L’AMERICAINE, LE CADRE, LE CAPITAINE ET LA GARDE DU CORPS  

Daisy MillerDAISY MILLER
En compagnie de sa mère et de son jeune frère, l’Américaine Daisy Miller sillonne l’Europe. En Suisse, elle rencontre Frederick Winterbourne, un compatriote, depuis longtemps exilé sur le vieux continent. Le charme et la candeur de Daisy intriguent le jeune aristocrate, vite séduit par cette jeune femme bavarde… Après les succès successifs de On s’fait la valise, docteur ? (1972) et de La barbe à papa (1974), Peter Bogdanovich a le vent en poupe. Il adapte une nouvelle d’Henry James, met en scène un film en costumes et confie le rôle principal à sa muse, Cybill Sheperd, révélée en 1971, dans La dernière séance. Le film fut un imposant échec public. Pourtant, dans une métaphore de la relation complexe de l’Amérique et de l’Europe, le cinéaste, disparu en janvier dernier, en s’inspirant autant de l’univers de James que de celui de John Ford ou de Howard Hawks, brosse, sur fond de mélancolie et de solitude, le portrait d’une femme émancipée, extravertie et espiègle… (Carlotta)
Un Autre MondeUN AUTRE MONDE
Après La loi du marché (2015) et En guerre (2018), Stéphane Brizé poursuit dans cette idée de captation du réel qui fait la singularité de ses films. Philippe Lemesle (Vincent Lindon) et sa femme (Sandrine Kiberlain) ont désormais beaucoup du mal à fonctionner en couple. Alors même que leur grand adolescent de fils va mal et est hospitalisé, la rupture intervient dans le couple au moment où ce cadre performant dans un groupe industriel international ne sait plus répondre aux injonctions incohérentes de sa direction. Hier dirigeant, on le veut aujourd’hui exécuteur, au sens violent du terme, d’un plan social… Avec un Vincent Lindon remarquable, Brizé se penche avec acuité sur le désarroi d’un cadre supérieur face à son action et sa responsabilité à l’intérieur de l’entreprise et de sa famille. (Diaphana)
Histoire Ma FemmeL’HISTOIRE DE MA FEMME
Dans un café, au cours des années 20, Jakob Störr, capitaine au long cours, fait un pari avec un ami : il épousera la première femme qui en franchira le seuil. Voilà qu’entre Lizzy, une Parisienne mondaine… Connue pour Mon XXe siècle qui avait obtenu la Caméra d’or à Cannes en 1989, la Hongroise Ildiko Enyedi adapte un roman de son compatriote Milan Füst et signe un film classique « à l’ancienne » entre éclosion d’un amour sincère et naissance d’une jalousie maladive. Très fréquemment parti en mer, Jakob (le Hollandais Gijs Naber), se persuade que la mystérieuse Lizzy (Léa Seydoux, remarquable) le trompe avec un écrivain (Louis Garrel). Une réflexion sur la jalousie et l’importance de la confiance au sein d’un couple… (Pyramide)
RobusteROBUSTE
Star de cinéma vieillissante, Georges vit, au cœur de Paris, dans une grande et belle maison avec piscine. Mais l’homme est seul et en souffrance. Lorsque l’habituel employé de Georges doit partir au loin, la société de surveillance confie le job à Aïssa, une jeune agent de sécurité. Le premier long-métrage de Constance Meyer se concentre sur la rencontre de l’acteur et de sa garde du corps qui se « flairent » d’abord avant de se rapprocher lentement dans une relation qui tient tout à la fois de l’amour platonique, de l’amitié pudique et du rapport filial… Avec un personnage qui, évidemment, lui ressemble, Gérard Depardieu est superbe d’humanité. Mieux, il n’écrase jamais Déborah Lukumuena (découverte, en 2016, dans Divines qui lui valut le César de la meilleure actrice dans un second rôle) qui occupe parfaitement toute sa place… (Diaphana)
Les VedettesLES VEDETTES
Vendeurs dans l’électroménager, Daniel, chanteur raté (« C’est juste un pauvre type qui rêve d’être connu ») et Stéphane, type naïf et prétentieux (« J’ai été employé du mois pendant un an ») ne s’entendent pas plus que cela. Mais Daniel, pour retrouver les feux des projecteurs, décide d’utiliser Stéphane pour participer à des jeux télévisés. Devant la caméra de Jonathan Barré, Grégoire Ludig et David Marsais, le délirant duo du Palmashow, s’amusent à passer à la moulinette de leur humour parodique, l’univers des jeux télé. Un univers (cathodique) impitoyable où les deux hurluberlus, très premier degré, vont faire de joyeux dégâts. (Gaumont)
VaillanteVAILLANTE
Dans le New York des années 20, la jeune Georgia Nolan n’a qu’un seul désir : devenir pompier comme son père. Mais cette profession est interdite aux filles. Lorsqu’un mystérieux incendiaire s’en prend aux théâtres de Broadway et que de nombreux pompiers disparaissent, le maire de la ville demande au père de Georgia de reprendre du service et de constituer une nouvelle équipe d’intervention. Georgia n’hésite plus. Elle se travestit en garçon et prend du service. Avec une belle animation fluide et colorée et de bons gags visuels, Laurent Zeitoun (scénariste de Bellerina en 2016) et Theodore Ty racontent l’aventure d’une jeune héroïne rebelle et décidée à vivre pleinement son rêve. (M6)
Petite SolangePETITE SOLANGE
A 13 ans, Solange Maserati est pleine de vie et de curiosité. Cette frêle adolescente est sentimentale à l’excès et adore ses parents. Un jour, elle remarque une grosse crise entre ces derniers. Ils se disputent et commencent à s’éloigner. Alors que son grand-frère part à l’étranger pour s’éloigner d’une ambiance pesante, Solange voit que la rupture se précise. Pour son quatrième long-métrage, Axelle Ropert, remarquée avec La famille Wolberg (2009) et Tirez la langue, mademoiselle (2013), aborde la question du divorce d’un couple vu à travers le regard d’une enfant. Jade Springer magnifique en Solange ainsi que Léa Drucker et Philippe Katerine, dans le rôle des parents, portent, avec délicatesse, cette aventure intime et douloureuse… (France.tv)
MoonfallMOONFALL
En 2011, les astronautes Brian Harper, Jocinda Fowler et Marcus sont en mission en orbite pour réparer un satellite. Une force mystérieuse provoque la mort de Marcus. Brian parvient à ramener la navette sur Terre mais il est jugé responsable de l’accident car personne ne le croit, même pas Jocinda. Brian (Patrick Wilson) s’effondre lentement. Dix ans plus tard, il vit seul et croule sous les dettes. Divorcé de Brenda, il voit leur fils Sonny, 18 ans, aux prises avec la justice. C’est alors qu’il fait la connaissance d’un théoricien du complot convaincu que la Lune est une mégastructure qui a changé d’orbite et qui va bientôt s’écraser sur la Terre. Devenue cadre à la NASA, Jocinda (Halle Berry) a fait la même découverte. Roland Emmerich (Independence Day) signe un film-catastrophe sur la possible extinction de l’Humanité. (Metropolitan)
Gendarme Saint TropezLE GENDARME DE SAINT TROPEZ
Ludovic Cruchot, gendarme très zélé, a été muté à Saint-Tropez, sur la côte d’Azur, avec le grade de maréchal des logis-chef. Il y découvre une brigade où il fait bon vivre et participe aux récurrentes chasses aux nudistes et aux nombreuses activités détente de sa brigade, dirigée par l’adjudant Gerber. En 1964, Jean Girault construit entièrement cette comédie autour de Louis de Funès tandis que la brigade regroupe Michel Galabru (Gerber) et Jean Lefebvre, Christian Marin ou le duo Grosso et Modo. Conçu comme une « petite comédie sans prétention », avec un budget peu élevé, le film va rencontrer, à la surprise générale, un succès considérable, arrivant en tête du box-office français de l’année 1964 avec plus de 7,8 millions d’entrées. Installé pour la première fois en haut du box-office, De Funès voit sa carrière et sa célébrité définitivement lancées. Une nouvelle édition 4K. (M6)
Brice NiceBRICE DE NICE
À Nice, Brice Agostini mène la belle vie. Fan du film Point Break, il ne se déplace jamais sans sa planche de surf et attend la vague géante qui déferlera sur les rives de Nice. Comme aucune vague à Nice ne permet de surfer, Brice organise des soirées festives appelées « Yellow » où il participe à des joutes verbales, dont le perdant (toujours son adversaire) bascule dans la piscine. Sa vie se déroule dans l’insouciance, jusqu’au jour où son père, qui blanchit de l’argent pour la mafia sicilienne, est arrêté. Brice va découvrir les réalités de la vraie vie. Sorti en 2005 et réalisé par James Huth, le film (dans une nouvelle version 4K) repose sur un personnage inventé, dans un sketch, par Jean Dujardin. Malgré une critique moyenne, cette comédie a réuni 4 millions de spectateurs en salles. (M6)
Un Hiver New YorkUN HIVER A NEW YORK
Fuyant Buffalo et un mari violent avec ses enfants, Clara débarque à New York avec ses deux garçons. Elle espère y recommencer sa vie. Récemment sorti de prison, Marc, ancien gérant de restaurant, est embauché dans un bistrot russe. Il y croise Timofey qui promène son spleen british et Alice, une infirmière solitaire qui s’occupe de laissés-pour-compte… Dans un film choral, la Danoise Lone Scherfig (découverte, en 2000, avec Italian for Beginners)  s’appuye notamment sur Zoé Kazan, Tahar Rahim, Bill Nighy, Jay Baruchel, Caleb Landry Jones ou Andrea Riseborough, pour orchestrer un gentil conte de fées moderne sur fond d’émouvants destins croisés. Quand des mains bienveillantes se tendent au cœur de Big Apple. (Condor)
Marry MeMARRY ME
Star mondiale de la scène musicale internationale, Katalina Valdez surnommée Kat, est célèbre aussi pour le couple très glamour qu’elle forme avec le jeune chanteur Bastian. D’ailleurs les deux vedettes ont prévu de se dire oui devant un parterre de fans déchaînés dans une grande émission de télé. Quelques minutes avant le show, Kat apprend que Bastian la trompe. En scène, bouleversée, elle accroche, dans le public, le regard d’un inconnu qui tient un panneau « Epouse-moi ». Et elle dit oui… Simple prof de maths propulsé dans un univers glamour, le pauvre Charlie ne peut que faire le constat : « On est en plein délire ! »… En fait, on est surtout en pleine comédie romantique comme les Américains savent les faire. Avec Jennifer Lopez et Owen Wilson, voici une sucrerie totalement prévisible mais qu’on consomme comme un délicieux « feelgood movie ». (Universal)
AAAPostMortemPOST MORTEM
Sur un champ de bataille, Tomás, considéré comme mort à la suite d’une explosion, est jeté à la fosse commune. Un homme remarque qu’il respire encore et l’en extirpe. Mis ko par l’effet de souffle, le soldat a eu une étrange vision, celle d’une jeune fille le rappelant à la vie. Six mois plus tard, alors qu’il propose aux proches de défunts des photos en forme de tableau de famille où vivants et morts se côtoient, Tomás voit se matérialiser cette hallucination. Il va suivre la jeune orpheline Anna dans son village où la terre gelée empêche l’enterrement des très nombreuses victimes de la grippe espagnole. Sur fond de grippe espagnole (on songe aux masques de la pandémie de covid), le Hongrois Peter Bergendy donne un film d’horreur historique. Les effets spéciaux sont réussis mais le récit est moins convaincant… (Condor)
KinjiteKINJITE – SUJET TABOU
Flic (très) dur à cuire, l’inspecteur Crowe est réputé pour ses interventions musclées. Ainsi, il ne cesse de traquer Duke, une petite frappe, chef d’un réseau pédophile qui pousse des jeunes filles sur le trottoir. Père d’une adolescente envers laquelle il est très (trop ?) protecteur, Crowe se charge de l’affaire d’un cadre supérieur japonais qui vient de s’installer aux Etats-Unis et dont la fille est tombée dans les filets de Duke. Las, le Japonais n’est pas très net, côté mœurs… Dans les années 80, le tandem Golan-Globus distille du bon gros cinéma bis qui offre régulièrement à Charles Bronson des rôles de justicier sans pitié dans un univers constamment violent. Grand cinéaste au long cours (on lui doit Les canons de Navarone en 1961), J. Lee Thompson réalise, en 1989, son dernier film, sorte de synthèse d’un genre disparu qui flattait volontiers les bas instincts du public… (Sidonis Calysta)
Adieu ParisADIEU PARIS
Le temps d’un déjeuner, dans un vieux bistrot parisien au charme éternel, huit grandes figures se retrouvent à table. Mais ces « rois de Paris » seraient-ils devenus des chefs-d’œuvre en péril ? Pour son quatrième long-métrage, Edouard Baer réunit un brillant casting (Jackie Berroyer, Pierre Arditi, Bernard Murat, François Damiens, Bernard Le Coq, Daniel Prévost, Benoît Poelvoorde, Gérard Depardieu) et manie tout à la fois la tendresse et la cruauté. A sa sortie en salles, ce huis-clos grinçant mais teinté de mélancolie a été détruit en vol par la critique. Peut-être mérite-t-il quand même qu’on prenne place un instant à la table de Baer… Juste, histoire de voir quelques numéros de grands cabots… (Le Pacte)

LE REBELLE, L’ENFANT TERRIBLE, PIERRE, SHAUNA ET LES ADOS CALIFORNIENS  

Intégrale ClementiINTEGRALE PIERRE CLEMENTI
Acteur à la beauté ombrageuse chez Bunuel (Belle de jour, La voie lactée), Visconti (Le guépard) Bertolucci (Le conformiste) ou Pasolini (Porcherie), Pierre Clémenti, mort en 1999 à 57 ans, a réalisé neuf films que l’on retrouve dans une intégrale-hommage à un rebelle écorché vif. En trois groupes (vie intime et revendication politique, la famille et les amis, les films policiers noirs et paranoïaques), on découvre ainsi une production de journaux filmés, dans une veine tour à tour underground, libertaire et psychédélique, comme notamment Visa de censure n° X (1967), La Révolution n’est qu’un début : continuons le combat (1968) ou A l’ombre de la canaille bleue (1985), son unique fiction, un récit punk enlevé, polar paranoäque et poisseux. Avec des suppléments (Pierre Clémenti, l’absolue liberté réalisé par la cousine de l’acteur/réalisateur revient sur sa vie et son rapport à la famille) qui éclairent la trajectoire d’un artiste épris d’absolu. (Potemkine)
L'EnnemiL’ENNEMI
Maeva et Louis Durieux s’aiment à la folie… Trop de folie, sûrement. Une nuit, Louis retrouve le corps sans vie de sa femme dans leur chambre d’hôtel à Ostende. Durieux (Jérémie Rénier, excellent en type à fleur de peau) est un jeune homme politique très apprécié en Belgique. Pour l’« enfant terrible » aux dents longues, les choses se gâtent vite. En s’inspirant de l’affaire Wesphael qui avait défrayé la chronique en 2013 outre-Quiévrain, Stephan Streker construit un bon thriller qui parle de meurtre mais aussi du tribunal médiatique qui va rapidement faire de la vie de Durieux un cauchemar. Mais, en laissant à chacun, le soin de dire ce qui s’est passé dans la chambre 108 (la culpabilité de Durieux est toujours évoquée par le prisme des autres), Streker interroge surtout les sources de l’intime conviction. (France.tv)
Jeunes AmantsLES JEUNES AMANTS
« Nous respirons le même air, ensemble, autant en profiter… » Dans un couloir d’hôpital, au cœur de la nuit, le médecin Pierre Escande réconforte Shauna Lossinski, au chevet de sa mère mourante… Quinze ans plus tard, à l’occasion d’un congrès en Irlande, Pierre retrouve l’alerte Shauna. Entre Pierre, 45 ans et Shauna, 71 ans, commence une lumineuse histoire d’amour. Sur une idée originale de la regrettée Solveig Anspach, Carine Tardieu a bâti un beau mélodrame sur la passion, pas si improbable, entre un homme jeune et marié et une femme âgée, sidérée qu’on puisse tomber amoureux d’elle. Et cela la fait sourire tant que l’histoire reste virtuelle. Mais elle prend peur et s’inquiète soudain des outrages du temps lorsque leur amour se concrétise… Melvil Poupaud et Fanny Ardant sont magnifiques et bouleversants ! (Diaphana)
Licorice PizzaLICORICE PIZZA
Grand adolescent rondouillard, Gary Valentine a déjà eu sa petite heure de gloire en jouant la comédie au cinéma… Fort de cette expérience, il baratine, dans son lycée, la frêle Alana Kane. A 25 ans, elle n’est plus lycéenne et assiste un photographe pour des photos de classe. Amusée par l’assurance de Gary, Alana se pique au jeu et accepte même de servir de chaperon pour un déplacement de Gay à New York. Le talentueux Paul Thomas Anderson (Boogie Nights, Magnolia, There Will Be Blood ou Phantom Thread) donne, avec Cooper Hoffman (le fils du regretté Philip Seymour Hoffman) et Alana Haïm, une chronique adolescente et californienne qui part dans une suite de péripéties drôles et de rebondissements surprenants où il est aussi bien question de show-biz, de lit à eau, de politique municipale ou du choc pétrolier de 1973 ! (Universal)
Execution AutomneEXECUTION EN AUTOMNE
Couvé depuis toujours par sa grand-mère et unique héritier de sa famille, Pei Gang est devenu, à l’âge adulte, un tyran et une brute. Auteur de trois meurtres commis de sang-froid, il est arrêté et condamné à mort. Son exécution est prévue à l’automne suivant, comme le veut la tradition. Il reste moins d’un an à sa grand-mère pour remuer ciel et terre et libérer son petit-fils. Alors que l’espoir d’un acquittement s’éloigne de plus en plus, elle va s’assurer que Pei Gang conçoive un héritier pour perpétuer la lignée familiale… Figure centrale du cinéma taiwanais depuis les années soixante, Lee Hsing signe un drame d’époque, d’une grande beauté, qui offre une poignante réflexion morale sur la culpabilité et la rédemption. Le cinéaste jette un pont entre l’Occident et l’Orient avec son humanisme digne d’un Victor Hugo couplé à la philosophie et à la spiritualité confucéennes. (Carlotta)
Nos Ames EnfantsNOS AMES D’ENFANTS
Quadra sans enfants, Johnny est journaliste dans une radio, un boulot dans lequel il s’épanouit, notamment en interrogeant les adolescents sur la façon dont ils imaginent l’avenir. Un jour, sa sœur, dans une passe difficile, supplie Johnny d’accueillir son fils Jesse (Woody Norman) chez lui. Johnny accepte et apprécie vite ce gamin malicieux guidé par une vive soif d’apprendre. Remarqué pour Beginners et 20th Century Women déjà sur l’éducation et la figure maternelle, le réalisateur américain Mike Mills évoque, dans un beau noir et blanc et à travers les voyages de Johnny et Jesse, les questionnements d’un enfant face au futur. Une aventure initiatique portée par un Joaquin Phoenix tout en nuances et magnifique en adulte ouvrant la réalité du monde à un enfant. (Metropolitan)
A Mort ArbitreA MORT L’ABITRE
On songe évidemment à la chanson de Renaud évoquant les hordes de supporters avec « ces fanatiques fous furieux abreuvés de haine et de bière, déifiant les crétins en bleu, insultant les salauds en vert ». En 1984, Jean-Pierre Mocky, en s’appuyant sur un livre anglais d’Alfred Draper, évoque l’univers du football dans ce qu’il a de plus violent. Pour avoir sifflé un penalty entraînant la défaite de l’équipe locale, un arbitre (Eddy Mitchell) et sa compagne (Carole Laure) sont poursuivis, dans la nuit, par une bande de supporters menée par Rico (Michel Serrault), un beauf teigneux et angoissant. Si le film a un peu vieilli, cette satire, véritablement flippante, sur les excités des stades demeure encore d’actualité. (ESC Editions)
Effet PapillonL’EFFET PAPILLON
Jeune adolescent sans domicile, Marco est arrêté à la frontière danoise, en possession du passeport d’un fonctionnaire porté disparu. Avant de se volatiliser, l’homme, accusé d’agressions pédophiles, avait bénéficié d’un classement sans suite de son dossier… L’inspecteur Carl Mørck et son équipe du Département V sont chargés de l’affaire mais Marco, traumatisé, refuse de leur parler. Détenteur d’informations compromettantes, il s’enfuit pour échapper à la mort… Voici un nouveau chapitre des enquêtes du département V, spécialisé dans les affaires sordides et les complots bien glauques. Avec un nouveau duo (Ulrich Thomsen et Zaki Youssef) pour incarner Mørck et son équipier Assad mais toujours avec le même mélange saisissant de suspense, d’effroi et d’action, on plonge dans une enquête haletante dans les eaux troubles de la dépravation humaine. (Wild Side)
Les PromessesLES PROMESSES
Maire d’une ville de la banlieue parisienne, Clémence Collombet doit assister à une réunion où il est question d’une cité où l’eau coule des plafonds et où les marchands de sommeil se remplissent les poches… Parce qu’elle entend bien faire son job jusqu’au bout, Clémence monte au front même si elle a décidé de ne plus se représenter à la mairie. Mais voilà qu’on parle d’elle pour un portefeuille ministériel (« Ministre, c’est mettre une encoche dans l’histoire de France » lui murmure un grand serviteur de l’Etat) et la proposition ne la laisse pas indifférente. Avec Isabelle Huppert et Reda Kateb (en « dircab » fasciné par Obama), Thomas Kruithof (qui avait signé, en 2016, La mécanique de l’ombre) orchestre un drame autour d’une accro de la politique qui déchante lorsqu’on lui lance qu’elle ne « fait pas rêver ». Alors, contre tous, elle décide de retourner au combat. (Wild Side)
Voisins VoisinsLES VOISINS DE MES VOISINS SONT MES VOISINS
Un ogre casse ses dents la veille de la Saint-Festin, la grande fête des ogres. Un magicien rate son tour de la femme coupée en deux et égare les jambes de son assistante. Un randonneur suréquipé reste coincé plusieurs jours dans un ascenseur. Un vieux monsieur tombe amoureux d’une paire de jambes en fuite. Une maman confie ses enfants au voisin le soir de la Saint-Festin… Dans un immeuble, les destins entremêlés de dix vrais voisins ou voisins de voisins, aux prises avec les drames, les plaisirs, les surprises et les hasards de la vie quotidienne. Avec les voix d’Arielle Dombasle, Valérie Mairesse, Élise Larnicol, Rosaria Da Silva, François Morel, Olivier Saladin, Cyril Couton, Didier Gustin, Anne-Laure Daffis et Léo Marchand orchestrent un foisonnant film d’animation dont le parti-pris graphique allie images réelles et éléments dessinés ou articulés. Un conte à l’humour absurde pour une histoire de voisinage sur fond de méfiance, d’indifférence ou de confiance. (jour2fête)
Red RocketRED ROCKET
Après une longue carrière de star du X à Los Angeles, Mikey Saber revient dans sa ville natale du Texas. Où il n’est pas le bienvenu, loin s’en faut… Sans le sou, sans emploi, il doit retourner vivre chez son ex-femme et sa belle-mère… Il reprend ses petites combines de loser à la petite semaine lorsqu’il croise la jeune et mignonne serveuse Strawberry. Amateur de sujets plus ou moins scabreux où le sexe tient une belle place, le réalisateur Sean Baker (Tangerine, The Florida Project) brosse, ici, le portrait d’un type pas vraiment reluisant, un prédateur (l’ancien mannequin, acteur X et rappeur Simon Rex, vu dans des seconds rôles de la saga Scary Movie) qui imagine volontiers de faire Strawberry (Suzanna Son), la mignonne vendeuse de donuts une star porno, histoire de revenir ainsi dans le métier… Sur l’envers du rêve américain ! (Le Pacte)
Raging FireRAGING FIRE
Flic intransigeant, respecté et intègre, Bong a toujours réussi dans les affaires dangereuses. Lors d’une opération d’infiltration, la police est doublée par des justiciers masqués dirigés par Ngo, un ancien protégé de Bong, devenu un homme très dangereux à la suite d’une erreur qui l’avait mené en prison… Dernier film de Benny Chan, disparu en août 2021, un cinéaste aussi talentueux que le grand John Woo, ce polar d’une redoutable efficacité fait la part belle à des fusillades à gogo, des cascades, des bagarres et des poursuites dans une ville de Hong-Kong en chaos. Avec deux stars du cru, Donnie Yen (Bong) et Nicholas Tse (Ngo), voici un excellent rendez-vous de cinéma d’action, impressionnant et réaliste, à la mode hongkongaise… (Metrpolitan)
Super Héros Malgre LuiSUPER HEROS MALGRE LUI
Apprenti comédien en galère, Cédric voit enfin arriver son jour de chance lorsqu’il décroche contre toute attente le rôle principal du film Badman, une version française des aventures de super-héros qui cartonnent au box-office. Tout se passe bien jusqu’au moment où Cédric est victime d’un accident de voiture avec sa Badmobile. Il se réveille sans se souvenir de quoique ce soit. Dès lors, il croit dur comme fer être son personnage de super-héros et va se lancer dans des missions où il fait le bien… mais mal. Après Babysitting, Babysitting 2 ou Alibi.com qui furent tous des succès atteignant entre 3,5 et 2,3 millions de spectateurs dans les salles, Philippe Lacheau est de retour avec une de ces farces qui recycle, sur le ton du pur divertissement et de la petite blagounette, de solides clichés, ici le super-héros… Philippe Lacheau (et sa bande, Tarek Boudali, Elodie Fontan, Julien Arruti, Alice Dufour) ont leurs fans. Ceux-là devraient, ici, trouver leur bonheur. (Universal)
Tendre SaignantTENDRE ET SAIGNANT
L’élégante Charly Fleury dirige la rédaction de Chiffon, un grand magazine de mode. Cette Parisienne BCBG voit réapparaître dans son existence son père malade (Jean-François Stévenin, dans l’un de ses derniers rôles) qui lui demande de reprendre sa… boucherie mais aussi Martial, le commis qui y travaille… Charly préfère vendre la boutique mais Martial est prêt à se battre pour la récupérer. Auteur de Bus Palladium (2010), Christopher Thompson met en scène une comédie prévisible (la cohabitation entre Charly et Martial est promise à un bel avenir) mais qui se déguste comme un bon steak dans le filet. Géraldine Pailhas, improbable bouchère de luxe, et Arnaud Ducret s’en donnent à cœur joie dans le registre romantico-carnivore… (Orange Studio)

PETROV, LE DONBASS, LES BOURGEOIS IRANIENS ET LE BIJOUTIER JUIF  

Fievre PetrovLA FIEVRE DE PETROV
En compétition à Cannes cette année avec Zhena Chaikovskogo (La femme de Tchaïkovsky), le cinéaste russe Kirill Serebrennikov est très attendu tant on avait remarqué, à Cannes 2021, sa Fièvre de Petrov qui sort désormais en dvd. Affaibli par une forte fièvre, Petrov (Semion Serzine) est entraîné par son ami Igor dans une longue déambulation alcoolisée, entre rêve et réalité. Progressivement, les souvenirs d’enfance de Petrov ressurgissent et se confondent avec le présent… Remarqué d’abord avec Leto (2018) sur l’émergence de la scène rock underground de Leningrad, Kirill Serebrennikov (dont les démêlés avec les autorités russes sont récurrents) adapte librement un roman d’Alexei Salnikov et propose, autour d’un auteur de bandes dessinées séparé de sa femme et hanté par un souvenir douloureux, un spectacle baroque et étourdissant où le cinéaste russe multiplie les trouvailles visuelles épatantes sans jamais oublier de se concentrer sur ce Petrov qui a avalé de l’aspirine périmée depuis 1977… (Condor)
Cacophonie DonbassLA CACOPHONIE DU DONBASS
En 1930, le cinéaste russe Dziga Vertov réalise La symphonie du Donbass où il évoque notamment le travail des mineurs de ce bassin houiller d’Ukraine et la trajectoire du mineur Alexei Stakhanov, admirable héros socialiste du travail, dont l’aventure a été entièrement organisée… par la propagande soviétique ! En s’appuyant sur les (belles) images de Vertov, le réalisateur ukrainien Igor Minaev s’applique d’abord à déconstruire cette propagande fondée sur le mythe de l’ouvrier modèle avant d’évoquer, avec des images d’archives, les grandes grèves de 1989 et 1990 résultant de l’exploitation des mineurs. En s’appuyant sur des témoignages, Minaev se penche, dans la seconde partie de ce sobre documentaire, sur la guerre du Donbass qui oppose, depuis 2013, l’armée ukrainienne aux séparatistes pro-russes soutenus par Moscou, une crise qui ne faisait qu’annoncer le conflit actuel en Ukraine… (Rimini Editions)
Echiquier VentL’ÉCHIQUIER DU VENT
Après la mort de son épouse, Haji Amou, commerçant traditionaliste, patriarcal et corrompu, projette de se débarrasser de sa belle-fille, héritière en titre de la fortune et de la luxueuse maison dans laquelle ils vivent… Pour faire face au complot de son beau-père, cette femme moderne et émancipée qui, paralysée, se déplace en fauteuil roulant, sollicite l’aide à sa servante. Mais elle ignore que cette dernière joue sur les deux tableaux. Quand la violence fait irruption dans l’intimité d’une famille bourgeoise en Iran… Réalisé en 1976 par Mohammad Reza Aslani, ce conte gothique sulfureux et visuellement superbe, est un bijou du cinéma iranien d’avant la révolution. Bien restauré, ce film, où chaque plan ressemble à un tableau, évoque l’univers d’un Visconti ou d’un George A. Romero. Dans les suppléments, on trouve notamment un documentaire (51 mn) qui fait retour sur une formidable aventure artistique… (Carlotta)
Adieu M.HaffmannADIEU MONSIEUR HAFFMANN
Modeste bijoutier à Paris, Joseph Haffmann comprend, en mai 1941, que l’existence des Juifs est menacée. Il fait partir sa famille vers la zone libre et prévoit de vite les rejoindre. Hélas, il va se retrouver prisonnier dans sa propre cave tandis que son employé, François Mercier, est devenu patron de la boutique. Quitte à tout remettre en ordre après la guerre. Avec Daniel Auteuil (Haffmann) et Gilles Lellouche (Mercier) ainsi que Sara Giraudeau, Fred Cavayé signe un thriller intime. Tandis qu’Haffmann est sous la menace de la Shoah, le destin de Mercier, face à une situation inédite, bascule d’autant que germe, dans la tête de cet homme stérile, une folle idée : se servir du malheureux Haffmann pour donner un enfant à sa femme. Un huis-clos étouffant autour de la sinistre tentation de la Collaboration. (Pathé)
DementiaDEMENTIA
Sortant d’un cauchemar, la secrétaire du réalisateur John Parker le raconte à son patron qui décide, en 1955, d’en faire un film, le seul et unique de sa carrière… Dans une chambre d’hôtel miteuse de Venice, Californie, une jeune femme (Adrienne Barrett) se réveille brusquement… Armée d’un cran d’arrêt, elle se met à errer dans les ruelles glauques et croise de vrais salopards. Film maudit et inclassable (sa production a été un calvaire et sa sortie une bataille), cette aventure sans paroles (mais avec de bons accents jazzy) appartient au pur film noir et est une plongée délétère dans la conscience dévastée de l’héroïne. Longtemps oublié, le film sera redécouvert par John Waters ou Preston Sturges qui dira : « Il m’a fouetté le sang et purgé la libido ». Film hallucinant et hallucinogène, Dementia est maintenant une œuvre culte et underground. (Potemkine)
PlacesPLACÉS
Etudiant venu des cités, Elias (Shaïn Boumedine, le héros de Mektoub my love de Kechiche) est refusé à l’examen d’entrée à Sciences Po parce qu’il a oublié sa pièce d’identité. En attendant de pouvoir se représenter au concours, il accepte un boulot temporaire avec des éducateurs dans une Maison d’enfants à caractère social (MECS). Dans cet univers qui lui est complètement étranger au départ, il va faire de fortes rencontres… Pour son premier film comme réalisateur, Nessim Chikhaoui s’est inspiré de son propre vécu d’éducateur pendant une dizaine d’années. Entre comédie et drame, avec un bon rythme et des dialogues qui sonnent juste, voici un film de groupe qui s’attache à brosser le portrait attachant de « jeunes à problèmes »… (Le Pacte)
Little PalestineLITTLE PALESTINE, JOURNAL D’UN SIEGE
Ancien camp de réfugié palestinien en Syrie (le plus grand du monde), Yarmouk était devenu une ville populaire de la banlieue de Damas avant 2011. En 2011, au début de la révolution syrienne, dans le contexte des printemps arabes, la population de Yarmouk est considérée comme active dans les manifestations. Le régime de Bachar el-Assad et les services de renseignements répriment et assiégent la ville qui, comme bien d’autres villes de la banlieue de Damas, se retrouve coupée du monde. À partie de 2013, pendant le siège de Yarmouk par l’armée syrienne, le cinéaste palestinien Abdallah Al-Khatib filme, dans un témoignage puissant et brutal sur un drame humanitaire, le quotidien pour témoigner de la situation, transformant une réalité géopolitique lointaine en une expérience tout à la fois intime, poétique et poignante. Un récit de résistance qui rend notamment hommage au courage des enfants… (Blaq Out)
Twist BamakoTWIST A BAMAKO
En 1962, le Mali fête son indépendance récemment acquise. La jeunesse de Bamako danse des nuits entières sur le twist venu de France et d’Amérique. Fils d’un riche commerçant, Samba vit pleinement l’idéal révolutionnaire. Alors que, dans le pays bambara, le charismatique Samba vante les vertus du socialisme, il croise Lara, jeune fille mariée de force, dont la beauté le bouleverse. Chantre du cinéma humaniste, inspiré par les images du grand photographe malien Malick Sidibé, Robert Guédiguian filme la beauté de la jeunesse et capte son énergie à la fois dans l’engagement socialiste et la musique rock. En s’éloignant du berceau marseillais qui porte depuis des années ses œuvres, le cinéaste de Marius et Jeannette réussit, au plus près de ses personnages, une tragédie lyrique et solaire sur l’utopie du bonheur et de la révolution… (Diaphana)
Complot FamilleCOMPLOT DE FAMILLE
Vieille dame riche mais rongée par le remords, Julia Rainbird fait appel à une « voyante », Blanche Tyler : depuis des années elle fait le même cauchemar, dans lequel sa défunte sœur la hante afin qu’elle retrouve le fils adultérin dont cette dernière avait dû se séparer par crainte des on-dit. Chargée de retrouver, moyennant une belle récompense, ce neveu perdu, Julia et son ami George vont découvrir que le neveu a changé de nom et qu’il mène, avec sa compagne Fran, de solides activités criminelles… En 1976, Sir Alfred Hitchcock, quatre ans avant sa disparition, signe son ultime film. La critique le considéra comme une œuvre mineure, probablement parce que le spectateur n’est pas vraiment impliqué dans les enjeux du scénario. Ici, Hitch s’amuse à jouer avec le suspense, permet parfois à ses comédiens (Karen Black, Bruce Dern, Barbara Harris, William Devane) d’improviser et adresse un ultime clin d’œil à son public. (Universal)
Aventure AventureL’AVENTURE C’EST L’AVENTURE
Après 1968, devant un monde en apparente effervescence, Lino, Jacques et Simon, trois truands et leurs deux sous-fifres, Aldo et Charlot, revoient leurs méthodes traditionnelles de gangsters et décident de jouer la carte de la politique pour leurs méfaits : enlèvement de Johnny Hallyday (avec sa complicité, pour une campagne promotionnelle), mercenaires pour des révolutionnaires d’Amérique du Sud, détournement d’avion etc. Mal accueilli par la presse à sa sortie, traité de réactionnaire et de navet, ce Lelouch, réalisé en 1972 (il fit l’ouverture de Cannes et réunit un million de spectateurs dans les salles) a été réévalué… au point de devenir culte. Même si le rythme de cette histoire est inégal, on prend néanmoins un certain plaisir aux aventures de pieds nickelés incarnés par Lino Ventura, Jacques Brel, Charles Denner, Aldo Maccione et Charles Gérard… (Metropolitan)
Amour Mieux VieL’AMOUR C’EST MIEUX QUE LA VIE
Avec sa passion de l’amour vécu à fond, le cinéaste d’Un homme et une femme a remis le couvert dans son 50e film en dissertant sur les gens qui s’aiment, les copains qui ne peuvent pas se passer les uns des autres ou… Jésus et le diable. Comme son titre l’indique, le film chante les vertus de la passion qui vous déboule dessus et qui vous fait perdre, un peu, vos repères. La fin de Gérard Prat (Gérard Darmon) est proche. Alors, Ari (Abittan) et Philippe (Lellouche), les deux copains connus autrefois à la Santé, ont décidé de lui offrir un dernier grand moment d’amour. Ils contactent Sandrine (Bonnaire) qui tient une société d’escorts… Dans cette « comédie pas si dramatique que ça », Gérard Prat qui manifestement a l’air d’aimer les aphorismes, fait observer à la lumineuse Sandrine, sa nouvelle dulcinée : « Tuer le temps, c’est se mettre en couple, chacun accusant l’autre du crime ». (Metropolitan)
ScreamSCREAM
Vingt-cinq ans après que la provinciale petite cité de Woodsboro a été frappée par une suite de meurtres violents, un nouveau tueur remet le masque de Ghostface et cible un groupe d’adolescents, déterminé à faire ressurgir les sombres secrets du passé. A quatre reprises, entre 1996 et 2011, Wes Craven fit peur avec les aventures de Ghostface. Craven disparu en 2015, c’est le duo Bettinelli-Gillett qui réveille le tueur. Neve Campbell, Courteney Fox et David Arquette retrouvent leurs personnages originels dans un film qui combine à nouveau le slasher, la comédie noire et le « whodunit ». Des retrouvailles plutôt enlevées et accompagnées d’une foule de suppléments… (Universal)
Crocs DiableLES CROCS DU DIABLE
Dans un pays d’Amérique du Sud en proie au chaos, le dictateur Arévalo fait régner la terreur. Malgré les meurtres et les exactions, une révolution s’organise à partir de réseaux et de groupes armés…  Pour ses partisans, Arévalo est « le bienfaiteur ». Ses détracteurs, eux, le surnomment « le chien ». Les opposants sont emprisonnés à San Justo où Zancho, le gardien-chef sadique, lance son redoutable berger allemand contre ceux qui tentent de fuir. En 1976, avec Jason Miller, Léa Massari et Marisa Parédès, l’Espagnol Antonio Isasi mêle la parabole politique au thriller animalier, façon Dressé pour tuer. Son efficace film d’action à la réalisation musclée et efficace (El perro en v.o.) exploite la figure du chien pour dénoncer les dictatures d’Amérique latine ou de l’Espagne franquiste. Restauré HD et inédit en DVD et Blu-ray. (Carlotta)
Land Of The SonsLAND OF THE SONS
Dans le futur, un mystérieux fléau a mis fin à la civilisation. L’humanité a presque disparu. Dans ce monde abandonné devenu hostile, un père et son fils luttent pour leur survie. Lorsque le premier finit par mourir, il laisse derrière lui le journal qu’il tient secrètement depuis des années. Mais incapable de lire, le jeune homme se lance en quête d’un adulte qui pourrait lui en révéler le contenu. Claudio Cupellini, avec ce voyage vers l’inconnu où chaque rencontre peut être la dernière, adapte le roman graphique multi-récompensé de l’auteur italien Gipi. Inédit en France, le film, tourné dans les décors naturels de la plaine du Pô, est un conte d’initiation noir et mystérieux mais aussi un récit d’aventures épique et passionnant qui évoque l’importance de la mémoire et l’avenir que nous laisserons à nos enfants… (Condor)
Ombre ViolenceL’OMBRE DE LA VIOLENCE
Ex-boxeur, Douglas Armstrong, surnommé Arm (bras) à cause de sa force de frappe, est devenu l’exécutant redouté de la famille Devers dont le méchant avorton Dympna (Barry Keoghan vu dans Dunkerque de Christopher Nolan) vend de la drogue. Dans une Irlande rurale et rugueuse, ce type tiraillé entre deux familles (il essaye aussi d’être un bon père pour son fils autiste de 5 ans), voit sa loyauté mise à l’épreuve lorsqu’on lui demande de tuer pour la première fois. Pour son premier long-métrage (Calm with Horses en v.o.), Nick Rowland met en scène, avec efficacité, des gangsters irlandais bas du front et peu sympathiques. Le chanteur et acteur britannique Cosmo Jarvis incarne le costaud emporté dans une tragédie. (Condor)
Meilleurs EnnemisMEILLEURS ENNEMIS
Bien décidée à réussir professionnellement sans pour autant compromettre son sens de l’éthique, Lucy se lance dans un jeu impitoyable de surenchère contre Joshua, son ambitieux collègue de bureau. Le problème, c’est que son attirance croissante pour cet homme qu’elle aime détester va venir compliquer leur rivalité. Après la fusion de leurs maisons d’édition respectives, la charmante Lucy (Lucy Hale, vue les sept saisons de la série Pretty Little Liars) et Joshua (Austin Stowell), deux assistants de direction, sont contraints de travailler ensemble alors qu’ils ne se supportent pas… Lorsque les deux sont en compétition pour le poste de directeur général, la bataille va faire rage. Bien sûr, dès les premières images, on a une petite idée de la manière dont va s’achever cette guerre sur fond de séduction… Une agréable comédie romantique où les dialogues acides font mouche. (Métropolitan)
RosyROSY
Alors étudiante, Marine, 21 ans, observe soudain un rétrécissement de son champ de vision. Diagnostic : elle est atteinte d’une maladie auto-immune incurable, la sclérose en plaques. Avec Rosy (le nom qu’elle donne à sa maladie), Marine Barnérias réalise un documentaire pour mieux accepter son destin. En 2015, elle décide de se lancer dans un voyage de neuf mois, traversant la Nouvelle-Zélande, la Birmanie et la Mongolie, pour tenter de trouver un nouvel équilibre… Si le propos est très centré sur la réalisatrice, il atteste aussi de son tempérament de battante. Entre combat, rage, épuisement, enthousiasme ou déni, une aventure individuelle singulière… (Gaumont)
355355
Une arme technologique capable de prendre le contrôle de réseaux informatiques est tombée entre de mauvaises mains. A Paris, où la clé a été localisée, les meilleures agentes des agences de renseignements du monde entier s’apprêtent à mener le combat… On retrouve là une Américaine (Jessica Chastain), une Anglaise (Lupita Nyong’o), une Allemande (Diane Kruger), une Colombienne (Penelope Cruz) et une Chinoise (Fan Bingbing) dans une aventure qui lorgne vers Jason Bourne et James Bond. Le film de Simon Kinberg est produit par Jessica Chastain, déterminée à offrir à ses partenaires des rôles qui dépassent le simple glamour. Et de fait, ces dames, constamment sur la brèche, vont devoir donner le meilleur d’elles-mêmes pour mettre les méchants au pas. Va pour la baston ! (M6)
Traqués An 2000LES TRAQUÉS DE L’AN 2000
Et si George Orwell croisait le chemin du comte Zaroff… Dans un futur proche, un gouvernement totalitaire fait incarcérer tous les individus considérés comme déviants ou résistants. Le camp de rééducation de Tchatcher est l’un des plus brutaux. Les prisonniers sont accueillis au camp par la formule « La liberté c’est l’obéissance, l’obéissance c’est le travail, le travail c’est la vie » qui n’est pas sans rappeler le « Arbeit macht frei » d’Auschwitz. Un jour, le directeur du camp décide d’organiser une chasse à l’homme. Les prisonniers sont relâchés dans une forêt pour servir de gibier. Dans le genre « Survival », une série B australienne des années 80 réalisée par Brian Trenchard Smith qui se régale d’une violence totalement décomplexée mais qui prend aussi un ton politique en dénonçant les méfaits d’un régime totalitaire… (Rimini Editions)

L’AUDIOPHILE, LES RADIOS LOCALES, LA RUSSIE ENNEIGEE ET LES ESPIONS BRITANNIQUES  

TromperieTROMPERIE
« Je suis un écouteur, un audiophile, un fétichiste du verbe ». Célèbre écrivain américain, exilé, en 1987, à Londres, Philip reçoit régulièrement sa maîtresse, une ravissante Anglaise de 35 ans, dans son bureau. Arnaud Desplechin adapte Deception, le livre (paru en 1990) de Philip Roth et propose une construction subtile et élégante sur les aléas du cœur racontés à travers l’histoire d’une liaison sur une année, un temps assez long pour que Philip et son amante anglaise puissent se livrer, avec une délectation certaine, aux joies du sexe mais aussi disserter de tout. Des femmes qui jalonnent la vie de l’écrivain, de littérature, de fidélité à soi-même, d’antisémitisme ou de l’identité juive… Bien plus qu’une romance bourgeoise et adultérine, Tromperie est un jeu permanent sur les mots dont Philip (Denis Poldalydès remarquable) se régale avec gourmandise. Autour de lui, Léa Seydoux, Anouk Grinberg, Emmanuelle Devos, Rebecca Marder sont magnifiques ! (Le Pacte)
MagnétiquesLES MAGNETIQUES
Entre la radio pirate installée dans le grenier d’un bar d’amis, le garage du père et la menace du service militaire en Allemagne, Philippe (Timothée Robart) et son frère Jérôme (Joseph Olivennes), dans leur petite ville de province, ignorent qu’ils vivent là les derniers feux d’un monde sur le point de disparaître. Pour son premier long-métrage, Vincent Maël Cardona transporte le spectateur au début des années 80 dans un récit d’initiation lumineux et mélancolique. Véritable ode à une époque révolue – celle des radios locales, celle des cassettes audios qu’on enregistre au magnétophone et qu’on rembobine au crayon– le film met en scène une jeunesse pleine d’espoir et de doutes, pour une œuvre hypnotisante, à la fois poétique, romantique, drôle, nostalgique et dramatique. César 2022 du meilleur premier film. (Blaq Out)
Compartiment 6COMPARTIMENT N°6
À bord du train Moscou-Mourmansk, Laura, étudiante finlandaise, doit partager une voiture-couchette avec Ljoha, un mineur russe. A Mourmansk, Laura veut découvrir les pétroglyphes et l’art rupestre alors que Ljoha s’y rend pour son travail. Adaptant un livre de Rosa Liksom, le réalisateur finlandais Juho Kuosmanen organise un périple fascinant en direction de Mourmansk, au nord du cercle Arctique où deux « copains » improvisés (la Finlandaise Seidi Haarla et le Russe Youri Borisov) tissent quelques liens éphémères… Sur fond de pandémie, s’entremêlent de petites histoires de camaraderie maladroite, de promiscuité ou d’attirance sexuelle… Salué par la critique et plébiscité par le public, ce bouleversant périple vaporeux à travers la Russie enneigée des années 90 a obtenu, en 2021, le Grand prix du Festival de Cannes. (Blaq Out)
Kings Man Premiere MissionTHE KING’S MAN: PREMIERE MISSION
Alors que les pires tyrans et les plus grands génies criminels de l’Histoire se réunissent pour planifier l’élimination de millions d’innocents, un homme se lance dans une course contre la montre pour contrecarrer leurs plans. Ayant redoré le blason du film d’espionnage avec la saga Kingsman (Services secrets en 2015 et Le cercle d’or en 2017), Matthew Vaughn signe un troisième opus sous la forme d’un « préquel », qui se propose de revenir aux origines de l’organisation en ciblant, avec une efficacité virtuose qui n’hésite pas à en mettre plein la vue, le film de guerre. Avec un casting renouvelé (Ralph Fiennes, Harris Dickinson, Gemma Arterton, Rhys Ifans), voici un pur divertissement d’action sur les combats de 14-18, sur fond de vaste complot politique. Enlevé et toujours portée par une loufoquerie bienvenue ! (Universal)
Homme Pousse PousseL’HOMME AU POUSSE-POUSSE
Conducteur de pousse-pousse, Matsugoro est apprécié des habitants de sa ville à cause de sa vivacité d’esprit et de son tempérament aussi impétueux qu’attachant. Un jour, il se porte au secours d’un garçon blessé, Toshio Yoshioka dont les parents lui demandent de le conduire chez le médecin… Matsugoro se prend d’affection pour cette famille. Quand le père de Toshio meurt subitement, le conducteur de pousse-pousse devient comme un père de remplacement. Auprès de cet homme, l’enfant craintif et réservé va progressivement s’épanouir. Dans une belle restauration, voici, réunies dans un même coffret, les deux versions inédites en DVD et Blu-ray, de cette aventure intime et touchante mise en scène par Hiroshi Inagaki. En 1943, le film est interprété par Tsumasaburo Bando, grande vedette du film de sabre puis, quinze ans plus tard, en 1958, par l’immense Toshiro Mifune, interprète fameux de Kurosawa dans Les sept samouraïs. Un modèle inégalé de mélodrame doté d’une forte identité visuelle… Le coffret est accompagné de bons suppléments. (Carlotta)
Singing RainCHANTONS SOUS LA PLUIE
Dans la collection Ultimate Collector, voici l’occasion, avec un beau coffret 4K, de se replonger, à l’occasion du 70eanniversaire de sa sortie, dans un film-culte que l’American Film Institute a classé première plus grande comédie musicale du 7e art ! En 1927, Don Lockwood (Gene Kelly), star du cinéma muet, a pour partenaire Lina Lamont (Jean Hagen), une actrice à la voix de crécelle. Celle-ci est persuadée que la relation amoureuse qui les unit à l’écran les unit aussi dans la vie. Mais les jours du cinéma muet sont comptés lorsque sort Le chanteur de jazz, premier film parlant de l’histoire du cinéma. Les studios Monumental Pictures décident de tourner un film de cape et d’épée selon ce nouveau procédé. Las, la voix de Lina Lamont est trop désagréable… Elle sera donc doublée par Kathy Selden (Debbie Reynolds), jeune danseuse à la voix chaleureuse, dont Don est déjà amoureux. Singin’ in the Rain (sorti en 1952), réalisé par Stanley Donen et Gene Kelly, est un must ! (Warner)
Place AutreLA PLACE D’UNE AUTRE
Dans la France de 1914, Nélie Laborde, une jolie bonne, se rebelle contre son bourgeois de patron et se retrouve à la rue. Bientôt la misère guette… Engagée contre infirmière bénévole à la Croix-Rouge, elle croise, dans la forêt vosgienne, non loin du front, Rose Juillet qui doit rejoindre un poste de lectrice chez Madame de Lengwil à Nancy. Lorsque Rose est mortellement blessée dans les combats, Nélie décide de prendre sa place… En s’inspirant d’un roman britannique de l’époque victorienne et en s’appuyant sur Lyna Khoudri (Nélie) et Sabine Azéma (Mme de Lengwil), Aurélia Georges réussit, avec aisance, une film d’époque romanesque et palpitant sur le mensonge, ses pièges et la place que chacun doit occuper. Surtout lorsque, de manière quasi-fantastique, Rose (Maud Wyler) revient d’entre les morts… (Pyramide)
Mari CoiffeuseLE MARI DE LA COIFFEUSE
Antoine connaît ses premiers émois amoureux dans le fauteuil du salon de coiffure de la plantureuse madame Sheaffer. Depuis lors, il s’est fait une promesse : quand il sera grand, il épousera une coiffeuse. Devenu adulte, il rencontre en Mathilde la coiffeuse de ses rêves. Le coup de foudre est réciproque. Ils se marient et vivent quotidiennement un amour simple et fusionnel, charnel et spirituel… Avec une Anna Galiena magnifique en vivant fantasme érotique et un Jean Rochefort complètement halluciné (ses danses orientales dans le salon sont un pur délire), Patrice Leconte réussit, en 1990, une pure fantaisie ! Selon les souvenirs même du cinéaste, les slips de bain en laine portés par les acteurs (enfants), quand ils jouent sur la plage de Luc-sur-Mer, ont été tricotés par sa propre mère. Le film qui décrocha (ex-aequo avec Le petit criminel de Jacques Doillon), le prix Louis Delluc, est accompagné de suppléments dont le court-métrage Le batteur du boléro (1992) avec Jacques Villeret. (Rimini Editions).
Parfum YvonneLE PARFUM D’YVONNE
Au début des années 1960, un jeune comte qui se prétend d’origine russe et rentier, en villégiature sur les bords d’un lac (le tournage eut lieu à Évian), tombe amoureux d’une sublime jeune femme, Yvonne, toujours accompagnée d’un dogue allemand et d’un vieil homme excentrique, le docteur Meinthe. Peu à peu, le comte va découvrir la singularité de ces êtres, et recevoir en particulier bien des mises en garde au sujet de la jeune femme qu’il souhaite épouser et emmener en Amérique pour y faire éclater son talent d’actrice. En 1994, Leconte adapte un roman de Patrick Modiano et raconte les aventures (dans le livre, l’action se déroule durant les Accords d’Evian) d’un étrange trio. L’homosexualité du Dr. Meinthe, se nommant lui-même la reine des Belges, est plusieurs fois évoquée, sur un ton insultant… Souvent déroutant, le film n’a pas rencontré le public. Il n’en reste pas moins, qu’avec trois bons acteurs (Sandra Majani, Hippolyte Girardot et Jean-Pierre Marielle) et des images superbes d’Eduaordo Serra, cette histoire dégage une envoûtante poésie. (Rimini Editions)
Grands DucsLES GRANDS DUCS
Georges Cox, Victor Vialat et Eddie Carpentier sont de vieux comédiens au chômage, minables et fauchés. Ils réussissent à se faire embaucher dans un spectacle médiocre, en l’occurrence une comédie de boulevard intitulée Scoubidou, en partance pour une tournée… Imprésario escroc et producteur ruiné, Shapiron (Michel Blanc) va tout faire pour saboter le spectacle afin de toucher l’assurance. C’est sans compter avec les trois comédiens, qui, reprenant à l’improviste mais avec panache leurs trois petits rôles, ne sont pas disposés à laisser passer la dernière chance de leur vie. Vingt-deux ans après Que la fête commence de Tavernier, Jean-Pierre Marielle, Philippe Noiret et Jean Rochefort sont à nouveau réunis, en 1996, devant la caméra. Devant notamment faire face aux doutes de Noiret sur sa performance, Leconte ne réussit pas là son plus grand film mais c’est toujours un bonheur de voir Noiret-Marielle-Rochefort à l’œuvre, y compris dans le cabotinage ! (Rimini Editions).
Next DoorNEXT DOOR
Connu comme comédien (Good Bye Lenin !, Rush, Inglourious Basterds ou La vengeance dans la peau), l’Allemand Daniel Brühl passe pour la première fois derrière la caméra avec une comédie noire… Acteur célèbre, Daniel vit à Berlin dans un bel appartement avec sa femme, ses deux enfants et leur nounou. Il doit partir à Londres pour le casting d’un film de superhéros. En attendant le taxi qui doit le conduire à l’aéroport, il entre au bar du coin. Où le suit Bruno, son mystérieux voisin (Peter Kurth). La conversation s’engage et les échanges se font de plus en plus vifs… Outre une réflexion malicieuse sur le métier d’acteur, voici un thriller où le voisin, déterminé à lui faire vivre l’enfer, va pousser le comédien dans les recoins les plus sombres de son intimité. Un portrait cruel où se mêlent supériorité et rancœur… (Eurozoom)
TemoinLE TEMOIN
Notable rémois et florissant homme d’affaires, Robert Maurisson mène une vie sans histoires. Il invite un jour son ami italien Antonio à venir restaurer les peintures d’une chapelle. Antonio va être, malgré lui, le témoin d’une affaire sordide car Maurisson a étranglé une jeune fille avec laquelle il avait eu une relation pédophile…  En 1978, Jean-Pierre Mocky, cinéaste pamphlétaire, signe un film qui part sur un ton léger avant de virer au pur malaise autour de la grande bourgeoisie de province. Car la jeune fille assassinée ayant servi de modèle à Antonio, les soupçons se portent sur lui. Pour une fois, Mocky (1929-2019) nuance sa satire quand il évoque les mœurs dépravées de la bourgeoisie tout en proposant un plaidoyer contre la peine de mort. Le cinéaste trouve deux grands comédiens, Philippe Noiret et Alberto Sordi, pour servir cette œuvre, éreintée à sa sortie, mais qui demeure l’une des meilleures de son auteur… (ESC Editions)
MemoriaMEMORIA
« Au lever du jour, j’ai été surprise par un grand Bang et n’ai pas retrouvé le sommeil. A Bogota, à travers les montagnes, dans le tunnel, près de la rivière… » Voilà pour le pitch du dernier film d’Apichatpong Weerasethakul, premier cinéaste thaïlandais à avoir remporté, en 2010, la Palme d’or cannoise avec Oncle Boonmee. Avec une imagerie poétique, le cinéaste développe une œuvre contemplative qui cultive le mystère, la mémoire et la lenteur. Ici, Tilda Swinton incarne Jessica, une Ecossaise cultivatrice d’orchidées qui va à Bogota rendre visite à sa sœur malade. Elle devient amie avec Agnès, une archéologue chargée de veiller sur la construction interminable d’un tunnel sous la cordillère des Andes. Elle se lie aussi d’amitié avec un musicien, le jeune Hernán. Mais, toutes les nuits, elle est dérangée dans son sommeil par des bruits étranges. Hantée par ce son monstrueux qu’elle est la seule à entendre, Jessica veut en percer l’origine. Dans des paysages luxuriants, un voyage en forme d’expérience du lâcher prise… (ESC Editions)
My KidMY KID
Aaron a consacré sa vie à élever Uri, son fils autiste. Ensemble, ils vivent une routine coupée du monde réel. Mais Uri (Noah Imber), qui regarde en boucle Le Kid de Chaplin sur sa tablette, est devenu un jeune adulte… Alors qu’ils sont en route vers l’institut spécialisé qui doit désormais accueillir Uri dans « un lieu qui lui corresponde » selon les mots de sa mère, Aaron (Shai Avivi) décide de s’enfuir avec lui, convaincu que son fils n’est pas prêt pour cette séparation. Commence alors un périple à travers le pays, de Haïfa à Bee’r Sheva, Eilat, Tel Aviv… Avec un père trouvant à chaque instant des solutions comme fabriquer un flip book avec les images du Kid quand le chargeur de la tablette est en panne ou se mettant à danser avec Uri, sur Gloria, dans une fête foraine. Connu pour être le co-créateur de la série israélien devenue En thérapie en France, Nir Bergman signe un road-movie à travers Israël où un père courage se met en quatre pour surmonter ses peurs et permettre bientôt à Uri de pouvoir vivre loin de lui… Drôle et émouvant. (Blaq Out)

L’IRAN, L’ANNEXE D’AMSTERDAM, L’HIVER RUSSE ET LES ARISTOCRATES ANGLAIS  

AAADiableExistePasLE DIABLE N’EXISTE PAS
Heshmat est un brave type et un bon père de famille. Tous les jours, au petit matin, il rejoint son lieu de travail. Après s’être préparé une petite collation tandis que des lumières rouges et vertes clignotent sur un tableau, il presse un bouton… déclenchant la pendaison de plusieurs condamnés à mort. C’est la première des quatre histoires qui composent cette œuvre puissante justement couronnée par un Ours d’or à la Berlinale 2020. Rudement persécuté par la censure dans son pays, le cinéaste iranien Mohammad Rasoulof, 49 ans, raconte l’histoire de Pouya, un soldat affecté aux exécutions capitales et qui ne supporte pas cette idée, de Javad, autre militaire parti à la campagne fêter l’anniversaire de celle qu’il aime et qui découvre un drame familial dans lequel il est impliqué ou encore de Bahram, un médecin devenu apiculteur pour fuir son service militaire. Quatre drames sur la manière dont la peine de mort est appliquée en Iran. Une violente dénonciation du régime de Téhéran et un film qui coupe littéralement le souffle ! (Pyramide)
Ou Est Anne FrankOU EST ANNE FRANK ?
A Amsterdam, la visite de la maison d’Anne Frank, adolescente emblématique de la Shoah, est une étape incontournable. Du côté de la fameuse Annexe, Kitty, amie imaginaire d’Anne Frank à qui celle-ci dédia son fameux journal, a pris vie de nos jours… En partant à sa recherche, Kitty constate qu’Anne, morte au printemps 1945 à Bergen-Belsen, est à la fois partout et nulle part. Connu pour son passionnant Valse avec Bachir (2008), l’Israélien Ari Folman réalise un film d’animation très attrayant (accessible au jeune public) où, entre apparitions et disparitions de Kitty, il s’interroge sur l’Europe contemporaine et différente aux prises avec de nouveaux enjeux majeurs. Mais Kitty trouvera le moyen de redonner au message d’Anne Frank sens, vie et espoir… Pour que l’Histoire ne se répète pas… (Le Pacte)
AscensionL’ASCENSION
Pendant l’hiver 1942, les troupes allemandes avancent sur le front russe. Un bataillon de l’Armée rouge se replie en désordre. Pour assurer le ravitaillement, Rybak et Sotnikov, deux soldats, entament un périple dans la forêt. Pris par les Allemands, ils sont promis à la pendaison. Rybak craque et accepte de collaborer tandis que Sotnikov va calmement affronter la mort. En 1977, la cinéaste ukrainienne Larissa Chepitko (1938-1979), l’une des figures les plus prometteuses de la nouvelle génération des cinéastes soviétiques, signe son dernier film primé de l’Ours d’or à la Berlinale. Avec des images magnifiques où domine le blanc de la neige, Chepitko réussit son chef d’œuvre, une parabole sur la rédemption et « un voyage spirituel vers l’humanité, vers l’avenir de l’être humain qui se cache dans ces deux combattants… » Impressionnant ! (Potemkine)
Downton AbbeyDOWNTON ABBEY
Série britannique créée par Julian Fellowes, Downton Abbey (52 épisodes répartis sur six saisons) a connu un vif succès critique et public en Grande-Bretagne et à l’international. En 2019, l’Américain Michael Engler a porté les personnages de la série au grand écran en situant l’action en 1927, peu après la fin de la dernière saison, offrant ainsi une manière d’épilogue. La famille Crawley (et son personnel) s’apprête à vivre un très grand moment : la visite du roi George V et de la reine d’Angleterre. Mais cette venue va déclencher scandales, intrigues amoureuses et manigances. Car le couple royal est précédé par son majordome et un cuisinier. Et le personnel de Downton ne l’entend pas de cette oreille. Si les fans de la série retrouveront tout le casting original, ceux qui ne connaissent pas la série, se régaleront aussi de cette saga « royale » un brin nostalgique… (Universal)
Guepes Sont LaLES GUEPES SONT LA
Petit village de pêcheurs au Sri Lanka, Kalpitiya voir débarquer un groupe de citadins mené par Victor, un jeune homme venu mettre de l’ordre dans les affaires de son père, un chef local de pêche. Mais le patriarche ne voit pas d’un bon œil ces méthodes à tendance capitaliste importées de la ville. Bientôt les tensions montent dans la communauté d’autant que Victor s’éprend de la séduisante Helen, déjà promise à un homme du village. Avec Bambaru Avith (en v.o.), Dharmasena Pathiraja, enfant terrible du cinéma de Ceylan, aborde, en 1978, entre réalisme et sensualité, le choc entre valeurs urbaines venues d’Occident et valeurs rurales traditionnelles. En version restaurée 4K et pour la première fois en Blu-ray et DVD, une belle occasion de découvrir une perle rare qui a fait date dans le cinéma sri-lankais. Dans les suppléments, un entretien avec Gérald Duchaussoy qui note : « Les guêpes ne produisent pas. Contrairement aux abeilles, elles ne vont pas butiner pour produire. Les hommes sont ces guêpes qui ne pensent qu’à eux ». (Carlotta)
AnimalANIMAL
Après le succès de Demain, son documentaire co-réalisé en 2015 avec Mélanie Laurent, Cyril Dion, cinéaste et militant écologiste, poursuit son travail filmique d’éveil des consciences à travers deux adolescents de 16 ans, Bella et Vipulan, très engagés dans la cause climatique et le bien-être animal. S’ils ont mené des actions de désobéissance civile et collaboré avec des ONG, ils réalisent que ce n’est pas suffisant. Ils vont s’appliquer à remonter aux causes d’une crise sans précédent qui a vu la disparition de plus de 50% de la vie sauvage en moins de 50 ans. Sous l’impulsion de la primatologue Jane Goodall, au long d’un extraordinaire voyage, ils vont comprendre que nous sommes profondément liés à toutes les autres espèces. Et qu’en les sauvant, nous nous sauverons aussi. L’être humain a cru qu’il pouvait se séparer de la nature, mais il est la nature. Il est, lui aussi, un Animal. Un cri d’alerte et un constat très inquiétant ! (UGC)
Chair SangLA CHAIR ET LE SANG
Dans l’Europe de 1501, le seigneur Arnolfini utilise une troupe de mercenaires menée par le charismatique Martin pour l’aider à reconquérir ses terres en leur promettant le droit de pillage durant 24 heures. Le château repris, Arnolfini trahit sa parole. La vengeance de Martin (Rutger Hauer, l’acteur fétiche de la première partie de la carrière de Paul Verhoeven) et de sa bande sera sauvage. En 1985, le cinéaste batave achève sa période hollandaise et entame une époque américaine qui culminera avec Basic Instinct. Dans ce drame « médiéval réaliste », Verhoeven s’applique à tordre le coup aux représentations idéalisées du Moyen Age en mettant en scène une épopée transgressive, décadente et brutale, dépourvue de sens moral. Le film (en version non censurée) est présenté dans un beau Coffret collector enrichi de bons suppléments dont une interview du réalisateur. (Carlotta)
WalkaboutWALKABOUT
Après le suicide de leur père et l’incendie de leur voiture, deux adolescents australiens, une grande sœur (Jenny Agutter) et son jeune frère, se retrouvent abandonnés dans le bush. Errant dans l’Outback, un désert hostile, ils croisent la route d’un jeune Aborigène (David Gulpilil) en plein « walkabout », une errance initiatique rituelle. Cette rencontre leur permettra de survivre. Ancien chef-opérateur de David Lean pour Lawrence d’Arabie et auteur de L’homme qui venait d’ailleurs (1976) avec David Bowie en extraterrestre, l’Anglais Nicolas Roeg signe, en 1971, un étonnant film, aux images superbes, teinté d’ésotérisme et parfois hallucinatoire et psychédélique. Quand deux grands enfants renouent avec un état primitif en lien avec la nature… Dans les suppléments, on trouve un bon portrait de David Gulpilil, grand acteur australien. (Potemkine)
MatrixMATRIX RESSURECTIONS
Thomas A. Anderson (alias Neo) ne se souvient plus de rien et mène une vie d’apparence normale à San Francisco. Il est le créateur d’une trilogie de jeux vidéo à succès… Matrix. Perturbé par d’étranges visions, cet homme se rend régulièrement chez un psychiatre à qui il raconte ses rêves étranges et qui lui prescrit des pilules bleues. Après la réapparition de visages familiers et en quête de réponses, Neo repart à la recherche du lapin blanc. Il rencontre un certain Morpheus, qui lui offre le choix entre rester dans la Matrice et prendre son envol. Retour dans deux réalités parallèles… celle de notre quotidien et celle du monde qui s’y dissimule.  Pour découvrir le quatrième film de la franchise révolutionnaire réalisé par Lana Wachowski et basé sur des personnages créés par les Wachowski. Au casting, on retrouve Keanu Reeves (Neo), Carrie-Anne Moss, Jada Pinkett Smith ou Lambert Wilson tous présents dans les trois premiers volets, rejoints ici par Yahya Abdul-Matten II (vu dans le nouveau Candyman) interprète de Morpheus… Le tout enrichi de multiples bonus. (Warner)
Memory BoxMEMORY BOX
Le jour de Noël à Montréal, un mystérieux colis est livré chez Alex et sa mère, Maia. Des cahiers, cassettes, photos que Maia, de 13 à 18 ans, a envoyés de Beyrouth à sa meilleure amie partie à Paris pour fuir la guerre civile. Maia refuse d’ouvrir cette boite de Pandore mais Alex s’y plonge en cachette, découvrant, entre fantasme et réalité, l’adolescence tumultueuse de sa mère et des secrets bien gardés. L’histoire de la guerre civile libanaise n’existe pas dans les livres d’histoire. Mais si on ne garde aucune trace du passé, comment vivre notre présent ? C’est en partant de ce postulat que les cinéastes et plasticiens libanais Joana Hadjithomas et Khali Joreige donnent un puzzle mémoriel émouvant sur la transmission intergénérationnelle à travers un voyage sensoriel et musical où il est question d’exil et de la mémoire brisée du Liban. Une fiévreuse quête intime. (Blaq Out)
Dellamorte DellamoreDELLAMORTE DELLAMORE
Jeune homme solitaire et dépressif, Francesco Dellamorte est le gardien d’un petit cimetière italien assez particulier. Au bout de sept jours, les défunts se réveillent et quittent leurs tombes en quête de chair fraîche. Aidé par Gnachi, un compagnon simplet (François Hadji-Lazzaro, chanteur et fondateur du groupe Les garçons bouchers), Francesco (Rupert Everett) s’applique à les remettre en terre. Dans la bonne collection Make My Day qui s’applique à remettre en lumière des perles méconnues, Jean-Baptiste Thoret présente la surprenante comédie horrifique réalisée en 1994 par l’Italien Michele Soavi. D’une grande beauté plastique, ce film devenu culte plonge, autour de l’amour et la mort, le spectateur dans un univers onirique et fantaisiste où le jour et la nuit se combattent… (Studiocanal)
Card CounterTHE CARD COUNTER
Ancien militaire, William Tell, après avoir passé du temps en prison, gagne désormais sa vie en jouant au black-jack dans les casinos. Ce type discret et très précautionneux ne joue que de petites sommes pour ne pas attirer l’attention. Un soir, il croise Cirk, jeune type ivre de vengeance contre John Gordo, un colonel de l’armée (Willem Dafoe) avec lequel Tell a lui-même eu des problèmes. Le vétéran Paul Schrader (scénariste du Taxi Driver de Scorsese et réalisateur d’American Gigolo, La féline ou The Canyons) signe un thriller minimaliste qui observe un joueur (Oscar Isaac, excellent) qui a conçu sa vie comme une mécanique de précision. Mais la colère de Cirk (Tye Sheridan) vient perturber son quotidien bien réglé. Une plongée fascinante dans l’univers des casinos et des joueurs… (Universal)
Chere LeaCHERE LEA
Au terme d’une nuit pourrie, Jonas se pointe, la gueule enfarinée mais avec des croissants, chez son ancienne petite amie. Mais Léa, chanteuse lyrique, même si elle n’est pas complètement insensible à son charme, est lasse des frasques de Jonas. Éconduit, il se réfugie, juste en face du domicile de Léa, dans un bar tenu par le placide Mathieu. Bousculant ses rendez-vous de travail, Jonas s’installe dans le café et décide d’écrire une longue lettre à Léa, suscitant la curiosité de plus en plus manifeste du cafetier. Avec Anaïs Demoustier, Grégory Montel et Gregory Gadebois, Jerôme Bonnell (auteur de A trois on y va en 2015) réussit une jolie comédie, un peu douce-amère mais traversée de bons moments d’humour, sur une rupture amoureuse… (Diaphana)
MystereMYSTERE
Pour permettre à Victoria, sa fille de huit ans, mutique depuis la mort de sa maman, de tenter de reprendre le dessus, Stéphane emménage avec elle dans une nouvelle maison en pleines montagnes du Cantal. La fillette (Shanna Keil) se promène dans la forêt et y rencontre un berger qui lui confie un chiot baptisé Mystère. Victoria retrouve petit à petit le sourire et le goût à la vie au contact de l’animal. Mais, bien plus tard, Stéphane découvre que Mystère est un loup… Tournée du côté du puy Mary et dans la vallée du Mars, voici une aventure intime qui s’inscrit dans le genre « film animalier pour la jeunesse » autour d’une enfant triste et d’un louveteau qui grandit trop vite. En s’appuyant sur de bons comédiens (Vincent Elbaz, Tchéky Karyo, Marie Giliain, Eric Elmosnino), Denis Imbert propose un film attachant qui n’a pas le projet de régler la question de la réintroduction du loup en France. (Gaumont)
Roi ScorpionLE ROI SCORPION
Il y a 5 000 ans, des tribus libres d’Égypte ont résisté aux armées de Memnon, un tyran sanguinaire et invincible, conseillé par Cassandre, une prophétesse aux prémonotions infaillibles. Les chefs des tribus font appel au guerrier akkadien Mathayus pour rendre Memnon vulnérable. Mais trahi par le fils du chef de la Résistance, Mathayus est capturé après avoir découvert le secret de la véritable personnalité de Memnon… En 2002, Chuck Russell (connu pour avoir réalisé The Mask en 1994 avec Jim Carrey) offrait l’un de ses meilleurs rôles au costaud Dwayne Johnson alias The Rock, dans une manière de spin-off du « Retour de la momie » avec le roi scorpion en vedette. Un bon divertissement façon héroic-fantasy exotique… (Universal)
SissiSISSI
Dans l’Autriche du 19e siècle, Élisabeth de Wittelsbach (surnommée Sissi), jeune femme de bonne famille mais au caractère bien trempé, voit sa vie changer lorsqu’elle épouse l’empereur François-Joseph. Elle doit dès lors assumer son destin impérial sous l’œil inquisiteur de son austère belle-mère, l’archiduchesse Sophie, alors que l’Autriche subit une cuisante défaite face à la France de Napoléon III. Refusant régulièrement de se plier aux usages de la monarchie, Sissi peine à se forger une place au sein de la cour.  Rendue mondialement célèbre dans la trilogie d’Ernst Marischka (1955-1957), Romy Schneider a donc une succession en la personne de la Suisso-américaine Dominique Devenport. Dans la mini-série allemande (six épisodes de 45 mn), elle réveille l’icône autrichienne en l’entraînant dans des aventures volontiers érotiques. (L’Atelier d’images)
Mes Tres Chers EnfantsMES TRES CHERS ENFANTS
Chantal et Christian Blanc vivent une retraite paisible. Mais depuis que leurs enfants Sandrine et Stéphane ont quitté le cocon, ils n’ont plus beaucoup de nouvelles. Car les deux petits salopards, capricieux et antipathiques, n’ont jamais de temps à consacrer à leurs parents, allant même jusqu’à éviter leurs coups de téléphone. À bout de nerfs et à l’approche des fêtes de Noël, les parents Blanc ont une grande idée pour que leurs enfants se rapprochent à nouveau enfin d’eux : prétendre qu’ils ont gagné plusieurs millions d’euros au jeu. Comment les enfants réagiront-ils mais surtout combien de temps le mensonge va-t-il tenir ? On avait découvert la réalisatrice Alexandre Leclère en 2004 avec son premier long-métrage Les sœurs fâchées qui traitait déjà du thème de la famille. En compagnie de Josiane Balasko, Didier Bourdon, Marilou Berry et Ben, elle signe, ici, une comédie qui vient dans le sillage de beaucoup d’autres sur le même thème (Papa ou maman, Le sens de la famille, Ma famille t’adore déjà etc.) et qui réussit à amuser aimablement… (UGC)

LA VACHE, LES DISPARUS DU FRANQUISME, LE PRETOIRE ET LE PERE WILLIAMS  

First CowFIRST COW
Au début du 20e siècle, dans l’Oregon sauvage, Cookie Figowitz, un modeste cuisinier, se lie d’amitié avec King-Lu, un immigrant chinois. « Tout est possible, ici… » Alors, ensemble, ils montent un petit commerce de beignets qui vont faire fureur chez les pionniers. Le succès de leur recette tient à un ingrédient secret : le lait qu’ils tirent, chaque nuit, clandestinement d’une… vache appartenant au Facteur Chef! Connue pour Wendy et Lucy (2008) et La dernière piste (2010), Kelly Reichardt s’est imposée comme l’une des plus remarquables cinéastes américaines. Elle signe, ici, son septième long-métrage sous la forme d’un beau western atypique sans grands espaces, ni duel dans la rue principale mais avec… la première vache, mi-bretonne, mi-normande introduite en Amérique. Une histoire simple et absolument captivante qui éclaire à sa manière le rêve américain. (Condor)
Madres ParalelasMADRES PARALELAS
A Madrid, en 2016, Janis, photographe professionnelle proche de la quarantaine, réalise un shooting pour un magazine qui consacre un portrait à Arturo, un anthropologue judiciaire. Les deux se lient d’amitié et deviennent amants. A Arturo, Janis raconte le sort de parents et d’amis assassinés pendant les heures noires du Franquisme. Quelques mois plus tard, Janis est enceinte d’Arturo… En faisant le choix du mélodrame (reposant sur une belle lumière et des couleurs fraîches), Pedro Almodovar construit une aventure intime et tendue autour de deux figures de mères dont les destins vont tragiquement se croiser, le tout sur un fond de mémoire historique. Comme toujours chez Almodovar, Penelope Cruz est brillante en femme énergique et bouleversée. Avec ce double bouleversant portrait de femme, le flamboyant réalisateur espagnol apparaît sobre et mélancolique… (Pathé)
Choses HumainesLES CHOSES HUMAINES
Etudiant promis à un bel avenir américain, Alexandre Farel, de retour en France, retrouve son père, un présentateur télé, et sa mère, une essayiste féministe. Chez cette dernière, il croise Mila avec laquelle il se rend à une fête. Le lendemain, la police arrête Alexandre à la suite d’une plainte pour viol déposée par Mila. Est-il coupable ? Est-elle victime ou veut-elle se venger ? Quelle est la vérité ? En s’appuyant sur le livre éponyme de Karine Tuil paru en 2019, Yvan Attal orchestre un film de procès en forme de drame émouvant et tendu (porté par une belle distribution : Charlotte Gainsbourg, Ben Attal, Pierre Arditi, Suzanne Jouannet) qui interroge la question du consentement dans les affaires de viol et plus généralement la complexité des âmes comme des rapports humains… (Gaumont)
Methode WilliamsLA METHODE WILLIAMS
« Avant même leur naissance, j’avais mis au point un plan d’entraînement de 78 pages… » A l’orée des années 80, Richard Williams croit dur comme fer que ses filles Venus et Serena seront des stars mondiales du tennis. Et même s’il n’a aucune expérience en la matière, il va se transformer en entraîneur. Reinaldo Marcus Green met en scène le parcours et la jeunesse de deux figures emblématiques de la balle jaune. A travers elles, il s’intéresse surtout à leur père (pour le rôle, Will Smith vient tout juste de décrocher son premier Oscar et d’entrer (et de sortir!) dans l’histoire des Academy Awards pour une gifle balancée à l’animateur de la soirée) convaincu du talent de ses protégées et persuadé qu’elles représenteront toutes les petites filles noires de la planète… Un biopic efficace qui plaira aux fans de tennis mais aussi aux amateurs de bon divertissement sportif. (Warner)
DemonsDÉMONS 1 & 2
Un type mystérieux au visage à demi-caché par un masque en métal distribue dans le métro des prospectus pour un nouveau film au titre inconnu projeté dans la lugubre salle du Metropol. Cheryl et Kathy décident d’aller voir cette histoire où des adolescents font face à des démons. En 1985, Lamberto Bava signe un premier Démons qui sera suivi, l’année suivante, par un Démons 2 où les créatures démoniaques s’emparent d’un immeuble… Considérés comme deux des plus grands films d’horreur italiens jamais réalisés, les Démons 1 & 2 sont nés de l’alliance explosive entre Dario Argento (au scénario) et Lamberto Bava à la réalisation. Des cauchemars délirants rythmés par une bande-son rock emblématique des années 1980 pour amateurs de sensations fortes. Films de tous les excès, ces deux classiques du cinéma gore sortent, en version restaurée, pour la première fois en 4K et en Blu-ray. En suppléments, plusieurs entretiens avec Bava et Argento. (Carlotta)
Femme MondeUNE FEMME DU MONDE
D’entrée, le premier long-métrage de Cécile Ducrocq s’installe dans le quotidien banal, glauque et vaguement pathétique d’une prostituée… Mais cette aventure (largement tournée en Alsace et spécialement à Mulhouse) est d’abord une bataille contre le déterminisme social. Parce qu’elle est convaincue que son grand fils, qui traîne quand même largement les pieds, est doué pour la cuisine, Marie Kriegel va mener une vraie bataille en s’imposant comme une mère courage. La question de l’argent est omniprésente et les obstacles sont nombreux à se dresser devant cette femme constamment décidée à se battre et à ne rien lâcher. Alors cette femme qui a toujours privilégié son indépendance, ira tapiner dans un club allemand. L’excellente Laure Calamy porte magnifiquement ce personnage dont le film fait une héroïne… (M6)
BelphégorBELPHEGOR
En 1927, le public français découvre, sur grand écran, un film muet, composé de quatre chapitres, mis en scène par Henri Desfontaines, autour d’un étrange fantôme. Alors que circule la rumeur que ce fantôme hanterait le musée du Louvre, un gardien est retrouvé mourant, puis le chef des gardes est tué et un journaliste est agressé. L’inspecteur Ménardier mène l’enquête qui est suivie de près par Bellegarde, un reporter (Lucien Dalsace) et Chantecoq, un détective (René Navarre). Dans une belle version restaurée et sur une musique originale de Benjamin Moussay composée à l’occasion de cette restauration, on peut se replonger avec plaisir dans le ciné-feuilleton imaginé, au début du 20e siècle, par le prolifique auteur Arthur Bernède… Le film est accompagné de nombreux bonus. (Pathé)
C'est Toi Que J'attendaisC’EST TOI QUE J’ATTENDAIS
Un couple de Parisiens, après un parcours de PMA pour la femme (avec son ancien compagnon), décide d’adopter. Un autre couple ayant, eux, perdu un enfant, s’engage aussi dans une procédure d’adoption. Alexandra, Anglaise, cherche à retrouver son fils né sous X lors d’un séjour en France lorsqu’elle était jeune. Quant à Sylvain, il a deux enfants, mais est né sous X, et il voudrait retrouver sa mère biologique… Dans ce documentaire reposant sur l’empathie et porteur de fortes émotions muettes, Stéphanie Pillonca suit au plus près quatre histoires douloureuses de quêtes et d’espoirs et observe les modalités de l’adoption en France avec les enquêtes préliminaires, les multiples rencontres et réunions, la prise en charge des enfants, etc. Comme la cinéaste ne connaissait pas, en filmant, l’issue des démarches de chacun, on ressent la tension des attentes… (Pyramide)
Rock0RicoROCK-O-RICO
Selon la légende chez les animaux de la basse-cour, le soleil ne se lève que lorsque le coq se met à chanter. Or ce matin Chanteclerc, le coq le plus rock’n roll de la ferme (il a le lock d’Elvis Presley) a oublié de chanter… et le soleil a quand même fait son apparition ! Vexé, il décide de s’en aller. Une victoire pour Grand Duc le hibou, bien décidé à faire régner la nuit éternelle. Mais lorsque la pluie s’abat sur la ferme, les autres animaux décident de tout faire pour retrouver et faire revenir leur coq. Librement adapté de la pièce de théâtre Chantecler d’Edmond Rostand, voici un superbe film d’animation très rock’n’roll, qui sort pour la première fois en Blu-ray. Réalisé en 1991 par Don Bluth, un grand de l’animation (Fievel et le nouveau monde), le film (entre prises de vues réelles et animation) plonge le spectateur dans un univers fabuleux, déjanté et coloré rythmé par du bon rock ! (Rimini Editions)
Meurtre MontmartreMEURTRE A MONTMARTRE
Une nouvelle occasion, dans une belle version restaurée, de se plonger dans l’œuvre de Gilles Grangier. Sous-estimé et méritant clairement d’être redécouvert, le cinéaste se glisse, ici, en 1957, dans le milieu, peu traité sur grand écran, du commerce de l’art. En s’appuyant sur Paul Frankeur (habituel second rôle dans l’ombre de Gabin chez Grangier) qu’il met en vedette (en compagnie de la débutante Annie Girardot), Grangier excelle à s’imprégner d’une atmosphère. Marc Kelber, un marchand d’art plutôt mal en point financièrement, croit faire l’affaire du siècle en achetant un Gauguin à Lacroix, un prétendu collectionneur. Berné par l’escroc (Michel Auclair) qui lui a vendu un faux, le marchand décide de se venger. Mais plutôt que de faire payer son arnaque à Lacroix et à son complice, le peintre faussaire Watroff, il décide d’y prendre part… (Pathé)
Pirates MetroLES PIRATES DU METRO
A New York, quatre hommes armés prennent en otage une voiture du métro et demandent un million de dollars de rançon pour la libération des passagers. Les quatre hommes se désignent par des couleurs : Bleu, Vert, Gris et Marron. Le Lieutenant Zachary Garber de la police du métro de New York va gérer cette affaire, alors même qu’une visite du centre de contrôle du réseau est prévue pour des responsables du métro de Tokyo. En 1974, Joseph Sargent signe un solide thriller bien servi par de bons comédiens comme Walter Matthau en policier grognon mais aussi Robert Shaw, Martin Balsam ou Hector Elizondo en truands déterminés. (Rimini Editions)
Zeros And OnesZEROS AND ONES
Rome est devenue une ville assiégée par la guerre. C’est là qu’évolue J. J., un soldat américain (Ethan Hawke, éthéré et imperturbable). Lorsque le Vatican disparaît à la suite de la déflagration d’une bombe, il part en quête d’un ennemi inconnu pour tenter de protéger le monde contre une menace grandissante. Si Abel Ferrara a très souvent fait de New York le décor de ses films, il installe ici son récit dans une ville éternelle assiégée à l’allure apocalyptique. Introduit par Hawke expliquant les motivations qui ont amené Abel Ferrara à tourner le film (réagir à la crise sanitaire) ainsi que celles qui font qu’un acteur choisit les projets qui lui correspondent le plus, le film catapulte le spectateur dans un monde anti-utopique où se produisent des rencontres de plus en plus louches : fanatiques religieux, trafiquants de drogue orientaux ou mafias de l’Est…. Un Ferrara relativement difficile à appréhender… (Metropolitan)
Mince Alors 2MINCE ALORS 2
Isabelle (Charlotte de Turkheim) et sa nièce Nina (Lola Dewaere) ouvrent une cure « jeûne et détox » au cœur de la Provence, avec l’aide d’un yogi homme à tout faire (Patrick de Valette) et de sa sœur masseuse tantrique (Barbara Bolotner). Parmi les premiers curistes, quatre adolescents en surpoids envoyés par la Mairie, et leur amie Émilie (Catherine Hosmalin) qui, délestée de ses kilos en trop, découvre à peine arrivée que son époux adoré se pâme dans les bras d’un homme… en nette surcharge pondérale ! Pour Charlotte de Turkheim, « Big is beautiful » continue à être une bonne recette… Elle remet donc le couvert (si on peut dire) avec ce n°2 qui lorgne forcément sur le joli succès remporté en 2012 par le premier Mince alors qui avait réuni plus d’1,5 million de spectateurs. Dans les magnifiques paysages de Provence, un film qui lézarde et qui joue la carte du pur divertissement pépère… (Le Pacte)
On Est Fait Pour EntendreON EST FAIT POUR S’ENTENDRE
« Vous êtes toujours à l’ouest, comme ça ? » C’est Claire, sa nouvelle voisine (avec sa fille, elle s’est installée temporairement chez sa sœur après la perte de son mari) qui interroge Antoine, un homme qui semble n’écouter rien ni personne. Ses élèves, ses collègues, ses amours lui reprochent de ne pas leur prêter l’oreille… Et pour cause : Antoine est encore jeune mais il est malentendant. Pour sa troisième réalisation, le Colmarien Pascal Elbé (qui joue Antoine) signe une petite fable romantique et attachante. Un « feel good movie » où, bien sûr, Antoine et Claire (Sandrine Kiberlain), jeune veuve dont la petite fille ne parle plus depuis le décès de son père, constateront qu’ils sont faits pour s’entendre. (Diaphana)
Fille DiableLA FILLE DU DIABLE
Célèbre criminel en cavale, Saget est pris en voiture par Mercier, un homme qui revient dans son village natal après 25 ans d’exil fructueux en Amérique. Lorsque Mercier, ivre au volant, se tue sur la route, Saget survit et décide d’usurper l’identité du mort… Accueilli en fanfare par tous les villageois, il réussit à tromper ses compatriotes mais pas l’étrange Isabelle surnommée « la fille du diable ». En 1946, avec Pierre Fresnay, Fernand Ledoux et Andrée Clément, Henri Decoin réussit un thriller très moderne sur le thème du double. Dans une version restaurée, ce film à l’atmosphère sombre, violente mais parfois poétique, dresse un portrait acerbe de la vie de province et de l’hypocrisie de sa petite bourgeoisie. Une pépite insolite… (Pathé)
Piece RapportéeLA PIECE RAPPORTEE
Vieux garçon de 45 ans, très « 16e parisien », Paul Château-Têtard prend le métro pour la première fois de sa vie et tombe amoureux d’Ava, une charmante guichetière. Paul décide d’épouser Ava mais « maman », Adélaïde Château-Têtard, coincée dans un fauteuil roulant depuis un acccident de chasse, ne l’entend pas de cette oreille. Encore qu’un héritier serait le bienvenu. Adelaïde est persuadée qu’Ava trompe son fils. Avec un trio pétillant (Phlilipe Katerine, Anaïs Demoustier et Josiane Balasko), le réalisateur Antonin Peretjatko (La loi de la jungle en 2016) signe une comédie loufoque et délirante sur une guerre sans pitié entre deux femmes sur fond de classes sociales, de pouvoir et de domination. C’est drôle et doucement caustique. (Diaphana)
Tuche 4LES TUCHE 4
Jeff Tuche n’est plus président de la République. C’est le chômage qui assure la subsistance de sa famille très nombreuse. Lorsque Cathy, sa femme, pour pouvoir organiser un Noël en famille, lui demande de se réconcilier avec son beau frère Jean-Yves, les ennuis commencent… Pour ce quatrième volet de la saga, Olivier Baroux a, évidemment, un peu plus de mal à surprendre avec une aventure sur fond de production de jouets artisanaux et de piratage industriel. Mais les Tuche ont leurs fans et ils retrouveront avec joie Jean-Paul Rouve, Isabelle Nanty et une troupe à laquelle se joint, ici, Michel Blanc en entrepreneur mal embouché et mesquin… (Pathé)

LONGFELLOW, ANNE, VITO, SUZANNE, MARIO ET LES AUTRES  

Extravagant DeedsL’EXTRAVAGANT MISTER DEEDS
Dans sa bourgade de Mandrake Falls, le sympathique mais un tantinet loufoque Longfellow Deeds joue du tuba et écrit des vers pour des cartes de vœux. Sa vie bascule lorsqu’on apprend qu’il a hérité d’une immense fortune. Contraint de se rendre à New York, Deeds est traqué par une presse en quête de scoop et notamment par la sémillante journaliste Babe Bennett (Jean Arthur) qui le traite de Cendrillon mâle. Mais Babe n’est pas indifférente au charme de Deeds… En 1936, avec le grand Gary Cooper dans l’un de ses rôles mythiques, Frank Capra, au meilleur de sa forme, signe un fleuron absolu de la comédie américaine. Voici un conte humaniste bourré de tendresse et de drôlerie où les cyniques, les retors, les opportunistes en prennent pour leur grade. Le film ressort dans une belle version restaurée. Pitiatique en diable ! (Wild Side)
EvenementL’EVENEMENT
Dans la France de 1963, il ne faisait pas bon être une jeune fille… enceinte. Etudiante prometteuse et douée, Anne Duchêne doit se rendre à la redoutable évidence : elle a mal au ventre et lorsqu’elle se regarde de profil dans un miroir, elle croit voir ses formes s’arrondir. Autour d’elle, elle ne rencontre aucune aide et elle se mure dans un silence douloureux. Mais il va falloir passer aux actes. Adaptant le roman éponyme d’Annie Ernaux, la cinéaste Audrey Diwan (découverte en 2019 avec le remarquable Mais vous êtes fous) se penche sur un dilemme : « avorter en risquant sa vie ou y renoncer et sacrifier son avenir » pour construire un thriller intime aussi âpre qu’émouvant. Murée dans un silence douloureux, Anne (Anamaria Vartolomei, récemment primée aux César) fait l’expérience de la méchanceté, de la bêtise, de la bassesse et du mépris… (Wild Side)
ParrainLE PARRAIN
Sorti en 1972, Le parrain, considéré comme l’un des films de gangsters les plus importants du cinéma mondial, fête ses 50 ans. A cette occasion, un méticuleux travail de restauration a été entrepris, sous la direction de Francis Ford Coppola, pour les trois volets de la saga qui sont disponibles en 4K Ultra HD pour la première fois de leur histoire. L’histoire se déroule de 1945 à 1955 et est centrée sur la famille Corleone, une des plus grandes familles de la mafia américaine. Le film aborde la succession du patriarche de la famille, Vito Corleone dit le Parrain (Marlon Brando), et de l’ascension de son plus jeune fils, Michael (Al Pacino), qui initialement souhaite rester en dehors des activités criminelles de la famille. A cause d’un enchaînement de circonstances tragiques, Michael finit par en devenir le membre le plus impitoyable et le plus important. Le coffret inclut Le Parrain (1972), Le Parrain II (1974) et la version récemment rééditée par Coppola du dernier film de la trilogie, Le Parrain de Mario Puzo, épilogue : la mort de Michael Corleone. (Warner)
Une Vie DementeUNE VIE DEMENTE
Jeune couple de la trentaine, Alex et Noémie voudraient avoir un enfant. Mais leurs plans sont mis à mal quand Suzanne, la mère d’Alex, se met à sérieusement déraper. Atteinte d’une maladie neurodégénérative qui affecte son comportement, elle dépense sans compter, rend des visites nocturnes à ses voisins pour manger des tartines, se fabrique un faux permis de conduire avec de la colle et des ciseaux… Suzanne la maman devient Suzanne, l’enfant ingérable. C’est le regard lucide mais aimant de Noémie qui va permettre à Alex d’embrasser la maladie de sa mère plutôt que de la combattre. Avec leur premier film, les cinéastes belges Anne Sirot et Raphaël Balboni signent une fantaisie entre émotion et tension sur un sujet grave : que faire quand ses parents retombent en enfance ? Sur une parentalité à l’envers, un rodéo inventif et touchant porté par Jo Desure, Jean Le Peltier et Lucie Debay, trois acteurs épatants… (Arizona)
Masque DemonFille Qui En Savait TropMARIO BAVA
Considéré comme l’un des plus grands maîtres du cinéma d’horreur italien, Mario Bava (1914-1980) signe, en 1960, un immense film d’horreur gothique avec Le masque du démon qui s’éloigne des codes du film de vampires pour une approche expressionniste et poétique. Marquée au fer rouge, un masque de bronze hérissé de pointes sur le visage, la sorcière Asa (Barbara Steele) jette de son bûcher un sort à ses bourreaux. Trois siècles plus tard, la servante de Satan se réveille. Trois ans plus tard, le thriller La fille qui en savait trop jette les bases du giallo, un mélange de policier, horreur, érotisme avec même une touche de comédie, qui connaîtra de belles heures sur les écrans des années soixante. Ces deux films-culte indémodables sortent pour la première fois en Blu-ray dans de belles éditions restaurées accompagnées de livrets rédigés par Marc Toullec. (Sidonis Calysta)
Ligne VerteLA LIGNE VERTE
En 1996, Paul Edgecomb, ancien gardien-chef du pénitencier Cold Mountain (Louisiane) dans les années trente, entreprend d’écrire ses mémoires. Il se souvient de l’affaire John Coffey qui défraya la chronique de 1935. Grand Noir au regard absent, Coffey a été condamné à mort pour le viol et le meurtre de deux fillettes… Lors de son arrivée au pénitencier surnommé La ligne verte et placé dans le couloir de la mort, les gardiens sont très surpris par la taille du colosse, mais ils sont aussi très impressionnés qu’au fond de lui se cache un vrai cœur d’enfant.  Nommé notamment à l’Oscar du meilleur film, ce drame émouvant évoque le pouvoir de la rédemption. Tom Hanks incarne le rôle du gardien de prison et Michael Clarke Duncan, celui de ce Coffey qui semble avoir le don surnaturel de guérir les êtres vivants. Une bonne adaptation de Stephen King présentée dans la série Ultimate Collector. (Warner)
Tre PianiTRE PIANI
Evidemment, ce n’est pas très surprenant mais c’est aussi tellement du Moretti ! Comment un dramatique accident de la circulation va profondément transformer l’existence des habitants d’un immeuble romain, dévoilant leur difficulté à être parent, frère ou voisin dans un monde où les rancoeurs et la peur semblent avoir eu raison du vivre ensemble. Avec une vraie acuité du regard, Nanni Moretti observe des hommes prisonniers de leurs entêtements et des femmes qui tentent de raccommoder des existences déchirées. Ainsi Lucio est terrorisé par ce qui a pu arriver à sa fillette confiée, brièvement, à un vieux voisin de palier…  Ancien magistrat et personnage très rigide (Moretti lui-même), Vittorio se débat pathétiquement avec un fils en profonde souffrance… Dans un film choral et dramatique, le cinéaste soulève avec justesse des questions sur l’éthique et la morale. (Le Pacte)
Objectif 500 millionsOBJECTIF 500 MILLIONS
Ancien de l’OAS, le capitaine Richau sort de prison. Il a a purgé une peine à cause de sa participation au putsch d’Alger. Un soir, Yo, une mystérieuse jeune femme (Marisa Mell), lui propose de participer à un spectaculaire braquage dans un avion à l’aéroport d’Orly. Autour d’un soldat perdu en temps de paix, Pierre Schoendorffer tourne, en 1966, un film noir qui s’inscrit dans la lignée du cinéma des années 60 qui traitait des séquelles de la guerre d’Algérie dans une société française qui, quatre ans après les accords d’Evian, n’a pas encore digéré la fin de cette guerre. Dans sa collection Make my Day, Jean-Baptiste Thoret propose un thriller sec, tourné en décors naturels et porté par un excellent Bruno Cremer, en baroudeur halluciné, qui retrouve le cinéaste qui venait de le diriger dans La 317e section… (Studiocanal)
House GucciHOUSE OF GUCCI
Gucci, synonyme de style, de glamour, de richesse, de pouvoir et de… malédiction ! Avide de reconnaissance et de prestige, Patrizia Reggiani, fille d’un patron d’une entreprise de transports, croise, dans une soirée chic, Maurizio Gucci, l’héritier principal de l’empire du luxe. Elle le séduit et réussit, malgré l’opposition du père Gucci, à l’épouser. Mais les choses entre la roturière et les « gens d’en haut » vont se tendre au point que Patrizia organisera l’assassinat de Maurizio. Avec un sacré casting (Adam Driver, Al Pacino, Jeremy Irons, Jared Leto, Salma Hayek, les Français Camille Cottin et Medhi Nebbou, enfin Lady Gaga en brune torride), Ridley Scott orchestre, en s’inspirant de faits réels (Patrizia Reggiani a été condamnée en 1997 à 29 ans de prison), une brillante et étourdissante saga de l’ambition et du lucre. Luxe, chaos et cruauté ! (Universal)
AmantsAMANTS
Ils sont jeunes, ils sont beaux et ils s’aiment depuis toujours. C’est trop. Car Lisa et Simon vont être confrontés, de manière accidentelle, à la mort violente… En effet, Simon a dealé de la blanche à son ami Pierre-Henri qui sera détruit dans une overdose. Simon va alors prendre le large tandis que Lisa s’installe dans une vie maritale. Quand les deux anciens amants se revoient, la tragédie est proche. Avec Pierre Niney, Stacy Martin et Benoît Magimel, entre trois lieux (Paris, l’Océan indien et Genève), Nicole Garcia, sur un scénario de Jacques Fieschi et sur de belles images grises et froides de Christophe Beaucarne, construit un film noir autour d’un triangle amoureux qui avance au-dessus de l’abîme. Il est là question d’amour fou, de la puissance de l’argent et d’une précarité aussi mélancolique qu’affective. (France.tv distribution)
Yeux Laura MarsLES YEUX DE LAURA MARS
Laura Mars est une photographe américaine plébiscitée et mal-aimée car ses photos éloquentes dénoncent le monde violent, cupide et sexiste qui nous entoure. Brillante et célébrée, Laura est pourtant une artiste heureuse jusqu’au jour où d’étranges visions s’imposent à ses yeux. Elle voit un psychopathe assassiner un à un ses proches et intimes. L’ennui est que ces visions sont simultanées, Laura Mars (Faye Dunaway dans l’un des rôles les plus connus) voit les crimes à l’instant même où ils sont perpétrés… Un inspecteur séduisant (Tommy Lee Jones) tente de l’épauler… En 1978, Irwin Kershner donne un polar qui flirte avec le fantastique et l’épouvante (le scénario est signé John Carpenter) sur fond d’érotisme… (Sidonis Calysta)
Haute CoutureHAUTE COUTURE
« Putain de solitude !» C’est le soupir d’Esther qui se lève le matin et parle à ses roses : « Soyez sages ! Soyez belles ! » La beauté, elle connaît puisqu’elle œuvre depuis longtemps dans la mode. Même si elle fait un passionnant métier –elle est première d’atelier chez Dior- Esther est une femme seule et triste. Un jour, on lui arrache son sac dans le métro. C’est Jade, une fille de banlieue, qui a fait le coup. Sylvie Ohayon réussit un film sur la transmission puisque Jade vient rapporter le sac d’Esther, découvre l’atelier et ses belles robes. Comme Jade a des doigts magiques pour coudre étoffes et tulles, on assiste, autour de la geste du beau, à un passage de relais et une belle rencontre entre deux femmes de générations et de milieux différents. Nathalie Baye et Lynda Khoudri sont parfaitement attachantes. (UGC)
Cry MachoCRY MACHO
A 91 ans, Clint Eastwood n’a pas raccroché les gants. La silhouette se voûte un peu plus mais le sourire malicieux est toujours bien là. Le vieux maître hollywoodien raconte ici l’histoire d’un… vieil homme qui fut une star (du rodéo) avant qu’un cheval trop fougueux ne lui brise les reins. Comme ce Mike Milo a une dette envers Howard Polk, son ancien patron (le chanteur de country Dwight Yoakam), il accepte une mission qui ne l’emballe pas plus que cela : partir au Mexique pour récupérer Rafael, le fils de 13 ans, que Polk a eu là-bas avec la toxique Leta. Tandis que Leta ne voit dans le gamin qu’un « monstre » passionné par les combats de coq, Milo va mettre Rafael dans sa poche en le faisant rêver à l’immense ranch de son père et aux centaines de chevaux qu’il pourra monter. Une balade mexicaine autour d’un vieux sage (« J’étais beaucoup de choses que je ne suis plus », dit-il) lancé dans une mission qui devient un voyage initiatique au ton nostalgique et mélancolique. (Warner)
Viva La VieVIVA LA VIE
Michel Perrin, important industriel, et Sarah Gaucher, comédienne renommée, n’ont a priori rien en commun… et pourtant, ils disparaissent mystérieusement tous les deux le même jour, à la même heure. Et, surtout, réapparaissent trois jours plus tard comme si rien ne s’était passé ! Ce qui pourrait sembler n’être qu’une troublante coïncidence. Pourtant le phénomène se reproduit à l’identique peu de temps après… En 1984, Claude Lelouch réalise cette aventure fantastique dont l’idée lui vient en tête la nuit de la sortie désastreuse du film Édith et Marcel (1983). Avec une imposante affiche (Charlotte Rampling, Michel Piccoli, Jean-Louis Trintignant, Évelyne Bouix, Charles Aznavour, Anouk Aimée, Charles Gérard et Myriam Boyer) le film sera un succès… (Metropolitan)
Coup Fouet En RetourCOUP DE FOUET EN RETOUR
Jim Slater n’a jamais connu son père. Il sait seulement qu’il a été massacré, en Arizona, par les Apaches alors qu’il cherchait de l’or avec cinq compagnons. L’un de ces hommes a survécu mais n’est pas allé chercher de secours. Slater veut se venger du traitre qui a abandonné son père… Sur les lieux du drame, Slater rencontre la belle Karyl Orton qui veut récupérer la part d’or qui revenait à son mari mort. En 1956, John Sturges, grand westerner devant l’éternel et réalisateur de Règlements de comptes à OK Corral (1957) ou Les Sept mercenaires (1960), signe un western tendu autour de la soif de l’or. Au côté de Donna Reed, l’excellent Richard Widmark campe un ancien soldat confédéré violent et implacable. (Sidonis Calysta)
My SonMY SON
« Vous ne pouvez compter que sur vous, M. Murray ! » Contacté en urgence par Joan, son ex-femme, Edmond Murray (qui vit à l’étranger) arrive dans les Highlands d’Ecosse. Il rejoint Joan dans la colonie de vacances où séjournait Ethan, leur fils de 8 ans. Peu à peu, ils pensent que l’enfant a été enlevé. Lâché par la police, Murray mène lui-même l’enquête. En 2007, Christian Carion tournait Mon garçon avec Guillaume Canet. Il signe, ici, un remake anglo-saxon avec James McAvoy et Claire Foy dans les rôles principaux. Particularité : McAvoy (comme Canet dans le film français) ne disposait pas de scénario et il improvisait au fur et à mesure son texte et ses émotions. Un thriller palpitant ! (Metropolitan)
Bill DoolinBILL DOOLIN LE HORS-LA-LOI
Dans l’Ouest, deux adolescentes, bercées d’histoires de hors-la-loi, rêvent de côtoyer des bandits. Elles croisent la bande de Bill Doolin, des hors-la-loi sur le déclin qui accumulent les coups foireux et sont recherchés par un shérif pugnace. Elles décident de les aider à redevenir ce qu’ils ont été… En 1981, Lamont Johnson signe le dernier western interprété par l’immense Burt Lancaster dans le rôle de Doolin. Jamais sorti au cinéma en France mais remarqué par la critique américaine, le film nerveux et enlevé passa à la télé sous le titre Winchester et jupons courts ! Les gamines sont incarnées par les débutantes Diane Lane et Amanda Plummer. (Sidonis Calysta)
VeteranLE VETERAN
Poursuivis par les membres d’un cartel mexicain de la drogue, une mère et son fils traversent la frontière qui sépare le Mexique de l’Arizona et se retrouvent sur les terres de Jim Hanson. Vieillissant, cet ancien Marine et vétéran de la guerre du Vietnam dénonce traditionnellement les immigrés clandestins aux autorités. Mais quand la mère est tuée dans une fusillade, l’Américain, contre l’avis de sa policière de fille, décide d’aider le jeune Miguel à fuir. Le vétéran de guerre veuf et désabusé et le garçon orphelin vont devoir traverser les Etats-Unis, poursuivis par des criminels et des policiers corrompus. Du cousu main pour Liam Neeson, 69 ans, qui met les moyens pour que cette aventure tienne la route. Un polar d’action, mis en scène par Robert Lorenz, le producteur de nombre de films de Clint Eastwood… (M6)
Tout Nous SouritTOUT NOUS SOURIT
Tout sourit à Audrey et Jérôme. Ils ont trois merveilleux enfants et leurs métiers les passionnent. Le temps d’un week-end, ils partent chacun de leur côté… Avec leurs amants respectifs. Sauf qu’ils ont la même idée : aller dans leur maison de campagne. Quand ils se retrouvent nez à nez, c’est l’explosion. Arrivent alors les parents d’Audrey, puis leurs enfants et enfin sa sœur. Le quatuor n’a pas d’autre choix que jouer la comédie pour sauver les apparences. Mais très vite le vernis et les nerfs craquent… Réalisatrice de Jamais le premier soir (2014), Mélissa Drigeard réussit, avec des ingrédients connus (le couple en crise), une comédie allègre où le tragique des déchirements vient parfois se heurter à l’humour. La distribution est de qualité avec Elsa Zylberstein (Audrey), Stéphane de Groodt (Jérôme) entourés de Guy Marchand, Anne Benoit, Emilie Caen. Le film a obtenu le prix spécial du jury au Festival de l’Alpe d’Huez. (UGC)
Bodins ThailandeLES BODIN’S EN THAILANDE
Vieille fermière roublarde et autoritaire de 87 ans, Maria Bodin doit faire face à une nouvelle épreuve : son grand nigaud de fils, Christian 50 ans, a perdu le goût de la vie. Suivant l’avis du psychiatre, qui conseille le dépaysement, la mère Bodin se résigne donc à casser sa tirelire pour payer des vacances à son fils… en Thaïlande ! Quand la mère et le fils Bodin s’envolent, pour la première fois, à plus de dix mille kilomètres de leur terroir natal, le choc est énorme. De l’hôtel aux plages de sable blanc en passant par les massages exotiques, ils n’ont clairement pas le mode d’emploi… Brillants représentants cinématographiques du bon sens paysan, les Bodin ont réuni 1,6 million de spectateurs dans les salles en 2021. (M6)
Autoroute EnferL’AUTOROUTE DE L’ENFER
Décidés à se marier malgré l’opposition de leurs familles, Charlie et Rachel se rendent à Las Vegas. Mais la rencontre avec le sergent Bedlam, sorte de flic zombie au visage brûlé, bouleverse leurs plans lorsque celui-ci enlève la jeune fille et disparaît. Se lançant à leur poursuite, Charlie découvre que pour retrouver sa fiancée, il doit se rendre en enfer… Ancré dans les années 80-90 avec ses costumes, sa musique et ses voitures et mettant en scène une galerie d’allumés, le film réalisé par le Hollandais Ate de Jong est efficace tout en multipliant les gags visuels, les références à d’autres films ou encore des illustrations de proverbes ou de citations bibliques relatives à l’enfer ! (Rimini Editions)

RUBEMPRÉ, SREBRENICA, SIBÉRIE, VOIX, DISPARITION…  

ILLUSIONS PERDUES
Illusions PerduesJeune poète idéaliste et désargenté, Lucien de Rubempré monte à Paris pour y satisfaire ses ambitions. Livré à lui-même dans une ville trépidante et cruelle, il découvre que la vie littéraire, intellectuelle et artistique parisienne du 19e siècle est placée sous le signe du cynisme économique. « Tout s’achète et tout se vend, la littérature comme la presse, la politique comme les sentiments, les réputations comme les âmes ». C’est le credo des personnages qui l’entourent et avec lesquels Rubempré va perdre sa candeur et son innocence… Xavier Giannoli adapte le roman-fleuve de Balzac et offre à Benjamin Voisin, entouré d’une brassée d’excellents comédiens, un rôle fort dans une fresque sans temps morts malgré ses 149 minutes. Au-delà la qualité de la reconstitution, le film (largement couronné aux César) a d’évidents accents contemporains lorsqu’il évoque assez rageusement au demeurant, les médias. (Gaumont)
LA VOIX D’AIDA
Voix AidaEn juillet 1995 en Bosnie, l’armée serbe écrase tout sur son passage. A Srebrenica, la terreur menace. Plus de 8000 hommes et adolescents seront bientôt victimes d’un vrai génocide perpétré par les troupes de Ratko Mladic. Modeste professeur d ‘anglais au lycée de la ville, Aida Selmanagic est réquisitionnée comme interprète auprès des Casques bleus hollandais. Leur camp est bientôt submergé par les habitants terrorisés qui tentent d’y chercher refuge… Aida, qui croit en l’ONU, pense que sa famille sera en sécurité dans le camp. Mais le pire est inévitable et tout s’effondre autour d’elle. Avec l’excellente comédienne Jasna Durirc, la cinéaste Jasmila Zbanic réussit un drame tendu et absolument poignant sur la trajectoire émotionnelle d’Aida tout comme sur les forfaits monstrueux de Mladic. Avec la séquence du gymnase, on ne peut s’empêcher de penser à Auschwitz. (Condor)
LA LETTRE INACHEVÉE
Lettre InachevéeTrois ans après son fameux Quand passent les cigognes qui fit sa gloire et sa réputation, le Russe Mikhaïl Kalatozov retrouve Sergueï Ouroussevski, son formidable chef-opérateur ainsi que la comédienne Tatiana Samoïlova. En 1960, il raconte l’aventure d’une expédition géologique, dirigée par Konstantin Sabinine, qui part en Sibérie identifier, pour le compte de l’Etat, des gisements de diamants. Bientôt les éléments mettront les chercheurs en péril. Konstantin (qui le raconte dans une lettre à sa femme) décide pourtant de poursuivre… Les drames vont se multiplier. Au temps de la déstalinisation, une épopée tragique et lyrique (Ouroussevski signe des images souvent époustouflantes de beauté) sur fond de confrontation entre l’homme et la nature. (Potemkine)
ALINE
AlineAu Québec, à la fin des années 60, Sylvette et Anglomard accueillent leur 14e enfant : Aline. Dans la famille Dieu, la musique est reine et quand Aline grandit, on lui découvre un don : elle a tout bonnement une voix en or. Face à la jeune prodige, le producteur de musique Guy-Claude n’a plus qu’une idée en tête… faire d’Aline la plus grande chanteuse au monde. En jonglant entre vérité et fiction, ne craignant pas un certain kitsch, Valérie Lemercier (qui avoue sa fascination pour Céline Dion et qui fut couronné aux César pour sa performance) réussit une comédie dramatique autour de la carrière et de la vie privée de la star. Il y a là une fraîcheur de bon aloi et une tendresse pour le personnage qui emporte l’adhésion. (Gaumont)
DRIVE MY CAR
Drive My CarAlors qu’il n’arrive toujours pas à se remettre de la perte brutale d’Oto, son épouse et muse, Yusuke Kafuku, acteur et metteur en scène de théâtre, accepte de monter, en résidence, Oncle Vania de Tchekhov dans un festival à Hiroshima. Comme Kafuku (excellent Hidetoshi Nashijima) a des problèmes de vision, la production lui a assigné, pour conduire sa Saab 900, un chauffeur, en l’occurrence Misaki, une jeune femme très réservée. Au fil des trajets et de longs échanges existentiels, la sincérité croissante de l’artiste et de Misaki (Toko Miura) les oblige à faire face ensemble à leur passé. Adaptant une nouvelle de Haruki Murakami, le Japonais Ryüsuke Hamaguchi signe, ici, une fresque intime émouvante, admirablement mis en scène autour du thème de la disparition… Le film a obtenu le prix du meilleur scénario au dernier Festival de Cannes. (Diaphana)
SATYAJIT RAY
Coffret Satyajit RayC’est Akira Kurosawa qui le dit : « Ne jamais avoir vu un film de Satyajit Ray, c’est comme ne jamais avoir vu la lune ou le soleil ». Un beau coffret, avec des versions restaurées, permet de se plonger dans l’œuvre du plus célèbre des cinéastes indiens (1921-1992) avec six films réalistes et intimistes. La grande ville (1963) met en scène une femme active, mal vue par son mari et ses beaux-parents conservateurs. Charulata (1964) raconte l’histoire d’une femme qui se réfugie dans les arts pour combler son ennui. Drame sentimental, Le lâche (1965) évoque les retrouvailles d’un scénariste avec son amour de jeunesse. Le saint (1965) évoque les manœuvres d’un gourou doublé d’un escroc. Le héros (1966) observe un acteur vedette en perte de vitesse qui rencontre une journaliste à laquelle il se confie. Enfin, Le dieu éléphant (1979) conte les aventures d’un détective privé sur la trace d’une rare statuette de Ganesh. Dans les suppléments, outre une analyse du style de Ray par le critique Charles Tesson, on trouve un entretien avec le cinéaste réalisé en 1981 pour la télévision. (Carlotta)
ALBATROS
AlbatrosCommandant de brigade de la gendarmerie d’Etretat, Laurent aime son métier malgré sa confrontation régulière avec la misère sociale, l’horreur ou le désarroi. Alors qu’il prévoit de se marier avec Marie, sa compagne, mère de sa fille surnommée Poulette, il voit sa vie basculer en voulant sauver un agriculteur qui menace de se suicider… C’est en lisant un fait-divers sur un agriculteur au bord du précipice et qui a fini par péter les plombs, que Xavier Beauvois a l’idée de son film. Mais, en s’appuyant sur le remarquable Jérémie Rénier, le cinéaste, tout en conservant un regard plein d’acuité sur le monde paysan, a construit sa chronique en la centrant sur les forces de l’ordre à travers le drame terrible et imprévisible qui bouleverse Laurent puis sa tentative de reconstruction dans un voyage vers Terre-Neuve comme ses ancêtres marins… Le portrait d’un homme déchiré par une erreur irréparable… (Pathé)
LA FRACTURE
FractureAu cours d’une nuit hivernale de 2018, Raf se fracture le bras et se retrouve aux urgences d’un grand hôpital parisien. Couple au bord de la rupture, Raf (Valeria Bruni Tesdeschi) et Julie (Marina Foïs) découvrent un service débordé un soir de manifestation parisienne des Gilets Jaunes. Leur rencontre avec Yann (Pio Marmaï), un manifestant blessé et en colère, va faire voler en éclats les certitudes et les préjugés de chacun. En pleine crise sanitaire, Catherine Corsini, remarquée avec Trois mondes (2012) et La belle saison (2015), se penche sur l’asphyxie qui gagne dans l’hôpital public tandis que le personnel soignant tente de gérer au mieux la pénurie et les conflits. La cinéaste appréhende bien la crise au quotidien et saisit l’humanité à l’œuvre, tout en réussissant aussi à introduire un brin d’humour dans le chaos… (Le Pacte)
TYPHOON
TyphoonDepuis sept ans, Chun-li vit dans la station météorologique d’Alishan au cœur de la montagne taïwanaise. Délaissée par son mari, elle trompe son ennui en s’abîmant dans l’alcool. Un jour, le quotidien du couple est bouleversé par l’arrivée de Zhang et de sa fille Zhen-zhu. Séduite par l’homme et émue par l’enfant, Chun-li se sent revivre à nouveau. Elle ne sait pas que Zhang est un gangster en cavale qui fait passer une fugueuse pour sa fille. Réalisé en 1962 (et bien restauré), le film de Pan Lei est devenu un classique du cinéma taïwanais des sixties. Le cinéaste excelle à filmer un tourbillon de sentiments tandis que la nature sert de révélateur à des personnages d’outsiders… Produit par le studio national de la République de Chine, le film frappe cependant par sa liberté de ton qui fait fi de la propagande d’Etat. (Carlotta)
MANY SAINTS OF NEWARK
Many Saints NewarkIl faut le dire d’entrée… Sous-titré Une histoire des Soprano, le film est du sur-mesure pour les fans de la série télé (qui s’est achevée en 2007) considérée comme l’une des meilleures de tous les temps. Sur les pas du jeune Anthony Soprano dans ce qui apparaît comme un prequel plutôt qu’une suite, on plonge dans l’une des époques les plus tumultueuses de l’histoire de Newark, dans un contexte explosif de guerre des gangs. A cette époque, des gangsters rivaux commencent à se lever et à défier la toute puissante famille criminelle DiMeo, notamment l’oncle de Tony, Dickie Moltisanti. L’influence de ce dernier sur son neveu va contribuer à transformer un adolescent impressionnable en chef tout-puissant de la mafia. Sur fond de violence brutale et soudaine, on ne peut s’empêcher évidemment de songer à James Gandolfini, disparu en 2013, qui imposa le personnage de Tony Soprano. (Warner)
L’AMBASSADEUR
AmbassadeurAmbassadeur des Etats-Unis en Israël, Peter Hacker (Robert Mitchum) est tout sauf un diplomate conventionnel. Même s’il entre régulièrement en conflit avec le ministre israélien Eretz (Donald Pleasence), il est bien décidé à tout mettre en œuvre pour ramener la paix au Moyen-Orient, notamment en tentant de rallier les forces de la jeunesse israélienne et palestinienne. Mais Hacker a un talon d’Achille. Son épouse (Ellen Burstyn) a une aventure avec un antiquaire (Fabio Testi) qui est, en réalité, un ponte palestinien. Hacker est rapidement la cible d’attaques qui veulent le mettre hors d’état de mener sa mission à bon terme. Frank Stevenson, son chef de la sécurité (Rock Hudson dans sa toute dernière apparition au cinéma) fait tout ce qu’il peut pour le protéger. Sorti en 1984, le film de Jack Lee Thompson est un thriller politique imaginaire mais qui montre que peu de choses ont changé sur le sujet… (Sidonis Calysta)
SUPER EXPRESS 109
Super Express 109En gare de Tokyo, quelque 1500 passagers viennent de prendre place à bord du Shinkansen, train à grande vitesse à destination de Hakata, dans l’ouest du Japon. Peu après son départ, le directeur de la sécurité ferroviaire reçoit un appel anonyme. Un inconnu qui réclame une rançon de 5 millions de dollars, explique avoir déposé une bombe à bord. Celle-ci explosera si la vitesse du train descend en-dessous de 80 km/heure. Produit par les studios Toei et réalisé en 1975 par Junya Sato, Super Express 109 (a.k.a. The Bullet train) est un modèle du film-catastrophe nippon qui a marqué les esprits pour son scénario enlevé et sa réalisation ambitieuse, enfin pour son affiche qui réunit des stars japonaises comme Ken Takakura (vu en 1975 dans Yakuza de Sydney Pollack). A la fois policier, suspense et critique sociale (notamment pour les raisons motivant le chef des assaillants), le film sort en version intégrale et restaurée dans une édition prestige limitée. (Carlotta)
BARBAQUE
BarbaqueSophie derrière sa caisse et Vincent Pascal en train de découper ses viandes, forment un couple de bouchers de Melun. Mais leur couple comme leur commerce bat largement de l’aile. Tout se déglingue encore plus lorsque des militants végans attaquent et démolissent la boutique. Par hasard, le couple va croiser l’un des assaillants qui est tué accidentellement. Vincent se demande ce qu’il va faire du corps. Une idée lui vient… Bientôt les clients se bousculent à son étal pour goûter un très succulent… porc d’Iran. Fabrice Eboué, en compagnie de Marina Foïs (Sophie) livre, sur un sujet d’actualité, un satire féroce, façon « bête et méchant », qui n’épargne personne. Dans le genre épouvante cannibale, voici une comédie gentiment subversive qui fait agréablement rigoler, surtout quand on aime la viande… (Universal)
MORT OU VIF
Mort VifSam Raimi était connu pour le très horrifique et culte Evid Dead quand Sharon Stone lui proposa en 1995 de réaliser ce western (présenté en compétition à Cannes) dont la trame est fournie par un ancien et terrible traumatisme qui affecte le personnage incarnée par la star de Basic Instinct. En 1881, dans le bourg de Redemption, a lieu un concours annuel qui récompense le meilleur tireur. Jusqu’à présent, Herod, le tyrannique maître de la ville, a toujours gagné. Mais voilà que débarque Ellen, une ravissante étrangère. Elle a décidé de participer au concours pour assumer une lointaine vengeance. Autour de Sharon Stone, on trouve Gene Hackman en pure ordure, Russell Crowe et un quasi-débutant de 21 ans nommé Leonardo DiCaprio. (L’Atelier d’images)
MAMZELLE BONAPARTE
Mamzelle BonaparteCélèbre demi-mondaine, la ravissante Cora Pearl a séduit l’aristocratie du Second Empire, notamment Jérôme Napoléon alias Ponpon, le cousin germain de Napoléon III… En 1941, le cinéaste Maurice Tourneur s’empare de l’histoire (vraie) de cette femme galante pour un grand mélodrame dans lequel Edwige Feuillère trouve un rôle à sa mesure en pétulante maîtresse. Lors d’un voyage en compagnie de son amant dans la campagne française, Cora fait la connaissance de Philippe de Vaudrey, aristocrate légitimiste dont elle tombe follement amoureuse. Vaudrey, qui ignore la vraie identité de Cora, complote contre l’empereur. Lucy de Kaula, une courtisane jalouse de Cora, va lui révéler qui est réellement son aimée… (Gaumont)
SAIS-TU POURQUOI JE SAUTE ?
Sais Tu Pourquoi SauteQuand Naoki Higashida, un adolescent atteint d’autisme non-verbal, écrit à l’âge de 13 ans Sais-tu pourquoi je saute ? il ne se doute pas qu’il va être à l’origine de la sensibilisation à cette maladie, et devenir ainsi le porte-parole de tous ceux qui, comme lui, sont incompris. Pour la première fois, le monde découvre que l’esprit d’un autiste est doté d’autant de curiosité, de subtilité et de complexité que celui de n’importe qui. Réalisé par Jerry Rothwell, ce touchant documentaire mêle les écrits autobiographiques de Naoki Higashida et les portraits de cinq jeunes autistes à travers le monde. Un fantastique voyage sensitif où les paysages, les sons et les couleurs permettent de mieux appréhender l’univers et le quotidien des autistes. Une véritable immersion grâce à Joss, Emma, Ben, Amrit et Jestina qui nous amènent dans leur sphère aller au-delà des idées reçues. (L’Atelier d’imges)

LES JUMEAUX, LES KEPIS BLANCS, UN HOMME TRANS ENCEINT ET LA MANGANO  

PETITE SŒUR
Petite SoeurDramaturge allemande, Lisa a mis sa carrière en pause pour suivre son mari, directeur d’un luxueux institut de formation, en Suisse et se consacrer à sa famille. Lorsque son frère jumeau, Sven, célèbre acteur de la Schaubühne berlinoise, est atteint de leucémie, Lisa va tout mettre en œuvre pour permettre à Sven de remonter sur scène. Les cinéastes suisses Stéphanie Chuat et Véronique Reymond brossent, avec Schwesterlein (en v.o.), un émouvant portrait d’un couple frère/sœur qui se rapproche dans le combat contre la maladie. Dans cette lutte, Lisa voit aussi renaître son désir de créer… Nina Hoss (vue dans Barbara et Phoenix) et Lars Eidinger (mis en scène par les Français Olivier Assayas dans Sils Maria ou Guillaume Gallienne dans Maryline) donnent superbement corps à une puissante relation fraternelle. Dans la distribution, on remarque aussi Marthe Keller ou le metteur en scène allemand Thomas Ostermeier. Dans les bonus, les deux cinéastes reviennent, en longueur, sur leur film… (Arizona Films)
MON LEGIONNAIRE
Mon LegionnaireSur son lit dans la nuit, Maxime murmure : « Je suis heureux d’être là » et Céline, sa femme, soupire : « Alors, pourquoi, tu n’es pas là ? » Le lieutenant Maxime Beaumont est à la tête d’une section de la deuxième compagnie du Régiment étranger parachutiste. Avec son second long-métrage après l’intimiste Baden-Baden (2016), Rachel Lang ausculte des existences dédiées à l’Armée, celles évidemment des soldats affectés, ici, à des opérations extérieures mais aussi, et simultanément, celles de leurs familles et plus précisément celles des épouses restées à l’arrière, au cœur des beaux paysages sauvages de Corse. Chronique du quotidien des combattants sur le terrain (ici au Sahel) et récit de la vie quotidienne de femmes qui sont toujours dans l’attente et dans la crainte de la nouvelle qui anéantirait leurs vies. La cinéaste strasbourgeoise voit aussi son film  comme l’histoire de Pénélope et d’Ulysse, un couple placé en milieu hostile mais réuni par le combat. (Blaq Out)
A GOOD MAN
A Good ManRemarquée avec Les héritiers (2014) et Le ciel attendra (2016), deux films forts sur l’éducation et l’embrigadement d’une jeune femme pour le djihad, Marie-Castille Mention-Schaar se penche, avec l’histoire d’Aude et de Benjamin, sur un désir de parentalité qui n’a pas de genre. En effet, alors qu’Aude ne peut avoir d’enfant, c’est son compagnon qui décide de le porter car, avant d’être Benjamin, infirmier sur l’île de Groix, il/elle était Sarah. Passionnée par la question du genre, la cinéaste raconte, ici, l’aventure, inspirée de faits réels, d’un homme en devenir qui finit, face à la puissance du désir d’enfant, de porter le bébé. Au côté de Soko (Aude), Noémie Merlant (magnifique dans Portrait de la jeune fille en feu ou Les Olympiades) est bluffante de vérité et de justesse en homme trans. (Pyramide)
ANNA
AnnaPremier sex-symbol italien d’après-guerre avec ses bas noirs et son short court dans le mythique Riz amer (1949) de Giuseppe De Santis, Silvana Mangano était capable de tout jouer. C’est ainsi, qu’en 1951, Alberto Lattuada lui confie le personnage d’Anna, une jeune novice, qui travaille comme infirmière dans un hôpital de Milan où médecins et patients louent sa douceur et son zèle. Un jour, l’hôpital reçoit un accidenté de la route gravement atteint. Anna reconnaît Andrea, son grand amour d’antan. Elle se souvient alors de son passé et est d’autant plus bouleversée qu’Andrea veut toujours l’épouser. Un beau mélodrame où, même sous la cornette, la Mangano (entourée de Raf Vallone, Jacques Dumesnil et Vittorio Gassman) demeure sublime… (Gaumont)
JAZZ ON A SUMMER’S DAY
Jazz On Summer DayUn plateau de rêve ! En 1958, des légendes du jazz se retrouvent au festival de Newport. Il y a là, Louis Armstrong, Mahalia Jackson, Chuck Berry, Gerry Mulligan, Dinah Washington, Thelonious Monk, Jack Teagarden, Anita O’Day, Chico Hamilton… Et Bert Stern, l’un des plus célèbres photographes de mode américains, auteur notamment des ultimes clichés de Marilyn Monroe en 1962. Stern (1929-2013) va signer un remarquable documentaire, toujours considéré comme l’un des meilleurs concerts de jazz filmé de tous les temps. Pour la première en dvd et blu-ray, dans une restauration 4K, un hymne à la musique et un beau témoignage sur l’Amérique de la fin des années cinquante. Une référence du film musical pour le double plaisir des yeux et des oreilles ! (Carlotta)
LE VAMPIRE DE DUSSELDORF
Vampire DusseldorfEn 1931 déjà, Fritz Lang avait signé l’un de ses films majeurs en s’inspirant de Peter Kürten pour le magnifique M le maudit. En 1965, Robert Hossein s’empare aussi de ce fait-divers sanglant dans l’Allemagne gagnée par la montée du nazisme. Tout en suavité glaciale, le cinéaste campe ce serial-killer aussi inquiétant que fascinant. Ouvrier le jour, en tenue bourgeoise la nuit, rien ne semble cependant indiquer qu’il pourrait être celui que la presse surnomme « Le vampire de Düsseldorf ». Pourtant Kürten rôde, prédateur redoutable qui séduit ses victimes avant de les assassiner. Tandis que la police est sur les dents, le tueur tombe fou amoureux d’Anna, une chanteuse de cabaret (Marie-France Pisier). Un étonnant film d’horreur « à la française ». Dans les bonus, Robert Hossein raconte l’aventure du film. (Sidonis Calysta)
RIDERS OF JUSTICE
Riders JusticeMilitaire danois engagé sur le théâtre d’opération de la guerre d’Afghanistan (où il lui reste encore trois mois de service), Markus doit rentrer, d’urgence, chez lui pour s’occuper de Mathilde, sa fille adolescente. En effet, l’épouse de Markus vient de mourir tragiquement dans un accident de métro… Bientôt Markus est convaincu que l’accident est en fait un attentat soigneusement orchestré par un gang, les Riders of Justice, contre l’un de leur ex-membre. Aidé par Otto, un scientifique excentrique qui était dans le métro et qui a survécu, Markus se lance dans sa propre enquête… Entre le film de vengeance et la comédie bien noire, le réalisateur danois Anders Thomas Jensen, connu pour son savoureux Les bouchers verts (2003), réussit un solide thriller un peu barré et porté, dans le rôle de Markus, par l’impérial Mads Mikkelsen. (M6)
LE JOUR DU DAUPHIN
Jour DauphinAu sein d’un complexe scientifique sur une île retirée dans les Keys, en Floride, Jack Terrell et son équipe étudient l’intelligence des dauphins et leurs moyens de communication. Il a ainsi réussi à apprendre à Alpha à s’exprimer dans la langue des humains. Si le scientifique est parvenu à garder ses travaux secrets, la fondation qui le finance lui demande un jour d’accueillir un journaliste aux motivations troubles. Dans sa collection Make my Day, Jean-Baptiste Thoret « exhume » cette pépite (1973), méconnue et oubliée, du cinéma cinéma américain paranoïaque des seventies. Cinquième film de Mike Nichols, auteur du Lauréat (1968), le film entrecroise le mélodrame, le thriller, le film de complot politique et la fable pessimiste. L’excellent George C. Scott incarne ce Terrell qui s’interroge sur la difficulté des humains à communiquer… (Studiocanal)
CANDYMAN
CandymanArtiste émergent, Anthony McCoy vit à Chicago avec sa femme, directrice d’une galerie d’art. En panne d’inspiration, il découvre la terrible légende de Candyman et décide d’en nourrir ses peintures. Cela fait ressurgir en lui un passé anglant. Selon la légende, si l’on prononce cinq fois le nom de Candyman en se regardant dans un miroir, le tueur au crochet apparait. Pour Anthony (Yahya Abdul-Mateen II), rattrapé par son passé, ce sera le début de la fin. La cinéaste Nia DaCosta s’appuie sur le célèbre film de Bernard Rose, sorti en 1992, et lui donne une tournure arty qui apporte un plus bienvenu à un déferlement de meurtres macabres sur fond de communauté noire maltraitée, de légendes urbaines et de quartier défavorisé… (Universal)
PRISONS DE FEMMES
Prisons FemmesEmployée dans une pharmacie parisienne, Alice Rémon est courtisée par René, le patron. Malheureuse en ménage, Alice voit son mari emporté par une intoxication. Elle est vite suspectée de meurtre, d’autant plus qu’elle a un passé de prostituée… Alice (Danièle Delorme) se retrouve en prison à La Petite-Roquette puis à Fresnes et enfin à la centrale de Haguenau où elle va purger une peine de dix ans. En 1958, sur un scénario de Francis Carco et d’après une pièce de théâtre de Charles Méré, Maurice Cloche, connu pour être l’auteur de Monsieur Vincent (1947) avec Pierre Fresnay dans le rôle de Vincent de Paul, plonge dans l’univers carcéral et décrit, de manière fortement documentée, la vie quotidienne de femmes placées sous les barreaux… (Gaumont)
LE TRESOR DU PETIT NICOLAS
Tresor Petit NicolasDans le monde du Petit Nicolas, il y a Papa, Maman, l’école mais surtout, sa bande de copains. Des Invincibles, surtout inséparables. Du moins, le pensent-ils. Car quand Papa reçoit une promotion et annonce que la famille doit déménager à Aubagne, dans le sud de la France, l’univers de Nicolas (Ilan Debrabant) s’effondre. Comment imaginer la vie sans ses meilleurs amis ? Sans les croissants d’Alceste, les lunettes d’Agnan, les bêtises de Clotaire. Aidé par ses copains, Nicolas se met en quête d’un mystérieux trésor qui pourrait empêcher ce terrible déménagement ! Après Le petit Nicolas (2009) et Les Vacances du petit Nicolas (2014), voici la troisième aventure du personnage de bd imaginé par René Goscinny et mis en images par Sempé. Julien Rappeneau organise diverses intrigues servies par un beau casting : Jean-Paul Rouve, Audrey Lamy, François Morel, Noémie Lvovsky, Jean-Pierre Darroussin ou Gregory Gadebois. (Warner)
JESS FRANCO
Nuits Brulantes LindaDeux EspionnesAvec quelque 200 films sur plus de quatre décennies réalisées sous de multiples pseudonymes, l’Espagnol Jess Franco (1930-2013) est l’une des figures les plus marquantes et les plus pittoresques du cinéma bis. Mais un certain nombre d’exégètes le considèrent aussi comme un véritable auteur avec un point de vue esthétique même s’il s’est fait une spécialité des productions « bon marché » mêlant horreur et érotisme. Dans de beaux coffrets avec de bons bonus, on retrouve ainsi, en versions restaurées intégrales, Les nuits brûlantes de Linda (1974) et Deux espionnes avec un petit slip à fleurs (1980). Le premier est l’histoire d’une nurse embauchée dans une famille très toxique. Dans le second, deux femmes, condamnées pour un larcin, seront blanchies si elles acceptent de lutter contre la traite des blanches. Dans les deux, on retrouve Lina Romay, l’actrice-fétiche d’un bricoleur de génie…  (Artus Films)
EIFFEL
Eiffel« Je ne suis qu’un homme avec une idée plus grande que lui ». Alors qu’il vient d’achever sa collaboration sur la statue de la Liberté avec Bartholdi, Gustave Eiffel, alors au sommet de sa carrière, ne s’intéresse pas vraiment au projet de la future tour pour l’Expo universelle de 1889 à Paris. Ce qui l’intéresse au plus chef, c’est la réalisation d’un métro dans la capitale. Tout bascule lorsqu’il recroise Adrienne, son grand amour de jeunesse (Emma Mackey) … Martin Bourboulon signe une agréable aventure, populaire et romantique, où la conception (qui respecte les balises de la réalité historique) du monument s’entremêle avec une passion puissante et interdite. Ainsi Gustave Eiffel (Romain Duris) aurait donné la forme de A allongé à sa tour en souvenir d’un grande idylle… (Pathé)
WALDO DETECTIVE PRIVE
WaldoDetective PrivéInspecteur à la police de Los Angeles, Charlie Waldo, viré avec perte et fracas, est devenu un type asocial et solitaire qui vit au fond des bois, loin du monde. Du côté d’Hollywood et de ses stars capricieuses, il reprend du service comme privé pour enquêter sur la mort suspecte de l’épouse excentrique d’Alistair Pinch, une star de la télévision, qui passe ses journées, ivre sur le plateau de son show… Tim Kirby adapte un roman à succès pour un polar à l’intrigue absurde et drôle. Au côté de Charlie Hunman (Waldo), on retrouve Mel Gibson qui a assurément sa carrière derrière lui mais qu’Hollywood retrouve de temps à autre pour des caméos de luxe. Ici, Gibson incarne, avec malice, un has-been perdu dans un univers qu’il ne maîtrise plus… (Metropolitan)
SI ON CHANTAIT
Si On ChantaitA Quiévrechain, ville ouvrière du nord de la France, c’est la catastrophe. 118 employés sont sur le carreau après la fermeture de leur usine. Entraînés par Franck, passionné de variétés françaises, quelques amis décident alors de lancer leur petite boîte baptisée Si on chantait. Le principe est simple : pour une quelconque occasion (mariage, rupture, anniversaire…), les clients commandent une chanson à la bande d’amis qui viennent la chanter à leur destinataire. Evidemment, entre chansons, tensions, et problèmes de livraison, les fausses notes seront difficiles à éviter. Pour sa première réalisation au cinéma, Fabrice Maruca réussit un « feel good movie » ch’ti où Alice Pol, Artus, Jeremy Lopez et Clovis Cornillac s’en donnent à cœur joie entre rires, larmes et tendresse. Frais et positif ! (M6)

MALADIE, FOLIE, ACTION, FANTASTIQUE, HISTOIRE ET EVEREST  

LES INTRANQUILLES
IntranquillesDepuis A perdre la raison (2012) ou L’économie du couple (2016), on sait que Joachim Lafosse excelle dans l’analyse des relations parentales ou conjugales. Le cinéaste belge le prouve encore avec l’histoire de Leïla et Damien, un couple qui s’aime profondément. Peintre de grand talent, Damien (Damien Bonnard) souffre régulièrement de troubles bipolaires. Déjà traité à l’hôpital, il se sent mieux au cours de vacances à la mer. Trop bien aux yeux de sa femme (Leïla Bekhti) qui craint son manque de sommeil, sa manière incohérente d’agir ou de refuser de prendre son traitement. Avec subtilité, sobriété et empathie, Lafosse observe, avec un beau duo d’acteurs, l’amour l’épreuve de la maladie. … Tandis que Damien produit de plus en plus, la tension est permanente et l’explosion semble constamment proche. (Blaq Out)
CETTE MUSIQUE NE JOUE POUR PERSONNE
Cette MusiqueDerrière le titre sibyllin du film de Samuel Benchetrit se cache une comédie joyeuse et loufoque portée des comédiens en verve : François Damiens, Bouli Lanners, Ramzy Bedia, Gustave Kervern et Joeystarr. Dans une ville portuaire du Nord de la France (le tournage a eu lieu à Dunkerque), ils incarnent cinq mi-dockers, mi-malfrats, liés par une longue et solide amitié. Leur quotidien va être soudainement bouleversé par l’art et l’amour. Jeff écrit de la poésie pour séduire une jeune caissière de supermarché et Jacky va vivre de nouvelles émotions au théâtre… Le cinéaste distille de petites histoires où, peu à peu, la violence cède le pas à une émotion qui va faire d’une bande de durs, de vrais types tendres… Et les femmes, Vanessa Paradis en tête qui incarne Simone de Beauvoir sur les planches et fait perdre pied à Jacky, trouvent aussi de beaux rôles. Insolite, déroutant et émouvant. (UGC)
MOURIR PEUT ATTENDRE
Mourir Peut AttendreAprès quatre apparitions dans le smoking de James Bond, Daniel Craig tourne donc la page 007 avec ce 25e épisode de la saga dans lequel il quitte sa retraite de la Jamaïque à la demande de son vieil ami Félix Leiter de la CIA. Il s’agit de reprendre du service et de sauver la planète des plans de Safi, un méchant mielleux mais méticuleux (Rami Malek). Cependant le (jeune) retraité a encore de la ressource et il lui en faudra ! Car le réalisateur Cary Fukunaga multiplie, comme il se doit, les péripéties et ramène même dans l’aventure Madeleine Swann (Léa Seydoux) et Blofeld (Christopher Waltz). Plus long film (2h40) de la franchise Bond, ce No Time to Die est efficace à souhait et surtout James Bond est, in fine, confronté à son mythe. Bye bye Mister Craig. On attend votre successeur ! (Universal)
L’ETANG DU DEMON
Etang DemonEn route vers Kyoto, à l’été 1913, le botaniste Yamasawa traverse un village de montagne frappé par une rude sécheresse. A proximité, se trouve l’étang du Démon, véritable objet de superstition pour les habitants. En effet si la cloche du village ne sonne pas trois fois par jour, le dragon tapi dans l’étang provoquera un terrible déluge. Yamasawa s’arrête chez son vieil ami Akira qui, avec son épouse Yuri, est chargé de faire respecter les croyances ancestrales et notamment sonner la fameuse cloche. Grand réalisateur de la Nouvelle vague japonaise, Masahiro Shinoda tourne, en 1979, un conte fantastique, inédit en dvd et présenté en version restaurée. Autour de la mystérieuse Yuki, femme (ou serpent ?) promise au sacrifice, se déroule une aventure, visuellement superbe, placé sous le signe du merveilleux. (Carlotta)
LES UNS ET LES AUTRES
Les Uns et les AutresEntre 1936 et les années 80, dans quatre pays, trois générations, unies par l’amour de la musique et de la danse, sont emportées dans la tourmente de l’Histoire… A Moscou, Tatiana danse le Boléro de Ravel devant un jury qui doit désigner la première danseuse du Bolchoï. Membre de ce jury, Boris tombe amoureux de Tatiana. A Paris, Anne, violoniste dans l’orchestre des Folies-Bergère, s’éprend de Simon, le nouveau pianiste de l’ensemble. Mais Anne et Simon sont juifs et seront déportés. A Berlin, avant la guerre, le musicien Karl Dremer subjugue Hitler par son talent. Le Führer lui confie la musique des troupes d’occupation à Paris. Aux USA, Jack Glenn, époux d’une Française, dirige un orchestre de jazz. Pendant la guerre, il prend la tête d’une formation musicale de l’armée. Présenté en compétition à Cannes, le film sera un gros succès. Avec un impressionnant casting, des références à Noureev, Glenn Miller ou Karajan, Claude Lelouch excelle à mener une grande œuvre chorale qui s’achève sur un émouvant Boléro… (Metropolitan)
LE SOMMET DES DIEUX
Sommet DieuxEn juin 1993, dans une boutique de Katmandou, Fukamachi, un reporter-photographe et alpiniste japonais, pense avoir retrouvé l’appareil photo de George Mallory disparu dans l’Everest en 1924. Mais il se le fait voler. Au cours de son enquête pour retrouver l’appareil — qui pourrait faire savoir si George Mallory et Andrew Irvine ont été les premiers à avoir atteint le sommet du mont Everest — Fukamachi croise Habu Jôji, un grimpeur mythique qui a marqué le milieu de l’alpinisme une quinzaine d’années plus tôt avant de disparaître complètement. Seul le petit Kodak Pocket avec lequel Mallory et Irvine devaient s’immortaliser sur le toit du monde pourrait livrer la vérité… Responsable de l’animation d’Ernest et Célestine, Patrick Imbert adapte, ici, un célèbre manga et signe, sur fond d’ascension vertigineuse, un superbe film d’animation sur la quête des cimes et l’alpinisme en conditions extrêmes. (Wild Side)
TEMPS SANS PITIE
Temps Sans PitiéAprès des années difficiles à cause du maccarthysme, Joseph Losey, désormais installé en Angleterre, revient à une activité normale de cinéaste avec ce drame en forme de contre-la-montre d’un père pour sauver son fils promis à la pendaison pour un crime qu’il n’a pas commis. Tiré d’une pièce de théâtre, le film fait la part belle aux rapports père-fils. S’arrachant à une cure de désintoxication au Canada, David Graham (Michael Redgrave) se précipite à Londres pour remuer ciel et terre afin de sauver Alec, quitte à se mettre en danger face au véritable assassin. Même si le spectateur connaît dès les premières images qui est le coupable, ce film de 1957 (qui permit la reconnaissance internationale de Losey), est aussi sec qu’haletant. Dans les bonus, Michel Ciment livre une passionnante analyse du film et du parcours du cinéaste à l’époque. (Carlotta)
MATRIX
MatrixDans la série Titan of Cult, l’édition de février est consacrée, dans un beau steelbook collector inédit (avec le film en 4K et en Blu-ray), au Matrix, réalisé en 1999 par les Wachowski et couronné de quatre Oscars. Les sœurs dépeignent un futur dystopique dans lequel la réalité perçue par la plupart des humains est une simulation virtuelle en se connectant à la « Matrice », créée par des machines douées d’intelligence, afin d’asservir les êtres humains, à leur insu, et de se servir de la chaleur et de l’activité électrique de leur corps comme source d’énergie. Face à ce monde en forme de canular, Néo, programmeur informatique rejoint par Morpheus, entame une rébellion : « Réveille-toi Néo… Tu es dans la Matrice. Suis le lapin blanc… » Keanu Reeves et Laurence Fischburne se battent dans ce cyber thriller culte placé sous le signe de la caverne de Platon et de l’Alice de Lewis Carroll. Avec, en prime, un plein disque de bonus…
LA TROISIEME GUERRE
Troisieme Guerre« Une rue, des passants, des fenêtres, ce que tu vois, ce sont des menaces potentielles… » Au lendemain des attaques terroristes islamistes de janvier 2015 contre Charlie Hebdo et l’Hyper Casher, le président François Hollande décidait la création de l’opération Sentinelle pour renforcer, en complément du plan Vigipirate, la sécurité sur le territoire français afin de faire face à la menace terroriste et protéger les points sensibles. 10.000 soldats par jour sont alors mobilisés. Dans Paris, c’est une patrouille de Sentinelle que le réalisateur Giovanni Aloï suit dans son quotidien, se focalisant sur le poupin Léo Corvard, jeune trouffion (Anthony Bajon) qui arpente la ville avec Yasmine, le sergent (Leila Bekhti) qui cache encore sa maternité et Bentoumi, la tête brulée (Karim Leklou). Corvard, qui voulait « être utile », va basculer dans le chaos. Un film réaliste et impressionnant. (Capricci)
FLAG DAY
Flag DayDepuis sa plus tendre enfance, Jennifer Vogel vit dans l’admiration de John, ce père qui semble toujours prêt à embrasser l’existence comme une merveilleuse aventure. Pourtant, ce père qui lui a beaucoup appris sur l’amour et la joie, se révèle être un braqueur de banque et un (brillant) faux-monnayeur. En s’appuyant sur l’histoire vraie de la journaliste Jennifer Vogel et en adaptant son livre Film-Flam Man: The True Story Of My Father’s Counterfeit Life, Sean Penn réussit un beau mélodrame sur la quête d’un bandit de père et sur la reconstruction d’une relation père-fille. Le cinéaste a confié à sa fille Dylan Penn le soin d’incarner cette jeune femme secrète qui guérit lentement des douloureuses blessures de son passé… (Le Pacte)
PARIS NOUS APPARTIENT
Paris Nous AppartientA la fin des années cinquante, un été dans la capitale. Des jeunes gens se préparent à monter Périclès, prince de Tyr, une pièce de Shakespeare. Mais différents événements troublent les répétitions. La discrète Anne, venue rejoindre son frère Pierre, perturbe le groupe en flirtant avec Gérard, le metteur en scène. Dans le même temps, Philip, un Américain, victime du maccarthysme, suscite l’angoisse au sein de la troupe en évoquant le complot qui a entraîné le suicide d’un compositeur espagnol. Pour revoir ou découvrir, en version restaurée, le premier long-métrage de Jacques Rivette (1928-2016), pilier de la Nouvelle vague. Après son activité de critique aux Cahiers, il se lance dans le cinéma, en 1958, avec ce film-fleuve qu’il aura bien du mal à financer et qui ne sortira qu’en 1961. L’essence de l’art de Rivette est déjà là avec son style dépouillé, son amour des acteurs (dont une apparition de Jean-Luc Godard en consommateur à une terrasse), sa poésie urbaine… (Potemkine)
TRALALA
Tralala« Surtout ne soyez pas vous-même ! » C’est le mantra de Tralala, le chanteur des rues aux allures de clochard magnifique. Devant la gare Montparnasse, il aperçoit une étrange jeune fille vêtue de bleu qu’il prend pour une apparition mariale. De là, à partir pour Lourdes pour la retrouver… Dans la tradition de Jacques Demy, les frères Arnaud et Jean-Marie Larrieu ont imaginé une comédie musicale où le réel s’enchante. C’est drôle et burlesque à la fois. Mathieu Amalric incarne ce Tralala que Lili (Josiane Balasko) reconnaît comme son fils disparu depuis longtemps. Tralala accepte d’entrer dans son jeu. On croise aussi Mélanie Thierry, Maïwenn, Denis Lavant Jalil Lespert et le chanteur rock Bertrand Belin dans cette loufoquerie délicieusement poétique ! (Pyramide)
L’ETAT DU TEXAS CONTRE MELISSA
Etat Texas MelissaConnue pour avoir consacré un film au camp de Drancy (2015), la documentariste franco-américaine Sabrina van Tassel s’est penchée, en Amérique, sur le sort de Melissa Lucio, 48 ans, première femme hispano-américaine condamnée à mort au Texas. Accusée d’avoir tué sa fille de deux ans, cette mère pauvre et droguée coche toutes les cases de la coupable idéale. Cependant son parcours, ponctuée de zones d’ombres, est plus complexe qu’elle n’y paraît… La double histoire d’une femme broyée par le rouleau compresseur du système judiciaire américain et des ambitions carriéristes au sein de ce même milieu. Saisissant ! On vient aussi d’apprendre qu’une date d’exécution a été fixée pour Melissa Lucio. La réalisatrice a décidé d’en appeler au président Macron pour tenter de la sauver… (Blaq Out)
PRISONERS OF THE GHOSTLAND
GhostlandDans un monde post-apocalyptique et dans la ville frontière de Samurai Town, Hero, un criminel, sort de prison à la demande du Gouverneur dont la petite fille Bernice a disparu dans un univers surnaturel appelé « Ghostland ». Si Hero (Nicolas Cage), lancé dans une mission de sauvetage en zone dévastée, réussit à sauver Bernice, le Gouverneur (qui l’a quand même équipé d’une combinaison de cuir piégée avec des explosifs à l’entrejambe !) lui rendra sa liberté. Parti à la recherche de la jeune femme (la comédienne franco-algérienne Sofia Boutella) et poursuivi par de mystérieux revenants, Hero va également suivre son propre chemin vers la rédemption. Poète, écrivain et cinéaste, le Japonais Sono Sion a été vite remarqué pour un cinéma sombre et violent posant un regard acerbe sur la société nippone. Ici, il évolue dans un univers qui mêle une atmosphère façon Blade runner et le western fantastique avec une touche érotique… Un ovni, en somme. (M6)
MALICIA
MaliciaComment Laura Antonelli devint une icône de la comédie érotique italienne ! En 1973, Salvatore Sampieri fait entrer Angelina, ravissante et efficace bonne, dans une famille bourgeoise sicilienne alors que la mère vient de mourir. Bientôt Angelina affole les quatre hommes qui gravitent autour d’elle : le père et ses trois jeunes fils et notamment Nino (Alessandro Momo), 14 ans, qui va prendre l’ascendant sur elle avant que celle-ci ne retourne la situation en l’initiant à la sexualité. Enorme succès du cinéma transalpin, le film, marqué par des scènes culte, a mis le feu aux tempes de bien des (jeunes) spectateurs des sixties ! Pour retrouver Laura Antonelli disparue en 2015 à l’âge de 73 ans dans l’oubli et la quasi-misère. (Sidonis Calysta)
LES HEROIQUES
Heroiques« Grandis un peu ! » Il la prend en pleine tête, cette réflexion qu’on lui répète, Michel, vieux gamin et ancien junkie. Fou de moto, il traîne avec Léo, son grand fils, et ses copains. Vivant dans une cave sordide, il ne sait, à 53 ans, comment s’occuper du bébé qu’il vient d’avoir avec son ex. Il y a un côté Ken Loach dans cette chronique sociale signée Maxime Roy. L’ouverture avec la longue séquence où Michel, dans un cercle de parole, hurle et pleure son mal-être est immédiatement impressionnante. Le cinéaste peut s’appuyer sur l’épatant François Créton, interprète à fleur de peau de ce Michel à la peau largement tatouée et surtout abîmée par une existence de galère. L’histoire de rédemption d’un type dont le blouson de cuir porte, dans le dos, le mot « loser », un type qui voudrait simplement être « un mec bien ». (Pyramide)
TERREUR SUR LA VILLE
Terreur Sur VilleHuit mois après la fin de la Seconde Guerre mondiale, la ville de Texarkana, 40 000 habitants, à la frontière du Texas et de l’Arkansas, se réadaptait à la paix après des années de rationnement et de pénurie. La plupart des soldats avaient déjà regagné leur foyer. Nombreux parmi eux, aidés par des subventions, montaient leur affaire. Mais mars 1946 marqua le début du règne de la terreur… Fondé sur des faits réels, voici l’histoire d’un tueur, surnommé The Phantom Killer. Pendant plusieurs mois, le mystérieux tueur a semé la terreur dans la paisible communauté. Sa façon de procéder était assez inusitée: il sévissait tous les 21 jours. Puis, un jour où il devait se manifester, il ne l’a pas fait et on n’a plus jamais entendu parler de lui… Charles B. Pierce signe un film d’horreur mêlant une enquête policière mené par le vieux briscard Moralès (Ben Johnson), le portrait d’une communauté prise de paranoïa et le pur slasher. Dans le genre, c’est du beau boulot. (Rimini Editions)