de danse et Helga, qui s’occupe de l’école de danse pendant que sa mère est hospitalisée, engage un professeur de danse latine argentin.. (Arte)
La TraverséeLA TRAVERSEE
Éducateurs en banlieue, Alex et Stéphanie partent pour Marseille avec cinq ados déscolarisés pour faire une traversée de la Méditerranée et ainsi tenter de les réinsérer par les valeurs de la mer. Las, au port, ils constatent que Riton, leur skippeur, est un ancien policier de la BAC… La cohabitation sur le même bateau pour une quinzaine de jours s’avère d’entrée bien compliquée. Le réalisateur Varante Soudjian signe une comédie qui, si elle n’évite pas les clichés, est néanmoins chaleureuse. Autour d’Alban Ivanov, Lucien Jean-Baptiste et Audrey Pirault, les jeunes ados sont pleins d’énergie. Un film qui prône la bienveillance et le respect. (Metropolitan)
Petite BandeLA PETITE BANDE
Quand une bande de collégiens décident de faire un truc de dingues… Après un exposé sur l’écologie, Cat, Fouad, Antoine, Sami et Aimé, vivant en Corse, imaginent de faire sauter l’usine du coin. Chacun a ses raisons de passer à l’acte mais lorsqu’ils arrivent à l’usine, une personne est à l’intérieur. En pleine improvisation, ils la capturent et l’enferment dans une cabane en forêt… Auteur d’agréables comédies enlevées (Hors de prix ou En liberté !), Pierre Salvadori réussit, ici, un bon et malicieux divertissement rocambolesque sur des gamins touchants tant ils sont aux prises avec de (vraies) préoccupations qui les dépassent de beaucoup… (Gaumont)
8 Mile8 MILE
8 Mile Road, c’est le nom d’une route qui sépare la ville de Détroit, majoritairement noire, et la banlieue nord, majoritairement blanche… Jimmy, jeune type déprimé, travaille dans une usine de tôle de voitures. Il est obligé de déménager au nord de 8 Mile Road, à Warren où il habite dans une caravane avec sa mère alcoolique (Kim Basinger), sa sœur Lily et le conjoint squatteur de sa mère. Jimmy essaie de faire décoller sa carrière musicale, mais il semble incapable de profiter des occasions qui se présentent. En 2002, Curtis Hanson met en scène le rappeur Eminem qui décrochera l’Oscar de la meilleure chanson originale pour Lose Yourself, devenue l’un de ses titres à succès. (Universal)
Foret SilencieuseLA FORET SILENCIEUSE
Parcourant à longueur d’année les forêts d’Allemagne pour en analyser les sols, la géologue Anja Grimm va, lors d’une fouille, faire une découverte troublante en lien avec la mort de son père, mystérieusement disparu alors qu’elle était enfant. Persuadée qu’il pourrait être enterré dans le coin, Anja se lance, contre l’avis des autorités locales, dans une enquête méthodique. Elle plonge alors dans les secrets d’une région marquée par un terrifiant passé. La comédienne allemande Saralisa Volm débute à la réalisation dans ce thriller, au coeur de la brumeuse forêt bavaroise, où les autochtones sont de plus en plus inquiétants… (Condor)
LooperLOOPER
En 2074, le voyage dans le temps a été mis au point. Comme la technologie d’identification est tellement développée qu’il est impossible de camoufler un crime, les organisations criminelles utilisent le voyage dans le passé pour se débarrasser des individus gênants en les envoyant vivants dans le passé pour que ces derniers soient exécutés et faire disparaître définitivement leur corps. Pour cette raison, le voyage dans le temps a été déclaré illégal. Révélé par Brick (2005), un film noir « à l’ancienne » dans un lycée, couronné du prix spécial du jury au festival de Sundance, Rian Johnson signe un remarquable film de science-fiction, teinté de mélancolie, autour des « loopers », les tueurs à gages abattant les cibles envoyées du futur. Une œuvre hybride et foisonnante dans l’esprit de l’excellente Armée des douze singes (1995) de Terry Gilliam. En tête d’affiche : Joseph Gordon-Levitt et Bruce Willis… (M6)
MenteurMENTEUR
Jérôme Berada a un gros défaut : il ment tout le temps. Pour lui, ce n’est pas un problème mais autour de lui, on est excédé. Ce mythomane et menteur compulsif qui veut constamment impressionner, va être pris à son propre jeu. Et le destin va se venger puisque les mensonges de Jérôme vont véritablement prendre vie. Son existence devient désastreuse. Réalisateur des Tuche, Olivier Baroux adapte, ici, le film québecois éponyme qui pose une question fondamentale : pourquoi on ment ? Portée par le tonique Tarek Boudali , Artus (excellent en frère loser) et Pauline Clément, voici une comédie « grand public » qui se regarde agréablement… (Gaumont)
Minions 2LES MINIONS 2 – IL ETAIT UNE FOIS GRU
Au coeur des sixties, Gru rêve de rejoindre un fameux groupe de super méchants, les Vicious 6, dont il est le plus grand fan. Secondé par les Minions, de petits compagnons aussi turbulents que fidèles, il échafaude une stratégie pour se mettre au même niveau que ses idoles…Lorsque la bande vire son chef, Gru auditionne pour intégrer l’équipe… Après le gros succès du premier Minions en 2015, le réalisateur Kyle Balda, dans ce cinquième film de la franchise Moi, moche et méchant, renoue avec le succès en racontant, avec des clins d’oeil aux films de Kung-fu, l’enfance du maléfique Gru, le vilain de la franchise… (Universal)

LE PORNOCRATE, LE PERE TRAUMATISÉ ET L’EGO DES ACTEURS  

Larry FlyntLARRY FLYNT
De son enfance misérable dans le Kentucky, Larry Flynt (1942-2021) a gagné l’art de la débrouille, le goût d’entreprendre et l’irrépressible désir d’améliorer sa condition… C’est sur papier glacé et en faisant couler beaucoup d’encre que ce propriétaire d’un bar à stripteaseuses fera une entrée tonitruante dans un lucratif business porno-médiatique où, en créant, en 1974, le magazine Hustler, il fera bientôt de l’ombre au mythique Playboy. Dans la seconde partie de sa période américaine, Milos Forman brosse, en 1996, le portrait d’un personnage scandaleux par son audace et son immoralité mais qui n’aura eu de cesse de lutter contre l’obscurantisme. Et de déchaîner les dévots décidés à le clouer au pilori. Forman réussit un biopic épicé, porté par un Woody Harrelson (entouré de la tonitruante Courtney Love et du débutant Edward Norton) tout en panache qui se glisse avec aisance dans la peau d’un dur-à-cuire toujours aux prises avec les institutions et embarqué dans une aventure constamment entre comédie et tragédie. Un beau coffret avec d’excellents suppléments et Sex, Love & Premier Amendement, un livret de 50 pages écrit spécialement pour l’occasion par François Cau. (Wild Side)
Entre Vie MortENTRE LA VIE ET LA MORT
A Bruxelles, Leo Castaneda, conducteur de métro, croise, un soir, le regard d’un jeune type sur le quai, juste avant qu’il ne se jette sur les rails. Sur l’instant, Leo avait reconnu son fils Hugo, perdu de vue depuis deux ans. Désespéré, cet Espagnol solitaire et taciturne découvre qu’Hugo était impliqué, avec de redoutables malfrats, dans un braquage… Scénariste et réalisateur, Giordano Gederlini réussit un solide polar urbain (la capitale belge est superbement filmée de nuit) autour d’un homme fatigué dont on découvre au fur et à mesure qu’il traîne un passé aussi trouble que douloureux. C’est l’excellent comédien espagnol Antonio de la Torre (vu dans Volver, La isla minima ou Que Dios nos perdone) qui incarne cet homme brisé mais décidé à rattraper le temps perdu. A ses côtés, on trouve Olivier Gourmet en commissaire bourru et surtout Marine Vacth en jeune flic parfois débordée par ses émotions… (Le Pacte)
Compétition OfficielleCOMPETITION OFFICIELLE
Dans l’espoir de laisser son empreinte dans l’Histoire, un milliardaire espagnol décide de produire un film et, de préférence, un chef d’oeuvre du 7e art. Singulière idée ! Il décide d’engager des pointures comme la cinéaste branchée Lola Cuevas et deux comédiens reconnus. L’Espagnol Félix Rivero est devenue une grande star qui joue dans des blockbusters hollywoodiens. Ivan Torrès, lui, est une figure du théâtre radical qui défend une vision quasiment élitiste de son métier. Rivero et Torrès sont chargés d’interpréter deux frères qui se détestent mais les deux acteurs professent surtout une antipathie mutuelle. Connus pour le caustique Citoyen d’honneur, les Argentins Mariano Cohn et Gaston Duprat signent une comédie grinçante autour de deux monstres sacrés à l’oeuvre dans un cadre qui ressemble aux jeux du cirque. Penelope Cruz, Antonio Banderas et Oscar Martinez s’en donnent à coeur-joie dans ce combat sans merci d’égos (très) surdimensionnés… (Wild Side)
Pacte LoupsLE PACTE DES LOUPS
Naturaliste au jardin du Roi, Grégoire de Fronsac est envoyé en 1765 en Gévaudan pour brosser le portrait de la fameuse Bête. Il est accompagné de Mani, un Iroquois ramené de Nouvelle-France (Canada) et qui est son ami et frère de sang. Au cours de sa traque, de Fronsac se heurte à une noblesse locale qui semble avoir de troublantes affinités avec le monstre qui massacre les paysans. Mis en scène en 2001 par Christophe Gans et plébiscité par le public (5 millions d’entrées en France), cet audacieux récit mêlant aventure et fantastique ressort dans une très belle version restaurée 4K. L’occasion de retrouver un beau casting (Samuel Le Bihan, Vincent Cassel, Monica Bellucci, Emilie Dequenne) pour se plonger dans un univers de bruit et de fureur… Dans les bonus, le réalisateur revient sur la manière dont son film a bouleversé la monde de la production française… (Metropolitan)
Top GunTOP GUN MAVERICK
Emérite pilote de chasse de la Marine américaine, Pete « Maverick » Mitchell n’est plus très loin de la retraite et on lui a confié le soin de tester des prototypes. Mais son vieil ami Iceman Kazansky le sollicite pour former les meilleures recrues de l’académie Top Gun. En fait, c’est une mission (impossible?) qui attend Maverick et ses boys : détruire une usine située en haute-montagne qui fabrique de l’uranium enrichi pour une nation hostile aux USA. On avait découvert Top Gun en 1986 dans la mise en scène de Tony Scott qui fit de Tom Cruise une star internationale. La soixantaine toujours fringante, Tom Cruise renoue ici, devant la camera de Joseph Kosinski, avec un pur héros de cinéma. Malgré quelques clichés et un scénario à l’issue évidemment prévisible, voici un parfait film d’action qui tient toutes ses promesses. Les scènes aériennes sont du grand spectacle ! (Paramount)
Ex MachinaEX MACHINA
Employé dans une société développant de nouvelles technologies, Caleb, un jeune programmeur (Dohmnall Glesson) a la chance de remporter un concours interne dont le gros lot est une semaine en tête à tête dans le nid d’aigle de Nathan, son patron (Oscar Isaac). Sous le sceau du secret, celui-ci l’invite à tester l’intelligence artificielle de sa nouvelle création, Ava, une femme androïde (Alicia Vikander) au charme troublant… Au fil des séances, Caleb tombe amoureux d’Ava. Quand elle lui révèle que c’est elle qui provoque les pannes de courant pour communiquer sans être surveillée par Nathan, il décide de planifier de trahir son patron pour la faire s’échapper… Le Britannique Alex Garland (dont la troisième réalisation Men, voir ci-dessous, est également en dvd) se penche, avec brio, sur une question à même de bien nous inquiéter : Y aura-t-il encore un avenir possible pour l’humanité lorsque les machines devenues intelligentes, surhumaines même, auront conscience de leur supériorité ? (Universal)
En TherapieEN THERAPIE – SAISON 2
Cinq ans après les attentats du Bataclan, Philippe Dayan (Frédéric Pierrot) accueille, au lendemain du premier confinement et dans le contexte de la pandémie, de nouveaux patients : Inès, une avocate quadragénaire et solitaire, Robin, un adolescent en surpoids victime de harcèlement scolaire, Lydia, une étudiante venue partager un sombre secret concernant sa santé et Alain, un chef d’entreprise pris dans une tourmente médiatique… Divorcé, attaqué en justice par la famille de l’un de ses anciens patients, le psychanalyste se tourne vers Claire, une analyste et essayiste de renom, espérant son soutien pour son procès en cours… Après une première saison à succès, on retrouve Eric Toledano et Olivier Nakache aux commandes d’une saison 2 (35 épisodes de 26 minutes) dans laquelle on replonge avec une pure délectation. De l’éclosion de la parole dans le désordre ambiant. (Arte)
Peter Von KantPETER VON KANT
Peter von Kant est un cinéaste à succès… Mais, dans les années 70 à Cologne, à cause d’une histoire d’amour difficile, il vit isolé en compagnie de Karl, son assistant et souffre-douleur. Par l’intermédiaire de Sidonie, une comédienne (Isabelle Adjani) qu’il fit débuter, il rencontre le jeune Amir (Khalil Gharbia). C’est l’amour fou, incandescent, destructeur. Dans un huis-clos brillant, baroque et étouffant, François Ozon signe un vibrant hommage à Rainer-Werner Fassbinder, l’enfant terrible du cinéma allemand qui le hante depuis toujours. En 2000, le réalisateur avait d’ailleurs porté au grand écran Gouttes d’eau sur pierres brûlantes, l’adaptation d’une pièce de théâtre de RWF. Gras, transpirant, Denis Ménochet est magnifique en cinéaste tour à tour odieux, tyrannique et pathétique dans sa quête d’amour. Dans un petit rôle, on retrouve, dans ce drame qui fait évidemment référence aux Larmes amères de Petra von Kant (1972), la grande Hanna Schygulla, l’une des égéries fassbindériennes. (Diaphana)
Peaky BlindersPEAKY BLINDERS – L’INTEGRALE
Dans le (long) défilé des séries, en voici une de sacrée qualité. En plongée dans l’Angleterre des années 20, on suit, à Birmingham, les aventures de la famille Shelby et notamment de Thomas, génie du crime au grand coeur, qui veut, avec son gang des Peaky Blinders, sortir les siens de la misère et aussi devenir riche et puissant. L’histoire est palpitante, le scénario des six saisons (réunis dans un coffret de 36 épisodes d’une heure) est solidement mené, la b.o. est remarquable et le casting britannique est parfait avec, en tête d’affiche, Cillian Murphy (Thomas), Tom Hardy en bandit russe ou Paul Anderson en frère impulsif… (Arte)
DidierDIDIER
Recruteur de footballeurs professionnels, Jean-Pierre traverse une mauvaise passe. Sa maîtresse le plaque, les joueurs dont il s’occupe comme agent ne sont pas fiables et le président du club pour lequel il intervient, devient menaçant. Annabelle, une amie journaliste lui confie Didier, son labrador, pour quelques jours… La corvée va devenir une aventure hallucinante. Car un matin, au lieu de l’animal, Jean-Pierre, trouve dans son salon un homme au comportement de… chien domestique ! Alors que Jean-Pierre galère, Didier, devenu Didje Hazanavicius, va révéler d’intéressantes dispositions footbalistiques… En 1996, devant (Didier, c’est lui) et derrière la caméra et également auteur du scénario, Alain Chabat signe une sacrée fable (en version restaurée) qui deviendra culte. Des gags, des punchlines, des comédiens déchaînés (Jean-Pierre Bacri superbe) et un délire constant! (Pathé)
MenMEN
Et si Harper vivait un cauchemar éveillé ? Réfugiée dans une maison d’hôte en pleine campagne anglaise et seule dans cette maison, la jeune femme est hantée par l’image de son mari, dont elle voulait divorcer, tombant dans le vide. Venue pour se remettre du drame, Harper croise des personnages étranges dont un homme nu qui la suit lors d’une promenade à travers les bois. Romancier, scénariste et cinéaste britannique Alex Garland (auteur en 2014 de Ex machina) signe, en questionnant une masculinité toxique, un film fantastique et d’horreur psychologique à la mise en scène brillante et aux remarquables éclairages. L’excellente Jessie Buckley, comédienne et chanteuse irlandaise, est prise au coeur d’un profond malaise, entourée d’hommes qui ont tous le même visage… (Metropolitan)
Love GreeceI LOVE GREECE
Couple franco-grec, Jean et Marina partent à Athènes pour les vacances d’été. Ils y retrouvent l’exubérante famille de Marina et une Grèce en crise. Alors qu’ils projettent de passer quelques jours en amoureux sur une petite île des Cyclades, toute la famille décide de les accompagner… Avec Stacy Martin (Marina) et Vincent Dedienne (Jean), la réalisatrice gréco-suisse Nafsika Guerry-Karamaounas organise une charmante comédie pleine d’humour autour du délitement, sur fond de problèmes d’argent, d’un couple et aussi d’une société. Même si elle est traversée de situations cocasses, voici une comédie qui n’est pas si bon enfant que cela… (Pyramide)
Pays HaineLE PAYS DE LA HAINE
Les derniers feux de la Guerre de Sécession viennent de s’éteindre. Le major Clint Drango reçoit pour mission d’administrer Kennesaw, une petite localité de Géorgie ravagée par les troupes du général Sherman. Cruelle ironie du sort : Drango compte parmi les responsables de cette dévastation. Bien que les habitants de la région ne cachent pas leur hostilité à l’égard des vainqueurs nordistes, l’officier fait de son mieux pour calmer les esprits et réconcilier les anciens ennemis. Ce ne sera pas une mince affaire car, motivé par un fort ressentiment, le fils du juge de Kennesaw souffle sur les braises d’un conflit encore dans toutes les mémoires et dans tous les coeurs… En 1957, Hall Barlett, servi par la belle photographie noir et blanc du grand chef opérateur James Wong Howe met en scène l’unique western de sa carrière et offre un beau personnage à Jeff Chandler, l’une des légendes du western… Pour la première fois en dvd. (Sidonis Calysta)
Ceremonie MortelleCEREMONIE MORTELLE
Christie Parson est hantée par la mort de son père, noyé dans une piscine. Elle est certaine qu’il s’agissait d’un meurtre, contrairement à sa mère, qui croit à un simple accident. Bientôt, elle se rend compte que quelqu’un la surveille nuit et jour, un inquiétant rôdeur vêtu d’une cape noire, qui semble lié à la morgue locale, elle-même théâtre d’étranges cérémonies occultes… Avec son atmosphère anxiogène et sa petite touche paranormale, ce thriller, réalisé en 1983, par Howard Avedis, appartient au genre slasher très en vogue au début des années 80. Un joli casting (Bill Paxton, Linda Day George, Mary Beth McDonough), une bonne b.o. pour ce film d’horreur inédit en dvd et Blu-ray. (Rimini Editions)
Homme ParfaitL’HOMME PARFAIT
Au bord de la crise de nerfs, Florence doit gérer sa famille, sa maison, son travail d’avocate et… Franck, son mari, acteur au chômage. Pour s’en sortir, elle commande un Uman 3, un robot à l’apparence humaine. Très vite, Florence peut soupirer : « C’est comme un homme mais en mieux ! » Mais s’il est très efficace, le robot va semer la zizanie dans le couple, suscitant notamment la jalousie de Franck. Avec Florence Karsenti, Didier Bourdon et Pierre-François Martin Laval (amusant en robot humanoïde), Xavier Durringer, réalisateur de La nage indienne (1993) et La conquête (2011) distille une comédie extravagante et efficace qui titille sans méchanceté les excès de la société contemporaine… (Orange Studio)

MADAME TANAKA, L’EXTRA-TERRESTRE, VIGO ET LE KING  

Coffret TanakaCOFFRET TANAKA
Considérée comme l’une des plus grandes actrices japonaises, Kinuyo Tanaka (1909-1997) apparaît dans plus de 250 films en un demi-siècle. Première Japonaise de l’après-guerre à passer derrière la caméra, elle fut surnommée « la mère du cinéma japonais ». Elle passe à la réalisation en 1953 avec Lettre d’amour dans lequel un homme taciturne et marqué par la guerre recherche son amour de jeunesse. Grâce à un beau coffret, on découvre l’ensemble des six films réalisés par Tanaka, soit La lune s’est levée (1955), Maternité éternelle (1955) qui s’inspire de la vie de la poétesse Fumiko Nakajo, La princesse errante (1960) drame biographique sur la personnalité de Hiro Saga, parente de l’empereur Hiro Hito, La nuit des femmes (1961), plongée dans le quotidien d’ex-prostituées après la fermeture des maisons closes au Japon et Mademoiselle Ogin (1962) sur l’histoire d’amour contrariée entre Gin et un seigneur en butte à la persécution des chrétiens dans le Japon du 16e siècle. Du mélodrame à la comédie en passant par l’odyssée amoureuse, Tanaka signe toujours, avec une approche féministe avant l’heure, de beaux portraits de femmes. Une voix singulière du 7e art nippon à découvrir sans faute. (Carlotta)
E.T.E.T.
Réalisée par Steven Spielberg en 1982, voici l’histoire d’Elliott, petit garçon solitaire qui se lie d’amitié avec un extraterrestre venu en mission d’exploration botanique sur la Terre et abandonné par les siens lorsque des agents du gouvernement américain débarquent dans la forêt où s’est posé l’appareil extraterrestre. Avec son frère et sa sœur, Elliott va le recueillir puis l’aider à reprendre contact avec ses congénères, tout en essayant de le garder caché de leur mère et du gouvernement américain. Pour le 40e anniversaire de la sortie du film, voici un beau coffret pour célébrer une œuvre-culte qui connut un succès immédiat pour devenir le film le plus rentable de tous les temps, record qui a tenu onze ans jusqu’à Jurassic Park, autre film de… Spielberg. Entre l’image du vélo d’Elliott s’envolant dans les airs et passant devant la lune ou la réplique « E.T. téléphone maison », le film est entré dans l’Histoire du cinéma. Le coffret contient plus de quatre heures de bonus. (Universal)
AtalanteL’ATALANTE
Oeuvre iconique du 7e art mondial, le film réalisé en 1934 par Jean Vigo (1905-1934) est, avec Zéro de conduite (1933), le sommet du travail d’un cinéaste rare et novateur. En s’appuyant sur un superbe trio de comédiens (Michel Simon, Dita Parlo, Jean Dasté), il raconte l’aventure de Juliette qui, pour fuir la monotonie de sa vie au village, se marie avec Jean, un marinier qui navigue en compagnie du père Jules, un vieil excentrique, et d’un gosse, petit mousse de la péniche. La vie à bord de l’Atalante est monotone ; chacun s’adonne à ses activités : Jean se voue exagérément à son travail quitte à délaisser Juliette, qui entend tout réformer en se lançant dans un ménage inédit. Lors d’une escale de l’Atalante à Paris, la jeune épouse fugue… Jean, déprimé, est obsédé par son souvenir. Le film sort dans une version Blu-ray restaurée. Une pépite du cinéma français ! (Gaumont)
ElvisELVIS
Révélé par  Moulin rouge (2001) et auteur naguère d’une relecture de Gatsby le magnifique (2013), l’Australien Baz Luhrmann se retrouve, ici, sur un territoire très balisé car on sait tout de la carrière, de la personnalité, de l’œuvre, de la mort même d’Elvis Presley. Mais le cinéaste saute avec brio l’obstacle en dépassant le biopic pour traiter, au travers du mythe, du rêve américain, celui de la réussite d’une légende du rock’n roll. Austin Butler (qui interprète lui-même certaines chansons d’Elvis) s’empare avec aisance du rôle du King et il est opposé à un « monstre sacré », Tom Hanks, qui incarne l’ambivalent colonel Parker, impresario, génie de la communication et… escroc. Le film repose sur les rapports complexes entre le mentor et le chanteur mais on se régale de bout en bout des chansons d’Elvis. Longtemps après, In the Ghetto et Unchained Melody nous trottent encore dans l’oreille. (Warner)
Belle NoiseuseLA BELLE NOISEUSE
Libre adaptation du roman Le chef d’oeuvre inconnu (1831) de Balzac, le film-fleuve (4 h) imaginé par Jacques Rivette est une plongée hypnotique dans la création artistique. Le film secoua le Festival de Cannes où il remporta le Grand prix du jury en 1991. Replaçant l’action dans un cadre contemporain, Rivette, à travers cinq journées de pose de la belle et rebelle Marianne dans l’atelier du peintre Frenhofer, observe le corps, réduit à l’état d’objet de désir, du modèle face au regard et au geste du peintre. Michel Piccoli est Frenhofer et Emmanuelle Béart obtient ici l’un de ses beaux rôles. Une belle version restaurée enrichie de bons suppléments. (Potemkine)
Frere SoeurFRERE ET SOEUR
Louis et Alice, à l’orée de la cinquantaine, sont frère et sœur mais ils sont fâchés depuis vingt ans. Ils ne se voient plus, pire ils se vouent une haine viscérale. L’ancien prof et poète et l’actrice reconnue vont être contraints de se retrouver au décès de leurs parents. Dans une mise en scène maîtrisée, Arnaud Desplechin se penche sur une fascinante histoire d’amour/haine au coeur d’une famille qu’il radiographie jusqu’à l’os. On est presque dans une chronique bergmanienne. Remarquables, Marion Cotillard et Melvil Poupaud, habitués du cinéma de Desplechin, se portent des coups comme des boxeurs sur un ring. Impressionnant et dérangeant de violence. (Le Pacte)
Remontons Champs ElyséesREMONTONS LES CHAMPS ELYSEES
Quand Sacha Guitry réécrit l’Histoire de France, c’est toujours un délice ! Ici, le maître choisit un endroit mythique de Paris ! Pour la véracité historique, on peut donc discuter et même repasser mais pour le plaisir d’une relecture portée par le sens de la formule et le timbre si particulier du grand Sacha, c’est du pur et joyeux plaisir. Nous voici donc sur les fameux Champs, racontés par un instituteur, de la Concorde de 1617 à l’Etoile de 1938. On croise là Concino Concini, Louis XV las de la Pompadour et on assiste à une rencontre fortuite et improbable entre Bonaparte et Napoléon, à l’assassinat nocturne de l’inventeur du gaz d’éclairage ou aux débuts parisiens de Richard Wagner. Sacha Guitry se glisse dans différents personnages, ici l’instituteur, Louis XV ou Napoléon III. Jubilatoire ! (Gaumont)
Along RideALONG THE RIDE
Figure du Nouvel Hollywood, Dennis Hopper (1936-2010), acteur d’Apocalypse Now, Colors ou True Romance et réalisateur du très culte Easy Rider, était, selon David Lynch qui le dirigea dans Blue Velvet, l’incarnation du « rebelle des fifties »… Le cinéaste Nick Ebeling explore, dans un documentaire, les hauts, les bas et l’ascension digne d’un phénix de l’icône hollywoodienne. Un voyage de plus de 40 ans dans une carrière légendaire. L’analyse du génie intransigeant de Dennis Hopper est enrichie d’une fascinante galerie de personnages dont Satya de la Manitou, le mystérieux bras droit de l’artiste mais aussi des membres de la famille et des amis qui, volontairement ou non, étaient du voyage… Un coffret collector inédit en France. (Carlotta)
Diable ProbablementLE DIABLE PROBABLEMENT
Au cimetière du Père Lachaise, on a retrouvé le cadavre de Charles, 20 ans, deux balles dans la tête. Que s’est-il passé ? Charles, Michel et quelques amis forment un petit groupe écologiste qui se préoccupe de la famine, de la pollution et de l’avenir du monde. Face à Michel, militant en lutte avec ses modestes moyens, Charles refuse l’engagement, dégoûté par le monde qui l’entoure. En 1977, Robert Bresson tourne son avant-dernier film, poussé, dit-il, par « le gâchis qu’on fait de tout. C’est cette civilisation de masse où bientôt l’individu n’existera plus. Cette agitation folle. Cette immense entreprise de démolition où nous périrons par où nous avons cru vivre. » Evoquant la stupéfiante indifférence des gens, sauf de certains jeunes plus lucides, il pointe une civilisation où bientôt l’individu n’existera plus. (Gaumont)
Incroyable Mais VraiINCROYABLE MAIS VRAI
Alain et Marie ont décidé de s’installer dans une maison. En leur faisant visiter, l’agent immobilier leur promet « le clou de la visite ». De fait, dans la cave, se trouve une trappe… extraordinaire ! Ce conduit qui permet un saut temporel, va complètement bouleverser leur existence. Après le délirant Mandibules (2020), Quentin Dupieux signe une manière de conte philosophique où il s’amuse, avec un vrai sens de la mise en scène, à tordre le temps. Autour de la banalité du quotidien matinée d’idées fantastiques, il distille de la science-fiction minimaliste sans effets spéciaux. On se laisse embarquer avec plaisir dans des postulats absurdes d’autant qu’ils sont servis par un quatuor brillant : Alain Chabat, Léa Drucker, Benoît Magimel et Anaïs Demoustier. (Diaphana)
Jurassic WorldJURASSIC WORLD : LE MONDE D’APRES
28 ans après la sortie de Jurassic Park réalisé par Steven Spielberg, les dinosaures sont de retour dans un sixième épisode de la saga. Pour finir en beauté, Colin Trevorrow a mis les petits plats dans les grands ! Quatre ans après l’éruption volcanique cataclysmique sur Isla Nublar, les dinos font désormais partie du quotidien des humains et parcourent librement la Terre. Mais l’équilibre reste évidemment fragile. Autour de plusieurs intrigues dont l’une liée à des manipulations génétiques à des fins commerciales, cette aventure multiplie les séquences très spectaculaires. Si les personnages d’Owen Grady (Chris Pratt) et Claire Dearing (Bryce Dallas Howard) sont au centre de l’action, on retrouve aussi avec un plaisir teinté de nostalgie, l’ancienne génération avec Sam Neill, Laura Dern et Jeff Goldblum. (Universal)
IrreductibleIRREDUCTIBLE
Paisible fonctionnaire aux Eaux et Forêts à Limoges, Vincent Peltier, dans le cadre d’un vaste plan gouvernemental, est poussé à démissionner par une têtue inspectrice du ministère (Pascale Arbillot). « Tu prends ton chèque et tu t’en vas ». Mais, malgré les assauts répétés de sa hiérarchie, Vincent refuse de capituler et entend profiter des avantages liés à son statut de fonctionnaire. Autour de la question du déclassement, l’excellent Jérôme Commandeur, devant et derrière la caméra (Irréductible est sa seconde réalisation après Ma famille t’adore déjà en 2016), réussit une agréable comédie satirique où Vincent, soutenu par les conseils avisés d’un syndicaliste « professionnel », va aller de mutation en mutation, découvrant le Pôle Nord mais aussi l’amour de la belle Ava (Laetitia Dosch), les joies de la famille et même une prise de conscience écologique. (M6)
Buzz EclairBUZZ L’ECLAIR
« Vers l’infini et au-delà… » Echoué sur une planète hostile, à des années-lumière de la Terre, avec son équipage, Buzz l’Eclair tentera de ramener tout son petit monde à la maison. Le légendaire Ranger de l’espace né, on s’en souvient, dans Toy Story (1995), est promu au rang de héros. Mêlant science-fiction, action et aventure, ce Disney/Pixar (qui n’est pas une suite de Toy Story) raconte donc comment Buzz, ses jeunes recrues ambitieuses et son chat Sox vont affronter le terrible Zurg et ses robots implacables. Angus MacLane mène bien son affaire et le récit est pétaradant, alerte et sans temps morts. Les gamins vont aimer ! (Disney)
FrateFRATE
A l’heure de l’enterrement de son père, Dumè est effondré. Débarque alors, dans ce village au milieu du maquis corse, Lucien. « C’est qui, lui ? » Surprise, c’est Lucien, le fils du père. Avec lequel Dumè, le fils adoptif, va devoir partager l’héritage du patriarche. A condition que les deux fils arrivent à cohabiter, l’espace d’un mois, dans la maison familiale. Les ennuis commencent. Autour des particularismes corses mais aussi autour de la confrontation de deux fils sur fond de légitimité culturelle et d’héritage immobilier, Karole Rocher et Barbara Biancardini ont imaginé une agréable comédie, certes prévisible, bien servie par Thomas Ngijol et Samir Guesmi qui se querellent avant de finir par s’apprécier. (Le Pacte)
Kosmix 2KOSMIX
N’avez-vous jamais rêvé de partir sur la Lune ? C’est chose faire avec le volume 2 des aventures spatiales de Kit le petit robot qui travaille au centre de lancement des fusées spatiales en tant que robot de maintenance mais qui rêve d’aventures! Accompagné de Mr Batterie, Kit le petit robot curieux et courageux continue d’explorer l’univers et embarque avec lui le jeune spectateur pour en comprendre les mystères. Chaque épisode de cette bonne série réalisée par les Tchèques Vojtěch Dudek et Klára Jůzová est une occasion pour les enfants de s’amuser et d’acquérir des connaissances ayant trait à notre système solaire, mais aussi aux étoiles, aux trous noirs et même aux galaxies lointaines. Dans les pas de Kit, le volume 2 fait découvrir Uranus, Neptune, Pluton, la ceinture de Kuiper, Voyager, étoiles et constellations, une Supernova, une nébuleuse, les exoplanètes, la Voie Lactée etc. (Arte Editions)

UN DÉBUTANT NOMMÉ JOHN FORD, LA SHOAH ET UN ETRANGE POULET EGYPTIEN  

Premiers WesternsPREMIERS WESTERNS
Entre 1917 et 1920, John Ford (1894-1973) réalise une trentaine de films pour les studios Universal. Seuls trois (tous interprétés par Harry Carey, figure emblématique du western de l’époque) sont arrivés jusqu’à nous. Restaurés HD, ces Five Reels muets (cinq bobines, généralement d’une cinquantaine de minutes) sont réunis pour la première fois dans un coffret. A l’assaut du boulevard (1917), Le ranch Diavolo (1917) tout comme Du sang dans la prairie (1918) sont représentatifs des westerns de ces temps anciens avec un cow-boy amoureux de la fille de son patron, de modestes fermiers menacés par de riches éleveurs et protégés par un hors-la-loi ou encore les aventures d’un tricheur invétéré. Mais ils révèlent déjà le talent d’un cinéaste qui sait faire entrer de la vie dans ses scènes, qui tourne vite, maîtrise sa mise en scène… et ses budgets. Les débuts d’une figure légendaire du western! (Rimini Editions)
EvolutionEVOLUTION
Comment porter le poids de tragédies que l’on n’a pourtant jamais vécu? Une famille peut-elle se reconstruire après avoir vécu les atrocités de la Shoah? D’un souvenir fantasmé de la Seconde Guerre mondiale au Berlin contemporain, Kornél Mundruczo, révélé à Cannes 2014 avec White Dog, et Kata Weber suivent trois générations d’une famille marquée par l’Histoire. La douleur d’Eva, l’enfant miraculée des camps, se transmet à sa fille Lena, puis à son petit-fils, Jonas. Jusqu’à ce que celui-ci brise, d’un geste d’amour, la mécanique du traumatisme. Traitant avec intelligence et brio des séquelles de l’Histoire et du poids de l’horreur en héritage, le cinéaste hongrois réussit, en traitant de la question du devoir de mémoire au sein d’une famille juive hongroise, une oeuvre bouleversante où se mêlent une atmosphère presque onirique et un réalisme cauchemardesque. (Blaq Out)
PlumesPLUMES
Dévouée corps et âme à son mari et ses enfants, Oum Mario, mère de famille égyptienne effacée, doit subvenir seule aux besoins des siens après la disparition de son mari. De fait, à l’occasion d’une fête d’anniversaire d’un des gamins, un magicien a transformé, par erreur, le père en… poulet. Porté par le personnage d’une mère-courage (l’actrice non-professionnelle Damiana Nassar, remarquable), le premier long-métrage du cinéaste cairote Omar El Zohairy est tout à la fois un étrange drame social, une comédie absurde et une satire grinçante sur les problèmes de la classe populaire égyptienne. Et le cinéaste qui s’applique à déjouer les clichés pour dépeindre un quotidien sale et étouffant, de précjser: « Ce monde que l’on voit est le fruit de mes rêves comme de mes cauchemars ». Improbable, burlesque, féministe et étonnant ! (Blaq Out)
Cain AbelCAIN ET ABEL
Révélé en Europe à travers le Festival de Cannes notamment, par des films comme Manille (1975) ou Insiang (1976), Lino Brocka (1939-1991) fut l’un des cinéastes philippins les plus remarquables et les plus rebelles… En 1982, il livre une forte transposition du mythe biblique dans la Philippines des années 80. Riche propriétaire, Madame Pina règne d’une main de fer sur la ferme familiale, gérée par Lorenz, le fils aîné. Mais la mère lui a toujours préféré Ellis, le cadet, parti faire ses études à la ville. Lorsqu’Ellis revient et réclame de prendre les rênes de la ferme, la guerre éclate malgré la tentative de Becky, la fiancée d’Ellis, de réconcilier toute la famille. Le destin de cette famille va alors basculer dans l’horreur. Un mélodrame « shakespearien » en version restaurée, allégorie à peine voilée à la dictature de Marcos… (Carlotta)
Sentinelle SudSENTINELLE SUD
Interpellé dans un club où il s’est battu, Christian Lafayette est de retour d’Afghanistan au lendemain d’une opération militaire qui avait tourné à la catastrophe… Dans des conditions plus que suspectes, plusieurs soldats sont tombés sous les balles. Depuis, il galère à Paris avec son « frère » Mounir (Sofian Khammes), rescapé comme lui mais traînant désormais la jambe. Avec son premier long-métrage, Mathieu Gérault s’intéresse au difficile retour d’un soldat à la vie civile. Pire, Christian (l’excellent Niels Schneider) découvre que la fraternité d’armes est un leurre. L’officier (Denis Lavant) qu’il considère comme un « père »  est lié à un sordide trafic… Entre le film noir (un braquage de bijouterie) et la chronique sociale, un portrait d’adultes paumés qui se comportent comme de tristes « gamins » désemparés… (UFO)
Chacun ChatCHACUN CHERCHE SON CHAT
Jeune maquilleuse, Chloé (Garance Clavel) décide de prendre des vacances. Elle confie son chat à une vieille dame de son quartier puisque Michel, son colocataire (Olivier Py) à la vie agitée, ne veut pas s’occuper de l’animal. Au retour de Chloé, Madame Renée lui annonce que son chat a disparu… Mais la vieille dame active un petit monde hétéroclite qui part à la recherche du greffier du côté de la rue de la Roquette ou du faubourg Saint-Antoine. Révélé en 1994 avec Le péril jeune, Cédric Klapisch réussit ensuite une délicieuse comédie sociale (en version restaurée HD et pour la première fois en Blu-ray) traversée par d’attachants personnages (dont Renée Le Calm, figurante historique du cinéaste) et un savoureux portrait du quartier de la Bastille à Paris. (M6)
C'est MagnifiqueC’EST MAGNIFIQUE!
Lorsqu’il perd ses parents, la vie de Pierre Feuillebois bascule. Ce vieux garçon de la quarantaine, qui n’a jamais quitté sa montagne alpine et ses hibiscus, découvre qu’il a été adopté. Sans carte Vitale, sans carte bleue, Pierre se confronte difficilement au monde. Clovis Cornillac (qui incarne cet être naïf et généreux) a construit un ravissant conte autour de la quête de l’identité. Perdu à Lyon, Pierre va recevoir l’aide d’Anna, une jeune femme cabossée par la vie (Alice Pol). Ensemble, ils vont pouvoir envisager un avenir radieux même s’il leur faudra surmonter bien des obstacles. Un pur « feelgood movie » et une vraie comédie où Cornillac réussit, malgré un environnement coloré et « magique », à ne jamais être mièvre. (Orange Studio)
Moon 44MOON 44
En 2038, les ressources naturelles de la Terre sont quasiment épuisées. La lutte est âpre pour s’approprier les dernières portions de minerais disponibles sur les autres planètes. Des corporations se créent et la bataille est rude pour le contrôle des dernières ressources minières des galaxies. Lorsqu’une société voit disparaître ses robots, elle fait appel à des prisonniers pour la défendre. Au sein de l’équipe, la tension monte. En 1990, le Badois Roland Emmerich signe son dernier film allemand avant de partir pour Hollywood. Il réunit Michael Paré, Malcolm McDowell, Lisa Eichhorn et Dean Devlin (son futur associé à Hollywood) pour un film de science-fiction bien fichu. Une sortie due à Extralucid Films, un éditeur lancé par Patrice Verry et Carine Bach, deux passionnés, pour présenter des éditions de prestige de films rares en dvd et Blu-ray. (Extralucid Films)
L'Annonce Faite A MarieL’ANNONCE FAITE A MARIE
En 1912, Paul Claudel signe un « mystère » qui, dans un Moyen-âge de convention, raconte l’histoire de la jeune fille Violaine devenant sainte… Après de longues années au contact de l’oeuvre de Claudel, le comédien Alain Cuny décide, en 1991, de porter la pièce au grand écran. Cette unique mise en scène dans sa carrière permet à Alain Cuny (entouré d’acteurs non-professionnels) de signer une œuvre rare où, selon l’expression du dramaturge, il peut observer la possession d’une âme par le surnaturel. On songe parfois au dépouillement du cinéma de Robert Bresson dans la volonté du metteur en scène de donner des coups de projecteur sur la beauté… (Pyramide)
BroadwayBROADWAY
Jeune danseuse en fugue, Nelly se réfugie à Broadway, un complexe de loisirs abandonné quelque part dans une Athènes en crise économique. Dans ce squat, elle fraternise avec une bande de pickpockets avec lesquels elle organise une combine : Nelly (Elsa Lekakou) donne un spectacle de rue pour faire diversion tandis que les autres subtilisent portefeuilles et portables dans le public. Pour son premier long-métrage, le cinéaste grec Christos Massalas se situe, sur une musique de Gabriel Yared, entre le thriller, le réalisme social et même le « musical » pour filmer énergiquement une communauté baroque rêvant de vivre hors des normes sociales… (Le Pacte)
Gouts CouleursLES GOUTS ET LES COULEURS
Non, la vie d’artiste n’est pas une sinécure! Un soir, sur le Pont des Arts à Paris, Daredjane, une figure légendaire de la musique française, met fin à ses jours. Pour Marcia, jeune chanteuse qui enregistrerait en secret avec Daredjane (Judith Chemla), c’est un drame personnel et professionnel. D’autant qu’Anthony, l’héritier de la disparue, un peu brut de décoffrage, s’en mêle… Réalisateur du savoureux Nom des gens en 2010, Michel Leclerc donne une comédie romantique et mélancolique autour de la création musicale et des ambitions artistiques.  Dans le rôle de Marcia, Rebecca Marder, la star montante du grand écran français, est simplement lumineuse. (Pyramide)
Black PhoneBLACK PHONE
A la fin des années 70, une banlieue du Colorado est traumatisée par de nombreuses disparitions d’enfants. Ceux-ci sont portés disparus sans laisser de traces. À la sortie de son école, un adolescent, Finney Shaw, 13 ans est enlevé par un tueur sadique qui l’enferme dans un sous-sol insonorisé où s’époumoner n’est pas d’une grande utilité. Enfermé et coupé du monde, Finney est interpellé par un étrange téléphone noir qui, pourtant non branché, se met à sonner. Il constate que les anciennes proies massacrées par son bourreau le contactent pour lui donner des informations afin de se libérer et rester en vie. Connu pour Docteur Strange, le réalisateur Scott Derrickson distille une atmosphère pesante et quelque peu flippante reposant sur un solide scénario, une superbe interprétation d’Ethan Hawke pour offrir un film d’horreur qui tient ses promesses. (Universal)
ChampagneCHAMPAGNE!
On aime bien Eric Elmosnino, Sylvie Testud, Stéphane De Groodt, François-Xavier Demaison, Stéfi Celma, Valérie Karsenti ou Elsa Zylberstein. Et on n’a rien contre Nicolas Vanier non plus, lui qui fut explorateur avant d’être cinéaste. Quelques amis de 30 ans se retrouvent le temps d’un week-end en Champagne, pour l’enterrement de vie de garçon du dernier célibataire de la bande. Vanier signe une comédie de potes dans l’un des plus prestigieux univers viticole de France.  Las, l’écriture manque de pétillant, les comédiens jouent en roue libre et les situations sont bien trop prévisibles et on se doute sans peine que l’amitié finira par triompher… (M6)

 

LES BRAQUEURS, LE VETERAN ET LES MINABLES ESCROCS  

Coup EscalierLE COUP DE L’ESCALIER
Ancien policier condamné pour corruption, Dave Burke prépare le cambriolage d’une banque dans une bourgade paisible. A priori un casse facile mais pour lequel Burke a besoin de complices. Ainsi, il fait appel à Slater, un vétéran de la Seconde Guerre mondiale, et Ingram, un musicien noir criblé de dettes de jeu. En 1959, Robert Wise met en scène un grand classique du film noir auquel il apporte une dimension nouvelle en introduisant le problème racial tout en filmant magnifiquement le décor urbain de New York. Bien plus que le casse lui-même, « expédié » en quelques plans bien menés, c’est l’affrontement d’abord larvé puis ouvert entre Slater, raciste viscéral qui éprouve une véritable haine pour Ingram. La mise en scène est brillante avec un beau noir et blanc. Et Wise peut compter, pour incarner ses trois exclus du rêve américain, sur des acteurs remarquables : Robert Ryan (Slater), Harry Belafonte (Ingram) et Ed Begley (Dave). Avec de bons suppléments dont un portrait du cinéaste par Olivier Père. (Rimini Editions)
RetourRETOUR
En 1968 à Los Angeles, Bob Hyde, capitaine dans les Marines, part combattre au Vietnam. Pour se rendre utile en l’absence de son mari, Sally devient bénévole dans un hôpital de vétérans. Elle y retrouve Luke Martin, un ancien camarade de lycée. Paraplégique, moralement brisé, Luke est sujet à des accès de colère… En 1978, Hal Ashby, réalisateur d’Harold et Maude (1971) et cinéaste insoumis d’Hollywood, est l’un des premiers auteurs à aborder, dans Coming Home (en v.o.) les traumatismes des militaires de retour d’une « sale guerre » à travers une victime qui retrouve goût à la vie grâce à un amour de jeunesse. Jon Voight (Luke) et Jane Fonda (Sally) furent couronnés d’un Oscar pour un film qui bouleversa l’Amérique toute entière. Inédit en France en Blu-ray, le film (et ses bons suppléments) sort dans un superbe coffret collector en édition limitée. (Carlotta)
Il BidoneIL BIDONE
Augusto, Roberto et Picasso sont trois escrocs minables. Leur combine favorite : se déguiser en prêtres pour abuser, dans des campagnes reculées, des fidèles trop crédules. Mais Augusto, rattrapé par son passé et ayant retrouvé par hasard sa grande adolescente de fille, commence à se lasser de son existence. L’heure de la dernière escroquerie approche. En 1955, Federico Fellini s’essaye à une forme de film noir « à l’italienne » avec un gang en soutane. Le maestro retrouve la tonalité et la vision poétique de ses films précédents, Les Vitelloni (1953) et La Strada (1954), pour une approche encore néoréaliste des petites gens et de la misère sociale. Les Américains Broderick Crawford et Richard Basehart, l’Italien Franco Fabrizi entourent, ici, l’icône fellinienne Giulietta Masina. (Sidonis Calysta)
Un MondeUN MONDE
Et si la cour de récré était aussi effrayante qu’un film d’horreur ? Elève de primaire, la jeune Nora est confrontée de plein fouet au harcèlement dont est victime son grand frère Abel. En effet Abel est devenu la proie d’une petite bande d’enfants qui lui infligent, jour après jour, des brimades. Que faire, que dire ? Comment faire cesser l’enfer au cœur de l’école ? D’autant qu’Abel lui-même veut garder le silence… De son côté, son père  pousse Nora à parler… C’est à hauteur d’enfants (les jeunes Maya Vanderberque et Günter Duret sont impressionnants) que Laura Wandel réalise un premier long-métrage bouleversant et empreint d’une tension permanente. La cinéaste voulait que les spectateurs ressentent physiquement la violence du monde qu’elle décrit. Objectif atteint ! (M6)
Contes Cruels BushidoCONTES CRUELS DU BUSHIDO
Sa fiancée ayant fait une tentative de suicide, Ikura se rend à son chevet à l’hôpital. En rentrant chez lui, il découvre les écrits de ses ancêtres samouraïs, détaillant les atrocités endurées par eux depuis le 17e siècle au nom du code d’honneur du bushido. Cette caste de la noblesse militaire accomplissait des actes de violence sur ordre des seigneurs féodaux, mais ils souffraient encore plus de leur cruauté, souvent contraints au suicide rituel… Ours d’or à Berlin en 1963, le film de Tadashi Imai est une approche du samouraï au cinéma qui s’écarte radicalement de la romanisation habituelle du grand écran. Dans les suppléments, Futoshi Koga, historien du cinéma à Tokyo consacre un portrait à Imai, un « cinéaste du côté des faibles ». Restauré et inédit en DVD et Blu-ray. (Carlotta)
Crimes FuturLES CRIMES DU FUTUR
Dans un futur proche, les humains ont appris à s’adapter à un environnement de synthèse et l’humanité est capable de se métamorphoser. Célèbre mais énigmatique performeur, Saul Tenser a fait de ces transformations corporelles un spectacle d’avant-garde… Son assistante Caprice découvre avec ravissement le néo-organe produit par le corps de Tenser… Timlin, une enquêtrice du Registre national des Organes, suit de près leurs pratiques. C’est alors qu’un groupe mystérieux se manifeste : ils veulent profiter de la notoriété de Tenser pour révéler au monde la prochaine étape de l’évolution humaine. Muet depuis 2014 et Maps to the Stars, David Cronenberg revient, ici, avec une oeuvre sur les addictions et les phobies qui synthétise les grands thèmes de son cinéma. En s’appuyant sur Viggo Mortensen, Léa Seydoux et Kristen Stewart, il signe une dérangeante mais fascinante réflexion de science-fiction onirique… (Metropolitan)
Mille Une NuitsLES MILLE ET UNE NUITS
A Bagdad, Aladin, jeune benêt, vit avec sa mère et rêve d’assister à Bassora au mariage du Prince. Pauvre, il rêve de grandeur et de faste mais ne voit pas que la belle Djalma est amoureuse de lui. Chapardeur, il doit fuir les commerçants du marché. Sa vieille lampe et le génie qu’elle contient vont lui sauver la mise. En 1961, Mario Bava et Henry Levin travaillent ensemble, à Cinecitta, sur ce conte volontiers burlesque, parfaitement rocambolesque et plein d’effets spéciaux. Dans sa collection Make my Day, Jean-Baptiste Thoret propose ce divertissement (l’acteur de Chantons sous la pluie Donald O’Connor incarne Aladin, entouré d’un casting disparate: Michèle Mercier, Vittorio de Sica, Raymond Bussières) dans lequel apparaît souvent la marque du Bava sulfureux et gothique… (Studiocanal)
Comment Reussir Quand OnEstConCOMMENT REUSSIR QUAND ON EST CON ET PLEURNICHARD
S’il fut l’un des scénaristes et dialoguistes les plus brillants dans le cinéma français des années 50-70, Michel Audiard (1920-1985) mis aussi en scène une dizaine de films dont, en 1974, ce portrait de l’inénarrable Antoine Robinaud, voyageur de commerce qui parvient à vendre Volcano, son vermouth frelaté en apitoyant les âmes sensibles sur les misères du monde… Si sa stratégie fonctionne difficilement dans les bars et cafés, Robinaud et ses bouts rimés foireux emballent volontiers ces dames! Avec un Jean Carmet épatant en crétin moins bête qu’il n’y paraît (entouré de Jean-Pierre Marielle, Jean Rochefort, Stéphane Audran ou Jane Birkin), Audiard s’en donne à coeur-joie dans ses portraits tout en distillant ses punchlines: «  Y’a des aristocrates et des parvenus, dans la connerie comme dans le reste… » (Gaumont)
InstinctINSTINCT
Psychologue expérimentée, Nicoline vient de prendre un nouveau poste dans une clinique. Elle y croise Idris, un délinquant sexuel responsable de plusieurs crimes. Après cinq années de traitement, l’homme devrait pouvoir bénéficier pour la première fois d’une sortie non accompagnée. Mais la psychologue n’est pas convaincue que ce soit une bonne chose et tente de prolonger la période de probation. Entre un Idris très manipulateur et une Nicoline coincée par son attirance sexuelle pour le délinquant, commence un redoutable jeu du chat et de la souris. Avec Carice van Houten (Black Book de Verhoeven) et Marwan Kenzari vu en Jafar dans Aladdin, la Hollandaise Halina Reijn organise, dans l’univers carcéral, un psycho-thriller sur une liaison interdite et évidemment toxique… (Condor)
J'adore Ce Que Vous FaitesJ’ADORE CE QUE VOUS FAITES
Engagé pour incarner un résistant dans un blockbuster américain sur le débarquement de Provence en août 1944, Gérard Lanvin vient s’installer dans le Midi où la superproduction va être tournée. Un problème de piscine dans sa villa amène l’acteur à croiser Momo Zapareto. Le problème, c’est que l’homme à tout-faire est un fan absolu de Gérard Lanvin. Réalisateur du Fils à Jo (2011) et Papi Sitter (2020), les deux avec Gérard Lanvin en tête d’affiche, Philippe Guillard signe une agréable comédie autour de deux personnages qui, après bien des tracas et des embrouilles, vont finir par s’apprécier. Gérard Lanvin joue son propre rôle et excelle dans la fatigue excédée. En face de lui, en boulet majeur, l’humoriste Artus se régale… Un joyeux buddy movie sur l’univers du cinéma! (Gaumont)
Citoyen Se RebelleUN CITOYEN SE REBELLE
L’ingénieur Carlo Antonelli se fait passer à tabac par des voyous en tentant d’intervenir lors d’un braquage. Voyant que sa plainte a peu de chances d’aboutir et que la Justice ne fait rien pour l’aider, il décide de retrouver lui-même ses agresseurs. Il infiltre alors le milieu et parvient à se faire aider par Tommy, une petite frappe. Lors des années de plomb marquées notamment par les actions des Brigades Rouges en Italie, le cinéma bis transalpin va exprimer cette violence dans une vague de polars urbains âpres et cruels. Fortement inspiré par des films comme L’inspecteur Harry ou Un justicier dans la ville, le polar italien, le Poliziesco, va mettre en images vengeance, justice, et règlements de comptes. En 1974, Enzo Castellari dirige Franco Nero (et la Bond girl Barbara Bach!) dans un rôle de type ordinaire, justicier malgré lui. (Artus Films)
Walk The LineLE PAYS DE LA VIOLENCE
Shérif de la petite ville de Gainesboro dans le Tennessee, Henry Tawes s’ennuie dans sa vie de fonctionnaire sans grade auprès d’Ellen, sa femme. A l’occasion d’un accident de circulation, le shérif fait la connaissance de la jeune et belle Alma McCain. Sous le charme de cette Lolita perverse, Henry Tawes perd pied. Il va alors sacrifier non seulement sa famille mais aussi son honneur en transgressant la loi qu’il s’était jusque-là juré de défendre en s’acoquinant avec Carl McCain, le père d’Alma, un distillateur d’alcool poursuivi par un agent de l’État. Sur une bande son de Johnny Cash qui donne son titre original au film (I Walk the Line), John Frankenheimer met en scène, en 1970, Gregory Peck, Tuesday Weld, Estelle Parsons, Ralph Meeker et Charles Durning… (Sidonis Calysta)
Ete NucléaireL’ETE NUCLEAIRE
Le nucléaire civil, à l’exception du Malevil (1981) de Christian de Challonge, n’a pas souvent été mis en scène dans le cinéma français… C’est pourquoi on observe avec intérêt le troisième long-métrage de Gaël Lépingle (qui a vécu, jeune, près d’une centrale) qui raconte les aventures de Victor (Shaïm Boumedine, vu naguère dans les deux volets de Mektoub, my love de Kechiche) et de ses anciens copains du village qui se retrouvent confinés dans une ferme alors que survient un accident à la centrale nucléaire voisine. Ils guettent le passage du nuage radioactif alors qu’ils auraient dû évacuer la zone. Un film qui distille l’angoisse autour d’une menace réelle mais invisible… (Le Pacte)
The NorthmanTHE NORTMAN
Jeune prince, Amleth vient tout juste de devenir un homme quand son père est brutalement assassiné par son oncle Fjölnir qui s’empare également de la mère du garçon. Amleth fuit son royaume insulaire en barque, en jurant de se venger. Deux décennies plus tard, Amleth est devenu un berserkr, un guerrier viking capable d’entrer dans une fureur bestiale, qui pille et met à feu, avec ses frères berserkr, des villages slaves jusqu’à ce qu’une devineresse lui rappelle son vœu de venger son père, de secourir sa mère et de tuer son oncle. Auteur de The Lighthouse (2019), Robert Eggers met en scène, au 10e siècle, une aventure sur fond de combats sauvages dans laquelle on reconnaît Alexnder Skarsgard, Nicole Kidman, Willem Dafoe, Ethan Hawke ou la chanteuse Björk. (Universal)
Tarawa Tete PontTARAWA TETE DE PONT
Iles Gilbert, 1943. La section que dirige le lieutenant Brady est massacrée. Brady, le sergent Sloan et le soldat Campbell en réchappent. Brady tue Campbell, témoin de son incompétence. Peu après, Sloan se rend chez la veuve de Campbell et découvre que Brady est fiancé à Maria, la fille de celui qu’il a tué… Sur un scénario efficace, Paul Wendkos (révélé en 1957 par Le cambrioleur, un bon polar adapté de l’oeuvre de David Goodis) signe, en 1958, un solide film de guerre en se penchant sur un épisode sanglant et déterminant de la guerre du Pacifique, en l’occurrence la bataille de Tarawa, en novembre 1943, où pour la première fois, les troupes américaines sont opposées à une farouche résistance japonaise. (Sidonis Calysta)
Hommes Bord Crise NerfsHOMMES AU BORD DE LA CRISE DE NERFS
Une poignée d’hommes venus de tous horizons mais tous au bout du rouleau se retrouvent sur le quai d’une gare de campagne perdue dans une nature sauvage. Ils sont venus pour un stage de thérapie de groupe, censé faire des miracles, le tout sous la houlette d’une coach prénommée Omega. « Si vous êtes là, dit-elle, c’est parce que vous allez mal mais surtout parce que vous avez envie d’aller mieux ». Après plusieurs centaines d’interviews d’hommes anonymes qui confiaient leurs peurs et leurs doutes, Audrey Dana a imaginé une comédie légère qui passent à la moulinette les travers et les faiblesses des hommes. Le titre-hommage à Almodovar est une manière pour Audrey Dana d’affirmer que l’hystérie qu’on dit si féminine peut aussi être portée par des hommes… Parce que « 80% de nos peurs ne servent à rien », la troupe finira par aller mieux. (Warner)
Alice Sweet AliceALICE SWEET ALICE
Alice Spages est une jeune fille très réservée de 12 ans vivant avec sa mère et sa jeune sœur Karen (Brooke Shields dans sa première apparition au cinéma), cette dernière monopolise toute l’attention de sa mère. Alors que Karen s’apprêtait à fêter sa première communion, elle est retrouvée sauvagement assassinée dans l’église. Quelques soupçons commencent à peser sur Alice, mais comment une jeune fille de 12 ans pourrait-elle accomplir de tels actes atroces ? Mais lorsque d’autres meurtres horribles continuent à survenir dans l’entourage d’Alice (Paula Sheppard), les soupçons semblent se préciser… Pour la première fois en Blu-ray, ce portrait d’un enfant diabolique est une petite pépite horrifique du cinéma américain des années 70 qui lorgne sur le « giallo » italien et préfigure l’ère des  slashers… (Rimini éditions)
Joyeuse Fin MondeJOYEUSE FIN DU MONDE
Dans la campagne anglaise, Nell, Simon et leur famille s’apprêtent à passer un serein dîner de Noël. Mais ils apprennent que la fin du monde est imminente. Il ne leur reste plus beaucoup de temps à vivre et le gouvernement incite de plus la population à se donner la mort pour éviter une future mort douloureuse. Dans une comédie horrifique, Camille Griffin réunit les clichés du film d’anticipation pour mieux s’en moquer. Et dire que cette fête de Noël devait permettre d’oublier un peu les tensions quotidiennes… Le film s’offre un joli casting avec Keira Knightley, Matthew Goode (The Crown et Downton Abbey) ou Lily-Rose Depp. (Metropolitan)